Sportbusiness // 11/22/2023

Le commerce de détail du futur : Comment fonctionne Cradle-to-Cradle dans le commerce stationnaire

Image credit: Globetrotter
Author:
Oliver Knoch

Dans le commerce de détail, les offres de réutilisation, de réparation et de recyclage font désormais partie de l'offre standard, même si elles se présentent sous différentes formes. Mais il existe encore d'autres idées pour transformer les magasins en une économie circulaire grâce à une stratégie de durabilité appropriée. L'une d'entre elles a été mise en œuvre à Bonn – et rafle désormais prix sur prix.

Lorsqu'on entre dans le magasin Globetrotter Re:Think, situé au premier étage d'un petit centre commercial à Bonn, un ours vert grandeur nature en métal saute immédiatement aux yeux. L'animal imposant du logo de la marque symbolise ce dont il s'agit ici : la circularité. Il est fabriqué à partir de matériaux récupérés lors de la transformation du magasin – plaques, grilles, rouleaux... le recyclage à son meilleur. "Nous avons mis beaucoup de cœur à l'ouvrage dans ce projet, et transformer un ancien magasin d'électronique en un véritable magasin Globetrotter n'a pas été une mince affaire", explique le CEO Andreas Vogler.

Faire du neuf avec du vieux – c'est le concept qui domine dans le magasin Re:Think. Les clients* en prennent connaissance sur les murs graphiques et les panneaux d'information. C'est une bonne chose ! Sinon, ils ne remarqueraient même pas qu'ils se trouvent dans un magasin qui s'est engagé à respecter le principe Cradle to Cradle pour l'aménagement de ses magasins.

Andreas Vogler, CEO de Globetrotter

Cradle-to-Cradle

Ce principe de conception a été développé dans les années 1990 par le professeur Dr Michael Braungart, William McDonough et l'EPEA Hambourg. Il décrit la circulation sûre et potentiellement infinie des matériaux et des nutriments dans des cycles. L'objectif est que tous les composants soient chimiquement inoffensifs et recyclables, de sorte qu'il n'y ait plus de déchets au sens actuel du terme, mais uniquement des nutriments utilisables - comme dans la nature. Le concept de l'économie circulaire, qui vise à concevoir des systèmes économiques respectueux de la nature, est également basé sur le principe du cradle to cradle.

94 % sont anciens, les nouveaux sont les prix

Tous les meubles du magasin Re:Think de 2.150 m² proviennent soit de la réserve d'autres sites Globetrotter, soit des entrepôts des marques représentées. Même les cabines d'essayage sont constituées d'anciennes bannières publicitaires et de rideaux. Au total, environ 94 % des matériaux utilisés dans le magasin sont réutilisés. Des sacs à dos se balancent désormais sur les parois perforées où étaient suspendus des aspirateurs. Le concept mise également sur la durabilité des services : Les clients peuvent acheter des articles neufs ou d'occasion, un service de prêt est en cours de planification. Il existe une station d'achat pour les articles de seconde main et l'atelier permet de réparer ou d'adapter les articles.

Le projet phare de Globetrotter en matière d'économie circulaire est convaincant – et rafle actuellement prix sur prix : Red Dot Design Award dans la catégorie "Brands & Communication Design", 1ère place au Best Retail Cases Award et maintenant aussi le prix allemand de la durabilité 2023 dans la catégorie commerce de détail du sport. Ce succès vient aussi du fait que la dépendance allemande du groupe Retail de Fenix Outdoor a pensé le concept dans les moindres détails et l'a accompagné scientifiquement.

"L'une des approches les plus durables est d'utiliser des choses qui sont déjà là. Il faut du courage et un esprit pionnier pour s'engager dans cette voie. Mais les résultats de l'étude scientifique de notre partenaire EPEA montrent que cela en vaut la peine". - Andreas Vogler, CEO Globetrotter

Secondhand - cela vaut aussi pour les portemanteaux du magasin Re:Think.

Les résultats doivent inspirer les autres

"Il ne suffit pas de détruire un peu moins l'environnement. Nous devons apprendre à être utiles à cette planète", déclare le professeur Michael Braungart aux personnes qui l'écoutent lors d'une conférence dans le "Clubhütte" du Re:Think Store de Bonn. "Nous sommes le seul être vivant à faire des déchets. Pourquoi sommes-nous plus stupides que les autres" ? Ce chimiste et ingénieur des procédés est le co-inventeur du principe "Cradle to Cradle". Son Agence pour l'Encouragement à la Protection de l'Environnement (EPEA) a évalué la transformation et a développé un "Circularity Passport Interiors" (CPI) à partir des résultats. Celui-ci décrit exactement quels produits et matériaux sont utilisés et quel est leur impact CO₂. "Cela permettra à l'avenir de comparer et d'optimiser différentes approches d'aménagement intérieur en fonction de leur empreinte écologique", explique Markus Diem, directeur général de l'EPEA. "Cela permet d'économiser des ressources et de réduire les déchets".

Selon les calculs d'EPEA, un projet conventionnel d'aménagement de magasin de taille comparable aurait généré environ 105 tonnes d'équivalents CO₂ (CO2e). En revanche, grâce au concept de réutilisation, seules 3,12 tonnes de CO₂e ont été émises. Cela correspond à une économie d'environ 97 %, soit à peu près la quantité de CO₂ qui serait produite si l'on faisait une douzaine de fois le tour de la Terre en voiture.

Le professeur Michael Braungart a participé au développement du principe Cradle to Cradle.

L'économie circulaire arrive dans le commerce stationnaire

Or, en tant que détaillant, il n'est pas si fréquent de déménager sa boutique dans un ancien magasin d'électronique. Et dans le processus de production et de livraison d'un produit, seuls trois pour cent des émissions de CO₂ sont imputables au commerce lui-même. Malgré tout, il s'agit pour le secteur d'économiser les émissions de CO₂ dans la mesure du possible. Commençons par la bonne nouvelle : la prise de conscience du problème est là, et les grands acteurs du secteur du sport et de l'outdoor abordent désormais le thème de la durabilité de manière cohérente et structurée. La plupart des commerçants misent sur les trois "r" : re-use, repair, recycle.

Sport Conrad, finaliste avec Globetrotter et Bergzeit du prix allemand de la durabilité 2023, s'est lancé dans le "Sport Conrad Mountain Path". Cette feuille de route de la durabilité doit permettre de réduire, d'ici fin 2030, l'empreinte carbone₂ de 70 % (scope 1 et 2) et de 50 % (scope 3) par rapport à l'année de référence 2019. Les mesures : Consommer de l'électricité verte, réduire les matériaux d'emballage et les commandes d'impression, éviter les déchets, réintroduire les ressources dans le cycle, moderniser les sites selon des critères de protection de l'environnement et produire sa propre électricité via des installations photovoltaïques. Parallèlement, Sport Conrad fait pression sur les fabricants afin d'augmenter la recyclabilité des produits. Quelques projets pilotes ont déjà vu le jour, comme "Recycle Your Boots" de Tecnica, "Goggle Recycling" de Scott ou "Skifell Upcycling" de Doghammer. Des projets de recyclage sont également en cours avec des chaussures de Scarpa ou des chambres à air de Schwalbe.

Bergzeit a développé une stratégie de durabilité qui repose sur trois champs d'action (Save, Turn, Spread) et qui suit une approche aussi globale que possible : Le premier pilier tourne autour de la consommation des ressources, le deuxième autour de l'économie circulaire et le troisième autour du comportement de consommation des clients*. Save : depuis 2019, les sites de Bergzeit achètent 100 % d'électricité verte, et depuis 2021, le détaillant la produit lui-même grâce à sa propre installation photovoltaïque. Ainsi, en tenant compte du mix électrique allemand, l'entreprise économise chaque année environ 220 tonnes de CO₂. Depuis 2023, Bergzeit propose même son propre tarif d'électricité verte en collaboration avec le fournisseur d'électricité Energiewerke Schönau (EWS). Turn : la boutique en ligne de seconde main pour les vêtements, les chaussures et le matériel d'outdoor continue de se développer. Spread : La stratégie MUT (homme/environnement/animal) indique aux clients* des labels selon lesquels ils peuvent filtrer les produits en fonction de leurs caractéristiques sociales, écologiques et de bien-être animal.

Les promesses des détaillants - Intersport, Sport 2000, Sportscheck

Chez Intersport, la stratégie écologique s'appelle "Best in Sports : Up for Future". Elle comprend cinq champs d'action : l'homme, la gamme de produits, l'environnement, le distributeur et le client. La conception des produits, leur qualité et leur longévité, associées à des possibilités de réparation de plus en plus nombreuses, sont autant de leviers possibles pour fermer de plus en plus les cycles. D'ici à 2030, tous les détaillants Intersport devront en outre avoir mis en œuvre le standard minimum d'un concept de PDV durable. L'accent est mis sur les économies de CO₂ et le développement des énergies renouvelables, par exemple par des installations photovoltaïques, ainsi que sur la promotion de l'économie circulaire dans l'assortiment de produits. "L'empreinte écologique d'une entreprise influence de plus en plus le comportement d'achat des consommateurs*. Mais il s'agit aussi de montrer à nos membres et à nos collaborateurs une orientation pour une action durable. En effet, la durabilité est synonyme de viabilité", explique Thomas Storck, directeur financier et vice-président d'Intersport Deutschland eG.

Intersport a équipé son siège social de panneaux photovoltaïques.

La feuille de route de Sport 2000 comprend les thèmes "produit et chaîne d'approvisionnement", "culture et état d'esprit", "site" et "reportage". Pour la réaliser, Sport 2000 International travaille en étroite collaboration avec Sport 2000 GmbH, l'organisation des cinq pays que sont l'Allemagne, la Suisse et le Benelux. "Avec les collaborateurs* de Sport 2000 GmbH et de Sport 2000 International, une équipe - l'équipe Green Vision – s'est constituée et travaille main dans la main pour atteindre les objectifs définis", explique Véronique Dell. En Allemagne, les magasins Sport 2000 bénéficient d'un conseil en matière de climat. Cette analyse permet de vérifier la consommation d'énergie et de développer des mesures pour utiliser les énergies de manière plus efficace. "Cela permet à la fois d'économiser des ressources et de réduire les coûts", explique la chef de projet. L'équipe environnementale de Sport 2000 Autriche travaille régulièrement à l'optimisation de la consommation d'énergie, au tri des déchets et à la sensibilisation des collaborateurs du siège. Avec le projet "Objectif Tribu", Sport 2000 France informe les clients* sur l'économie circulaire dans le domaine du textile. Il est possible de déposer de vieilles chaussures et de vieux textiles et d'obtenir une réduction sur le prochain achat.

Académie Vaude

De nombreuses stratégies de durabilité mentionnées ici ont été développées en coopération avec la Vaude Academy pour une gestion durable. L'offre comprend des conférences, des ateliers ainsi que des conseils individuels et s'adresse aux entreprises, aux réseaux professionnels et aux organisations. Elle va des mesures concrètes et individuelles à l'introduction de systèmes de gestion de la durabilité, en passant par la conception d'une stratégie d'entreprise durable.

Chez Sportscheck aussi, la durabilité fait depuis longtemps partie de la stratégie d'entreprise. En matière d'économie circulaire, l'accent est actuellement mis sur le thème du réemploi et de la seconde main. En coopération avec reverse.supply, Sportscheck teste dans un nouveau magasin circulaire comment le réemploi est perçu par les clients. Et un système de recyclage est mis en place avec le partenaire I:CO, l'un des plus grands recycleurs d'Europe.

Les promesses des détaillants - Yonderland, Decathlon

Le plan quinquennal de Yonderland se concentre sur la promotion de produits de plein air durables et recyclables, la neutralité carbone, la réduction des déchets et la protection des espaces libres régionaux par le biais de projets et de dons. Les activités de durabilité du groupe de distribution ont déjà été récompensées à plusieurs reprises. La chaîne néerlandaise Bever a notamment reçu le prix "Sustainable Retailer of the Year 2022-2023". Bever a été félicité pour son engagement à promouvoir l'économie circulaire tout au long de la chaîne de création de valeur. En outre, le jury a examiné la stratégie de durabilité et s'est montré impressionné par les services d'entretien et de réparation.

Decathlon mise sur les énergies renouvelables, en particulier sur son marché d'origine, la France, et installe successivement des panneaux photovoltaïques sur ses magasins. D'ici à 2026, l'entreprise souhaite réduire ses émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre de 40 % par rapport à 2016. En participant à l'initiative européenne "Green Consumption Pledge", Decathlon s'engage en outre à aider les clients* à effectuer des achats plus durables. Afin de rendre mesurables et d'atteindre les objectifs et les indicateurs de performance en matière de développement durable dans les trois domaines People, Planet et Profit d'ici à 2026, ceux-ci sont définis dans un plan mondial. Plan de transition qui sera mis en place.

L'Outdoor Retailer Climate Commitment (ORCC), un réseau climatique regroupant actuellement onze détaillants européens de produits de plein air, publie régulièrement un bilan annuel. Celui-ci fait état des progrès réalisés par les entreprises dans leurs efforts de réduction des émissions de CO2 : Toutes ont entre-temps mis en place des plans d'action concrets pour réduire leurs émissions de portée 1&2, et un total de 12.843 tonnes de CO2 a pu être économisé en 2023. Les détaillants travaillent ensemble pour réduire l'empreinte carbone tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Le rapport complet, qui sera présenté à l'ISPO Munich 2023, est déjà disponible au téléchargement.

L'économie circulaire vit de la participation

En fin de compte, c'est aux détaillants de faire en sorte que leurs projets ne se transforment pas en paroles en l'air. Et bien sûr aux clients* qui doivent accepter les offres judicieuses. Andreas Vogler, CEO de Globetrotter, en est également convaincu : "La durabilité a besoin de transparence et de participation. Nous disposons d'une ressource précieuse : l'accès direct à des millions de clients avec lesquels nous échangeons également sur le thème de la durabilité. En proposant les bonnes offres, nous pouvons aider nos clients à agir plus facilement en faveur de la durabilité".

Share article
Author:
Oliver Knoch
Topics in this article