INTERVIEW | 10/08/2023

"À un moment donné, la boîte de la force mentale est vide !"

Sébastien Kienle
Triathlete Sebastian Kienle during running training in Spain.
Author:
Sebastian Taprogge

Le triathlon n'est pas seulement une compétition contre-la-montre, c'est aussi un combat intense avec son propre esprit. Le champion de l'Ironman d'Hawaï 2014, Sebastian Kienle, partage son odyssée personnelle dans le monde du triathlon et le rôle indispensable de la force mentale. Découvrez comment un esprit fort peut faire la différence entre la victoire et la défaite et quels secrets intimes Kienle révèle après plus de deux décennies de sport de haut niveau. Plongez dans le monde des triathlètes et apprenez comment la puissance mentale peut surmonter même les limites les plus difficiles.

La puissance mentale est la clé du succès

Génétiquement, on peut être l'athlète parfait. Mais si vous ne savez pas utiliser ce talent, vous n'avez aucune chance. Au cours de ma carrière, j'ai vu beaucoup d'athlètes qui étaient plus forts physiquement. Ils n'ont toutefois pas réussi à atteindre le succès, car il leur manquait souvent la puissance mentale. Le corps est comme une voiture. Elle est là et semble bien à première vue. La force mentale n'est peut-être qu'un aspect mineur, mais c'est la clé de contact. Celui qui ne peut pas démarrer la voiture ne gagne rien au final. Pour moi, la valeur de la force mentale réside dans le fait de considérer les problèmes comme des opportunités. On se ment quasiment à soi-même, sans que cela soit reconnu comme un mensonge. Dans la course, la tête dit qu'il faut s'arrêter parce que c'est trop. Tout l'art consiste alors à orienter ces pensées de manière à ce que ce soit le point décisif de la course, celui pour lequel on a pris le départ. C'est là que se situe le véritable défi d'une course, c'est là que se fait la différence. S'il y a peu de vent et que le plan d'eau est plat, tu ne peux pas montrer que tu es un bon navigateur. Ce n'est que lorsque les vagues sont vraiment hautes et qu'il y a une tempête que tu as l'occasion de montrer que tu es meilleur. Je n'ai pas toujours réussi à le faire dans ma carrière. On ne sait ce qu'est la force mentale que lorsque l'on a vécue des faiblesses. La tête joue un grand rôle dans ce sport, le plus important pour moi.

Le corps est fatigué, l'esprit est vide

Mon corps et mon esprit sont peu à peu près à mettre un terme à ma carrière sportive. Alors que le corps est soumis à des exigences immenses presque tous les jours à l'entraînement et en compétition, l'esprit est surtout sollicité dans des situations difficiles. Des blessures de longue durée, qui s'étendent sur plusieurs semaines ou mois, auxquelles s'ajoutent des années de douleurs. Il devient alors de plus en plus difficile de se dire que l'on en a encore les moyens. Cela nous mine mentalement et il y a beaucoup de choses qui fatiguent mentalement l'esprit. À la fin de l'année, c'est fini.

"Une fois que tu as atteint la limite, tu as peur".

Dans ce sport, un certain manque d'expérience peut même parfois aider, surtout au début d'une carrière. Si tu ne sais pas que le mur va arriver, tu ne freines pas non plus. Celui qui a déjà sérieusement atteint ses limites a plutôt peur d'y revenir. Je l'ai fait plusieurs fois et cela a tendance à te décourager plutôt qu'à te faire du bien. C'est aussi la raison pour laquelle j'ai pu aller beaucoup plus bas lors de mes premières courses sur longue distance que des années plus tard. On apprend plutôt à gérer cet état et c'est extrêmement exigeant mentalement. Mon pot de force mentale commence à être vide.

Expériences physiques limites : "Un jour, la boîte sera vide".

Lors de mon premier triathlon longue distance au Challenge de Roth, j'ai été la première recrue à passer sous la barre dès huit heures. Une expérience émouvante, dont les larmes ont continué à couler longtemps après. Juste après la course, je me suis d'abord effondré. Même si je me sentais mieux quelques heures plus tard, je n'ai pratiquement pas pu bouger pendant les trois semaines qui ont suivi. Un entraînement n'était pas possible, mon corps et ma tête m'en empêchaient. Je ne dormais pas plus d'une heure et demie par jour. En allant à un rendez-vous, j'ai dû me garer, car j'avais fait une dépression nerveuse. J'étais assis dans la voiture et je me suis mise à pleurer. C'était mon premier trouble de stress post-traumatique – ce qui signifie limite. Cela ne m'a pas effrayé, d'autant plus que j'y étais préparé. Pour beaucoup d'athlètes, c'est la preuve qu'ils exigent de leur corps, avec une volonté sans faille, quelque chose qu'il n'aurait pas pu faire autrement. Cependant, je ne pense pas que l'on puisse grandir mentalement dans ces situations. C'est comme une boîte d'allumettes, elle finit par être vide. En revanche, les situations inattendues qui se produisent, mais qui ne sont pas liées à la limite physique, sont celles qui nous font grandir.

Alimenter les visualisations et les voix intérieures

Les voix intérieures nous accompagnent tous les jours. On ne s'est pas entraîné suffisamment et assez dur. On pense que les autres s'investissent davantage et on ne voit pas à quel point on est déjà proche de sa limite. Pourquoi ? Parce que l'on ne parvient pas à faire abstraction de tout le reste et que l'on regarde ce que font les autres ou ce que l'on a déjà fait soi-même par le passé. On pense alors toujours que l'on est trop gros. Mais pendant une course, ces voix intérieures aident aussi. J'ai différents scénarios, beaucoup sont liés à la technique. J'ai un ballon accroché à mon cou qui me tire vers le haut, mon pied est une trottinette et mes hanches fonctionnent comme un Segway, tu te penches en avant et tu vas de plus en plus vite. Si tu occupes ton cerveau, rien de négatif n'y entre.

L'enfer de la chaleur à Hawaï

Le premier obstacle t'attend avant même de monter dans l'avion, surtout si c'est la première fois que tu participes à l'Ironman d'Hawaï. Tu lis et entends tellement de choses sur cette course que tu développes un grand respect. C'est le mythe d'Hawaï. Je ne pense pas que ce soit le triathlon le plus difficile, mais c'est le plus rapide et celui qui compte le plus grand nombre d'athlètes professionnels. De ce fait, c'est aussi le triathlon le plus difficile à gagner.

Ensuite, tu arrives à Hawaï complètement fatigué et tu es confronté à un air extrêmement chaud et humide. Lors du premier entraînement, tu as 15 à 20 pulsations de plus sur ta montre et tu es totalement déstabilisé. Tout semble plus lourd et tu as l'impression que les esprits de l'île conspirent contre toi. En course, il y a plusieurs adversités qui peuvent t'abattre. Beaucoup d'athlètes prennent peur en nageant. L'immensité de l'océan, les nombreux partants autour de soi, tout cela peut créer la panique. Sur le parcours cycliste, les 35 derniers kilomètres qui mènent à Senic Point peuvent jouer un rôle clé. C'est la première fois que l'on ressent vraiment la chaleur et il ne faut pas faire l'erreur de penser au marathon qui suit. Plusieurs obstacles se dressent sur le parcours. D'une part, l'autoroute Queen Ka'Ahumanu. C'est une route à six voies et on y voit incroyablement loin. Il ne faut pas lever la tête et regarder au loin, car on a l'impression d'être incroyablement lent. Et enfin, cette chaleur brutale. La température du noyau du corps peut s'approcher de 40 degrés Celsius, ce qui met la vie en danger et, en cas de doute, le corps arrête tout. C'est incroyablement dur mentalement, parce qu'on ne peut pas avoir froid aux yeux. Une fois qu'on a surchauffé, on doit réduire la puissance de manière incroyable. J'ai toujours été dans cette phase à Hawaii.

Un esprit fort a besoin de liberté

D'un côté, on aimerait souvent, pendant sa carrière, avoir un travail tout à fait normal, où le potentiel d'échec et de conséquences n'est pas si grand. J'ai abandonné mes études pour le sport de compétition et j'ai tout misé sur une seule carte. À ce niveau, tu ne peux pas non plus t'assurer contre l'incapacité professionnelle. Il y a donc toujours le risque que tout soit soudainement terminé. D'un autre côté, le degré de liberté m'a permis de rester 30 ans dans ce sport. J'emporte en tout cas le principe de performance avec moi dans ma future carrière. Et bien sûr, l'attitude mentale. Je me consacrerai toujours à 100 % aux nouvelles choses, je n'ai pas de demi-gaz. Et je dois toujours tenir moi-même le sceptre en main. Tu ne peux pas te défaire de cette responsabilité personnelle.

Share article
Author:
Sebastian Taprogge
Topics in this article