Find the Balance: Trouver l'équilibre // 08/22/2022

Heureux sans pilule ? Les thérapies sportives contre les maladies mentales

Image credit: Unsplash/Altin Ferreira
Author:
Martin Jahns

Le sport ne prévient pas seulement les maladies, il est désormais également utilisé dans le traitement de maladies psychiques telles que la dépression, les troubles anxieux ou la schizophrénie. Dans quelle mesure le sport peut-il réellement aider ? Se contente-t-il d'améliorer le bien-être ou peut-il même remplacer les médicaments ?

Les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sont inquiétants : selon son rapport sur la santé mentale publié en juin 2022, près d'un milliard de personnes dans le monde vivent avec une maladie mentale, soit près d'une personne sur huit dans le monde.

En Allemagne, selon la Société allemande de psychiatrie et de psychothérapie, de psychosomatique et de neurologie (DGPPN), plus d'un adulte sur quatre remplit même les critères d'une maladie mentale sur une période d'un an. Parmi les plus fréquents figurent les troubles anxieux, les dépressions ou les troubles liés à la consommation d'alcool ou de médicaments.

Une charge énorme en premier lieu pour les malades, mais aussi pour la société et le système de santé.

Action am Beachbody Stand auf der ISPO Munich 2020
Quels sont les sujets qui font bouger le monde du sport ? Quelles sont les dernières innovations dans le secteur ? Quelles sont les tendances qui domineront à l'avenir ? Avec la Newsletter ISPO gratuite, vous êtes toujours à jour - 365 jours par an ! En anglais ou en allemand

Thérapies par la course à pied contre la dépression

Ce n'est un secret pour personne que l'exercice physique régulier et le sport aident à prévenir non seulement les maladies de civilisation telles que les troubles cardiovasculaires, le diabète, les maladies coronariennes graves ou même les maladies psychiques. Mais ce que l'on sait moins, c'est à quel point le sport peut également être utilisé avec succès dans le cadre d'une thérapie.

Course en forêt et jogging contre la dépression - ne s'agit-il pas là d'une dangereuse dérive homéopathique ? Au contraire : de plus en plus de cabinets et de thérapeutes* proposent désormais des thérapies par la course à pied. De nombreuses études prouvent que les sports d'endurance comme le jogging, la marche ou le vélo sont particulièrement adaptés au traitement des dépressions légères. Ils augmentent le taux de sérotonine, l'hormone de la récompense, réduisent la sécrétion d'hormones de stress et procurent ainsi un plus grand bien-être.

"En marchant, les patients comprennent qu'ils peuvent faire des choses par eux-mêmes. En huit semaines dans la forêt, on constate souvent plus d'améliorations des symptômes qu'après de nombreuses séances en cabinet", explique Diana Stöckel, psychothérapeute et thérapeute formée à la course à pied : "Ces personnes font chaque pas par leurs propres moyens. Elles ne peuvent donc pas être aussi mauvaises qu'elles le pensent".

C'est surtout en groupe que la thérapie par la course est un soutien approprié dans le traitement de la dépression et de l'anxiété, souligne une porte-parole de la fondation allemande d'aide aux personnes souffrant de dépression : "Le rendez-vous régulier donne une structure et agit contre le manque de motivation. De plus, la communauté a un effet fortifiant".

Levée d'alerte pour les réfractaires au jogging : d'autres sports comme la natation, la danse ou le yoga peuvent également aider à surmonter une dépression légère ou modérée, à condition de suivre un plan d'entraînement adéquat. Une étude norvégienne a même conclu que les arts martiaux d'Asie de l'Est avaient un meilleur effet que l'épuisement sur un vélo d'appartement. Le principe est le suivant : plus le sport est subjectivement perçu comme satisfaisant, mieux c'est.

L'entraînement d'endurance est aussi efficace que la pharmacothérapie ou la psychothérapie

Des études montrent que oui : Cela fonctionne. Selon la Société suisse de psychiatrie et de psychothérapie du sport, un entraînement d'endurance de 40 à 60 minutes trois fois par semaine pendant au moins dix semaines s'est même avéré aussi efficace qu'une pharmacothérapie ou une psychothérapie en cas de dépression légère à modérée.

Une équipe de chercheurs australiens recommande au moins trois séances d'entraînement par semaine de 30 minutes chacune, d'intensité modérée à forte, pendant au moins huit semaines.

Dans le traitement stationnaire des dépressions, un entraînement d'endurance plusieurs fois par semaine serait également judicieux en tant que thérapie complémentaire et présenterait un "effet positif significatif sur la symptomatologie dépressive".

Même dans le traitement de la schizophrénie, qui trouve souvent son origine dès le plus jeune âge, le sport peut faire des merveilles : La Société européenne de psychiatrie (EPA) a démontré dans une méta-étude une réduction des symptômes psychopathologiques de la schizophrénie lors d'une activité sportive régulière d'intensité modérée à élevée pendant au moins 90 minutes par semaine. Selon l'EPA, au moins 150 minutes d'exercice aérobie par semaine avec une identité modérée à élevée seraient efficaces pour le traitement thérapeutique des patients schizophrènes.

Le sport ne remplace pas la médication ou la thérapie

Les avantages de la thérapie par le sport et l'exercice physique sont évidents : non seulement elle est généralement moins chère que la médication, dont la recherche et la production sont coûteuses, mais elle permet également de réduire les effets secondaires des médicaments. De plus, un entraînement adapté par le médecin peut contrecarrer les effets secondaires d'un traitement médicamenteux - par exemple compenser la prise de poids due aux antidépresseurs. De plus, les psychologues supposent un effet positif du sentiment de contrôle de soi et de pouvoir après avoir surmonté le frein intérieur.

Et : la pratique du sport en tant qu'activité offre une distraction bien nécessaire des symptômes et des schémas de pensée autodestructeurs. Si les dépressifs se rappellent douloureusement leur maladie à chaque fois qu'ils avalent une pilule, le sport peut être à la fois une thérapie et un accomplissement.

Devrait-on donc à l'avenir prescrire des chaussures de course plutôt que des médicaments ? Ce n'est pas aussi simple que cela. "Il est dangereux de penser que le sport peut remplacer un traitement médicamenteux ou une thérapie", prévient Ulrich Hegerl, président du conseil d'administration de la Stiftung Deutsche Depressionshilfe. Selon lui, l'activité physique doit plutôt être pratiquée en complément d'un traitement.

Quand les médecins deviennent des entraîneurs de fitness

En effet, le sport en tant que thérapie n'a pas le même effet sur tout le monde. Et selon la condition physique de chacun, la thérapie sportive n'est pas exempte d'effets secondaires. "Si je souffre d'hypertension artérielle ou de troubles alimentaires, le sport peut avoir des conséquences négatives", explique le professeur Andreas Ströhle, directeur du service de psychiatrie à la Charité de Berlin.

Il est donc d'autant plus important que les malades n'arrêtent pas de leur propre chef de prendre des médicaments et ne cherchent pas leur salut uniquement dans la course en forêt. Au lieu de cela, il faut discuter des possibilités de thérapie sportive avec le médecin traitant ou le thérapeute et établir ainsi un programme sportif sous contrôle médical.

Ce qui est une chance pour les malades est un nouveau défi pour le personnel médical spécialisé. "Il ne suffit pas de dire aux patients : 'Vous devriez faire du sport pour traiter votre maladie'", explique Anne K. Swisher, médecin du sport américaine de l'université de Virginie-Occidentale : "Ce serait comme si l'on donnait à un patient 'simplement d'avaler quelques pilules' - aucun médecin sérieux ne le ferait".

Dans la pratique, cela signifie un grand écart difficile pour les médecins* et les thérapeutes*, qui sont tout à coup également sollicités pour la création d'exercices et de séances d'entraînement ou la gestion de l'entraînement. Et ce, malgré le goulet d'étranglement déjà fatal dans la prise en charge des maladies psychiques.

La dépression chez le physiothérapeute ?

En Bavière, des médecins intéressés par la course à pied ont pris les choses en main et ont mis en place des initiatives locales de course à pied pour les malades.

Dans toute l'Allemagne, un consortium de caisses d'assurance maladie et d'instituts de recherche étudie les possibilités de combler le déficit de soins psychologiques en Allemagne par des thérapeutes du sport*. Dans le cadre de formations, des scientifiques du sport* et des physiothérapeutes* sont formés pour être plus que de simples entraîneurs de fitness pour les patients souffrant de dépression.

"Cela prépare les thérapeutes de manière optimale à la prise en charge des patients. Par exemple, parler avec eux de ce qu'ils attendent de la thérapie - et de la manière d'atteindre cet objectif", explique le Dr Andreas Heißel de l'université de Potsdam, qui a participé à l'élaboration de la formation. Le personnel thérapeutique profiterait également de cette sensibilisation : "Il est important qu'ils reconnaissent et réfléchissent à leurs propres modèles de comportement. Cela les rend non seulement meilleurs, mais aussi plus satisfaits. Nous sommes surpris de voir à quel point les thérapeutes acceptent l'offre, s'ouvrent et s'impliquent".

Bulletin d'information éditorial ISPO
Où le secteur de l'outdoor partira lui-même à la découverte en 2018.
Le courage de prendre des risques, de partir à l'aventure ou tout simplement d'emprunter de nouvelles voies : Dans notre newsletter éditoriale ISPO - Perspectives of Sports & Outdoor, nous te présentons une fois par mois des aperçus passionnants du monde du sport. Inscrivez-vous maintenant !

Pour les personnes souffrant de troubles psychiques, des initiatives comme celle-ci sont avant tout une bonne nouvelle ! Ceux qui souffrent d'une dépression légère ou modérée ont une autre perspective de guérison dans les offres de thérapie sportive. La course à pied à elle seule n'est pas une panacée, mais elle peut rendre de précieux services aussi bien dans la prévention que dans la thérapie. Les personnes gravement dépressives restent certes tributaires d'un traitement conventionnel, mais elles profitent des capacités libérées par le sport.

Une chose est sûre : qu'il s'agisse d'une thérapie sportive, d'un traitement médicamenteux, d'une psychothérapie ou d'une combinaison de tous ces moyens, celui qui a décidé de suivre un traitement a déjà fait le pas le plus important.

Share article
Author:
Martin Jahns
Topics in this article