Sportbusiness // 10/23/2023

Surf Summit 2023: les défis à venir de l'industrie des sports de glisse en Europe

Image credit: Sam Wormwood/unsplash
Author:
Aude Penouty

À Seignosse, en France, l'Eurosima Surf Summit 2023 a réuni les acteurs des sports de glisse et les membres de la branche européenne de la SIMA (Surf Industry Member Association) pour surfer sur les vagues du changement dans le secteur. ISPO.com était également sur place et a prêté l'oreille à la conque des tendances.

Le Surf Summit 2023 de Eurosima s'est déroulé fin septembre à Seignosse, en France. Comme chaque année, les acteurs de la glisse et  les membres de la branche européenne de SIMA (Surf Industry Member Association) se sont réunis autour des thèmes brûlants de l’industrie du sport en Europe. Au programme, responsabilité sociétale des entreprises avec un focus développement durable, un angle gouvernance d’entreprise et gestion empreinte environnementale. Ainsi que la relation client, canal digital, innovation et design thinking, une table ronde sur le marché espagnol en expansion. Enfin, un point sur les obligations actuelles et réglementations à venir PEFCR et affichage environnemental européen. L’humain au centre des débats pour un leadership conscient, créatif et efficient, c’est ce que nous pouvons retenir de ce sommet. 

"Notre priorité est de réussir à affronter cette transition actuelle tout en demeurant attractif. Rester désirable pour la nouvelle génération, fédérer et exposer les bonnes pratiques dans notre industrie et d’autres secteurs est important." - Discours d'ouverture de Jean Louis Rodrigues, président de l’association Eurosima

Cet événement qui rassemble fournisseurs, distributeurs, détaillants, marques et communauté du surf, a la volonté de pérenniser le secteur des sports de glisse en Europe. Dans l'industrie du vêtement technique et de l'équipement, la demande des consommateurs change constamment. La durabilité n'est pas qu'un mot à la mode, c'est une nécessité.

Mental en or

Pour les athlètes de haut niveau, tête, émotions et performances sont liés. Ces sujets font partie intégrante des enjeux d’adaptation et d'incertitude dans la prise de décision et la résistance à la pression. Tout particulièrement dans le recrutement et la direction d’équipe. Parmi les interventions dédiées au sujet, celles de deux champions olympiques Grégory Mallet et Madeleine Malonga. Ces champions de natation et de judo ont partagé leur vécu et méthode pour transformer la pression en succès. Pour Grégory Mallet, la réussite personnelle n’est utile qu’au sein du collectif. Aujourd’hui, il utilise son expérience pour accompagner des leaders et sportifs de haut niveau. Et pour lui les périodes pré et post olympiques sont importantes. Selon Gregory, le bien être mental est un besoin vital sous estimé par les marques et les compétitions. L’enjeu est, par exemple, de préparer la communication avec l’athlète en période de préparation olympique. Pour les intervenants, dans le monde du travail tout comme dans le sport de haut niveau, les sentiments de confiance et de sécurité sont essentiels. 

"On ne retient pas les individualités, on retient le collectif, on retient la nation qui gagne. Et les individualités sont fières de représenter un collectif, un pays, une marque." - Grégory Mallet

Comment se positionner sur une année olympique ? C’est une des questions à laquelle ont répondu Madeleine Malonga et Anaëlle Malherbe. Respectivement, championne de judo pour l’une et psychologue du sport, préparatrice mentale à L’INSEP (Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance) pour l’autre. Avant 2019, 75% des consultations concernaient des cas cliniques. Seulement 25% étaient des sujets de performance. La professionnelle de l’INSEP qui accompagne Madeleine Malonga dans sa préparation aux JO de Paris, remarque un basculement de motivation de consultation. Le parallèle avec le monde de l’entreprise est tout trouvé : gestion bénéfice risque, concentration, émotion, prise de décision rapide. Selon elle: Le but est de maintenir un équilibre pour relever des challenges et cela demande un investissement à long terme. Selon les deux invitées, les enjeux de performance sont souvent liés à la santé mentale et l’hygiène entrepreneuriale passe par là. Le sens de l'engagement est une étape indispensable au succès de la mission car il engendre l’estime de soi et permet de se réinventer pour rester performant.  

 "Ouvrir les choses par rapport à la préparation mentale est le rôle des meneur et leader aujourd’hui." - Anaëlle Malherbe, psychologue du sport, préparatrice mentale à L’INSEP

Madeleine Malonga (à gauche) et Anaëlle Malherb (à droite) s'entretiennent de leur préparation olympique.

La santé, le cœur du leadership conscient

Au surf summit, la relation au travail a donné le ton de l’approche sociale et sociétale de la RSE. Mathilde Depaulis, la psychothérapeute spécialisée en thérapies cognitives comportementales et émotionnelles, a apporté un focus particulier sur l’intelligence émotionnelle pour gérer une équipe, un projet et faire monter les équipes en compétences. Passionnée de sport, elle a créé le podcast et la boîte à outils du programme Mouvement. Pour le Surf Summit, elle a proposé un atelier sur l’intelligence émotionnelle. Selon la professionnelle du soin, il est important de comprendre et d’utiliser ses émotions pour convertir la solitude du dirigeant, l’éco-anxiété ou les risques psycho-sociaux en réussite professionnelle. Ces leviers souvent ignorés dans la cohésion et la performance d’équipe, peuvent aussi prévenir de démissions silencieuses et son opposé démission fracassante qui atteignent parfois la réputation de l’employeur. La version B2B de son approche ludique et ancrée dans les problématiques concrètes du monde de l’entreprise, a déjà séduit plusieurs acteurs du sport. Avec eux elle travaille les objectifs de prise de décision améliorée, de gestion des conflits ou de communication. 

“L’intelligence émotionnelle est la capacité à reconnaître, comprendre, gérer et utiliser efficacement les émotions à la fois chez soi-même et chez les autres.” - Mathilde Depaulis, Psychothérapeute créatrice de la méthode Mouvement

En France il existe 28% de risque de burn out en entreprise et les situations de stress intense touchent 78% des travailleurs. Une meilleure gestion du stress et des risques psychosociaux, c’est le chemin de bataille Pierre Etienne Bidon. Il est le cofondateur de Moka Care, une entreprise qui se concentre sur les solutions de santé mentale dans le secteur B2B. Ils fournissent des services de détection et d'accompagnement au bien-être en entreprise. Selon lui, la vulnérabilité et la performance sont mises en parallèle dans la santé mentale. Il a présenté son approche basée sur l'équilibre gestion du temps, motivation et méthode. Son entreprise a par exemple accompagné la marque Volcom™ afin de préserver les équipes et le surmenage professionnel. Il est temps de changer de regard sur les leviers de performance, c’est son message. Tous ces outils répondent à de réels besoins face aux défis de recrutement et de ressources humaines. 

"Lorsqu'il est question de santé mentale, une chose est sûre : nous sommes encore trop démunis. En tant qu'employé, il est souvent difficile de se confier auprès de ses collègues ou de ses managers. Le sujet reste tabou et nous craignons d'être jugés.” - Pierre Etienne Bidon

Mathilde Depaulis, psychothérapeute spécialisée en thérapie cognitivo-comportementale et émotionnelle, et podcasteuse.

Le dialogue avec le client 3.0

Le comportement des consommateurs évolue à une vitesse vertigineuse, surtout en période de poly crise. Il est très complexe pour les marques de suivre et d’engager cette clientèle avec l’approche juste, le bon produit, la bonne innovation au bon moment.  Valérie Bossé et Patrick Beauduin, de l'entreprise innovante Maïeutyk™ France, ont présenté le paysage changeant du Client 3.0. Selon eux, c’est le moment d'engager un nouveau dialogue avec les consommateurs pour explorer leurs désirs en constante évolution. Pour comprendre comment cette dynamique plus horizontale peut jouer un rôle central dans l'industrie du textile et du surf, ils ont proposé une démarche H2H (Humain à Humain). D’après Patrick Beauduin, l’entreprise doit transformer sa valeur au-delà de son savoir-faire.

Car entre défiance envers les marques, manque de transparence et écoblanchiment, la réalité client dans la communication change. S'appuyant sur la déclaration de AG, Lafley - ceo procter & gamble, “ Le consommateur est maintenant le marketeur”, le monologue doit évoluer vers le dialogue et le marketing doit basculer son approche vers plus d’horizontalité. La gouvernance et une parole de marque contributive, pourraient aider à mieux cerner et séduire le client. Il existe un mouvement de la raison d'être: de la compétence à la cause. Avec un mélange de valeurs locales, solidaires et une conscience du bien être collectif, l’entreprise résiliente sera capable de conjuguer savoir faire et savoir être. Selon les fondateurs, les marques Rossignol™, ArticFoam™  et Patagonia™ sont des exemples à suivre. Elles ont su démontrer la sincérité de leurs propos avec engagement et transparence.

Le numérique, est une révolution culturelle, la crise bouscule tout, il est temps de réinventer la conversation.” - Patrick Beauduin, expert marketing et cofondateur de Maïeutyk

Le nageur Grégory Mallet lors du Surf Summit 2023.

Innovation produit à forte courbe d'adoption

Côté innovation, cette année le prix Eurosima pour l'innovation est attribué à Wetty Wetsuit™, et son fondateur Gregory Pelagahe. Leur produit Combinaison d'impact intègre des protections et offre une sensation de sécurité inégalée dans toutes les conditions de vagues, grâce à sa technologie de padding. Co-conçue avec Jérôme Sahyoun et Eric Rebiere, elle est fabriquée avec du latex naturel, de la colle à base d’eau et du néoprene Limestone™. Côté conférence, Florian Auger le fondateur et directeur de design de l’agence de Outercraft™ répondait à : Comment préparer les entreprises à rester compétitives à long terme en anticipant les attentes des futurs consommateurs ? Selon le designer, dérisquer l’innovation produit passe par : faire un gros travail de veille, explorer la théorie comportementale des consommateurs, développer des stratégies opérationnelles, s'inspirer d'exemples concrets de projets innovants. Au travers sa vision de la stratégie innovation produit et identité de marque, il met en parallèle le design thinking, les profils de la courbe d’adoption et le concept de projet pilote. Selon lui, la question cruciale est de savoir comment bâtir un avenir durable tout en maintenant une économie dynamique. Le studio Outercraft vient de remporter le prix design produit sport et loisir au Paris Design Awards pour le tapis de yoga de la marque Hercule Studio™. Côté hall d’exposition, la marque Oxbow™ présentait sa nouvelle combinaison extra flex en Yulex™. Rip Curl™ exposait la combinaison Flash Bomb Fusion avec des finitions 95% sans couture et sans zip grâce à une technologie de soudure à l’imperméabilité remarquable. Cette combinaison sans point dur ou presque est un produit plus facilement intégrable dans l’économie circulaire. Côté circularité, la société Ederrak™ a mis au point un accessoire de présentation et de rangement pour les planches. Ces modules en plastique recyclé et recyclable sont fabriqués en France. Design et utiles, ils permettent d’exposer les planches chez soi ou en magasin.

Moderniser pour décarboner

Comme le défend particulièrement Bertrand Piccard avec la fondation Solar Impulse, la modernisation des systèmes de pensées et d'opérations doit permettre de décarboner pas l’inverse. Pour argumenter ce sujet, Renaud Bettin VP climate action de chez Sweep™ a pris la parole pour démontrer que ce n’est pas un obstacle à surmonter ; c'est un avantage concurrentiel qui attend d'être exploité. Sweep est une entreprise visionnaire engagée dans la révolution environnementale sociale et de gouvernance (ESG) au travers un logiciel en tant que service, la gestion du carbone pour les entreprises. En s'appuyant sur des technologies de pointe, les standards internationaux (science based target, objectif développement durable, Iso 27001, gold standard ou CDP) et des méthodes innovantes, elle propose une gamme complète de services. Pour aider les organisations à réduire leur empreinte carbone et à progresser dans leurs objectifs en matière de durabilité, il faut mesurer l'impact de ce qui compte vraiment. Des achats à la fin de vie, le cycle de mesure doit inclure en plus des données légales obligatoires, une cartographie fournisseurs à impact, ce qui engage les fournisseurs, la transmission d'informations, la différence entre mesure monétaire et mesure physique. Mais aussi afficher les investissements externes et internes avec des données pour devenir une entreprise contributive. Un seul but: réduire et renoncer à ce qui n’est plus utile ou prioritaire. Par exemple : moins de matière avec des solutions d'éco-conception, faire moins et mieux en terme de facteur d'émission de gaz à effet, abandonner les matériaux dont l'utilisation n’est plus rentable sur un bilan carbone. Surtout renoncer à une communication parfaite, à l'authenticité informative pour augmenter le modèle économique d'utilisation circulaire ou ciblée car un produit zéro émission de carbone n’existe pas. 

“La décarbonation doit devenir un atout, une opportunité de réinventer le rôle de l’entreprise dans la société.” - Renaud Bettin, vp climate action Sweep

Des marques comme Roxy présentent leurs nouveautés au Surf Summit.

Le marché Européen entre performances et réglementations

Naviguer dans le labyrinthe de réglementations et de labels européens peut s'avérer difficile. Pour certains pays, dû à leur organisation de canaux de distribution et maturité de marché, il est plus complexe de garder une longueur d’avance. Une table ronde pour clarifier l’affichage environnemental de la zone Europe a réuni Alicia Boyano Larriba de la Commission européenne à Bruxelles, Steve Duhamel Responsable Empreinte Environnementale chez Lacoste™, Vanessa Montagne Directrice du nouveau régime collectif (REP) chez Ecologic™, Pascal Dagras du Ministère de la Transition Écologique et Etienne Crozet responsable conformité produit chez Rip Curl™. Autour de ces experts chevronnés Stéphane Popescu, fondateur de COSE 361™ et modérateur de cette table ronde, affirme qu’il est temps de garantir des produits répondant aux normes les plus élevées en matière de durabilité et de qualité. Évoluer de la simple déclaration vers une justification concrète passera par une méthodologie claire. Tandis que la France adopte une approche rigoureuse de la justification, l’Europe offre la possibilité de rester discret en ne partageant pas d'informations. Afin de prévenir des effets de rebond, il reste à confirmer une méthode pour évaluer les coûts environnementaux en harmonie avec l'analyse du cycle de vie et le PEF.  Pour l’Europe, un calendrier précis devrait être validé dans les mois à venir. Cela permettra la coexistence d'une présentation d'informations et d'initiatives préexistantes qui complètent les opérations. Selon les panélistes, la formule la plus efficace pour travailler l’empreinte environnementale serait un mix compatible d’outils interne et externe pour suivre la traçabilité les quantifications gaz à effet de serre et reporting environnemental social et de gouvernance. La marque Lacoste a partagé la cartographie fournisseur et les objectifs de leur programme baptisé “Elegance durable”. 

“Le sujet des datas à mobiliser ne concerne pas la taille mais la connaissance de sa chaîne de valeur. “ - Steve Duhamel , Responsable Empreinte Environnementale chez Lacoste

Une seconde table ronde était consacrée au deuxième marché européen de la glisse: la péninsule ibérique. C’est autour de Jean Louis Rodrigues que François Lassègue, directeur des ventes Europe Hoff ™ distribution, Inigo Iraola directeur Rip Curl Espagne et Diego Roy directeur Espagne & Portugal du groupe Liberated brand ™ ont proposé un examen approfondi du marché hispano-portugais. Ces pays très attachés au sport ont une approche plus transversale de la distribution, notamment avec un réseau de détaillant très présent. Grâce à leur culture outdoor et aux 8000 km de littoral, l'Espagne (incluant les Canaries) et le Portugal occupent une position particulière dans la glisse européenne. Alors que les détaillants et distributeurs de centre ville se concentrent sur les produits d’appel et grand public. Le tourisme y est très influent, les marques comme Pukas™, boutiques très spécialisées souvent associées aux écoles de surf ou de ski ont une place primordiale. Les marques internationales se développent aux côtés de grands distributeurs comme El Cortes Inglès™ ou Decathlon™  car le panier moyen reste bas et le prix premier critère d’achat. A propos de l'éco responsabilité, selon François Lassègue le consommateur est sensible au prix et au narratif de la marque. Ecoalf™ porte par exemple ces valeurs dans ses produits et sa marque. Pour tous les consommateurs la valeur d’un produit réparable avec une garantie est très forte, en particulier sur les combinaisons de surf et les produits à haute valeur ajoutée. 

“L’Espagne est un peu à la traîne sur les sujets de l'éco responsabilité et le rapport à une consommation plus consciente se joue sur la différence de prix. Ça va arriver sur notre marché.” - Diego Roy directeur Espagne & Portugal du groupe Liberated brand ™

Diego Roy (2e à partir de la gauche), directeur général Espagne & Portugal du groupe Liberated Brand™, en conversation sur les marques et la durabilité.

Surf summit 2023: Fédérer et explorer

C’est sur fond de festival Quiksilve​​r™ que s'est refermé le rendez-vous annuel des sports de glisse. Le Surf Summit 2023 était un voyage captivant à travers les défis et les opportunités de l’industrie du textile et du surf. Parfois ce sont les meilleurs athlètes qui montrent la voie de la transformation. Garder un avantage concurrentiel global, faire de la responsabilité des entreprises de l’industrie un atout d'innovation, d'adaptation et de bien être en entreprise. C’est avec cette vision que le sommet s’est clôturé. Pour Jean Louis Rodrigues, président de Eurosima, la priorité est de fédérer autour des bonnes pratiques et de ce qui se fait dans la glisse comme dans d’autres secteurs. Avec cette ouverture d’esprit, l’art s’invite à la fête puisque le street artiste Nils Inne, qui exposait son travail, a livré une performance artistique en direct utilisant un skateboard comme toile. Rester curieux et suivre le marché avec une implication authentique grâce aux outils innovants disponibles et aux prises de décisions inclusives des limites planétaires. C’est le récit que Eurosima souhaite façonner pour mieux accompagner ses membres. 

Nous souhaitions adresser les besoins et attentes de nos membres au travers des thématiques sociales, sociétales et environnementales. Parmi elles, la gestion des données, la traçabilité, la communication responsable, le e-commerce, les réglementations européennes, l’innovation… Il existe un besoin de technologie et de programme de gestion de la data pour accompagner une relocalisation en Europe, pallier la perte de compétences dans certains métiers et faire évoluer le secteur. “ - Christophe Seiller, cluster manager Eurosima

Share article
Author:
Aude Penouty
Topics in this article