Trouver l'équilibre // 11/13/2023

Quand les itinéraires individuels deviennent des sentiers battus

Image credit: James Kovin / unsplash
Porträt Jörg Heinrich
Author:
Jörg Heinrich

De la ville en ruines du Machu Picchu au Pérou au lac Schrecksee dans l'Allgäu, les influenceurs de voyage* sur Instagram ou TikTok ont une influence énorme sur les projets de vacances de leur public. Lorsqu'ils déclarent une destination "hot" dans le style "Lonely Planet" et postent des photos de rêve, il peut arriver que la planète y soit très vite, tout sauf lonely. Peut-on encore se permettre de partager ses spots préférés et de provoquer ainsi un overtourism ? Comment gérer cela avec précaution ?

Le partage, c'est l'entraide

Lorsqu'on découvre de belles choses, comme un lac de rêve dans les Alpes du Tyrol du Sud ou le meilleur gâteau au fromage à la mandarine du monde à Lisbonne, on aime les partager avec d'autres personnes. Car : "Sharing is Caring". Autrefois, ces conseils étaient transmis à la famille et aux amis. Aujourd'hui, ce sont des milliers d'abonnés Insta, voire plus, qui constituent le groupe cible. "De nombreuses personnes partent aujourd'hui en voyage uniquement ou principalement pour prendre la photo parfaite pour Instagram", explique Markus Pillmayer, chercheur en tourisme à l'université de Munich.

Le désir de partager ses découvertes est dans la nature de l'homme. Et finalement, Internet est justement fait pour cela : pour communiquer, pour échanger, pour se donner des conseils.

5 bonnes raisons de partager ses recommandations de voyage

  1. L'inspiration : On inspire les autres à visiter et à apprécier les endroits que l'on aime soi-même. Et on les aide à mieux planifier leurs voyages.
  2. Communication : On entre en contact avec des personnes qui partagent les mêmes intérêts et les mêmes passions. Au final, tout le monde profite des conseils et des recommandations. Ceux qui n'ont jamais visité un endroit s'y retrouvent beaucoup plus vite et ont plus de possibilités de profiter de leur séjour. Il se peut même que des amitiés en découlent – et la possibilité d'entreprendre le prochain voyage ensemble.
  3. Présentation : Celui qui est actif dans le domaine du voyage sur Insta & Co. peut démontrer ses capacités photographiques et narratives – et, dans l'idéal, se construire un pied lucratif en tant qu'influenceur* de voyage ou blogueur*.
  4. Soutien : Si le tourisme local reste sain et raisonnable, les influenceurs de voyage* peuvent soutenir les entreprises et les communautés locales, promouvoir la destination et ses offres, et contribuer ainsi au développement économique local. Cela vaut tout particulièrement pour les offres dans des régions plutôt isolées qui sont encore peu connues.
  5. Famille et amis : Les proches peuvent pratiquement voyager avec vous. Ils suivent presque "en direct" les expériences de vacances sur place. Et une histoire Insta dans laquelle le volcan Santiaguito au Guatemala bouillonne et crache de la lave en arrière-plan est infiniment plus passionnante pour les frères et sœurs, les parents ou les grands-parents à la maison sur le canapé qu'une carte postale qui n'arrivait qu'après des semaines.

L'objectif est de créer une nouvelle forme de tourisme

Mais aujourd'hui, les hotspots complètement envahis comme Hallstatt dans le Salzkammergut, le Pragser Wildsee dans le Tyrol du Sud ou Maya Bay en Thaïlande gâchent le plaisir de "Sharen et Caren". Dans cette dernière station thaïlandaise, des masses de touristes attirés par le film "The Beach" ont causé des dommages irréparables aux récifs coralliens locaux. De tels exemples des effets néfastes de l'overtourism existent dans le monde entier. C'est pourquoi l'expert Markus Pillmayer de Munich demande dans l'interview de la ZDF une "nouvelle forme de tourisme, dans laquelle les autochtones auraient davantage leur mot à dire et surtout leur mot à dire".

La baie Maya en Thaïlande est une destination populaire pour de nombreux touristes.

Les instagrameurs sont difficiles à informer

Instagram & Co. jouent un rôle décisif dans ce domaine. Le biologiste Henning Werth, qui effectue des recherches sur l'équilibre optimal entre la protection de la nature et le tourisme à l'Alpinium d'Obermaiselstein dans l'Oberallgäu, le "Zentrum Naturerlebnis Alpin", le sait bien. L'un des points chauds de la région est le Schrecksee, un pittoresque lac turquoise de haute montagne qui, les jours de pointe, est littéralement envahi par 900 visiteurs. Werth a constaté que les Instagrameurs et les TikTokies sont particulièrement difficiles à convaincre de changer de comportement : "Dans de très nombreux cas, les touristes Instagram ne sont pas des récidivistes. Ils viennent une fois et prennent leur photo. C'est pourquoi il est si difficile d'éduquer et d'informer ces personnes". Sur le terrain, le biologiste a déclaré à Bayerischer Rundfunk. Il est alors déjà trop tard : "En fait, on devrait déjà pouvoir atteindre ces personnes chez elles, sur leur ordinateur".

5 bonnes raisons de ne pas partager ses recommandations de voyage

  1. Protection contre l'overtourism : Si l'on pousse en ligne des destinations déjà surchargées, on attire encore plus de personnes et de touristes dans ces lieux – et on contribue à leur faire perdre leur charme et leur authenticité. Cela vaut également pour les destinations qui ne sont pas encore surchargées et qui sont alors considérées comme "hot" par Insta.
  2. Environnement : Le tourisme excessif peut causer d'énormes dommages à l'environnement local. Il s'agit notamment des dommages causés à la végétation piétinée, de l'augmentation de la pollution due aux déchets et aux émissions et de l'impact sur la faune.
  3. Le propre plaisir des vacances : Si l'on se concentre uniquement sur la recherche de l'endroit idéal et de la photo parfaite pour ensuite les poster, les vacances deviennent un travail. Profiter de l'instant présent, se réjouir et se détendre peut alors être complètement négligé. Et si l'on est déçu que la énième photo du lac Prags Wildsee ne recueille que quelques dizaines de likes, on se gâche soi-même le plaisir des vacances.
  4. Les droits d'auteur : Celui qui partage sur Instagram des photos très professionnelles qui génèrent des milliers de likes, risque de se faire voler ces images ou même de les revendre. Celui qui veut gagner de l'argent avec ses expériences de vacances devrait réfléchir très soigneusement où et comment il les partage avec qui - et ne pas poster les meilleures photos à la légère.
  5. Sécurité et protection des données : Si les influenceurs révèlent tous les détails de leur itinéraire et de leur planification de voyage, ils se rendent vulnérables. Cela peut être le cas pour les harceleurs ou pour les criminels sur place qui s'intéressent à l'équipement technique. Pour des raisons de protection des données, il n'est pas non plus nécessaire que tout le monde sache exactement comment se déroule un voyage et quelles sont les prochaines destinations prévues.

Des mains et des pieds pour lutter contre l'overtourism

Il existe désormais des milliers et des milliers de photos Instagram de hotspots comme Hallstatt, dans le Salzkammergut, qui rappelle surtout aux touristes asiatiques le décor de "La reine des glaces" de Disney. Si vous cherchez sur Insta des hashtags comme #Hallstatt ou #Hallstattaustria on y trouve désormais plus d'un million de contributions. La commune se défend bec et ongles contre le surtourisme et a entre-temps installé des murs en bois en guise de mesure d'autodéfense, afin d'obstruer la vue sur les motifs les plus populaires.

Une gestion intelligente des visiteurs s'impose

D'autres destinations en vogue comme le Pragser Wildsee limitent également l'accès en voiture, exigent des réservations en ligne pour les touristes d'un jour où restreignent la visite à certains jours de la semaine. Il suffit de regarder les chiffres du Tyrol du Sud pour comprendre la gravité de la situation. En 2022, environ 34,4 millions de nuitées ont été enregistrées pour 530 000 habitants*. Une gestion intelligente des visiteurs est donc nécessaire. Markus Pillmayer, chercheur en tourisme, part du principe que la ruée vers les montagnes va même s'intensifier : "Nous pouvons partir du principe que les événements météorologiques extrêmes dans le bassin méditerranéen vont probablement entraîner un déplacement des flux de voyageurs". Il plaide pour la "décroissance", pour une réduction saine du tourisme excessif, qui profiterait alors aussi bien aux personnes sur place qu'aux visiteurs.

Conseils pour les voyageurs responsables

Les influenceurs* de voyage intelligents et responsables comprennent que personne n'a besoin de plus de photos de Hallstatt ou de l'Allgäuer Schrecksee sur Instagram. Ils se concentrent sur de nouveaux lieux passionnants qui ne sont pas encore largement découverts, qui peuvent encore avoir besoin de soutien – et qui, espérons-le, ne seront alors pas, eux aussi, victimes de l'overtourism.

Respectez les lieux que vous visitez !

Celui qui respecte la règle la plus importante pour les influenceurs contribue à ce que cela n'arrive pas : Réfléchis à ce que tu publies – et sois conscient de l'impact de tes posts et de tes actions en ligne ! Les influenceurs* de voyage devraient en outre toujours inviter leurs fans et leur public à adopter un comportement responsable : Respectez les lieux que vous visitez et quittez-les dans l'état avec lequel vous les avez trouvés !

Les 5 meilleurs planificateurs d'itinéraires Outdoor

Les meilleurs conseils de voyage pour l'escalade, la randonnée, le vélo ou le ski de randonnée ne sont pas fournis par Instagram ou TikTok, mais par les planificateurs d'itinéraires pour les sportifs* et les fans d'activités de plein air. Ces applications vous mettront certainement sur la bonne voie.

Komoot, par exemple : Leader du marché et reconnu par Stiftung Warentest avec une note de 2,5, l'une des deux seules "bonnes" applications. L'accompagnement des randonnées et la planification des randonnées font encore un peu mieux avec une note de 2,4. Les cyclistes, les randonneurs et les coureurs profitent d'excellentes propositions d'itinéraires – et de la possibilité de s'orienter hors ligne dans les régions éloignées. (Pour iOS et Android, version de base gratuite, packs de cartes à partir de 2,99 euros)

Outdooractive : A obtenu les mêmes bonnes notes que Komoot lors du test. L'opérateur de l'Allgäu promet un "lien direct avec la plus grande communauté d'activités de plein air d'Europe". L'application offre un service complet pour la randonnée, le vélo ou le ski de randonnée – de la connexion Smartwatch au sentiment de sécurité que les personnes restées à la maison peuvent toujours suivre l'emplacement en direct grâce à la "BuddyBeacon". (Pour iOS et Android, version de base gratuite, packs de cartes à partir de 99 cents)

Strava : Chez le troisième grand acteur parmi les applications outdoor, c'est surtout l'idée de communauté qui est au centre, en plus des fonctions standard de suivi de la condition physique. Strava se considère quasiment comme un Instagram du fitness, un réseau social pour les sportifs* qui y partagent toutes leurs activités. De la course à pied au yoga, le choix est particulièrement vaste avec plus de 30 types de sport. (Pour iOS et Android, version de base gratuite, abonnements à partir de 10,99 euros)

Application Wikiloc pour la randonnée : La "Wikipédia pour les actifs" propose des millions de sentiers de plein air – et ce dans le monde entier pour environ 80 activités. Même les sports moins répandus comme le kayak sont représentés. Et il y a aussi une assistance pour les motards*. Le contenu est fourni par les membres de Wikiloc, qui mettent à disposition leurs randonnées avec des textes, des photos et des données GPS. (Pour iOS et Android, version de base gratuite, abonnements à partir de 4,99 euros)

Cartes de réalité 3D : L'application pour les randonneurs, les alpinistes et les cyclistes promet qu'elle permet de vivre son prochain voyage à la maison avant même de partir. En effet, les Alpes y sont représentées sur des cartes 3D photoréalistes. Il est ainsi possible de bien évaluer à l'avance le terrain, la nature des chemins et les exigences. Sur place, des fonctionnalités telles que des webcams en direct, des messages météo, des couches de pente ainsi que des cartes d'été et d'hiver propres garantissent une expérience en plein air sûre. (Pour iOS et Android Version de base gratuite, abonnements à partir de 4,99 euros)

Share article
Porträt Jörg Heinrich
Author:
Jörg Heinrich
Topics in this article