Trouver l'équilibre // 10/27/2023

La neuro-athlétisation : un gamechanger ou un entraînement placebo ?

Image credit: Hal Gatewood/unsplash
Author:
Sebastian Taprogge

Cette méthode d'entraînement spéciale met l'accent sur le système nerveux et vise non seulement à améliorer les performances, mais aussi à accélérer la rééducation après une blessure ou à la prévenir. Mais quelle est l'efficacité réelle de la neuroathlétisation ? Est-ce le gamechanger dans le sport de haut niveau ou plutôt un canular dans la théorie de l'entraînement ?

C'est avec plaisir que nous nous souvenons des Championnats d'Europe d'août 2022, lorsque Gina Lückenkemper a sprinté en 10,99 secondes pour remporter le titre de championne d'Europe. Ceux qui étaient présents au stade olympique de Munich à l'époque peuvent s'estimer heureux. Ce fut une expérience particulière et une course phénoménale de la reine allemande de l'athlétisme. Avec ses huit dernières foulées, Lückenkemper a rattrapé 1,5 mètre sur la Suissesse Mujinga Kambundji, qui était jusqu'alors en tête, et l'a finalement dépassée dans la photo-finish. Devant son public, Gina Lückenkemper a livré la marchandise et fait preuve de sang-froid. Ce qui, dans le langage courant, désigne en fait un état d'esprit mental, peut toutefois être interprété différemment chez la jeune femme de 26 ans. Gina pratique la neuro-athlétisme depuis de nombreuses années et a suivi l'enseignement de Lars Lienhard.

Un pionnier cherche la mise à jour logicielle adéquate

Depuis plus de dix ans, le scientifique du sport Lienhard s'intéresse de près aux liens et aux interactions entre le cerveau et les mouvements. Il en résulte une forme spécifique d'entraînement du cerveau et des nerfs. C'est ce qu'il appelle la neuro-athlétisme. Dans notre pays, Lienhard est considéré comme un pionnier dans ce domaine. De plus en plus de sportifs lui font confiance, comme l'as du tennis Alexander Zverev, le footballeur Serge Gnabry ou encore Gina Lückenkemper.

La neuro-athlétisme est né aux États-Unis. Le sujet y est à l'ordre du jour depuis quelques décennies déjà. C'est le Dr Eric Cobb qui a véritablement lancé le sujet au début des années 2000. Ce chiropraticien américain a été le premier à intégrer les connaissances de la neurologie fonctionnelle dans l'entraînement athlétique classique et à développer ainsi de nouvelles méthodes d'entraînement. De nombreux athlètes américains* ont dès lors fait confiance à sa méthode. La star de la NBA LeBron James a également eu un neuro-docteur à ses côtés lorsqu'il jouait pour le Miami Heat (2010-2014). Eric Cobb transmet aussi son savoir dans le cadre de formations, l'un de ses premiers élèves étant Lars Lienhard. "Selon la théorie classique du mouvement, la force est un attribut physique et son contrôle par le système nerveux central ne joue qu'un rôle secondaire. Mais ce n'est pas vrai, car les muscles n'exécutent que les mouvements que le cerveau leur demande de faire", explique Lienhard. C'est pourquoi le contenu central de la neuro-athlétisme réside dans l'observation du cerveau. L'approche est la suivante : comment peut-on modifier ou influencer de manière ciblée la commande dans le cerveau – par exemple par des informations de qualité suffisante provenant des organes sensoriels ? Lienhard veut savoir où se situe le problème dans le "logiciel" du cerveau et à quoi peut ressembler une mise à jour individuelle. Mais cela fonctionne-t-il vraiment ?

Les nerfs peuvent être entraînés

Vera Abeln fait des recherches à l'Institut des sciences du mouvement et des neurosciences de l'Université allemande du sport de Cologne sur les effets de l'exercice sur le cerveau. Dans ses recherches, le Dr Abeln s'intéresse en premier lieu à la manière dont le mouvement peut être utilisé pour influencer positivement le cerveau. Les influences négatives sur notre cerveau dues au manque d'exercice font également partie de ses recherches. "Le cerveau est très intelligent. Si quelque chose est davantage utilisé ou prend de l'importance, notre cerveau s'adapte à long terme. Des modifications plastiques permettent alors aux processus de se dérouler de manière plus économique ou plus efficace", explique la scientifique du sport. Les nerfs peuvent par ailleurs être entraînés. "De nouvelles cellules nerveuses ou des connexions neuronales entre cellules peuvent être créées, ce que l'on appelle la neurogenèse. La vitesse de transmission ou la quantité de substances messagères qui transmettent des signaux peut également être optimisée par un entraînement fréquent", explique le Dr Abeln.

La neuro-athlétisation est aussi arrivée dans le football

L'ancien footballeur professionnel Jan-Ingwer Callsen-Bracker l'a appris à ses dépens. Le défenseur central a été le premier à pratiquer la neuro-athlétisme en Bundesliga. Après l'entraînement de l'équipe, il faisait régulièrement une séance supplémentaire au FC Augsbourg. Entraînement des yeux, entraînement de l'équilibre, étirement des nerfs. Au début, il suscitait un grand scepticisme et faisait rouler les yeux de ses coéquipiers. Plus tard, ils ont été de plus en plus nombreux à lever les yeux au ciel avec Callsen-Bracker. "Après une blessure au début de ma carrière, j'ai eu pendant longtemps des schémas de compensation qui ont entraîné des problèmes musculaires récurrents. Le contact avec l'entraînement neurocentrique a alors été un tournant pour moi. Je suis devenu plus fort, plus souple et moins douloureux. Mes performances se sont nettement améliorées en raison de la qualité accrue de mes mouvements", explique Callsen-Bracker. Après sa carrière active, Callsen-Bracker s'est complètement immergé dans le sujet et a suivi une formation continue dans le domaine de la neuro-athlétisme. Entre-temps, il s'occupe de ce domaine en tant qu'expert auprès de la Fédération allemande de football, il conseille et entraîne les équipes nationales allemandes des catégories A et U. Il est également responsable de l'entraînement de l'équipe nationale de football.

La recherche scientifique est proche de zéro

Les études en neuro-athlétisme sont quasiment inexistantes et il n'existe à ce jour aucune base factuelle sur laquelle s'appuyer en neuro-athlétisme. Cela s'explique d'une part par le fait que le terme créé par Lienhard est encore relativement récent. D'autre part, la neuroathlétisme comporte des aspects qui existent déjà dans d'autres formes d'entraînement ou qui sont menés sous d'autres termes comme la direction de la conscience, l'attention visuelle ou la capacité d'anticipation. Le Dr Vera Abeln sait pourquoi la recherche est si en retard dans ce domaine : "Pour pouvoir réellement faire des déclarations valables sur les effets de la neuroathlétisme, il faudrait pouvoir observer les processus qui provoquent des changements dans le cerveau pendant un mouvement. En raison des artefacts de mouvement dans le sport, cela n'est pratiquement pas possible avec une IRM et seulement de manière très limitée avec un EEG. De plus, la méthodologie nécessite de très nombreuses répétitions dans des conditions presque identiques. C'est la raison pour laquelle il n'existe actuellement bientôt aucune base de données valide. Mais le fait est que toute pratique intensive entraîne des changements plastiques dans le cerveau et que les processus sont optimisés. Il n'y a donc fondamentalement rien de faux dans ce concept". On ne peut donc pas – encore – répondre à la question de savoir quels sont les effets prouvés de la neuroathlétisation sur les athlètes*.

Pas de formation toute faite, des experts sont indispensables

La neuro-athlétisme est de plus en plus utilisée dans la rééducation et la thérapie. Dans le sport professionnel, il s'agit souvent de procéder à des réglages fins, d'obtenir le petit "plus" de performance, de donner de nouvelles impulsions ou d'atténuer les douleurs et les problèmes qui surviennent à la suite de blessures. Tant que de plus en plus d'athlètes de haut niveau* font état d'effets positifs et que de plus en plus de fédérations et de clubs s'ouvrent à la neuroathlétisation, Lars Lienhard ne semble pas se tromper avec son concept. Mais il est également clair que la neuroathlétisme présuppose une anamnèse individuelle et une recommandation spécifique. Il ne s'agit pas d'un entraînement prêt à l'emploi, des experts et un suivi intensif et continu 1:1 sont ici indispensables. Le Dr Vera Abeln peut s'imaginer qu'il existe des effets - mal appliqués - dans lesquels la neuroathlétisation n'est pas efficace. "Prenons par exemple la peur de se blesser à nouveau. Celle-ci peut entraîner des tensions dans le muscle, ce qui n'est pas utile au mouvement, voire le gêne. En neuro-athlétisme, il s'agit alors de traiter ces états de peur et d'influencer la direction de la conscience. Mais je peux tout à fait imaginer que cela fonctionne aussi dans l'autre sens. Si je travaille consciemment avec quelqu'un sur la prise d'informations et l'évaluation des situations, il est possible d'aggraver ou de réveiller quelque chose qui n'existait pas auparavant", suppose le Dr Abeln.

L'été prochain, les Jeux olympiques d'été auront lieu à Paris. Gina Lückenkemper veut y montrer à nouveau qu'elle n'est pas seulement forte nerveusement, mais qu'elle a aussi des jambes sacrément rapides. Sa première médaille olympique serait un énorme succès. Alexander Zverev veut lui aussi briller à nouveau à Paris et défendre son titre de Tokyo. C'est au plus tard à ce moment-là que la neuro-athlétisme gagnera encore en importance.

Share article
Author:
Sebastian Taprogge
Topics in this article