Author:
Martina Wengenmeir

Atteindre un niveau supérieur en trail running

La tête sur le cœur : la tendance de l'entraînement en neuro-athlétisme prend feu

Les impulsions musculaires commencent dans le cerveau. Notre tête est donc un facteur important pour la performance sportive. En tant qu'entraîneur de neuro-athlétisme, Lars Lienhard améliore les performances des sportifs de haut niveau grâce à des exercices à la fois simples et fous. Ses astuces peuvent également être utilisées dans les sports d'endurance.

Atteindre un niveau supérieur en trail running grâce à l'entraînement neuro-athlétique

Toutes les informations que nous recevons en faisant du sport sont traitées par le cerveau. Tous les mouvements, qu'ils soient inconscients ou conscients, sont contrôlés par le cerveau. En principe, il est donc logique d'entraîner également les zones du cerveau qui en sont responsables. Lars Lienhard c'est exactement ce qu'il fait. Il est le leader allemand en matière de expert en neuro-athlétismeIl a publié plusieurs livres sur le sujet et s'est entraîné avec des athlètes de haut niveau* comme la championne d'Europe de sprint Gina Lückenkemper, le champion olympique de tennis Alexander Zverev ou des footballeurs professionnels comme Serge Gnabry ou Per Mertesacker.

Entraînement neuro-athlétique : mise à jour du logiciel pour le cerveau

L'entraînement neuro-athlétique, ou NAT, s'intéresse aux tâches que le cerveau effectue pendant le sport, c'est-à-dire à ce que le cerveau doit être capable de faire pour exécuter des mouvements. Le terme est composé de "neuronal" et "athlétisme" et relie l'interaction entre les voies nerveuses et le corps.

Lars Lienhard, expert en neuro-athlétisme et entraîneur, parle également du "logiciel du corps" qui doit fonctionner pour que la performance sportive puisse être réalisée : "Quelles sont les exigences qu'un sport ou un mouvement impose aux composantes de l'athlète qui contrôlent le mouvement ? S'agit-il de problèmes physiques ou avons-nous un problème de logiciel, c'est-à-dire au niveau du cerveau ? C'est ce que je dois d'abord découvrir". Dans ce contexte, différentes zones du cerveau sont responsables de différentes formes de mouvements, mais aussi de la coordination et du sens de l'équilibre. Les résultats physiques sont non seulement la force et la vitesse, mais aussi les symptômes de douleur et les blessures en cas de déficits.

L'entraînement neuro-athlétique tente de surmonter les déficits dans la transmission des informations au cerveau

Fonction principale du cerveau : la survie

"En premier lieu, notre cerveau veut une chose : survivre. Le problème fondamental des efforts d'endurance est avant tout un élément : cela devient fatigant". Lars Lienhard explique ensuite en quoi cela constitue un problème : "Tu n'es performant que si ton cerveau se sent en sécurité. Il essaie constamment de juger : Dans quelle mesure ce que je suis en train de faire est-il sûr ? Car si je m'épuise au point de rester couché pendant trois jours, je suis nourri. Je ne pourrai alors plus m'enfuir". Ainsi, moins le cerveau se sent en sécurité lors d'une activité sportive, plus la volonté et la force de caractère deviennent importantes pour continuer. Notre instinct primaire, également appelé "cochon intérieur", détermine par conséquent dans quelle mesure nous restons en dessous de notre limite d'effort, par exemple lors d'un jogging.

Pour évaluer la situation, le cerveau évalue en permanence les informations qu'il reçoit du corps et de l'extérieur. Selon le NAT, c'est là qu'il faut agir et influencer, par exemple pour retarder les symptômes de fatigue dans les sports d'endurance. Pour simplifier, on peut dire que l'input pour le cerveau influence l'interprétation et finalement l'output.

Le cortex insulaire du cerveau est responsable de la résistance aux situations physiquement désagréables. Selon Lienhard, il est prouvé que l'élite de l'endurance ainsi que les soldats* obtiennent d'excellentes valeurs dans ce domaine. "Les meilleurs coureurs d'endurance du monde sont ceux qui peuvent dire : Tu ne meurs pas encore !" Ils auraient appris à évaluer et à apprécier les informations différemment. Pour cela, les athlètes* se basent sur les expériences qu'ils ont faites. On peut en outre entraîner le cortex insulaire par des exercices de respiration, par exemple en inspirant d'un seul côté, en différenciant les sons ou en entraînant l'équilibre et en se concentrant sur des perceptions de l'intérieur du corps, comme la sensation de son propre cœur ou de son pouls.

Développer la conscience de son corps : Sentir son pouls est un exercice NAT pour améliorer ses performances

Particularité : Trailrunning

Chez les meilleurs athlètes du monde*, la dernière étape de la course à pied ressemble à la première. La bonne technique de course s'exécute également sous la fatigue et permet en outre de la faire intervenir plus tard. Le principe est le suivant : plus la technique est efficace, plus la fatigue se fait sentir tard. Lienhard considère cela comme un facteur important, en particulier pour le trail running, où différentes charges agissent sur le corps : une charge concentrique élevée, positive-dynamique ou de dépassement en montée, ainsi qu'une charge excentrique élevée, donc négative-dynamique ou de compensation en descente. Ces différentes tâches sollicitent donc également différentes voies qui transportent les informations vers le cerveau et peuvent être entraînées. De même, elles influencent l'entraînement technique, par exemple pour prévenir la fatigue.

En course à pied, la transmission de la force au sol est également importante. En effet, c'est là que le pied doit compenser pour stabiliser la jambe et le reste du corps. Tout ce qui manque à cet endroit en termes d'informations pour le cerveau entraînera plus rapidement la fatigue. C'est pourquoi Lienhard qualifie un entraînement de la cheville de bon exercice de départ, surtout pour le trail running. Au préalable, il recommande d'éliminer le stress mécanique sur le nerf sciatique par des exercices d'étirement. Il conseille en outre un entraînement à la relaxation et à la tolérance à la douleur.

La cheville est une source de feedback importante pour le cerveau pendant la course.

Exercices de neuro-athlétisme : Alterner respiration, strabisme, langue sortie

Le NAT a donc pour objectif d'éliminer les incertitudes dans le cerveau à l'aide d'exercices et d'améliorer la transmission d'informations provenant de différentes régions du corps.

Les exercices utilisés ont souvent l'air un peu étranges ou fous. Ou alors comme s'ils n'avaient absolument rien à voir avec le sport. Ainsi, lors de conférences, Lienhard présente volontiers un transparent sur lequel les mots rouge, vert, noir ou bleu sont colorés dans un tout autre ton. Les auditeurs* doivent lire le mot écrit sans se laisser perturber par la couleur de l'écriture. Le roulement des yeux, le strabisme et autres entraînements visuels font également partie du répertoire. Tout comme le fait de tirer la langue le plus loin possible, de la rouler ou de toucher certains points du palais. La raison en est que tant les yeux que la langue font appel à certaines zones responsables du mouvement.

Mais la question de savoir si les déficits peuvent être minimisés par les méthodes d'entraînement neuro-athlétique est scientifiquement controversée. L'entraîneur Lienhard le reconnaît également. Néanmoins, ses méthodes d'entraînement semblent être au moins un élément constitutif du succès des sportifs* qu'il encadre.

Vivez l'OutDoor by ISPO 2023
Nous nous réjouissons de vivre à nouveau avec vous l'esprit de l'OutDoor by ISPO en 2023. Save the date : du 04 au 06 au MOC - Event Center Messe München.
Share article
Author:
Martina Wengenmeir