INTERVIEW | 10/12/2022

Un hiver incertain : "Les commerçants ont thésaurisé tout ce qu'ils pouvaient"

Alexandra Denker, ISPO Community Managerin
Author:
Martin Jahns

Alexandra Denker est community manager chez ISPO et responsable des secteurs Snowsports et Bike. Dans la série "People of ISPO", elle parle de sa passion pour le snowboard, d'une Anna Gasser impressionnante, de vents contraires pour les sports d'hiver et de l'hiver d'incertitude qui s'annonce face à la situation tendue de l'énergie et de la chaîne d'approvisionnement.

ISPO.com : Comment es-tu arrivée à la foire de Munich ?
Alexandra Denker : Cela fait maintenant trois bonnes années que j'y suis. J'ai toujours utilisé ISPO Munich en tant que visiteuse, car je viens du secteur des sports d'hiver. Avant, j'organisais des événements de sports d'hiver dans les Alpes pour une agence à Graz. ISPO Munich a toujours été un point fixe dans le calendrier de la saison. On y rencontre ses partenaires, des magazines, des coopérations et des marques, on y puise de l'inspiration sur les nouveautés du marché - et les soirées ne sont bien sûr pas en reste.

Puis je me suis retrouvée à Munich. Je me suis demandé : où vais-je continuer à organiser des événements ? J'ai toujours été fascinée par cette tâche qui consiste à tirer le meilleur parti d'une salle vide. Je suis donc passé de l'autre côté et depuis, je peux pousser moi-même les stands dans tous les sens.

Vivez l'OutDoor by ISPO 2023
Nous nous réjouissons de vivre à nouveau avec vous l'esprit de l'OutDoor by ISPO en 2023. Save the date : du 04 au 06 au MOC - Event Center Messe München.

Tu dis qu'auparavant, tu as toi-même participé à l'organisation d'événements de sports d'hiver. Quel événement de sport d'hiver t'a particulièrement impressionné ?
L'organisation du Pleasure Jam a été pour moi un grand moment sportif à caractère compétitif. Il y avait toujours de grands riders du domaine du freestyle. Voir Anna Gasser gagner m'est resté en mémoire.

Alexandra Denker se passionne pour l'organisation d'événements sportifs

"Il faut toujours qu'il y ait une montagne"

Quels autres événements de sports d'hiver ont été particuliers pour toi ?
Les ouvertures de glaciers étaient toujours très spéciales. Lorsque la communauté se réunissait sur le glacier du Kaunertal, par exemple. Aujourd'hui, je porte un regard critique sur ces événements. C'était absurde d'être déjà sur un glacier à cette période de l'été et de skier sur un glacier alors que tout le monde sait que celui-ci va fondre dans les années à venir.

C'est pourquoi, lorsqu'il y a de la neige fraîche qui ne vient pas du canon, c'est désormais mon moment fort de la saison. Ce que je préfère, ce sont les grandes journées de neige profonde où l'on skie indéfiniment dans la poudreuse et où l'on trace ses lignes jusqu'à ce que les jambes ne nous portent plus.

Quels sont les sports que tu préfères pratiquer toi-même ?
Je fais principalement du snowboard. Avant, j'étais surtout actif dans les snowparks. J'y organisais aussi des contests pour la relève et des coachings pour les filles. Mais ces dernières années, je me suis tournée vers le splitboard. Maintenant, mon équilibre consiste à gravir la montagne par mes propres moyens, puis à skier en dehors des pistes, à connaître le terrain et à acquérir des connaissances en matière d'avalanches. En été, je fais surtout du VTT ou de la randonnée en montagne. Il y a toujours une montagne qui m'accompagne.

As-tu déjà fixé des objectifs sportifs pour le futur proche ? Est-ce que tu veux atteindre un sommet particulier ?
Je n'ai encore rien planifié. Mais à chaque début de saison, c'est toujours passionnant de voir où en est sa propre condition physique et de tâter le terrain pour savoir jusqu'où on peut aller. Lorsque j'ai franchi pour la première fois les mille mètres de dénivelé en splitboard, c'était pour moi une belle performance dont j'étais extrêmement fier. Je dois voir cet hiver si je peux y revenir et continuer sur cette lancée.

Alexandra aime passer son temps libre loin du stress du salon, en montagne, sur son splitboard.

"Je regarde toujours les skieurs avec envie".

Où préfères-tu faire tes tours de vélo ?
Principalement dans le bike park. Je me laisse tranquillement hisser par les remontées mécaniques et j'affine ensuite mes techniques de virage et de saut. Il peut aussi y avoir des tapis de racines et des pierres entre les deux. Les parcours de bike park faciles à avancés sont ma spécialité.

Quelle est l'évolution des sports d'hiver et du cyclisme de ces dernières années que tu apprécies personnellement dans ta pratique sportive ?
En splitboard, il est toujours intéressant de voir que les choses deviennent plus faciles et plus simples. Plus l'équipement est léger, plus c'est amusant. Je regarde toujours avec envie les skieurs, où le développement a été plus rapide et où l'on doit transporter peu de poids. Il existe des systèmes qui fonctionnent pour rendre les splitboards plus légers et plus maniables, mais les choses peuvent encore évoluer. Mais d'une manière générale, le splitboard est de plus en plus apprécié, y compris dans mon entourage. On est plus attentif en montagne, on gagne soi-même ses mètres de dénivelé. Cette demande accrue donnera une nouvelle impulsion au splitboarding à l'avenir.

Et à vélo ?
En VTT, on ne peut pas éviter le vélo électrique. Au début, je le regardais d'un œil critique, mais entre-temps, je comprends tout à fait pourquoi les gens montent dessus et partent faire un tour sans se compliquer la vie pendant la pause de midi. C'est ce que j'ai fait entre-temps sur les Isartrails. Une belle évolution dans ce domaine !

Qu'est-ce qui te passionne en dehors du sport ?
Je m'engage bénévolement dans l'association Quartiermeister e.V. à Munich, où je milite pour une économie plus juste. Dans ce cas, l'exemple de la bière. Quartiermeister est une société à responsabilité limitée qui brasse des bières dans les environs de Munich. Chaque bière vendue permet de soutenir des projets sociaux dans la région. L'association s'occupe, en tant qu'instance indépendante, de veiller à ce que le soutien parvienne aux bonnes initiatives.

En été, on retrouve volontiers la sportive dans divers bikeparks.

"La grande question est bien sûr : à quoi ressemblera l'hiver ?"

Dans ton travail, tu as affaire à la branche des sports d'hiver et à celle du vélo. Soyons honnêtes : quelle est la communauté la plus décontractée ?
J'aime bien les deux. Quand on pratique soi-même le sport, on a bien sûr une base commune plus personnelle. Les deux groupes sportifs sont aussi détendus et accessibles l'un que l'autre. J'apprécie totalement l'enthousiasme pour le sport. Et on remarque qu'il n'y a plus depuis longtemps cette mentalité de camp du genre "je suis un pur vététiste". Les gens sont plus saisonniers. En été sur le VTT, en hiver sur la planche - mais aussi ouverts à essayer le ski de randonnée. J'ai l'impression que les frontières entre les sports s'estompent.

Quels sont les sujets qui préoccupent particulièrement tes clients des sports d'hiver et du vélo avant l'ISPO Munich ?
La grande question est bien sûr : à quoi ressemblera l'hiver ? Actuellement, les stocks sont pleins. Les commerçants ont stocké tout ce qu'ils pouvaient. En raison de la thématique de l'énergie, il règne une grande incertitude avant l'hiver prochain. Les remontées mécaniques peuvent-elles fonctionner ? Seront-ils approvisionnés en gaz ? Comment leur importance systémique est-elle évaluée ? A cela s'ajoutent les problèmes de la chaîne d'approvisionnement, de sorte que la marchandise n'est parfois même pas disponible. C'est une vision incertaine de l'avenir. Mais j'ai bon espoir que les choses s'améliorent en 2023, notamment parce que le secteur pourra encore mieux profiter des effets positifs de la nouvelle date d'ISPO Munich au début de la saison d'hiver.

Sinon, le thème de la durabilité continue de préoccuper de nombreuses marques. Il y a des développements plus ou moins importants, par exemple dans le domaine du recyclage ou du fartage écologique. C'est précisément ce type d'initiative qui doit exister, sinon les critiques à l'égard des sports d'hiver pourraient devenir plus fortes. Que ce soit pour des questions de production de neige, de longs trajets ou d'approvisionnement en énergie. Comment les sports d'hiver peuvent-ils veiller à ce que la nature soit détruite le moins possible pour pouvoir finalement en profiter ? Je pense que la manière dont l'industrie et les marques individuelles gèrent cette empreinte écologique sera également un sujet passionnant à l'ISPO Munich.

Outre le sport, le thème de la durabilité tient particulièrement à cœur à la community manager.

Sustainability Hub comme point de contact pour la durabilité

Le Sustainability Hub, que tu co-organises, est un point de contact à l'ISPO Munich. En quoi consistera-t-il exactement ?
Le Sustainability Hub a une très longue histoire à l'ISPO Munich. C'est notre lieu pour présenter des initiatives, des associations, des projets et des idées qui font bouger les choses en matière de durabilité. Ces mesures sont présentées en dehors d'un stand de marque. Cette formule est particulièrement bien accueillie, car elle invite à se rencontrer et à échanger sur un terrain neutre. C'est un grand creuset pour de nombreuses bonnes idées. Elles sont présentées en toute simplicité dans un cadre restreint. Il suffit par exemple d'une affiche. L'obstacle financier est donc particulièrement faible. Le tout est organisé par notre partenaire Greenroom Voice.

Y a-t-il un thème général pour le Sustainability Hub à l'ISPO Munich 2022 ?
Les thèmes principaux du Sustainability Hub de cette année sont la transparence et la traçabilité. Ces deux thèmes sont particulièrement importants pour l'industrie en raison des problèmes actuels de la chaîne d'approvisionnement et de la future loi sur la chaîne d'approvisionnement. Tous ceux qui réfléchissent à ce sujet et qui ont développé de nouvelles idées sont invités à participer et à exposer ici. Des visites quotidiennes seront organisées. En outre, nos partenaires offriront leur savoir-faire pour la mise en œuvre concrète.

Autre nouveauté : le Sustainabilty Hub, qui se trouvait habituellement dans les halls Outdoor, sera désormais installé dans le Future Lab, au cœur du salon.

Vivez l'OutDoor by ISPO 2023
Nous nous réjouissons de vivre à nouveau avec vous l'esprit de l'OutDoor by ISPO en 2023. Save the date : du 04 au 06 au MOC - Event Center Messe München.
Share article
Author:
Martin Jahns
Topics in this article