7

Compétences que tu peux apprendre en courant

LISTICLE | 09/21/2022

Courir est simple. Le mouvement le plus simple qui soit. Un pas devant l'autre. Tu as besoin de peu d'équipement, de peu de temps et de peu de connaissances (certains diront même de peu de talent). Et pourtant, cela vous donne plus que vous ne le pensez. Rien que 10 minutes de course suffisent, selon une étude, à être plus heureux et à stimuler les performances du cerveau. Mais ce n'est pas toujours facile et il y a donc mille choses que tu apprends en courant. J'en ai sept pour toi.

Tu peux apprendre ces compétences en courant

  1. Tu peux faire plus que ce que tu crois !
  2. Respirer et prendre un nouveau départ
  3. Atteindre de grands objectifs
  4. Travailler de manière ciblée
  5. Être flexible
  6. Quand les choses deviennent sérieuses, tu as déjà fait le plus dur
  7. Se faire plaisir

Courir est bon pour toi et pour ta santé. En effet, ce n'est plus un secret depuis longtemps que la course est une bonne chose non seulement pour ta forme physique, mais aussi pour ton mental. santé. Si en plus tu en retires quelque chose pour ton quotidien, tu ne peux qu'en profiter !

1

Tu peux faire plus que ce que tu crois !

Les débutants en course à pied*, en particulier, n'ont pas beaucoup confiance en eux. Courir, c'est difficile ? Ouf, c'est fatigant. Mais ce n'est souvent qu'une question de rythme. Quelqu'un qui commence à courir et qui se force à démarrer extrêmement lentement se félicitera dès le premier entraînement d'avoir fait beaucoup plus de progrès que prévu.

Et même chez les plus avancés, on constate toujours qu'avec un plan, de la patience et la bonne course, on peut faire beaucoup plus que ce que l'on pensait. C'est ainsi que même les débutants tardifs obtiennent des succès inespérés.

2

Respirer et prendre un nouveau départ

C'est le mélange qui fait le succès ! En courant, tu réalises beaucoup plus vite et plus clairement qu'au travail ou dans la vie quotidienne à quel point les pauses sont importantes. Si tu ne fais que courir à fond, tu seras fatigué, épuisé et tu te blesseras ou tu prendras froid.

Dans ce cas, il ne sera pas possible d'atteindre le prochain objectif. Il est donc important de s'accorder des pauses et de les planifier activement. La périodisation est de mise, c'est-à-dire la planification consciente de la charge et de la décharge.

Cela vaut pour le sport de haut niveau comme pour le sport de loisirs, et bien sûr pour tous les autres domaines de la vie. Un exemple pour quelqu'un qui court trois fois par semaine serait par exemple : Faire une course d'endurance décontractée, une course d'endurance longue et un effort d'intensité élevée. Avec à chaque fois 1 à 2 jours de pause ou un autre sport entre les deux. Cela permet d'avoir des phases de régénération et du temps pour s'adapter.

3

Atteindre de grands objectifs

Le sport d'endurance est toujours une question de tête. Lorsque tu commences ton entraînement et que tu as décidé de faire quelque chose de nouveau ou même de courir une compétition, tu ne sais jamais ce qui va se passer. Tout ce que tu sais, c'est que ce sera probablement difficile.

C'est ce qui m'est toujours arrivé : se tenir sur la ligne de départ et courir 42 km à presque 20 km/h à travers Berlin ?! Quoi ? Jamais ! Et pourtant, cela fonctionne si l'on ne pense justement pas au parcours complet, mais que l'on avance avec la tactique du salami.

Petit à petit, kilomètre après kilomètre, tranche après tranche. Si tu te sens mal, pense juste que tu peux définitivement arriver jusqu'au coin de la prochaine maison. Puis jusqu'à l'endroit où tes amis t'encouragent. Et puis jusqu'à la prochaine marque intermédiaire.

C'est ainsi que tu avances toujours plus loin et que tu réalises soudain que tu as surmonté ton creux intermédiaire et que ça roule à nouveau. C'est d'ailleurs avec la même tactique que j'ai réussi mes études de physique. Là aussi, j'ai connu quelques baisses intermédiaires. Cette stratégie n'est donc pas seulement utile pour la course à pied.

Action am Beachbody Stand auf der ISPO Munich 2020
Quels sont les sujets qui font bouger le monde du sport ? Quelles sont les dernières innovations dans le secteur ? Quelles sont les tendances qui domineront à l'avenir ? Avec la Newsletter ISPO gratuite, vous êtes toujours à jour - 365 jours par an ! En anglais ou en allemand
4

Travailler de manière ciblée

Si tu veux vraiment réussir à atteindre tes objectifs, où que ce soit, tu as besoin d'un plan. Tu dois déterminer quelle charge de travail tu veux t'imposer et à quel moment, ainsi que les pauses à prévoir. Nous l'avons déjà vu au point 2.

Mais la planification générale est également importante. Quel objectif est prévu pour quand ? Que dois-je entraîner et quand ? Combien de temps ai-je à ma disposition, qu'est-ce que je peux et qu'est-ce que je veux investir ?

Si je veux courir un semi-marathon, par exemple, je dois d'abord me demander quel est mon niveau d'entraînement actuel. Est-ce que je peux déjà parcourir 10 km d'affilée ou pas ? Si oui, à quelle vitesse ? Ensuite, je planifie à l'envers à partir de la date du semi-marathon souhaité : une semaine avant, je fais du taping, c'est-à-dire que je ne m'entraîne plus que très peu.

Puis une compétition test 10 jours à 2 semaines avant la grande course. De préférence un 10. Pour celle-ci aussi, je devrais déjà être un peu reposé, donc pas trop de coups de feu juste avant. Et c'est ainsi que je devrais établir une feuille de route approximative jusqu'à ma journée d'aujourd'hui.

Il faut également y intégrer les vacances et les défis professionnels ou familiaux particuliers, puis passer au point 5...

5

Être flexible

Un plan, c'est bien, un plan, c'est important. Pourtant, les choses se passent rarement comme prévu. Ni au travail, ni dans le sport.

Peut-être que c'est encore plus flagrant dans le sport, car avec un petit rhume, tu peux encore être au top au travail, mais tu ne peux pas utiliser toutes tes capacités sportives. J'ai essayé une fois.

Faire un cross avec un mini rhume. Ce n'est pas une bonne idée ... et surtout parce que la course à pied se pratique souvent à l'extérieur et que personne ne court aussi vite quand il y a du vent et de la pluie que quand il fait 12 degrés et que le soleil brille, il nous faut toujours un plan B. (et C et D et ...)

Je recommande alors de voir les choses de la manière suivante : Si tu ne peux pas t'énerver quand quelque chose ne marche pas, c'est que tu n'as pas assez d'ambition pour les grands objectifs et si tu n'échoues pas plus souvent, tu ne peux pas non plus te réjouir autant quand ça a enfin marché.

Pourquoi quelqu'un d'autre voudrait-il courir un marathon ? Il y a vraiment des choses plus faciles dans la vie.

6

Quand les choses deviennent sérieuses, tu as déjà fait le plus dur

Que ce soit avant une épreuve importante ou avant une course : Ce qui s'est passé avant a duré beaucoup plus longtemps et a été beaucoup plus dur que ce qui va se passer maintenant.

Mémoriser les matières d'examen, encore et encore, ou avaler des kilomètres, encore et encore, par tous les temps. Ouf, ça peut être énervant.

Comparé à cela, ce qui va suivre est relativement inoffensif. Bien sûr que ça va être dur, bien sûr que tu ne sais pas ce qui va arriver.

Mais ensuite, tu appliques le point 3 et tu t'en sors. Et hey : n'oublie pas que tu as déjà réussi à surmonter des situations très similaires.

Tu ne pourrais pas passer cet examen si tu n'en avais pas déjà réussi 10 autres, et tu ne pourrais pas courir ce marathon si tu n'avais pas réussi ton initiation à la course à pied, puis ton premier semi-marathon. Tu peux donc le faire !

7

Faire bonne figure

Peut-être que tu m'as déjà surpris. Tu as peut-être déjà remarqué que ma tactique consiste souvent à enjoliver les choses difficiles.

Les coureurs* sont toujours des champions de l'autotromperie. Il pleut ? Génial, on peut enfin redevenir un enfant et sauter dans les flaques d'eau. Il fait nuit tôt ? Super, je peux enfin essayer ma nouvelle lampe frontale. Je me suis perdu ? Méga ! J'ai encore fait des kilomètres en prime. Je suis sûr que vous trouverez d'autres idées dans cette série.

Courir, c'est tout simplement le pied. Pourquoi ? Chacun a sa propre réponse. En tout cas, il y a beaucoup de choses que nous apprenons de la course et en courant, ne serait-ce que le fait d'éteindre la tête de temps en temps et de ne penser à rien. Car cela fonctionne aussi très bien lorsque l'on court tranquillement à travers le paysage.

Share article