5

grandes tendances de la mobilité urbaine de demain

LISTICLE | 01/21/2022
In der Stadt sind E-Bikes besonders gefragt.

Au moins sur un point, tous les experts sont d'accord : la mobilité de 2021 ne peut plus être celle de 2030. Les villes doivent à nouveau être là pour les gens, et non pour les voitures. Le fait que le secteur des transports soit responsable de la plus grande part des émissions de CO2 dans le monde, soit 24 %, et que chaque automobiliste munichois passe en moyenne 87 heures par an (soit une bonne dizaine de jours ouvrables) dans les embouteillages montre bien que les choses ne peuvent pas continuer ainsi. Mais les solutions à ces problèmes sont déjà à portée de main. La mobilité de l'avenir sera plus diversifiée, plus intelligente, plus partagée et plus propre. ISPO.com révèle les cinq grandes tendances de la mobilité urbaine du futur. Ils montrent comment nous nous déplacerons dans nos villes dans quelques années seulement.

1

Moins de conduite, une meilleure conduite

Autos fahren auf der Autobahn in Richtung München

"L'avenir de la durabilité commence par la mobilité", déclare le Forum économique mondial des Nations unies. Dans ce futur, la voiture joue toujours un rôle majeur - mais elle a depuis longtemps cessé d'avoir l'importance primordiale d'aujourd'hui. Selon l'étude "Mobility Futures" de la société britannique d'études de marché Kantar, 51 % de la mobilité dans les grandes villes du monde se fait encore en voiture. En 2030, elle sera encore de 46 %, mais de plus en plus avec des voitures partagées, qui se conduisent de manière électrique et autonome.

L'expert en mobilité Hans-Peter Kleebinder, qui organise le "Sustainability Lounge presented by PwC" au salon IAA MOBILITY de Munich (du 7 au 12 septembre 2021), prédit : "La durabilité deviendra le thème le plus important de la mobilité de demain. La monnaie d'échange pour cela est notre empreinte de mobilité écologique personnelle." Les automobiles à essence ou diesel, qui sont plutôt des immobiles telles qu'elles sont aujourd'hui - car, selon les statistiques, elles restent garées sur le bord de la route ou dans le garage 23 heures par jour - ne répondent plus à ce critère.

Des exemples comme celui de la ville belge de Gand montrent que les citoyens sont prêts à accepter des solutions nouvelles et intelligentes. Elle s'appuie déjà sur un contrôle du trafic basé sur des données, des pistes cyclables et des zones piétonnes "pour améliorer la vie de tous les Gantois". Là-bas, 30 % du trafic se fait désormais à pied, et chaque famille possède en moyenne 2,8 bicyclettes.

2

L'avenir sur deux roues :

New owners for Urban Arrow: Pon Bike takes over the ISPO Brandnew Overall Winner.
New owners for Urban Arrow: Pon Bike takes over the ISPO Brandnew Overall Winner.

Les experts s'attendent à un énorme bond en avant de l'utilisation urbaine des vélos dans les prochaines années, grâce à des vélos électriques de plus en plus puissants et confortables, grâce au vélo en libre-service et grâce à l'amélioration des infrastructures avec des pistes cyclables sûres et des garages à vélos. L'étude de Kantar prévoit que la circulation des vélos dans les grandes villes du monde entier augmentera de 18 % d'ici à 2030. Aucun autre secteur ne connaît une croissance plus rapide.

Selon l'étude, la bonne vieille marche à pied augmentera de 15 %, et les transports publics de 6 %. Le vélo pratique et sain correspond à la vision de l'avenir de l'expert Hans-Peter Kleebinder : "La mobilité doit redevenir un plaisir, fonctionner simplement et nous faciliter la vie en même temps." Tout le monde profite de la tendance à la pratique du vélo.

Les gouvernements danois et néerlandais ont calculé que chaque kilomètre parcouru en voiture coûte encore aujourd'hui 30 à 40 cents à une ville et à ses citoyens - pour les routes, les infrastructures et la pollution environnementale. En revanche, chaque kilomètre parcouru à vélo génère un bénéfice global pour la société d'au moins un euro.

3

Mobilité partagée

Der größte deutsche Anbieter Nextbike verzeichnet in Berlin monatlich 18.000 Ausleihen.

Ce n'est pas une idée très intelligente que de posséder une voiture à 20 000, 30 000 euros ou plus et de ne l'utiliser qu'une heure par jour (soit environ quatre pour cent de sa durée de vie) - cette prise de conscience devrait toucher de nombreuses personnes au cours des prochaines années. Parce qu'il y aura des alternatives beaucoup plus pratiques, moins chères et respectueuses de l'environnement pour se rendre de A à B. Le mot à la mode est "mobilité comme moyen de transport". Le mot à la mode est "Mobilité en tant que service (MaaS)".

Dans ce modèle, le moyen de transport choisi, qu'il s'agisse de la voiture partagée, du vélo, des transports publics, de la navette autonome ou de l'e-scooter, ne joue plus aucun rôle. La mobilité devient un service que l'on loue et que l'on paie, si on le souhaite également de manière forfaitaire. Étant donné que l'entretien coûteux de sa propre voiture n'est plus nécessaire et que les voitures partagées peuvent récupérer leurs coûts 24 heures sur 24, les coûts de la mobilité mondiale peuvent être ramenés d'un dollar par mile parcouru (1,6 kilomètre) en moyenne à 30 cents US d'ici la fin des années 2020.

4

Conduite autonome - électrique, bien sûr

Ces dernières années, le gouvernement allemand avait pour objectif de mettre dix millions de voitures électriques sur les routes d'ici 2030. Entre-temps, même cet objectif pourrait ne plus être suffisant. Le ministre des Transports Andreas Scheuer (CSU) : "Pour atteindre les objectifs climatiques, nous devons devenir encore plus ambitieux : 14 millions de véhicules électriques d'ici 2030 doit être le nouvel objectif, selon les experts." Le fait qu'il n'y avait qu'environ dix millions de voitures électriques en circulation dans le monde en 2020 montre à quel point cet objectif est ambitieux.

Le principal obstacle sur cette voie est l'infrastructure de recharge. Cependant, Anand Ayyadurai, PDG du fournisseur indien de services de partage Vogo, voit des raisons d'espérer : "Si le coût des énergies renouvelables continue de baisser, de plus en plus d'utilisateurs ou de propriétaires de voitures électriques pourront recharger leurs véhicules dans des stations locales d'énergie verte ou solaire." Les voitures autonomes permettront alors également aux personnes âgées de rester indépendantes et mobiles plus longtemps.

Les personnes qui ne doivent plus faire attention à la circulation vivent la conduite comme une partie détendue de leur temps libre. Et comme les voitures autonomes - du moins en théorie - ne provoquent plus d'accidents, les dépenses des villes en matière d'infrastructures de circulation sont réduites.

5

L'Internet mobile des objets

L'internet des objets (IoT), qui connectera à l'avenir des milliards d'appareils, des smartphones aux systèmes de chauffage en passant par les voitures, jouera également un rôle central dans la mobilité de demain. À l'avenir, toute personne souhaitant se rendre d'un point A à un point B saisira dans une application de mobilité la destination à atteindre et le moment où elle le fera. Le logiciel, qui est en réseau avec tous les systèmes et fournisseurs de transport, propose ensuite la combinaison idéale de moyens de transport - qui peut toujours être différente selon le jour, l'heure et l'utilisation de la capacité.

L'intelligence artificielle et le "Big Data" apprennent les besoins des citoyens et ajustent de manière flexible, par exemple, la répartition entre les routes et les pistes cyclables en fonction du moment de la journée. Étant donné qu'à l'avenir, d'énormes quantités de données circuleront entre les conducteurs, les véhicules, les fabricants, les centres de service et les infrastructures municipales, la protection des données et les connexions sécurisées joueront un rôle décisif. La possibilité que des pirates manipulent le moteur, les freins ou les commandes des véhicules en réseau, comme cela s'est produit il y a quelques années, doit être totalement exclue.

L'équipementier automobile japonais Hitachi prévoit l'utilisation de la technologie Internet de pointe dans la mobilité également : "Une solution blockchain soutenue par un savoir-faire en matière de cybersécurité peut protéger à la fois les systèmes des véhicules et les données personnelles contre les pirates."

Share article


Commentaires