Revues de produits // 10/08/2023

Guide du grimpeur : comment choisir le bon appareil d'assurage

Image credit: mountainreview.it
Author:
Martina Wengenmeir

Comment choisir le bon appareil d'assurage ? Antonio le sait et a partagé son expérience pour le magazine sportif italien Mountainreview.it a partagé son expérience. Les lecteurs* d'ISPO.com en profitent désormais aussi, car nous publions des tests de Mountainreview, qui n'étaient jusqu'à présent disponibles qu'en italien, également en allemand, anglais, français et espagnol. Et aujourd'hui : un guide pour choisir le bon appareil d'assurage.

Le dispositif d'assurage est, avec la corde, l'outil le plus important pour la sécurité d'une cordée. Disons-le d'emblée : le dispositif d'assurage idéal n'existe pas, chaque modèle a ses points forts et ses points faibles, et le meilleur dispositif est celui dont on maîtrise l'utilisation. De plus, tous les appareils d'assurage ne sont pas adaptés à tous les terrains ou à toutes les cordes, et nous allons bientôt expliquer pourquoi.

Il aime les difficultés techniques sur le rocher et les découvertes en matière d'alpinisme, loin des foules. L'un de ses rêves est de gravir les 4000 mètres sans l'aide de remontées mécaniques ou de refuges. "Dans la vie, je fais du commerce de bière artisanale, aussi loin que possible des bureaux et de la routine".

Tous les dispositifs d'assurage ne se valent pas

Un "appareil d'assurage" (ou "frein") est un objet qui sert à freiner le glissement de la corde en cas de chute du partenaire d'escalade. Au fil du temps, les dispositifs d'assurage ont beaucoup changé et ont évolué vers des outils qui offrent en même temps un maximum de sécurité et de facilité d'utilisation.

Commençons donc par une classification générale qui servira à mieux définir les différentes catégories de dispositifs d'assurage actuellement sur le marché.

Actuellement, il existe trois grandes catégories de dispositifs d'assurage :

  • dynamique
  • assurage assisté mécaniquement
  • l'assurage à assistance manuelle

Dispositifs de sécurité dynamiques

Appelés également freins dynamiques, ils sont capables de freiner le glissement de la corde dans l'appareil et d'arrêter ainsi la chute du partenaire. Leur principe de fonctionnement est assez simple : ils dissipent l'énergie de la chute en frottant la corde à l'intérieur de l'appareil. C'est pour cette raison qu'il est plus juste de les appeler des freins et non des bloqueurs, car l'effet de freinage nécessite la main de l'assureur et ne résulte pas uniquement des propriétés mécaniques de l'appareil.

Une caractéristique importante de tous les dispositifs d'assurage dynamiques est qu'ils peuvent également être utilisés pour la descente en rappel.

Huit - utilisation simple et intuitive pour un déclenchement rapide

Les fusibles dynamiques peuvent être divisées en plusieurs catégories : Huit et Tube.

Les huit : Ils sont assez simples et intuitifs à utiliser. Ils permettent de déclencher rapidement la corde lorsqu'ils sont utilisés pour assurer le premier de cordée.

Ils peuvent également être utilisés pour descendre la deuxième cordée, mais ils ne bloquent pas comme les autres dispositifs d'assurage (par exemple les plaques) et ne permettent pas de descendre deux deuxièmes cordées en même temps. Ils peuvent être utilisés comme descendeur.

L'un de leurs inconvénients les plus connus est qu'ils sollicitent beaucoup les cordes en augmentant leur torsion.

Tube - un des appareils les plus populaires pour l'assurage dynamique

Tube : Il existe deux grandes familles, dont l'une s'est développée à partir de l'autre. Dans ses versions plus évoluées (par ex. Black Diamond Atc-Guide, Petzl Reverso, Beal Air Force 3), le Tube est peut-être l'appareil le plus populaire pour l'assurage dynamique et permet même la récupération de deux cordes.

Les modèles de base classiques (par ex. Petzl Verso, Black Diamond Atc, Beal Air Force, Camp Shell) offrent en revanche un assurage plus dynamique avec moins de freinage.

Les deux versions peuvent être utilisées comme descendeur.

Les dispositifs de sécurité peuvent être mécaniques ou manuels

Dispositifs d'assurage mécanique vs. manuel

Avec le développement rapide de l'escalade sportive, toute une série d'appareils d'assurage ont été mis sur le marché et peuvent être classés en deux catégories : mécaniques ou manuels.

L'ancêtre de la catégorie des dispositifs d'assurage mécaniques (également appelés à tort "autobloquants") est le célèbre Grigri de Petzl, et le dernier-né est le Birdie de Beal. Parmi les appareils d'assurage manuels pris en charge, on trouve par exemple le Mega Jul d'Edelrid ou le Click Up de Climbing Technology.

L'assurage est essentiel pour l'escalade

La différence réside dans le fait que la première catégorie (mécanique) utilise un élément mécanique qui bloque la corde, tandis que la deuxième catégorie (manuelle) bloque en modifiant l'inclinaison du système de mousquetonnage/démousquetonnage.

Il faut souligner que tous les outils appartenant à ces deux catégories de dispositifs d'assurage ne doivent jamais être considérés comme "automatiques" ! Ils doivent toujours être utilisés en connaissance de cause, car ces appareils ne font pas "tout par eux-mêmes". Comme l'indiquent tous les manuels qui les accompagnent, ils nécessitent toujours une formation et une certaine habileté dans leur utilisation.

Les assureurs mécaniques sont probablement les équipements les plus répandus en escalade sportive.

1. Dispositifs d'assurage mécanique avec dispositif de blocage

Ils sont probablement les équipements les plus répandus en escalade sportive et doivent leur succès à la fiabilité avec laquelle ils peuvent bloquer une chute. Ils sont donc les mieux adaptés aux grimpeurs moins expérimentés, car ils facilitent les manœuvres d'assurage, même si c'est au détriment de la vitesse à laquelle ils peuvent être réglés.

Le fonctionnement de base est le même pour tous les modèles : le blocage est assuré par une came ou un mécanisme à déclic qui coince et bloque la corde en cas de chute.

Important : Vérifie que le diamètre de ta corde est compatible avec l'appareil !

Assurage léger pour les dispositifs d'assurage mécaniques

2. Dispositifs d'assurage manuels avec dispositif de blocage

Dans ce cas, le blocage se fait en modifiant l'inclinaison de l'appareil sur le mousqueton d'assurage.

Théoriquement, la corde se bloque sans l'aide de la main de freinage de l'assureur. Tous les fabricants recommandent toutefois d'utiliser l'appareil comme un tube normal et de toujours laisser la main sur la corde à assurer.

Les dispositifs d'assurage manuels se bloquent en cas de changement d'inclinaison

Le grand avantage de ces freins manuels à blocage assisté est que le grimpeur peut facilement lâcher la corde, car aucune came ne bloque la corde. De plus, il est possible de freiner une chute plus dynamique, parce que la corde ne glisse que très peu à l'intérieur de l'appareil.

Cependant, la descente en rappel nécessite plus de soin et de sensibilité qu'avec un appareil à cames autobloquant. Pour ces raisons, je ne le recommanderais qu'aux assureurs expérimentés.

Les assureurs manuels sont plutôt recommandés aux grimpeurs expérimentés.

Quel dispositif d'assurage pour quel terrain ?

En alpinisme, il est préférable d'utiliser un appareil multifonctionnel (par ex. Reverso) qui permette à la fois d'assurer et de récupérer le deuxième alpiniste.

  • OUI : appareils d'assurage dynamiques (huit, seau, Reverso)
  • OUI : appareils d'assurage manuels avec aide au blocage (modèles compatibles avec les demi-cordes)
  • NON : appareil d'assurage mécanique avec aide au blocage (peut entraîner des fissures dans les assurages).

Pour l'escalade sportive en falaise, l'utilisation de freins dynamiques n'est pas recommandée afin de garantir une réception à temps en cas de chute.

  • OUI : appareils d'assurage mécaniques avec assurage assisté
  • OUI : appareils d'assurage manuels avec blocage assisté
  • NON : freins dynamiques

Pour les voies sportives de plusieurs longueurs, tous peuvent être utilisés, mais les appareils multifonctionnels sont à privilégier.

Share article
Author:
Martina Wengenmeir
Topics in this article