Author:
Eva Doll

Une ancienne coureuse de fond parle de sa mission

La légende du marathon Tegla Loroupe : "Le sport peut construire la paix".

A la fin des années 90, Tegla Loroupe était considérée comme la femme la plus rapide du monde sur de longues distances. Aujourd'hui, cette légende du marathon sème la paix par le sport, surtout dans son pays natal, le Kenya. La lauréate de l'ISPO Pokal 2020 nous explique dans une interview ce qu'elle fait pour les orphelins et les réfugiés et le rôle prépondérant que joue le sport dans ce contexte.

Tegla Loroupe beim Laufen
Tegla Loroupe en train de courir

Louroupe a grandi comme beaucoup d'enfants dans sa région natale, les hauts plateaux de Pokot, dans l'ouest du Kenya. Dans sa famille, il y avait 24 frères et sœurs et rarement assez de nourriture pour tous. Les travaux des champs et les sprints rapides pieds nus en gardant le bétail étaient son quotidien d'enfant. Malgré cela, elle a réussi une carrière de coureuse spectaculaire : de 1998 à 2001, elle a détenu le record du monde du marathon. Aujourd'hui encore, elle détient le record du monde des 20, 25 et 30 km et est triple championne du monde du semi-marathon.

Elle a en outre été la première femme africaine à remporter le marathon de New York City. Elle a également remporté des marathons à Londres, Rotterdam, Hong Kong, Berlin et Rome. Aujourd'hui, elle s'engage pour la paix dans son pays. Dans l'interview qu'elle a accordée à ISPO.com, elle parle de sport et de paix, de la "Tegla Loroupe Peace Foundation", des courses pour la paix Peace Races et de l'équipe Refugee des Jeux olympiques 2020, qu'elle accompagnera à Tokyo en tant que "chef de mission".

ISPO.com : La paix par le sport est votre mission. Quelle force particulière voyez-vous dans le sport ?
Tegla Loroupe : Le sport est sans frontières. Lors d'un événement sportif, les gens s'ouvrent. C'est une chose unique ! Le sport unit dans le monde entier : indépendamment de la race, de la religion, de la tribu ou du sexe. Voir avec quelle force le sport peut créer la paix... c'est indescriptible.

En 2003, vous avez créé la Fondation Tegla-Loroupe pour la paix (TLPF). Que fait exactement la fondation et quels sont les projets actuels ?
La fondation vise à créer un monde pacifique et équitable, dans lequel le sport est un facteur d'union. Elle vise à fournir des moyens de subsistance aux personnes touchées par les conflits et les guerres civiles. Notre objectif : une coexistence pacifique des communautés en guerre dans le nord du Kenya, le sud du Soudan, le nord-est de l'Ouganda, l'Éthiopie et d'autres zones instables de la région africaine.

Au sein du TLPF, nous misons sur trois piliers : premièrement, la consolidation de la paix et la réduction des conflits par le biais de projets tels que la course pour la paix Tegla Loroupe ou encore le programme de réhabilitation des guerriers réformés, de jeunes combattants qui ont déposé les armes. Deuxièmement, sur l'éducation à la paix dans notre centre d'éducation et de paix pour les orphelins et les filles vulnérables. Et dans le centre de sport et d'entraînement Tegla Loroupe, le troisième pilier, nous soutenons des réfugiés talentueux. Le sport de compétition et l'encouragement approprié des meilleurs sont ici prioritaires.

Votre école de la paix, fondée en 2012, offre aux enfants non seulement une protection et une éducation, mais aussi un accès au sport. Comment l'école est-elle organisée, quelles sont les étapes encore nécessaires ?
L'école "Tegla Loroupe Education and Peace" (TLE&PC) a ouvert ses portes en janvier 2012 à Siyoi - Kapenguria, Pokot Ouest. Nous avons actuellement 460 élèves - nous sommes encore en phase de construction. L'objectif est d'atteindre la capacité de 1000 élèves dans l'internat. Les enfants doivent vivre dans un environnement affectueux où ils apprennent à s'accepter : avec respect mutuel, compréhension et "esprit sportif". Le programme scolaire comprend, outre les matières classiques, une éducation à la paix.

L'éducation est essentielle au progrès. Nelson Mandela a dit un jour : "L'éducation est le meilleur instrument que l'on puisse utiliser pour changer le monde". A long terme, le centre doit également devenir un lieu de formation pour les jeunes sportifs talentueux qui aspirent à une carrière dans le sport professionnel. Ainsi, le sport peut et doit également devenir une issue économique pour certains enfants privilégiés - avec des conséquences positives plus larges pour leur vie, celle de leur famille et pour la région.

Tegla Loroupe a remporté deux fois le bronze des Championnats du monde sur 10 000 mètres, a été deux fois vainqueur du marathon de New York et a remporté cinq médailles d'or aux Championnats du monde de semi-marathon.
Tegla Loroupe a remporté deux fois la médaille de bronze aux championnats du monde de 10 000 mètres, deux fois le marathon de New York et cinq fois l'or aux championnats du monde de semi-marathon.

Un autre élément sportif de la TLPF : le "Course pour la paix"une course de 10 kilomètres qui se déroule chaque année depuis 2001 au Kenya. Les coureurs de longue distance d'élite ne sont pas les seuls invités, des guerriers de tribus africaines rivales sont également présents. Comment peut-on s'imaginer ces courses ?
Permettez-moi de vous raconter comment cela s'est passé : en 2003, j'ai été invité à participer à une course pour la paix à Bali, en Indonésie. A l'époque, le pays était en proie à des troubles politiques. Le gouvernement voulait que cette course redonne confiance au pays et à ses habitants. J'ai été saisi par la dynamique positive qui s'est créée pendant la course, par l'énergie et la joie des gens : Musulmans, bouddhistes, chrétiens - tous s'entendaient. J'ai décidé d'organiser une course pour la paix dans ma région natale de Pokot, au Kenya.

En automne 2003, la première course de la paix Tegla-Loroupe a eu lieu à Kapenguria, Pokot. Dans ma région, l'élevage est le moyen de subsistance de nombreuses tribus africaines. Mais les animaux, les pâturages, l'eau et les perspectives alternatives sont rares. Résultat : des bergers armés, des vols de bétail et des combats acharnés entre les tribus de la région. J'ai vu le sport comme une perspective pacificatrice et économique.

L'ambiance qui régnait lors de la course ressemblait à celle de l'Indonésie : des guerriers de tribus ennemies couraient ensemble, commençaient à s'encourager mutuellement - et à s'étreindre à l'arrivée. Des personnes qui ne se rencontraient jusque-là que sur les champs de bataille se sont parlées et ont appris à s'apprécier.

Quels changements ont été apportés à la région par les Peace Races ?
En l'espace de trois ans, il n'y a presque plus eu de morts dans la région de Kapenguria. Nous avons pu aider deux des guerriers les plus recherchés du Kenya, dont les rivalités avaient fait de nombreuses victimes, à déposer les armes. Le guerrier "Matanda" n'a pas seulement participé à notre programme de réhabilitation, il en est aujourd'hui le président.

Au fil des années, les relations entre les tribus se sont améliorées : les attitudes négatives, les stéréotypes et les tensions ont été réduits ; des plateformes ont été créées pour la défense des intérêts et la remise volontaire des armes à feu. Parallèlement, la course a montré que le sport était un facteur d'union et de perspective vital.

Tegla Loroupe (ici avec le président du CIO Thomas Bach) a également participé aux Jeux olympiques de 2021 en tant que chef de mission de l'équipe des réfugiés.
Tegla Loroupe (ici avec le président du CIO Thomas Bach) a participé aux Jeux olympiques de Tokyo en tant que chef de mission de l'équipe des réfugiés.

Le CIO vous a de nouveau nommé "chef de mission" de l'équipe des réfugiés pour les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo - après Rio en 2016. Parlez-nous de cette mission.
L'initiative du Comité international olympique (CIO) de créer une équipe olympique de réfugiés pour Tokyo 2020 me remplit de joie.

En 2016, j'avais déjà eu le grand honneur de m'occuper de l'équipe olympique des réfugiés en tant que "chef de mission". C'était la toute première fois qu'une équipe de réfugiés participait aux Jeux olympiques. J'ai dirigé l'équipe de 10 athlètes qui ont participé à ces Jeux comme un phare d'espoir pour les personnes déplacées dans le monde entier. Leurs histoires montrent l'ampleur des problèmes mondiaux qui poussent les gens à fuir leur pays. Mais ils montrent aussi ce que les gens peuvent accomplir lorsqu'ils en ont la possibilité.

Dans ma fonction de "chef de mission" en 2020, je veillerai à ce que les athlètes qualifiés concourent avec succès et en équipe - côte à côte avec les 206 nations en lice. Les (futurs) athlètes olympiques viennent d'Afghanistan, du Cameroun, de la République démocratique du Congo, d'Érythrée, d'Éthiopie, de la République islamique d'Iran, du Soudan du Sud, du Soudan et de Syrie. Le site HCR a confirmé à tous le statut de réfugié. Ils concourent dans huit disciplines sportives : Athlétisme, badminton, boxe, judo, karaté, natation, taekwondo et haltérophilie.

Comment les athlètes sont-ils préparés aux Jeux olympiques 2020 ? Quel est le rôle de la fondation Tegla Loroupe ?
Par le biais du centre de sport et d'entraînement Tegla Loroupe à Ngong - Nairobi, nous entraînons 25 réfugiés et 5 athlètes kenyans. Par rapport à 2016, les attentes envers les sportifs réfugiés pour les Jeux olympiques de 2020 sont plus élevées. Sans faire de compromis sur les normes. La sélection des athlètes est basée sur la plus haute performance - et sera très disputée.

Lors de l'entraînement des athlètes, qui a déjà commencé, nous nous concentrons sur les méthodes permettant d'atteindre les exigences élevées. Outre un régime alimentaire strict, la participation à des compétitions locales, régionales et internationales en fait partie, tout comme les entraînements intensifs et stratégiques et l'exposition de l'entraîneur.

Quel rôle l'industrie du sport dans son ensemble peut-elle jouer dans ce contexte ?
La clôture des Jeux olympiques de Tokyo ne doit pas être une fin en soi pour les athlètes du Refuge : Nous ne voulons pas seulement entraîner les athlètes dans l'espoir d'une qualification pour les Jeux olympiques. Nous voulons aider les athlètes à long terme à développer leur carrière sportive - pour un avenir positif. Je suis fier de faire partie de notre mission de paix et je me réjouis si d'autres partenaires de l'industrie internationale du sport me tendent la main au cours de ce voyage - pour changer la vie des jeunes réfugiés grâce au sport.

Share article
Author:
Eva Doll
Topics in this article