Author:
Thomas Becker

Ex-coureuse de fond kényane

Tegla Loroupe : 1,56 m de puissance pure

Tegla Loroupe a été pendant des années la meilleure marathonienne du monde. Après sa carrière, la petite femme des hauts plateaux kenyans continue à faire des choses remarquables : elle redonne espoir aux orphelins et aux réfugiés. En 2020, elle a reçu le trophée ISPO pour son engagement. Un regard sur la vie de cette femme de pouvoir inspirante du Kenya. 

Tegla Loroupe (ici avec le président du CIO Thomas Bach) a également participé aux Jeux olympiques de 2021 en tant que chef de mission de l'équipe des réfugiés.
Tegla Loroupe (ici avec le président du CIO Thomas Bach) a également participé aux Jeux olympiques de 2021 en tant que chef de mission de l'équipe des réfugiés.

En tant que spectateurs, nous ne voyons que l'évidence : le buteur qui exulte, le skieur qui tombe, le coureur qui transpire. Tout ce qui s'est passé jusqu'à ce que l'on exulte, que l'on tombe et que l'on transpire reste généralement dans l'ombre - à moins que l'on ne tombe sur un très bon reporter, qui sait en dire plus que l'âge, le lieu de naissance et la meilleure performance personnelle de l'athlète.

Dans le cas de Tegla Loroupe, ce reporter aurait besoin de beaucoup de temps pour dresser le portrait de cette femme exceptionnelle originaire des hauts plateaux kényans. Car non seulement ses origines et sa carrière sportive fournissent la matière d'un livre très volumineux, mais sa vie après le sport est également si remplie d'expériences et de rencontres que l'on se demande comment cette petite personne de 1,56 mètre parvient à surmonter tout cela. Mais reprenons les choses dans l'ordre.

Dans l'équipe nationale du Kenya à 13 ans déjà

Tegla Loroupe a grandi à près de 3000 mètres d'altitude dans le nord du Kenya, à la frontière avec l'Ouganda - avec 24 frères et sœurs. Le père Losiwa avait cinq femmes et des convictions bien ancrées : Les femmes doivent travailler à la maison ou dans les champs. Ce que Tegla a fait : travailler la terre avec une houe, garder le bétail, traire les vaches, ramasser du bois de chauffage, transporter de l'eau, tout en portant sa petite sœur Evelyn en baluchon sur le dos. L'école ? Ce n'est pas nécessaire.

Mais sa mère - elle-même orpheline - et sa sœur aînée Albina se sont battues pour que Tegla, que tout le monde appelait Chepkite ("petite"), puisse aller à l'école. Celle-ci se trouvait à neuf kilomètres de là, et la petite fille devait donc parcourir 18 kilomètres par jour, sur des chemins de terre caillouteux, pieds nus. Elle n'a reçu ses premières chaussures qu'à douze ans, lorsqu'elle a même pu aller à l'internat.

A 13 ans, Chepkite faisait déjà partie de l'équipe nationale d'athlétisme du Kenya et participait à des courses au Japon - le début d'une brillante carrière de multiple recordman du monde et de spécialiste du marathon.

Tegla Loroupe a remporté deux fois le bronze des Championnats du monde sur 10 000 mètres, a été deux fois vainqueur du marathon de New York et a remporté cinq médailles d'or aux Championnats du monde de semi-marathon.
Tegla Loroupe a remporté deux fois le bronze des Championnats du monde sur 10 000 mètres, a été deux fois vainqueur du marathon de New York et a remporté cinq médailles d'or aux Championnats du monde de semi-marathon.

Comment Tegla Loroupe aide les enfants et les jeunes

C'est à Kapenguria, à 50 kilomètres de son lieu de naissance Kapsait, qu'elle vit encore aujourd'hui avec sa mère, les orphelins de sa sœur décédée et d'autres enfants adoptés. La petite ville de Kapenguria a sa place dans l'histoire du Kenya, puisque c'est ici que le futur fondateur de l'État, Jomo Kenyatta, a été emprisonné en 1953 après le soulèvement des Mau Mau.

Non loin de ce site historique se trouve une partie de l'œuvre de la vie de Teglas : la "Peace and Leadership School", qui ne doit pas seulement dispenser une formation, mais aussi offrir aux filles une protection contre les abus, les mariages forcés et les mutilations génitales, qui sont encore très répandus dans les campagnes africaines.

L'école doit accueillir des enfants et des adolescents auxquels le vol de bétail armé, les querelles tribales, la guerre, la faim et le sida ont enlevé leurs parents, et elle doit être un tremplin pour une carrière sportive, comme Tegla Loroupe l'a elle-même utilisée.

Un officiel sportif reconnu : Tegla Loroupe dans sa fonction d'ambassadrice de l'ONU en conversation avec Roger Federer.
Un officiel sportif reconnu : Tegla Loroupe dans sa fonction d'ambassadrice de l'ONU en conversation avec Roger Federer

Percée au marathon de New York en 1994

Deux phrases de sa mère l'ont aidée dans cet étonnant parcours : "Tu peux supporter la douleur, c'est pourquoi tu seras un jour la meilleure". Et : "Si tu possèdes toi-même, tu n'es pas la propriété d'un homme". Déjà petite fille, elle aurait souhaité avoir des terres et aurait dit à son père : "Tu as tellement de terres. Quand je serai grande, j'en voudrais aussi un morceau". Il n'a fait que rire, a-t-elle raconté un jour.

Après sa victoire au marathon de New York en 1994, elle a envoyé le fils d'une voisine, chez qui on avait découvert une tumeur au cerveau, chez un spécialiste à Bombay, et a adopté les six enfants de sa sœur Albina, décédée à 33 ans.

Tegla Loroupe, une fonctionnaire sportive accomplie

En 2003, elle a eu l'idée de la Tegla Loroupe Peace Race : une course sur route de dix kilomètres qui devait rassembler les guerriers de tribus rivales dans une compétition sportive. Courir au lieu de se battre : les idées les plus simples sont souvent les meilleures. Les recettes de l'événement ont été versées à la Tegla Loroupe Peace Foundation, le président du Kenya lui a décerné le titre de docteur honoris causa, les Nations unies l'ont nommée ambassadrice, le Comité international olympique (CIO) l'a également décorée - aujourd'hui, elle pose sur des photos avec le roi d'Espagne, Barack Obama, Emanuel Macron, George Clooney, Usain Bolt et bien d'autres stars.

Elle a été ambassadrice de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), membre du CNO du Kenya et de l'Académie Laurea. Académie LaureusElle a été chef de mission de l'équipe des réfugiés aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016 - un poste qu'elle a également accepté pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Lors du dîner VIP d'ISPO Munich 2020, Klaus Dittrich, ancien président de la direction de Messe München, a remis le trophée ISPO à la légende du marathon et actuelle ambassadrice des Nations unies pour le sport.

Klaus Dittrich (CEO and Chairman Messe München GmbH), Tegla Loroupe (gagnante de la coupe ISPO), Jochen Färber (chef du bureau de Lausanne Olympic Channel Service)
Klaus Dittrich (CEO and Chairman Messe München GmbH), Tegla Loroupe (gagnante de la coupe ISPO), Jochen Färber (chef du bureau de Lausanne Olympic Channel Service)

La paix est le message de Tegla Loroupe

Le projet le plus important de cette petite femme énergique reste toutefois l'école de la paix dans sa région natale de Kapenguria, où près de 400 orphelins sont désormais pris en charge.

Tegla Loroupe, dont le nom figure également sur les bus interurbains si importants du pays, a dit un jour : "Ce n'est pas une école normale. Les enfants viennent de différentes communautés en guerre. Ils apprennent ensemble, ils font du sport ensemble. Ils comprennent ainsi qu'ils sont tous égaux. Et c'est ce qu'ils apprennent ensuite à leurs parents".

En tant que chef de mission, Tegla Loroupe soutient l'équipe olympique des athlètes réfugiés.

Tegla Loroupe - l'essentiel en bref

Sport pratiqué :Longue distance, marathon, semi-marathon
Taille :1,56 m
Nationalité :Kenya
Date de naissance :9 mai 1973
Née à :Kapsait
Records du monde :20.000 mètres (1:05:26,6 h),
25.000 mètres (1:27:05,9 h) et
30.000 mètres (1:45:50,0 h)
Share article
Author:
Thomas Becker
Topics in this article