Sports de montagne // 06/22/2023

Comment surmonter les obstacles, Caro North ?

Image credit: Nadine Wallner
Author:
Andreas Hottenrott

Avec une équipe exclusivement féminine, l'alpiniste et guide de montagne Caro North a réalisé son rêve de réaliser une première ascension en big wall au Groenland. En chemin, le groupe a dû se surpasser à plusieurs reprises. Une expédition au cours de laquelle une paroi rocheuse de plus de 700 mètres de haut a peut-être été l'obstacle le plus important, mais qui n'en est finalement qu'un parmi d'autres.

Quelque part sur une paroi de granit au Groenland. Trois grimpeuses se tiennent sur une étroite saillie, fatiguées, épuisées. A leurs pieds, la pente est raide et descend sur des centaines de mètres. Au-dessus de leurs têtes, la roche se perd dans le lointain. Et le temps s'écoule impitoyablement contre eux. Il ne leur reste qu'un tout petit laps de temps avant qu'une tempête de neige menaçante ne les oblige à faire demi-tour. Ils doivent prendre une décision. Profiter encore un peu de l'escalade et descendre en rappel ? Ou se reposer et reprendre des forces dans le vague espoir de parvenir effectivement à la sortie le lendemain ? Comment l'expédition, qui a nécessité deux ans de planification, va-t-elle se terminer ? Qui a soudé toute l'équipe pendant six semaines sur un voilier pour en arriver là ?

L'une des trois grimpeuses est Caro North. Cette guide de montagne fait partie des alpinistes les plus renommées d'Europe. Dès l'âge de 16 ans, elle gravit l'Aconcagua, un sommet de près de 7000 mètres dans les Andes argentines. Suivent des premières ascensions en Arménie et en Iran. Elle perce sur la scène au plus tard en 2015, lorsqu'elle atteint le sommet du Cerro Torre en compagnie de Christina Huber. C'est la première ascension en libre de cette montagne granitique emblématique par une cordée exclusivement féminine.

Le rêve du Groenland

Après de nombreuses voies difficiles et des expéditions épuisantes, Caro souhaite réaliser un rêve. L'aventurière est attirée par une première ascension au Groenland, qui compte parmi les destinations les plus excitantes pour les passionnés de big walls avec ses parois imposantes. Elle souhaite se rendre en voilier depuis la France dans cette terre d'escalade promise au-delà du cercle polaire. Plus respectueux de l'environnement que le voyage en avion - plus excitant de toute façon. "En mer, on est encore plus isolé que presque partout ailleurs en montagne", explique Caro dans le Bergfreunde-Podcast "GRAT RAUS"..

De l'idée à la réalisation, le chemin est long. L'expédition doit durer trois mois. Il faut convaincre des sponsors et recruter des membres pour l'équipe. La recherche d'un bateau d'expédition adapté s'avère également difficile. Le choix se porte sur le Northabout, long de 15 mètres. Le groupe d'expédition est enfin constitué : huit femmes, dont quatre navigatrices, trois alpinistes et une photographe, chacune avec ses propres atouts.

Le point de départ du voyage est la petite ville portuaire de La Rochelle, riche en traditions. L'itinéraire se poursuit via l'Islande jusqu'à la côte est du Groenland. Où exactement ? Ce sont les vents qui en décideront finalement. Au début, ils sont loin d'être favorables à l'expédition.

Début de tempête : des creux de vague plutôt que des parois rocheuses

Dès la première étape, le Northabout est pris dans une violente tempête. Des vagues puissantes s'écrasent contre le bord, projettent le bateau vers le haut, puis le laissent retomber. Le vent déchire sans cesse les voiles plissées. Après seulement cinq jours, le groupe fait une halte involontaire à Dublin. Une semaine s'écoule avant que le voyage ne reprenne.

"Être bloqué à huit sur un bateau de 15 mètres de long par mauvais temps, c'est dur", admet Caro. Le plus grand défi des alpinistes : Lorsqu'elles ne grimpent pas, leurs performances diminuent. Avec un plan d'entraînement d'endurance et une planche de préhension apportée, la perte de niveau devrait en principe être évitée. Mais un entraînement efficace ne peut être envisagé que par mer calme.

Premiers doutes - la Norvège comme plan B ?

Aux îles Féroé, le groupe commence à avoir de sérieux doutes. Nouvelle tempête, nouvelle pause forcée, cette fois-ci de dix jours. Après un jogging dans le froid et l'humidité, la question se pose de savoir si les femmes atteindront le Groenland. Après tout, elles doivent entreprendre le voyage de retour avant les tempêtes de septembre dans l'Atlantique Nord. En raison des retards, le temps disponible pour l'escalade a déjà massivement fondu. Un détour par la Norvège pourrait offrir une solution. Mais l'équipe s'en tient à son plan initial. Une bonne décision ? Une fois en Islande, le mauvais temps condamne à nouveau les membres de l'expédition à l'inactivité.

Pendant six semaines, des dépressions mettent à l'épreuve la résistance du groupe. Puis vient un moment qui compense beaucoup. "Quand nous avons vu la côte, c'était la folie, un moment énorme", dit Caro en se remémorant l'arrivée au Groenland. Mais quelque chose vient troubler sa joie. Le Scoresbysund, l'endroit où se trouvent les parois de granit tant attendues, est fermé par la banquise. Un vol en parapente depuis un petit sommet peut tout de même adoucir un peu l'attente.

Course contre la montre - avec de lourds bagages

Peu après, le Northabout prend à nouveau la mer. Du haut du mât, un membre de l'équipage navigue dans le labyrinthe glacé à l'entrée du fjord, passant devant des blocs et des blocs de glace flottants et d'énormes icebergs dont seule la pointe dépasse de l'eau. Finalement, les alpinistes débarquent. Dès lors, c'est une course contre la montre qui commence. Alors que les heures passées sur le bateau s'étiraient comme du chewing-gum, elles filent désormais à toute allure.

Pendant trois jours et demi, elles transportent du matériel du camp de base sur la plage jusqu'au pied de la paroi de granit choisie, qui s'élève à plus de 700 mètres au-dessus d'elles. Une faille glaciaire avec des crevasses bizarres rend la progression difficile. Mais la roche de la paroi semble être de bonne qualité. Lorsque le temps s'annonce favorable, les trois femmes commencent l'ascension. Elles n'emportent que le strict nécessaire en termes d'équipement. Tout poids supplémentaire ne ferait que les ralentir.

Le départ est prometteur. Mais ensuite, la paroi devient plus raide et la progression est lente sur les rochers parfois humides. Chaque mètre exige une concentration totale. Le deuxième jour, après une éternité dans le baudrier, les femmes atteignent une sangle. Le temps de reprendre leur souffle. Et pour prendre la décision qui fera date. Elles décident de passer la nuit à une hauteur vertigineuse et de tout mettre en œuvre le lendemain pour atteindre la sortie.

Le matin, ils sont accueillis par une mer de brouillard froid qui enveloppe le paysage en dessous d'eux - et qui attise l'inquiétude quant aux mauvaises conditions météorologiques. L'équipe se dépêche de grimper. "La première longueur était encore exigeante, puis c'est devenu plus facile", se souvient Caro. Et soudain, c'est comme si elle avait enclenché un interrupteur. "Si nous accélérons, nous montons de 60 mètres à chaque longueur, cela va relativement vite". Les autres se laissent entraîner. Ce qui semblait encore impossible il y a peu prend maintenant des formes de plus en plus concrètes.

Vers le bonheur via la Via Sedna

Et devient soudain réalité : à midi pile, les trois femmes sortent de la paroi est de la Northern Sun Spire. "C'était le moment le plus incroyable", décrit Caro. "Quand tu y as consacré autant de temps, une première ascension a tout simplement une telle valeur. Quand tu y as navigué pendant six semaines, que tu t'es entraînée pour cela un an auparavant et que nous n'y croyions plus vraiment. C'était de la folie". Depuis ce moment, la route s'appelle "Via Sedna", tout comme l'ensemble du projet. La composition du nom - "Via", le mot italien pour chemin, "Sedna", la déesse de la mer groenlandaise - illustre le lien entre la voile et l'escalade.

Les alpinistes ne peuvent pas savourer longtemps leur triomphe. Elles descendent en rappel, transportent leur matériel sur la plage, rencontrent les navigatrices et prennent la mer. Alors qu'elles espéraient que le voyage de retour se déroulerait sous une étoile plus favorable qu'à l'aller, elles se trompent. Sedna, ou quelle que soit la divinité qui veille sur les océans, ne se laisse pas apaiser par les performances du groupe jusqu'à présent. Avec des tempêtes furieuses, elle teste une dernière fois la force et la volonté des femmes. Celles-ci tiennent bon - et atteignent finalement la France.

"Une motivation extrême peut compenser extrêmement"

Comment surmonter de telles épreuves ? Comment faire pour relever le prochain défi après avoir surmonté chaque obstacle ? "Une motivation extrêmement grande peut compenser extrêmement beaucoup", dit Caro en ce qui concerne la première ascension. "Nous savions que nous n'avions que ce petit laps de temps, nous devons maintenant tout donner".

Tout au long des semaines, l'une des clés du succès est la communauté. "Cela fonctionne bien quand on peut se faire entièrement confiance, quand on peut aussi communiquer ouvertement", estime Caro. Cela implique aussi de laisser de la place aux autres et de les laisser tranquilles lorsqu'ils ne vont pas très bien. Ou de développer une certaine intuition pour savoir quand quelqu'un a besoin d'un encouragement.

L'équipe féminine se met elle-même une certaine pression pour mener l'expédition à bien. "C'est dommage, mais comme le monde de la voile et de l'alpinisme d'expédition est tellement masculin, nous voulions absolument prouver que nous en étions capables", explique Caro. C'est peut-être ce qui a poussé les membres à braver l'adversité jusqu'au bout.

Réaliser ses rêves : La Via Sedna comme source d'inspiration

Caro espère pouvoir inspirer et motiver d'autres femmes grâce au projet Via Sedna. "De toute l'équipe, je suis la seule à être une athlète professionnelle. Toutes les autres ont un travail normal et ont pris des congés sans solde. Et nous avons quand même réussi à le faire. Je pense que si l'on a des rêves, il faut tout donner pour les réaliser. Ensuite, on peut aussi les réaliser". Même si le chemin pour y parvenir passe par des océans et une paroi de granit de 780 mètres de haut.

Share article
Author:
Andreas Hottenrott
Topics in this article