INTERVIEW | 09/05/2022

"Je sais ce que signifie la stigmatisation..."

Christian Schenk, champion olympique de décathlon
Author:
Uschi Horner

Champion olympique en 1988, diagnostic de "trouble bipolaire" en 2009, aveu de dopage en 2018 : l'ancien décathlonien Christian Schenk s'est toujours relevé et s'engage désormais pour le thème de l'inclusion. Nous avons parlé avec cet homme de 57 ans de son courage dans les périodes sombres et de la raison pour laquelle l'inclusion est pour lui un sujet qui lui tient à cœur.

Christian Schenk a coiffé la couronne de l'athlétisme lors des Jeux olympiques de Séoul en 1988 : Il a remporté la médaille d'or du décathlon. 30 ans plus tard, il a publié son livre "Riss - Mein Leben zwischen Hymne und Hölle" (paru aux éditions Droemer Knaur). Il y livre un regard intime et très existentiel sur son âme malade. Il s'agit d'une confession de vie qui raconte la profonde noirceur de la vie d'un homme qui était autrefois dans une lumière éclatante. Mais l'homme de 57 ans n'abandonne pas, bien qu'il ait dû passer, selon ses propres termes, près de 90 semaines en hôpital psychiatrique.

En 2018 paraîtra le livre de Schenk "Riss - Mein Leben zwischen Hymne und Hölle" (Ma vie entre l'hymne et l'enfer).

Aujourd'hui, Schenk sait très bien quand il doit passer à la vitesse inférieure, ou même à plusieurs vitesses. Et il s'est découvert un nouveau thème de prédilection : L'inclusion. Le sport est à ses yeux idéal pour relier les gens - avec ou sans handicap. Récemment, Schenk a organisé pour la première fois le festival de Rostock "all inklusiv" - un week-end avec diverses manifestations, par exemple des lectures, des séances de cinéma, des symposiums, des tables rondes ainsi que des activités sportives. Nous avons discuté avec lui de sujets sérieux et joyeux, et de la manière dont il souhaite rendre l'inclusion légère, positive et accrocheuse.

Action am Beachbody Stand auf der ISPO Munich 2020
Quels sont les sujets qui font bouger le monde du sport ? Quelles sont les dernières innovations dans le secteur ? Quelles sont les tendances qui domineront à l'avenir ? Avec la Newsletter ISPO gratuite, vous êtes toujours à jour - 365 jours par an ! En anglais ou en allemand

Avertissement sur les déclencheurs : dans cette interview, il est question de dépression et de suicide. Chez certaines personnes, ces sujets peuvent déclencher des réactions négatives. Sois attentif si c'est ton cas. Les personnes concernées peuvent trouver de l'aide sur Deutsche Depressionshilfe en ligneou par téléphone au 0800/3344533.

ISPO.com : Les Championnats d'Europe de Munich viennent de s'achever, avec un décathlonien allemand médaillé d'or - que crois-tu que Niklas Kaul puisse encore faire ?

Christian Schenk : Niklas est un athlète qui a la chance d'avoir des parents qui s'y connaissent un peu en la matière et en méthodologie d'entraînement. Qui agissent au mieux dans son intérêt. C'est idéal. Ils ne poursuivent pas forcément le succès immédiat, mais misent sur l'amélioration continue. Il est devenu champion du monde très tôt. Il a maintenant une technique en partie très bonne, et il deviendra certainement plus puissant et plus fort dans les années à venir. C'est toujours mieux que l'inverse. C'est pourquoi je pense qu'il a du potentiel. Certainement aussi de dépasser les 8.6000, 8.700 points.

8488 points au décathlon : Schenk remporte l'or olympique en 1988

Après les récents championnats du monde, on a beaucoup parlé de la crise de l'athlétisme allemand. Comment vois-tu les choses ?

Il s'agit d'une baisse continue des résultats. Selon la distribution normale gaussienne, le nombre de talents des années 60, 70, 80, 90, 2000 doit toujours être le même. Or, nous ne voyons pas les choses de cette manière, donc les conditions générales ne sont pas adaptées.

Peux-tu expliquer cela plus précisément ?

Je pense que chaque entraîneur peut à juste titre annoncer le développement sportif aux parents de ses protégés et leur dire : 'Fais-le ! Mais si tu demandes ensuite quel est le développement professionnel et personnel, ce sera certainement un 'oui' moins fluide. Ensuite, lorsqu'il s'agit de la sécurité financière, le premier point d'interrogation viendra. Et si l'on demande ce qu'il en est de l'évolution après la carrière, il y aura quatre, cinq ou six points d'interrogation. Tant qu'il en sera ainsi, nous continuerons à assister à un recul de la performance. Le succès n'est alors que le fruit du hasard, comme c'est le cas aujourd'hui pour Niklas.

Crise de l'athlétisme allemand

Y a-t-il à tes yeux d'autres raisons à cette crise ?

Oui, si nous n'avons pas de vainqueurs, nous n'avons pas non plus de modèles pour la jeunesse. Elle ne s'oriente pas vers le 18e d'un championnat du monde. Mon fils cadet m'a récemment fait part d'une autre raison. Il joue au basket-ball et au beach-volley et a répondu à la question : 'Pourquoi ne fais-tu pas de l'athlétisme ? Parce que je ne peux pas y montrer mon style. Je l'ai dans le jeu'. C'est une déclaration qui mérite d'être prise en compte, car les jeunes veulent se distinguer. Et si l'on te dit comment tu dois courir les haies, par exemple, ce n'est pas attirant pour un jeune. Point final. Le saut à la perche est certainement une exception.

Christian Schenk en tant que coach pour enfants et adolescents

Cela signifie que tu n'as pas été très enthousiaste quant aux résultats des championnats du monde d'athlétisme ?

Je dis toujours que nous devons maintenant affronter les Chinois, les Français, les Suisses, les Américains dans la compétition mondiale. Et les Allemands ont fait deux médailles sur 147 aux championnats du monde, deux médailles. On peut encore dire : nous avons les championnats d'Europe. Mais j'étais assis là, triste, et je me suis dit que ce n'était pas possible ! Aux championnats d'Europe, le résultat était meilleur, mais pas par rapport au niveau mondial.

Pour la première fois, un festival inclusif à Rostock

Passons à un événement plus joyeux pour toi : Tu as récemment organisé pour la première fois le festival "all inklusiv" à Rostock. Comment en es-tu arrivé là ?

Un pur hasard. En 2020, un ami m'a demandé si je ne voulais pas devenir entraîneur régional de para-athlétisme dans le Mecklembourg-Poméranie occidentale. Et ce poste m'a vraiment fasciné, même si je ne l'ai occupé qu'un an. J'aime en effet vivre et travailler de manière interdisciplinaire. C'est pourquoi, après avoir cessé d'être entraîneur, j'ai décidé : Voyons le thème de l'inclusion de manière interdisciplinaire. Et cela a été bien accueilli : par l'industrie, par la science, par la culture. C'est pourquoi je fais ce festival. Car nous ne devons pas oublier : Nous avons un groupe cible incroyable. Douze millions de personnes en Allemagne ont un handicap.

Grand succès pour l'organisateur Schenk : 1er festival "all inklusiv" à Rostock

L'idée du festival est inspirée du film "Ziemlich beste Freunde" - est-ce vrai ?

Oui, je vois Omar Sy comme un modèle de rôle. Car ce film sur un aristocrate paralysé qui a engagé un soignant non conventionnel issu d'un quartier difficile véhicule de manière géniale le thème de l'inclusion. Vu par 80 millions de personnes en Europe. C'est donc possible.

Le thème de l'inclusion "doit être plus public".

Quels messages "tout compris" doit-il véhiculer ?

Premièrement : nous voulons proposer des offres aux personnes handicapées.

Deuxièmement, nous voulons créer des rencontres, car deux tiers des gens ne savent pas ce qu'est l'inclusion.

Et troisièmement, nous voulons rendre l'inclusion jeune et joyeuse. Car pour beaucoup, le sujet est encore trop encombrant. En outre, il faut lui donner plus de visibilité, le présenter de manière légère, positive et accrocheuse. C'est pourquoi j'ai demandé à 20 personnalités allemandes très connues de s'exprimer à ce sujet.

Dans quelle mesure le sport se prête-t-il à l'inclusion ?

Il est à mon avis la plus grande fenêtre. Parce que le sport paralympique peut montrer plus que la littérature ou le théâtre. Et le sport a justement cette fascination de toucher davantage de personnes. Nous voulons créer des offres. Car il ne s'agit pas de proposer plus de danse ou de dessin ou quoi que ce soit d'autre pendant toute une année. Ce n'est pas ainsi que nous aiderons. Car celui qui est handicapé dit : tu n'as pas toute ta tête. Vous n'avez pas besoin de nous aider, nous nous débrouillons seuls. Nous voulons participer. Et cette compréhension entraînera de nombreux débats philosophiques que nous organiserons, parce qu'il y a une compréhension totalement erronée, y compris dans la formulation.

Mais ton engagement pour le thème de l'inclusion doit aller au-delà de ce festival ?

Oui, nous ne voulons pas seulement organiser le festival, mais nous voulons faire du "tout inclus" pendant 365 jours. Il est important pour moi de ne pas en faire une manifestation de cirque, mais de proposer de nombreux contenus. Et nous voulons conseiller pour que l'inclusion soit mise en œuvre de manière durable et que la participation des personnes handicapées soit améliorée. Nous voulons par exemple aussi atteindre les entreprises. Elles disent que l'inclusion est chère et coûte cher en personnel. C'est vrai. Donc, nous devons faire quelque chose. Et nous avons la grande chance que personne ne puisse s'y opposer. Jusqu'à présent, c'était également rare dans ma vie.

Schenk veut améliorer la participation des personnes handicapées - ici avec Hanna Wichmann

"Je sais ce que signifie l'exclusion"

Qu'est-ce que tu veux dire par là ?

Je sais ce que signifie la stigmatisation. Je sais ce que signifie l'exclusion. Je ne connais que trop bien cela. En tant que sportif de haut niveau, tu es parfois extrême et tu te comportes aussi de manière asociale. Si tu veux réussir, c'est comme ça. Et Goethe n'était pas non plus un bienfaiteur.

Tu as certainement continué à être stigmatisée après l'apparition de ta maladie et la publication de ton livre sur ta vie avec un trouble bipolaire en 2018 ?

Oui. En 1994, on m'a diagnostiqué pour la première fois une dépression de décharge. Lorsque ton corps passe de 40 heures d'entraînement à zéro, tu as en effet 40 heures par semaine où tu ne sais pas quoi faire. Pendant six mois, j'ai vécu cela, avec tous les drames que cela implique. Puis j'ai vu un psychiatre. amené parce que je n'y arrivais plus tout seul. Et celui-ci m'a donné un début de solution.

Lequel ?

Les spécialistes parlent de renforcement positif. En raccourci, cela signifie que l'on se souvient de son passé, de ce que l'on savait faire de mieux, et que l'on recommence avec cela. Au bout de six mois, je suis sorti de ma dépression. Mais ensuite, en 2009, j'ai tellement travaillé qu'il y a eu une perte d'énergie, c'est ainsi que j'appelle la dépression - déclenchée par le divorce et beaucoup d'autres choses. Le diagnostic : trouble bipolaire. Depuis lors jusqu'en 2017, j'ai été malade en permanence. Cela doit donc faire huit ans. Pendant trois ans, c'était vraiment grave : j'ai dû passer 90 semaines en hôpital psychiatrique. Et je ne veux pas revivre cette période. Mais il faut bien que tu t'en sortes. Au début, tu y parviens grâce aux médicaments et aux thérapies. Ensuite, tu dois trouver une solution pour toi-même. Et c'est sur cette approche que j'aimerais écrire mon deuxième livre, pour lequel je cherche actuellement un éditeur.

Des temps sombres sont derrière le médaillé olympique lorsque son livre paraît en 2018

Le courage de vivre et la pensée pour les fils

Qu'est-ce qui t'a empêché, en ces temps sombres, de mettre tes idées de suicide en pratique ?

En fin de compte, le courage de vivre. Je me suis dit que j'avais deux fils. Raison de ne pas rompre.

Si tu te sens mal aujourd'hui, que fais-tu ?

Il y a des signes avant-coureurs qui se traduisent par un ralentissement, un manque de gestion du temps, de la paresse. Je sais donc que lorsqu'ils se produisent, c'est que quelque chose ne va pas. Lors d'une interview, Loriot m'a répondu à la question de savoir comment il gérait sa charge de travail : 'Mon jeune ami'. Je commence toujours beaucoup trop tard, mais j'ai fini juste au bon moment. C'est la même chose pour moi. Mais quand tu es malade, tu n'y arrives plus. Je redeviens alors un sportif. De la même manière que tu fais tes 15 séances d'entraînement par semaine, tu intègres aussi au moins quatre ou cinq mesures de régénération. Loin du sommeil, car celui-ci est le meilleur régulateur. C'est pourquoi je m'allonge quand je suis fatigué. Et très important : je me nourris très bien et je suis physiquement actif.

Un sport axé sur la joie et une alimentation saine

Le sport est un bon mot-clé : combien en fais-tu encore ?

Je fais beaucoup de kilomètres à vélo tous les jours. Et maintenant, en été, je joue au beach-volley deux fois par semaine. Je vais aussi régulièrement à la salle de sport. Donc je suis en forme.

Mais tout cela sans plan d'entraînement ?

Pas du tout de plan d'entraînement, juste du plaisir. En outre, comme je l'ai dit, je fais attention à mon alimentation. Après ma grave maladie, j'étais en effet très en surpoids. J'ai alors demandé à mon grand fils comment on pouvait facilement perdre du poids. Il m'a alors dit : 'Papa, ne fais pas de sport, mais fais attention à ce que tu mets dans ta bouche, tu perdras plus de poids'. C'est ce que j'ai fait et j'ai pris 20 kilos.

De nouveau en forme et bien installé dans sa nouvelle vie : Christian Schenk au stade

Ta discipline t'aide probablement à faire beaucoup de choses ?

Quand j'étais jeune, j'étais certainement trop discipliné et certainement trop égocentrique. En tant que sportif et en tant qu'individu. Maintenant, je n'ai heureusement plus besoin de l'être. Mais j'ai le courage, qui est aussi celui d'un sportif de haut niveau, de repousser un peu les limites. Et il y a des gens qui suivent, c'est ça qui est bien.

Share article
Author:
Uschi Horner