10

Ce que tu ne sais pas encore sur M. Red Bull

LISTICLE | 11/03/2022
Author:
Uschi Horner

Le fondateur de Red Bull, Dietrich Mateschitz, est mort. Nous sommes partis à la recherche du secret de sa réussite professionnelle et avons également découvert quelques éléments privés que tu ne connais probablement pas encore.

1

Destin ou hasard - l'affaire du taureau

Est-ce le destin ou le hasard ? Nous ne le saurons jamais. Mais l'idée s'impose que le succès avec Red Bull était déjà dans les gènes de l'Autrichien Mateschitz : Il est né le 20 mai 1944 sous le signe du taureau. C'est lors d'un voyage en Asie en 1982 qu'il a découvert la boisson énergétique "Krating Daeng" - en français "gaur rouge", un taureau originaire principalement d'Asie du Sud-Est. Il a ramené la recette chez lui, l'a modifiée pour le marché européen - et le reste fait partie de l'histoire. Forbes a estimé la fortune de Mateschitz à 27,8 milliards d'euros en 2021.

Univers Red Bull : des taureaux en bronze au siège de l'entreprise à Fuschl am See
2

L'inquiétant pouvoir du sponsoring sportif

En 2005, Mateschitz s'est lancé dans la Formule 1 avec sa propre équipe Red Bull. Par ailleurs, les clubs de football RB Leipzig et RB Salzbourg ainsi que le club de hockey sur glace Red Bull Munich font également partie de son empire sportif. Selon les médias, des centaines de millions de dollars sont investis chaque année dans le secteur du sport et des médias de l'entreprise. Dans le monde entier, le groupe sponsoriserait plus de 600 athlètes* branchés - de la course d'aventure et du ski alpin à la course de montagne et au BMX, en passant par la planche à voile et le wingsuit flying. Des événements spectaculaires alimentent également l'image dynamique du producteur de boissons.

Témoignage de choix : la surfeuse Molly Picklum récemment en Australie
3

Red Bull tient à son slogan

Plus haut, plus vite, plus fort - la devise olympique s'applique aussi aux sportifs* extrêmes de Red Bull. Même le ciel ne semble pas être une limite - tout à fait dans l'esprit du slogan publicitaire "Red Bull donne des ailes". En octobre 2012, Felix Baumgartner a effectué un saut en parachute depuis la stratosphère à près de 40 kilomètres d'altitude - sponsorisé par Red Bull. L'attention médiatique portée au projet Red Bull Stratos a été énorme. Des centaines de millions de personnes dans le monde entier l'ont regardé, en Allemagne, selon le magazine Horizont sept millions.

Toutefois, la chasse aux records toujours plus extrêmes a aussi son côté obscur. Lorsque le basejumper de Red Bull Ueli Gegenschatz a sauté de la Sunrise Tower à Zurich dans le cadre d'un événement promotionnel, il a fait une chute mortelle. Des sportifs de Red Bull ont régulièrement été victimes d'accidents tragiques. Malgré cela, Red Bull n'a jamais changé de stratégie - ses propres événements, comme par exemple le Red Bull Rampage ou le Red Bull Cliff Diving World Series, et le sponsoring de sportifs* de l'extrême font partie de son concept marketing.

Saut en parachute de Felix Baumgartner à 40 kilomètres d'altitude
4

Entre les mers du Sud et Spielberg

Même si l'entrepreneur de Red Bull possède l'île de Laucala dans le Pacifique depuis 2003, son attachement à la patrie ne se manifeste pas seulement par le fait que Red Bull paie ses impôts en Autriche.

En 2014, Mateschitz a fait revenir la Formule 1 en Styrie, plus précisément à Spielberg. Il a ainsi donné une impulsion au district de Murtal, qui avait particulièrement souffert du déclin de l'industrie lourde. En conséquence, la tristesse est grande dans la commune, comme l'exprime le maire Manfred Lenger dans son post Facebook : "Monsieur Dietrich Mateschitz est décédé. Une nouvelle qui nous laisse tristes et profondément affectés. Avec Dietrich Mateschitz, ce n'est pas seulement un entrepreneur à succès qui nous a quittés, mais aussi un homme qui n'a jamais oublié ses racines, sa patrie. Par son engagement et son dévouement, il a redonné force et confiance à toute une région".

Un bénéfice pour toute une région : le Red Bull Ring à Spielberg
5

Les préférences culinaires du milliardaire

La boisson énergétique asiatique aurait aidé l'ancien directeur marketing de Blendax à atténuer son décalage horaire. Selon le site spiegel.de, il aurait lui-même bu jusqu'à douze canettes par jour de sa propre boisson énergétique.

Le foodtruck des "Gauchos del Gusto" se trouve directement à proximité du siège de l'entreprise à Fuschl am See - sur la Bullenweide. Même si Mateschitz ne s'est jamais montré en personne, les employés du Bullen* viennent régulièrement, et Marion Feichtner, une amie de Mateschitz, est même allée chercher un burger de temps en temps. On ignore toutefois si le chef d'entreprise l'a également mangé.

Ce qui est sûr, c'est qu'il aimait les gaufres au babeurre faites maison, comme l'a révélé Ulrike Pachler dans un post Facebook : "Cela fait très longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de le rencontrer. Il était en réunion chez mon frère au Tyrol. Ne sachant rien, je me suis précipitée à cette séance avec mes gaufrettes au babeurre faites maison". Mateschitz l'aurait alors remerciée pour les "meilleures gaufres qu'il ait jamais mangées".

Le siège de Red Bull à Fuschl am See
6

Une marque forte - une vie silencieuse

La marque Red Bull était toujours au premier plan - bruyante et non conventionnelle. En revanche, Dietrich Mateschitz a tenu sa vie privée largement à l'écart du public. Jusqu'à présent, on ne sait que peu de choses sur son fils Mark. En 2019, un reportage meinbezirk.at sur la "première apparition" de Mark Mateschitz. À l'époque, il faisait office de directeur de la société Thalheimer Heilwasser GmbH. Aujourd'hui âgé de 30 ans, il devrait reprendre l'empire de plusieurs milliards de dollars selon la volonté de son père décédé. Toutefois, selon un rapport du Manager Magazin, il existe un contrat d'association de Red Bull GmbH qui prévoyait, du moins du vivant de Mateschitz, que sans le feu vert du propriétaire majoritaire thaïlandais Yoovidhya (51 pour cent), il n'était possible ni de décider d'un successeur en tant que directeur général, ni de transmettre ses parts. On ne sait pas encore dans quelle mesure Mark Mateschitz pourra assumer l'héritage professionnel de son père.

Tu veux connaître toutes les actualités de l'outdoor, les innovations, les nouveautés du secteur et bien plus encore ? Alors inscris-toi dès maintenant à nos newsletters, le Sports Business Update hebdomadaire et l'Editorial Letter mensuelle, et reçois toutes les actualités brûlantes et les articles passionnants dans ta boîte aux lettres ! (En anglais ou allemand.)
7

Les athlètes Red Bull* pleurent la mort d'un homme généreux

Que ce soit Max Verstappen, Konstanze Klosterhalfen, Tarek Rasouli ou Robby Naish : ils sont tous en deuil de Dietrich Mateschitz.

Le pilote de Formule 1 écrit dans son post Instagram : "Tu m'as donné la chance de courir en Formule 1 et tu m'as donné les outils pour réussir dans ce sport. Tu vas beaucoup nous manquer, car tu étais une personne généreuse, gentille et attentionnée, toujours là pour tout le monde".

Des propos similaires ont été tenus par Naish, légende du surf: "Avec son incroyable générosité et sa passion, Didi a offert plus d'opportunités à plus de sportifs issus de plus de sports et de plus de milieux que n'importe qui d'autre dans l'histoire. Des jeunes sports extrêmes des années 90 à la Formule 1 aujourd'hui et à peu près tous les sports imaginables entre les deux, Didi était là (à la fois par le biais de sa marque Red Bull et personnellement) pour aider les gens à vivre leurs rêves... y compris moi".

Et la athlète Klosterhalfen remercie pour "de nombreuses années de soutien. Tu as créé une marque qui m'aide à faire ce que j'aime le plus. La course à pied ! Ton histoire est incroyable, l'œuvre de ta vie est fascinante".

Max Verstappen doit tout à son sponsor
8

Autodérision et intelligence

"Tout est une question d'image" : c'est en ces termes que Johannes Kastner, le publicitaire de Red Bull, a expliqué le secret de la réussite de Red Bull au magazine brand eins il y a de nombreuses années. Il décrit l'image de la marque comme "autodérisoire, anticonformiste, intelligente et rebelle. Certains disent qu'une grande partie de notre propre personnalité y a été intégrée". Kastner doit le savoir, puisque c'est lui qui a inventé le slogan "Red Bull verleiht Flüügel" (Red Bull donne des ailes). Selon Süddeutsche Zeitung il aurait fallu un an et demi à Mateschitz pour trouver le slogan adéquat pour son produit. L'ancien propriétaire d'une petite agence de publicité de Francfort, Johannes Kastner, aurait présenté d'innombrables idées à Mateschitz, mais le propriétaire de Red Bull les aurait toutes refusées. La campagne a été lancée en 1987.

9

Une petite boîte - pleine d'argent

Pourquoi Red Bull gagne-t-il autant d'argent avec sa boisson énergisante ? La réponse est simple : la raison en est la marge brute élevée. C'est aux dépenses publicitaires élevées - environ un tiers du chiffre d'affaires serait consacré chaque année à la publicité - que Red Bull doit son image exceptionnelle. Ses clients* sont prêts à mettre la main à la poche pour s'acheter une canette rouge et bleue. Selon un rapport du Tagesspiegel les coûts de production s'élèvent à moins de 20 centimes d'euro. Une marge bénéficiaire aussi élevée n'est pas seulement inhabituelle dans l'industrie des boissons. Seuls les groupes de mode du segment du luxe pourraient retenir une part aussi importante du chiffre d'affaires.

Une petite boîte à forte marge bénéficiaire
10

Exceptionnel à l'extérieur, démodé à l'intérieur

Dietrich Mateschitz était connu pour protéger sa vie privée du public. Il en allait de même avec les secrets internes de l'entreprise. "Du point de vue de la structure, il n'y a pas d'entreprise plus démodée que la nôtre", a déclaré un jour Mateschitz au Neue Zürcher Zeitung. En conséquence, le milliardaire a régné seul sur l'univers Red Bull.

Malgré cela, Red Bull obtient non seulement de meilleures notes en tant qu'employeur sur différents portails que d'autres entreprises du secteur alimentaire, mais le fabricant de boissons a même été récemment classé, avec Google, comme l'employeur le plus attractif dans une enquête Stepstone menée auprès des étudiants autrichiens.

Dietrich Mateschitz est mort à l'âge de 78 ans

Les employés* (13.610 en 2021 selon Red Bull) ont appris le décès de leur patron dans un e-mail envoyé dimanche 23 octobre : "Chers flics ! Nous devons vous informer que Dietrich Mateschitz est décédé aujourd'hui. En ces moments, la tristesse éclipse tous les autres sentiments. Mais bientôt, la tristesse laissera place à la gratitude, pour ce qu'il a changé, fait bouger, provoqué et rendu possible pour tant de personnes. Nous lui resterons attachés avec respect et amour. Notre tâche et notre responsabilité à tous est de poursuivre l'œuvre de sa vie dans son esprit. Merci de nous soutenir dans cette tâche. Merci également de respecter son souhait d'exprimer votre tristesse en silence et avec retenue".

Share article
Author:
Uschi Horner
Topics in this article