Author:
Martin Jahns

Panel sportif avec des représentants de la DFB, BBL, FC Bayern, IOC et BHV

Restart dans le sport : clubs et fédérations en tant que pionniers créatifs

Face à la pandémie de Corona, les clubs sportifs et les fédérations ont trouvé des solutions créatives pour organiser des ligues et des événements, allant de nouveaux formats de tournois à des coopérations inhabituelles. Mais la crise n'est pas encore terminée : Le sport amateur souffre des restrictions - et sans supporters dans les arènes, les professionnels seront eux aussi à l'étroit.

The German Basketball Bundesliga was able to end its season despite Corona with a newly developed tournament mode.
The German Basketball Bundesliga was able to end its season despite Corona with a newly developed tournament mode.

Comment réussir le redémarrage ? Alors que de nombreuses entreprises se posent encore cette question, le sport professionnel a depuis longtemps pris les devants pour y répondre. Mi-mai, le championnat allemand de football (Bundesliga) a repris ses activités en tant que première grande ligue sportive au monde. La 3e ligue organisée par la DFB, la coupe DFB et la Bundesliga féminine ont également repris depuis longtemps. La ligue allemande de basket-ball BBL a suivi début juin en tant que première grande ligue de sport en salle. Lors des ISPO Re.Start Days, les têtes pensantes derrière ces redémarrages réussis ont présenté leurs enseignements.

"Nous avons rencontré beaucoup de sceptiques et de critiques avant de reprendre les matchs", se souvient le Dr Rainer Koch, vice-président de la Fédération allemande de football : "Mais maintenant que les ligues et la coupe sont sur le point d'être terminées, je peux déjà dormir beaucoup mieux".

Marko Pesic : "Sans le football, nous n'aurions pas pu jouer".

Le concept des matchs à huis clos a été pour des dizaines de clubs de football "une étape très importante pour leur survie", selon Koch. Grâce aux concepts d'hygiène élaborés par la DFL et la DFB et à son statut en Allemagne, le football a également contribué à ce que d'autres sports en profitent.

"Sans le football, nous n'aurions pas pu jouer", a confirmé Marko Pesic, directeur général du FC Bayern Basketball. Le club était l'une des dix équipes qui ont participé en juin à un tournoi sans précédent pour le championnat allemand de basket-ball. Pendant trois semaines, plus de 250 joueurs et membres du personnel d'encadrement ont été mis en quarantaine dans un hôtel de Munich afin de décerner le titre de la BBL lors d'un tournoi gigantesque organisé dans la capitale bavaroise.

Une solution née de la nécessité, qui illustre pour Pesic la principale qualité des fédérations et des clubs en ces temps : la flexibilité. "Nous nous sommes adaptés en changeant au pied levé tout le mode de fonctionnement du tournoi. C'est l'une de nos plus grandes réussites et en même temps un blueprint au cas où des situations similaires se présenteraient à l'avenir".

Le CIO observe l'évolution de la situation pour les Jeux olympiques de 2021

Le directeur de la BBL, Dr Stefan Holz, est également fier de ce redémarrage réussi : "Nous n'avons pas eu un seul test corona positif et aucune blessure majeure malgré un calendrier serré et un temps de préparation très court. Nous avons eu des matches passionnants avec du vrai bon sport - et nous avons eu une énorme couverture médiatique, nationale et internationale. Finalement, notre meilleur scénario s'est réalisé".

C'est ce que le CIO doit encore espérer après avoir dû reporter d'un an les Jeux olympiques d'été de Tokyo. Cela signifie certes des coûts supplémentaires pour le CIO et le pays organisateur, le Japon, mais aussi plus de temps pour élaborer un concept : "Nous utilisons ce temps pour discuter et analyser les conditions dans lesquelles cela peut fonctionner", explique Pierre Ducre, directeur associé du département Jeux au CIO.

Mais ce ne sera pas facile : plus de 10.000 athlètes devraient participer aux Jeux. Même pas la moitié d'entre eux ont pu se qualifier jusqu'à présent. De plus, les exigences de protection dans les différentes disciplines ne sont guère comparables : Les règles de distance sont plus faciles à appliquer pour le tir à l'arc que pour la lutte ou le football. Des restrictions de déplacement différentes dans le monde entier rendent difficile une compétition équitable pour les billets olympiques tant convoités.

Marko Pesic (l.) and Dr. Rainer Koch (r.) on the panel of the ISPO Re.Start Days
Marko Pesic (l.) and Dr. Rainer Koch (r.) on the panel of the ISPO Re.Start Days

Des Jeux olympiques sans fans ? "Nous voulons définitivement des spectateurs"

Le report des Jeux olympiques pose également des problèmes pour trouver des dates : l'ex-champion du monde de handball Dominik Klein évoque le calendrier chargé des handballeurs professionnels à partir de l'automne. Jusqu'à Tokyo 2021, il n'y a de facto pas de pause. "C'est vraiment dur", déclare Klein.

Ducre est néanmoins optimiste : "Le fait que le sport revienne est un très bon signe. Cela montre que nous pouvons organiser des événements sportifs dans les bonnes conditions et avec des mesures de protection pour les participants".

Mais on ne sait pas encore si les fans pourront alors être présents dans les stades et les arènes : "Nous devons envisager différents scénarios. Nous voulons définitivement avoir des spectateurs. Mais s'il y a des restrictions politiques, nous devrons nous y plier en tant que CIO".

La coopération entre les ligues est un succès

Le ténor du panel est clair : sans supporters, il ne peut y avoir de sport professionnel à long terme. "Dans ce cas, la situation deviendra critique pour la plupart des clubs et des fédérations dans les mois à venir", craint le Dr Koch.

Pesic, le patron du Bayern Basketball, espère lui aussi que la politique autorisera bientôt les spectateurs, mais il met aussi en garde : "Même un taux de remplissage autorisé de 50 pour cent ne signifie pas que ces billets seront réellement vendus. Le comportement des consommateurs a changé".

Afin de garantir la poursuite provisoire du sport professionnel en Allemagne, même sans spectateurs, les ligues professionnelles de football, basket-ball, handball, volley-ball et hockey sur glace se sont regroupées en une association d'intérêt "Teamsport Deutschland" et ont sollicité une aide financière auprès des politiques. Début juin, un paquet d'aide d'un montant de 25 milliards d'euros a effectivement été adopté.

Une bénédiction pour les clubs et les fédérations, selon le Dr Koch également : "Nous nous traînons actuellement dans un désert et attendons la pluie - c'est-à-dire des recettes provenant de la vente de billets - alors chaque verre d'eau que l'on nous tend fait du bien".

Dominik Klein was handball world champion as a player. Now he is the managing director of the Bavarian Handball Association.
Dominik Klein was handball world champion as a player. Now he is the managing director of the Bavarian Handball Association.

Les clubs amateurs s'inquiètent de la relève

Mais le sport amateur est lui aussi confronté à des défis : Certes, les ligues de football professionnel jouent à nouveau, mais selon le Dr Koch, cela ne représente qu'une cinquantaine de matchs de football sur les plus de 80.000 qui ont normalement lieu chaque week-end en Allemagne. Ici aussi, les clubs dépendent de la politique : Alors que dans certains endroits, la ligue pourra bientôt reprendre ses activités, dans d'autres Länder, les équipes n'ont même pas encore le droit de s'entraîner : "C'est ainsi que nous perdons des talents, car les enfants se désintéressent".

Dans le handball aussi, ce sont surtout les équipes amateurs et la relève qui souffrent. "De nombreux enfants n'ont pas joué au handball depuis six mois", explique Dominik Klein. La Fédération bavaroise de handball tente de remédier à ce problème en diffusant des vidéos d'entraînement pour les enfants dans les médias sociaux.

Ce n'est qu'une des nombreuses approches créatives des fédérations et des clubs. Mais au final, toutes les parties espèrent la fin des restrictions au plus tard avec un vaccin contre le Covid-19. Marko Pesic résume les choses ainsi : "Le plus beau pour un sportif, c'est de jouer devant ses fans. J'espère que nous pourrons à nouveau accueillir les gens chez nous dès que possible".

Share article
Author:
Martin Jahns