INTERVIEW | 05/05/2022

Voyages d'aventure, mais durables : "Nous ne devons pas laisser le tourisme viking s'installer".

Prof. Dr. Manuel Sand
Author:
Martin Jahns

Les voyages d'aventure associent vacances et sports de plein air - et sont de plus en plus populaires. Le professeur Dr. Manuel Sand se penche sur ce phénomène. Avant l'Adventure Tourism Conference qui se tiendra dans le cadre de l'OutDoor by ISPO du 12 au 14 juin à Munich, il explique dans une interview que le prochain sport à la mode se déroulera sur l'eau, que les Allemands sont plus prudents que les fans d'outdoor des États-Unis et comment les prestataires de voyages et les voyageurs doivent veiller ensemble à ce que la nature ne devienne pas une croisière.

Que ce soit en VTT, en camping-car ou en SUP, de plus en plus de personnes trouvent dans les voyages d'aventure en pleine nature un parfait équilibre avec leur quotidien. Et le boom des activités de plein air dans le secteur du voyage n'est pas près de s'arrêter en 2022. Mais quelles sont les activités de plein air et les destinations les plus demandées ? Les vacanciers allemands en plein air ont-ils un comportement différent de celui des Américains ? Mais surtout, comment éviter que la ruée vers la nature ne conduise à sa ruine?

Dans une interview avec ISPO.com, le professeur Manuel Sand, professeur à la Haute école de gestion appliquée dans le domaine des sports de plein air et de la gestion de l'aventure et directeur académique de l'Adventure Campus Treuchtlingen, donne des réponses.

Au cours de la conférence sur l'aventure et le tourisme.Adventure Tourism Conference en collaboration avec l'Adventure Travel Trade Association (ATTA), la Hochschule für angewandtes Management (HAM) et l'Adventure Campus Treuchtlingen, se consacrera dans le cadre du OutDoor by ISPO le 12. juin à ces questions. Au cours de keynotes, d'ateliers et de snapshots, tout tournera autour des innovations en matière de vélo, de vanlife et de tourisme, qui ne sont pas seulement synonymes d'aventure pure, mais aussi de durabilité.

"Le foil, une nouveauté que beaucoup voudront essayer cet été"

M. Sand, qu'en est-il de l'envie d'aventure des gens ? Peut-on déjà dire si le grand boom des activités de plein air et de la vie en van de ces dernières années se poursuivra en 2022 ?
Prof. Dr. Manuel Sand: Je serais très étonné que ce ne soit pas le cas. Les gens continuent à avoir envie d'être dehors, de se déplacer. Que ce soit en van, en VTT ou en SUP. Je pense qu'il en sera de même cet été, même si la nature n'est plus la seule possibilité d'activités, comme c'était encore le cas lors des années Corona précédentes.

Quels sont les activités et les formats de voyage les plus demandés?
Le stand up paddle continue de connaître un méga-boom, que je vois toutefois d'un œil un peu critique. Car il y en a malheureusement qui ont acheté une nouvelle planche, mais qui ne savent pas comment l'utiliser dans le sens de la protection de la nature. Le VTT va également prendre de l'ampleur au vu des nouveaux sentiers publics et légaux qui ne cessent de fleurir en Allemagne. De toute façon, ce sport est déjà arrivé au cœur de la société.

La tendance, même si elle concerne actuellement un groupe marginal, est au wing-floilen avec une planche et une petite voile. Dans le domaine de l'action aquatique, il y a longtemps eu peu de nouveautés depuis le kitesurf. Aujourd'hui, le foiling est une nouveauté que de nombreuses personnes veulent essayer cet été.

Le boom des camping-cars va également se poursuivre. On a tout avec soi, on peut rencontrer des gens, mais ce n'est pas obligatoire. Actuellement, les fournisseurs continuent d'essayer de commander autant de camping-cars que possible pour pouvoir les louer en été.

A cause de Corona, certains voyagistes ont développé des voyages "self-guided", où l'on réserve certes une offre, mais où l'on voyage sans guide. Il s'agit plutôt de s'orienter soi-même à l'aide du matériel mis à disposition.

Le professeur Manuel Sand mène des recherches dans les domaines du tourisme d'aventure, des sports de plein air et de la protection de la nature, des sports de plein air et de la santé.

"Le voyageur d'aventure allemand n'est pas si ouvert à la nouveauté"

Quel sera le comportement des voyageurs d'aventure en 2022?
Avec mon collègue, le professeur Sven Groß de la Hochschule Harz, j'ai réalisé une enquête dans le cadre de laquelle nous voulions savoir : Qui est le voyageur d'aventure allemand ? Les voyageurs d'aventure allemands aiment mieux se connaître eux-mêmes. Ils le font moins par addiction à l'adrénaline que pour tester leurs propres limites et faire leurs preuves dans des situations difficiles. A cela s'ajoute comme motif l'échange avec la nature et bien sûr le sentiment de bien-être après le sport en plein air.

Les voyageurs d'aventure sont souvent plus extravertis que les autres. Mais ce qui est passionnant, c'est que selon nos constatations, le voyageur d'aventure allemand n'est pas aussi ouvert à la nouveauté qu'on pourrait le croire. Le voyageur d'aventure américain est plus enclin à s'engager dans des situations nouvelles et à s'écarter du chemin connu. Cela correspond à l'image du touriste allemand classique et de ses voyages selon la devise "Là, on sait ce qu'on a". Cela m'a moi-même surpris, car je m'attendais plutôt à une mentalité du genre "Aujourd'hui, on prend le SUP et on voit ce qui se passe".

Quelles sont les régions qui ont actuellement le plus le vent en poupe en matière d'offres Adventure ?

D'une part, la tendance des micro-aventures se poursuit. Les gens se rendent compte qu'il y a de superbes aventures non loin de chez eux. De nombreuses personnes continueront à le faire à l'avenir. C'est là qu'intervient aussi l'augmentation actuelle du nombre de lieux de trekking. Il s'agit de possibilités d'hébergement en forêt où l'on peut passer la nuit entre deux randonnées, moyennant une petite somme. Mais bien sûr, l'envie de s'envoler plus loin revient aussi.

Notre enquête a montré que pour les Allemands, le Canada, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud et l'Islande sont les pays dominants associés aux voyages d'aventure. Pour les voyageurs d'aventure allemands, les safaris en Afrique figurent également relativement en tête de liste, avant l'Amérique du Sud. Cette dernière est en revanche la première destination de voyage d'aventure pour les Américains.

Et quelles sont vos astuces secrètes pour les aventures en plein air de demain?

La plupart des gens associent encore les voyages d'aventure plutôt à l'Europe ou à l'Amérique du Nord, mais je pense que le marché asiatique et africain va devenir de plus en plus passionnant. De nombreux pays offrent moins d'attractions classiques ou d'infrastructures touristiques. Ils peuvent en revanche s'adresser à un groupe cible qui en a justement envie en proposant des offres d'aventure.

En outre, de nombreux grands voyagistes mettent de plus en plus l'accent sur les endroits préservés du sud-est de l'Europe, par exemple en Roumanie ou en Albanie. Il est toutefois possible que la guerre en Ukraine ait des répercussions négatives dans ce domaine.

"Le lobby des sports de plein air trop silencieux lors de la coronapandémie était un point faible"

Quels enseignements le secteur de l'outdoor a-t-il tiré de la pandémie Corona ? Et où ont été mis en évidence les points faibles sur lesquels l'industrie peut travailler ensemble?
En Allemagne, le lobby des sports de plein air, trop discret, a été un point faible lors de la coronapandémie. Certes, certaines fédérations ont par exemple élaboré des règles uniformes pour les prestataires de canoë, mais il n'existe pas de fédération interprofessionnelle. Avec celle-ci, on aurait déjà pu dire plus clairement : "Laissez donc les gens faire du sport en plein air !" Les Suisses ou les Autrichiens, qui ont une fédération, ont eu nettement plus de possibilités de se faire entendre. Il y a des réflexions isolées pour entreprendre quelque chose dans cette direction. Je pense que ce serait une bonne possibilité. Au niveau international, il y a l'Adventure Travel Trade Association (ATTA), qui a été d'une grande aide pour le secteur à l'époque de Corona.

Si le boom des activités de plein air est positif pour le secteur, il peut aussi devenir pesant pour la nature. Comment le secteur des voyages d'aventure peut-il concilier l'augmentation du nombre de touristes et la durabilité?
La durabilité est un thème important qui occupera également une place importante lors de l'Adventure Travel Conference dans le cadre de l'OutDoor by ISPO. Le secteur est déjà relativement avancé dans ce domaine. De nombreux fournisseurs appliquent des compensations de CO2 et font avancer des projets durables sur place dans les régions. Que ce soit par la construction de lodges climatiquement neutres ou par l'implication directe des habitants sur place. Cela implique également que l'argent des touristes profite à la région et ne soit pas dépensé uniquement sur le bateau comme dans le tourisme de croisière. Ainsi, le lieu de vacances et les habitants locaux reçoivent également quelque chose en retour.

Durabilité : plus les fournisseurs sont nombreux à le faire, plus ils sont acceptés

Et qu'en est-il de l'amour de la nature chez les voyageurs?
La volonté de durabilité chez les vacanciers est également assez grande. Lors de notre enquête, beaucoup disent que la durabilité est un sujet important. Mais lorsqu'on leur demande s'ils sont prêts à compenser les émissions de CO2 ou à dépenser plus d'argent, la réponse est malheureusement souvent un peu différente. Ce que l'on appelle l'Attitude-Behaviour-Gap - la différence entre l'attitude et le comportement - est malheureusement aussi apparu clairement dans notre enquête. J'espère qu'un changement de mentalité aura lieu à long terme.

Dans quelle mesure les fournisseurs peuvent-ils jouer un rôle ici?
L'activité de la branche sur le thème de la durabilité aide : plus les fournisseurs font dans ce sens, plus cela sera accepté par les voyageurs.

Mais plus de gens dans la nature signifie aussi qu'il y a de plus en plus de personnes en plein air qui ne savent pas comment se comporter. Par exemple, n'importe qui peut créer ses propres itinéraires dans les apps, même en dehors des sentiers de randonnée balisés à travers des réserves naturelles. C'est là que les fournisseurs doivent intervenir pour endiguer ce phénomène.

En même temps, je suis convaincu qu'il est plus durable à long terme de rapprocher les gens de la nature et de leur expliquer comment ils doivent s'y comporter - non pas par des interdictions, mais par l'éducation. Si l'on sait ce que l'on veut protéger et comment le protéger, on agira de manière plus durable à long terme.

Le tourisme viking, comme dans le secteur des croisières, où les bateaux "attaquent" les villages, n'y restent que quelques heures et laissent derrière eux peu d'argent et beaucoup de déchets, est une chose que nous ne devons pas laisser arriver dans la nature.

OutDoor by ISPO : sortir de sa propre bulle

Quelle importance revêt pour le secteur de l'outdoor et des voyages d'aventure le fait de pouvoir à nouveau se rencontrer personnellement à l'Adventure Travel Conference dans le cadre de l'OutDoor by ISPO ?
Les gens de notre branche sont pour la plupart sociables. Il y a des gens qui ont un état d'esprit similaire, qui aiment se rencontrer et qui apprécient beaucoup les échanges personnels. C'est pourquoi je pense que beaucoup se réjouissent de se revoir enfin. Tout le monde en a assez des conférences et des réunions en ligne, qui ne fonctionnent pas autant qu'en présence.

Ce que je trouve très excitant, c'est le mélange qui sera réuni à l'OutDoor by ISPO : Le domaine scientifique est souvent plutôt entre soi et pas si proche de la pratique. Il est judicieux de relier tout cela et d'établir des contacts afin de mettre la théorie en pratique ou de faire avancer la recherche qui aide directement les fournisseurs. C'est en partie ce qui se passe, mais cela peut encore s'améliorer.

Au salon OutDoor by ISPO s'ajoutent les fabricants d'articles de sport et d'appareils de sport qui sont chez eux à l'OutDoor by ISPO. Il y a beaucoup à faire pour le secteur des voyages d'aventure, par exemple une coopération entre un organisateur de randonnées et un fabricant de tentes pour des rapports de test sur le dernier modèle de tente. Il y a là de nombreux points de contact et il sera passionnant de regarder plus loin que le bout de son nez et de se mettre en réseau avec des secteurs dans lesquels on n'est pas encore très présent.

C'est justement à l'époque de Corona que beaucoup ont vécu dans leurs bulles. J'espère que nous pourrons réunir quelques bulles qui se recoupent lors de l'Adventure Travel Conference et de l'OutDoor by ISPO.

Share article
Author:
Martin Jahns


Commentaires