Sports // 01/09/2023

"Gold-Rosi" : la vie mouvementée d'une icône des sports d'hiver

Rosi Mittermaier a été la première icône féminine des sports d'hiver. Partie de rien et couverte de superlatifs, "Rosi d'or" a rapidement mis sa carrière entre parenthèses. Plus tard, sa popularité a donné des ailes à des projets sociaux et sportifs. La lauréate de la Coupe ISPO est décédée récemment à l'âge de 72 ans des suites d'une grave maladie. Portrait d'une athlète et d'une personnalité d'exception.

Ce qui distingue les grandes carrières sportives des très grandes, c'est le sens du timing idéal pour s'arrêter. Trois mois après sa surprenante double médaille d'or et d'argent aux Jeux olympiques d'hiver d'Innsbruck en 1976, après une saison au cours de laquelle elle a également remporté le titre de championne du monde de combiné alpin et le classement général de la Coupe du monde, Rosi Mittermaier dit "Servus" au cirque du ski. Son énorme popularité reste intacte des décennies plus tard, car elle laisse aussi sa trace sur de nouvelles pistes.

Il est certain que la grande petite (1,59 mètre) Rosa Katharina Mittermaier continuera d'agir longtemps après sa mort, tant sur le plan personnel que sportif. "On ne retrouve pas une personne comme elle", dit la légende du football Sepp Maier, représentant de nombreuses personnes à qui Rosi Mittermaier manque désormais beaucoup. Tobias Gröber, Head of ISPO Group, écrit dans sa lettre de condoléances à la famille de Rosi Mittermaier : "Rosi Mittermaier restera à jamais dans nos mémoires et dans celles de toute la communauté des sports d'hiver grâce à son caractère aimable, ouvert et joyeux. Sa joie de vivre et son enthousiasme étaient véritablement contagieux et une source d'inspiration pour des millions de personnes en Allemagne et bien au-delà."En effet, cette Munichoise d'origine n'a pas seulement contribué à la percée de la grande tendance du nordic walking dans son pays, mais ses exercices de gymnastique à ski à la télévision bavaroise sont devenus cultes. Son credo de toute une vie : l'homme moderne doit bouger, sortir dans la nature, au lieu de dépérir en restant assis.

Fleuron bavarois

"Elle était l'exemple type de la façon dont on peut rester terre à terre et accessible malgré des succès époustouflants. Elle représentait de manière exemplaire l'amour de la patrie, l'esprit sportif, la tolérance et le fair-play", a déclaré le ministre-président bavarois Markus Söder en rendant hommage à Rosi Mittermaier, toujours rayonnante, qui était bien plus qu'une skieuse de compétition. C'était aussi une figure emblématique de l'ancienne République fédérale d'Allemagne, et de la Bavière, autrefois un Land agricole moqué, devenu une destination de sports d'hiver en plein essor.

Rosi Mittermaier était une représentante de la nouvelle Bavière, sûre d'elle, le pendant féminin de Beckenbauer, Hoeness et Müller, le bombardier de la nation. Plus tard, en tant qu'ambassadrice olympique, elle a fait la promotion des jeux d'hiver à Munich, la CSU l'a sollicitée pour l'élection du président fédéral à l'Assemblée fédérale. Une figure de proue de livre d'images, cette "Rosi d'or".

Soudain "Gold Rosi" ("Rosi d'or")

Elle célèbre son plus grand triomphe sportif en 1976 - et tout le monde connaît soudain la "Gold Rosi", "Rosi d'or". Avant les Jeux olympiques d'hiver d'Innsbruck, personne ne l'avait en effet inscrite sur le papier, les favorites étaient autres. Les habitants de Reit im Winkl sont d'autant plus enthousiastes lorsque la jeune femme, alors âgée de 25 ans, est escortée par la police à travers son pays, ses trois médailles autour du cou. Seul le facteur Steff soupire, car il doit transporter chaque jour des milliers de lettres et de paquets de fans de Rosi jusqu'à l'alpage de Winklmoos. En guise de remerciement pour la livraison, il y a toujours du café et des "a gscheide" un casse-croûte de la mère de Rosi. Les Mittermaier ont transmis les innombrables bouquets de fleurs aux hôpitaux de Traunstein et des environs.

Au total, elle a obtenu 41 podiums en Coupe du monde de ski alpin, dont dix victoires. Elle a notamment réussi à se hisser deux fois à la première place en 1976 à Copper Mountain aux États-Unis, aussi bien en slalom qu'en slalom géant.

Précurseur d'une autre perception du sport féminin

Même ABBA n'était pas un concurrent pour la championne olympique. Malgré le titre à succès "Dancing Queen", le groupe pop a dû se contenter d'un "Otto Bravo" de bronze en 1976, tandis que Rosi Mittermaier, bien sûr, remportait là aussi l'exemplaire doré. La toute première pop star féminine du ski était née. Le New York Times la baptise "Miss Sourire", "Rosi, on t'embrasse !", titre le journal Bild. "Avec ce succès, Rosi a contribué de manière décisive à ce que le sport féminin soit perçu différemment", estime Maria Höfl-Riesch, qui, en tant que skieuse, a certes remporté une médaille d'or olympique de plus que son idole, mais qui était loin d'être acclamée avec autant de frénésie. Personne n'a réussi cela après Rosi Mittermaier.

A l'époque, quelques baisers de trop ont peut-être eu raison de la modestie de Rosi Mittermaier et de l'idylle de son pays : "L'herbe n'a plus poussé devant la cabane parce qu'il y avait tellement de monde", c'est ainsi qu'elle a expliqué son départ du cirque professionnel. Des fans agressifs ont régulièrement escaladé la clôture pour jeter un coup d'œil dans la salle à manger de Mittermaier.

Les médailles ont changé sa vie, mais Rosi est restée Rosi. La neige ("Quand il neige, c'est pour moi un jour de jubilation. Tout ce qui était laid était recouvert") et le ski, elle l'affirmait sans cesse, étaient ce qu'elle avait de plus beau, "la liberté totale". A cause du battage médiatique autour de sa personne, elle a renoncé à ce qu'elle disait aimer le plus au monde.

La gaieté et la chaleur du cœur plutôt que l'ambition acharnée

La skieuse se réjouissait des victoires de ses camarades comme des siennes. Elle n'a jamais manifesté d'obsession à la Oliver Kahn, mais plutôt de la joie : La gaieté et la chaleur du cœur. Comme si, lors des courses de ski olympiques de 1976, c'était le pur plaisir de glisser sur la neige blanche qui lui avait valu l'or. "Elle ne cherchait pas le succès, mais c'est peut-être justement pour cela que le succès l'a trouvée", suppose le "Tagesspiegel" dans sa nécrologie.

Rosi - une femme plutôt moderne

Mark McCormack a lui aussi reconnu que la Rosi en or avait un potentiel qui dépassait le cadre purement sportif. L'Américain, fondateur légendaire de l'"International Management Group", est considéré comme l'inventeur du marketing sportif moderne. Outre l'as du tennis du siècle Björn Borg et d'autres athlètes* de haut niveau international, il a pris sous contrat Rosi Mittermaier - la seule Allemande et sportive qui n'est plus en activité.

Le marché lui rapporte deux millions de marks pour une durée de trois ans, ce qui représente une somme énorme à l'époque. Elle crée une collection de sports d'hiver, fait de la publicité pour des articles de ski, se produit lors de rendez-vous publicitaires, partout dans le monde. Dans le contexte de l'époque, Jet-Set-Rosi, à la fin des années 1970, était une femme plutôt moderne pour une Madl de l'alpage de Winklmoos.

Femme moderne : de l'alpage de Winklmoos au monde entier

Rosi Mittermaier, une marque internationale

C'est ainsi que commença pour elle "une deuxième vie", écrit Rosi Mittermaier en 2011 dans son livre "Fröhlich bin ich sowieso" (Je suis de toute façon joyeuse), un mélange enlevé d'autobiographie, de recettes de vie et de cuisine. "D'un seul coup, j'étais une femme d'affaires, bien que l'argent n'ait jamais été important pour moi. Je me suis plongée dans une toute nouvelle vie, j'ai pu découvrir de nouvelles choses et élargir mes horizons. J'étais constamment en voyage. Que ce soit en Amérique ou au Japon, à travers le monde, partout on me faisait ... tourner en rond avec une extrême contrainte de rendez-vous, comme si j'avais accompli quelque chose d'extraordinaire". Ce dernier point pourrait paraître artificiel et pseudo-humble chez certaines stars, mais on le croit chez Rosi.

La nostalgie de leurs origines bavaroises

Elle était reconnaissante pour New York, Rio, Tokyo, mais plus ce voyage durait, plus elle avait envie de revenir : "à mes racines, à mes origines bavaroises, dont je n'ai jamais voulu m'éloigner". Ses parents et ses frères et sœurs, son grand amour éternel Christian Neureuther, qu'elle a rencontré à l'âge de 15 ans, et ses enfants représentaient tout pour elle, tout comme les Kässpatzen de son amie Traudl et la machine à coudre professionnelle que sa mère lui avait offerte pour son mariage lui manquaient.

Elle écrit ensuite : "Quand je vois les influences auxquelles les enfants doivent faire face aujourd'hui, je mesure la chance que j'ai eue de vivre mon enfance dans des conditions simples". Ses parents avaient émigré de Munich vers le Chiemgau. Les Mittermaier ont d'abord géré une auberge, puis un foyer d'étudiants. Le père, Heinrich, apprenait aux clients à skier, la mère, Rosina, s'occupait de leur nourriture. Pour leur bonheur de vivre, la famille de Rosis n'avait pas besoin de grand-chose : "L'harmonie dans la famille, du temps pour l'autre, la santé et la nature".

Chez la jeune Rosi, le mouvement était abondant : directement devant sa porte. C'est dans cet environnement qu'elle a "acquis son besoin de mouvement et de coordination pour le reste de sa vie par le jeu et le plaisir, sans contrainte". C'est ce qui manque aux enfants des Playstation d'aujourd'hui. Rosi Mittermaier a donc déploré, à grand renfort de publicité, que le sport figure sur la liste des activités à biffer dans les jardins d'enfants et les écoles. "Nous aussi, parents, avons la responsabilité de tenir compte de ces connaissances fondamentales de la biologie humaine. Nous devons permettre à nos enfants de jouer et de bouger", a-t-elle exigé.

Y compris à ses deux propres enfants, la styliste de mode Ameli Neureuther et le skieur de compétition Felix Neureuther, elle leur a fait découvrir le sport et la nature.

Dans la préface de son récit de vie, elle recommande à son lectorat de se lever du canapé entre les chapitres et de faire délicatement des flexions des genoux ou des exercices d'étirement. L'homme doit bouger, tel est le credo de Rosi Mittermaier. Le mouvement est l'instinct primaire de l'homme, qui risque de s'atrophier dans notre monde civilisé.

Aujourd'hui culte : la gymnastique du ski à la télévision

Elle a immortalisé son appel et inspiré ses lecteurs* avec de nombreux livres comme "Die Heilkraft des Sports : Mit Spaß und Freude mehr Gesundheit" ou "Stabile Knochen - Mobiles Leben". Lorsque la mégastar hollywoodienne de l'époque, Jane Fonda, a déclenché un boom mondial de l'entraînement avec des vidéos d'aérobic, Rosi Mittermaier a répliqué avec des exercices de gymnastique au ski à la télévision bavaroise, qui jouissent depuis d'un statut culte.

Rosi Mittermaier contribue à la percée de la marche nordique

Avec Christian Neureuther, elle a contribué à la percée du nordic walking, d'abord inconnu, en Allemagne. Ils ont publié des livres et des DVD sur cette discipline sportive née en Finlande dans les années 70 et ont enthousiasmé les fans de ce sport dans de nombreux endroits avec leurs "Nordic Walking Days". Rosi et Christian, qui, dès le début des années 80, ont diverti des millions de téléspectateurs en étant les invités permanents de l'émission télévisée "Dalli Dalli", sont considérés dans ce pays comme les principaux artisans de cette méga-tendance.

C'est aussi pour cela que l'ISPO rendra hommage à Rosi Mittermaier en 2005 pour l'ensemble de son œuvre. "Avec Rosi Mittermaier, le monde du sport ne perd pas seulement une athlète d'exception, mais aussi et surtout une personnalité chaleureuse, sympathique au-delà de toute mesure et qui, malgré sa notoriété, garde les pieds sur terre", déclare Tobias Gröber, Head of ISPO Group. "Ce fut pour nous un grand honneur et un grand plaisir de décerner à Rosi le trophée ISPO pour sa carrière sportive unique et ses multiples engagements sociaux".

En 2005, Rosi Mittermaier avait déjà remporté l'ISPO Cup pour ses prestations uniques en faveur du monde du sport.

Leurs héros* n'étaient pas des sportifs professionnels

Son engagement pour les personnes qui ont besoin d'aide était en effet exceptionnel. Rosi Mittermaier s'est notamment investie en tant que marraine de la fondation pour les enfants atteints de rhumatisme. "Quel battage médiatique est fait autour de nos athlètes de haut niveau, chaque petit bobo vaut un gros titre et est largement discuté", constate-t-elle dans son livre. Ses héros* sont les enfants à l'hôpital, "qui se battent chaque jour pour eux-mêmes et pour leur santé. Mes héros sont les médecins, les soignants et les parents qui s'occupent avec dévouement de l'avenir de ces enfants, qui m'éclairent positivement et me racontent à quel point ils vont bien". La fondation allemande pour le rhumatisme infantile présente également ses condoléances : 

Un engagement social au cœur d'or

En outre, Rosi Mittermaier s'est engagée pour l'initiative contre la perte osseuse et en tant que marraine pour l'initiative "Wir helfen Kindern", qui s'engage pour l'amélioration des soins ophtalmologiques des enfants aveugles et malvoyants au Népal et au Zimbabwe.. Elle préférait parler de ces choses plutôt que de ses succès en tant que coureuse, qui n'étaient pour elle rien de plus qu'un épisode sympathique de sa vie.

Une compagne de longue date, l'actrice Michaela May, résume en une phrase ce qui caractérise le plus Rosi Mittermaier : "Pour moi, elle n'était pas "Rosi d'or" à cause de ses médailles, mais parce qu'elle était tout simplement d'or". De nombreux collègues* et sportifs* font également le deuil de la skieuse, comme par exemple l'ancien skieur italien Paolo De Chiesa, qui a écrit des mots émouvants sur son profil Instagram : "Adieu à Rosi Mittermaier, la douce super championne" !

Share article
Topics in this article