Julian Galinski
Author:
Julian Galinski

Comment encourager les amateurs de sports d'hiver et les skieurs du futur

Rosi Mittermaier et Christian Neureuther : voici comment enthousiasmer durablement les enfants pour les sports d'hiver

Les sports d'hiver ont des soucis pour l'avenir : des prix élevés et une relève trop peu enthousiaste rendent les débuts difficiles. Rosi Mittermaier et Christian Neureuther expliquent ici comment créer dès maintenant une base pour l'avenir - et quel rôle joue leur fils Felix dans ce processus.

Felix Neureuther, hier in Penzberg, macht Kinder "fit4future".
Felix Neureuther, hier in Penzberg, macht Kinder "fit4future".

Pratiquer des sports d'hiver, skier régulièrement ou passer des vacances au ski coûte cher. Ce sont surtout les ménages dont le revenu est inférieur à 2000 euros qui en sont quasiment exclus. Comment peut-on y remédier, Monsieur Neureuther ?
Christian Neureuther : Si nous comparons les offres en Allemagne avec celles des autres pays européens, nous avons toujours ici le meilleur rapport qualité-prix dans les stations de ski. Mais il est clair que l'avenir des sports d'hiver dépend aussi de notre capacité à proposer aux familles et aux personnes aux revenus plus modestes des programmes de vacances et de sports d'hiver qui soient abordables. C'est déjà le cas dans de nombreux endroits, et ceux qui cherchent ces offres les trouvent.

Modèles de prêt : "Le commerce doit rester flexible".

Mais cela peut-il concurrencer les offres de plage tout compris vraiment avantageuses ?
Nous voyons ici une tendance : en raison de la situation politique au Proche-Orient, notamment en Turquie, l'Allemand préfère à nouveau rester dans son propre pays. Les chiffres du tourisme estival sont en forte hausse. Et lorsqu'un enfant a passé une fois des vacances à la montagne, que ce soit en été ou en hiver, il en garde une nostalgie originelle qui dure toute la vie.

Pour le commerce, cela signifie qu'il faut trouver d'autres modèles de revenus : Abandonner l'achat au profit de la location. On n'a pas besoin d'acheter des skis pour passer des vacances par an, n'est-ce pas ?
Je vois cela avec un œil qui rit et un œil qui pleure. En pleurant parce que l'industrie dit que les chiffres de vente des skis sont en baisse et que nous ne pouvons plus nous offrir de coureurs. Mais bien sûr : pour le consommateur normal, la location est une véritable valeur ajoutée - bien que, mon conseil, il ne faille jamais louer de chaussures de ski. Dans le domaine des enfants, les parents dépensent énormément pour les skis, ce n'est pas du tout nécessaire. Le commerce doit rester flexible dans ce domaine.

Rosi Mittermaier und Christian Neureuther beim Besuch von „Dein Winter. Dein Sport“
Rosi Mittermaier und Christian Neureuther beim Besuch von „Dein Winter. Dein Sport“

"Les sports d'hiver doivent être ancrés dans le quotidien"

Quelles peuvent être les étapes et les mesures pour inciter les enfants et les adolescents à pratiquer à nouveau le ski et les sports d'hiver ?
Les sports d'hiver doivent être ancrés dans la vie quotidienne, ce qui est évidemment difficile si les parents n'ont aucun lien avec eux. Il s'agit ici d'aborder les écoles et de travailler contre l'image négative des sports d'hiver en tant que prédateurs de ressources - un voyage à Majorque est bien plus dommageable qu'un voyage en vacances de ski.

Felix Neureuther se rend dans les garderies

Son fils travaille également dans cette direction avec son programme.
Felix touche aujourd'hui un million d'enfants avec "Bouge-toi intelligemment", de manière ludique. Et bien sûr, il y a parmi eux de nombreux enfants qui ne reçoivent aucune impulsion de la part de leurs parents pour pratiquer des sports d'hiver. Mais il s'agit aussi de promouvoir la culture du mouvement, de créer une cohabitation entre les générations, c'est un aspect très important. Faire connaître des sports que l'on peut pratiquer toute sa vie. La prochaine étape du projet de Felix sera d'ailleurs d'aller dans les crèches.

Parce que l'activité physique est négligée dès le plus jeune âge ?
Les enfants doivent voir qu'il y a tellement de choses à faire, surtout à l'extérieur, de manière ludique.

Jusqu'à présent auditrice, Rosi Mittermaier s'est à présent jointe à la conversation.

Mittermaier : Il suffit de sortir, d'aller dans la nature - même s'il fait froid ! C'est en fait ce qui est beau ! De nos jours, de nombreux parents ont peur d'exposer leurs enfants à la nature tout à fait normale ! Les jeunes parents mettent leurs enfants en bas âge dans des housses en plastique, juste pour éviter qu'une goutte de pluie ne passe à travers ! Avant, quand il pleuvait, nous nous mettions sous la gouttière et nous nous faisions arroser. Aujourd'hui, de nombreux enfants n'ont plus le droit de le faire.

"Le meilleur cadeau : le grand tapis bleu de l'école"

L'enfant est protégé et encadré par de bonnes intentions - mais dans un cadre beaucoup trop étroit.
Il est si important de donner à un enfant une image positive et courageuse de lui-même. Que se passe-t-il s'il fait une chute à ski ? Je dis alors : "C'était une super chute, super ! Au lieu de : Pour l'amour de Dieu, que s'est-il passé, ne skie plus jamais aussi vite !

Neureuther : Quand Felix tombait et qu'il s'apprêtait à pleurer, je disais : c'était la plus belle chute, ça t'a peut-être fait tourner la tête !

Mittermaier : Le meilleur cadeau pour un enfant est le grand tapis d'école bleu. Il survit aux générations. Il ne s'abîme pas, on peut le mettre partout !

"Un enthousiasme pour le sport qui dure toute la vie".

En résumé, le sport, et donc les sports d'hiver, ne peuvent être cultivés qu'en commençant par les racines.
Neureuther : Au milieu de la vingtaine, il est très difficile de susciter un nouvel enthousiasme. Bien sûr : c'est avec les enfants que l'on atteint le plus facilement et le plus durablement l'enthousiasme pour le sport - et cela reste ensuite toute la vie !

Share article
Julian Galinski
Author:
Julian Galinski
Topics in this article