Author:
Martin Jahns

Businessman Felix Neureuther ? "Ça a l'air terrible" !

Avant d'entamer sa 17e saison de Coupe du monde, le meilleur skieur allemand Felix Neureuther parle de sa motivation après sa grave blessure, de sa recette pour les médias sociaux et de ses premiers pas en tant qu'homme d'affaires.

Felix Neureuther wurde dreimal Zweiter im Slalom-Gesamtweltcup.
Felix Neureuther wurde dreimal Zweiter im Slalom-Gesamtweltcup.

Felix Neureuther veut à nouveau tenter sa chance. Moins d'un an après qu'une rupture des ligaments croisés à l'entraînement lui a coûté sa saison olympique, le meilleur skieur allemand s'est battu pour revenir et s'attaquer à nouveau à la Coupe du monde de slalom..

Même après une longue pause due à une blessure, Neureuther est toujours aussi apprécié des sponsors : pour le début de la saison 2018/19, Neureuther et Sony Music ont annoncé une collaboration pour son projet. "Bougez malin". Au début de l'année, Neureuther était déjà devenu associé du fabricant de sacs à dos d'avalanche ABS Protection.

Dans l'interview, Neureuther a parlé de son secret sur les médias sociaux, du dominateur de la Coupe du monde Marcel Hirscher et d'un Neureuther businessman.

Tu veux connaître toutes les actualités de l'outdoor, les innovations, les nouveautés du secteur et bien plus encore ? Alors inscris-toi dès maintenant à nos newsletters, le Sports Business Update hebdomadaire et l'Editorial Letter mensuelle, et reçois toutes les actualités brûlantes et les articles passionnants dans ta boîte aux lettres ! (En anglais ou allemand.)

Entretien avec Felix Neureuther

ISPO.com : Monsieur Neureuther, vous avez profité de votre pause blessure pour goûter également au monde des affaires. Depuis janvier 2018, vous êtes associé au fabricant de sacs à dos d'avalanche ABS. On disait à l'époque que vous vouliez être plus qu'un visage publicitaire. Quel est votre bilan intermédiaire après les dix premiers mois ?

Felix Neureuther : Nous avons développé ensemble un sac à dos plus léger. Mais jusqu'à présent, j'ai été extrêmement occupé par mon sport, surtout après ma blessure. Chez ABS, nous avons une équipe formidable qui fait un travail extraordinaire. Le directeur général Stefan Mohr me tient toujours au courant. Bien sûr, je suis avant tout un testeur de produits très critique. Je pense que mon expérience me permet de savoir ce qu'il en est d'un sac à dos d'avalanche.

Alors, entendrons-nous davantage parler du businessman Felix Neureuther à l'avenir ?

Ça a l'air terrible ! Mais il y en aura un, bien sûr. C'est le côté positif de ma blessure, qui m'a permis de me pencher sur ce que peut être la vie sans le sport. Je dois dire que la vie sans sport de compétition est aussi très belle, même si elle est très différente. Dans le sport, j'ai toujours été soulagé de beaucoup de choses, notamment par mon père. Maintenant, je m'en occupe davantage moi-même. Cela fera donc certainement partie de ma vie après ma carrière. Sinon, j'écrirai des livres pour enfants.

Felix Neureuther beim Pressetermin im Sporthaus Schuster in München.
Felix Neureuther beim Pressetermin im Sporthaus Schuster in München.

Felix Neureuther : "J'étais aussi stupide que cela".

En rejoignant ABS, vous avez également investi dans votre passion pour le freeride. Quelle importance accordez-vous vous-même à un sac à dos d'avalanche dans la poudreuse ?

C'est tout simplement responsable. Nous ne pouvons pas influencer la nature, il peut toujours se passer quelque chose. Je suis impliqué dans ABS parce que je trouve le produit convaincant et qu'il a sauvé de nombreuses vies et pourra en sauver à l'avenir. En plus, c'est un sac à dos cool. Si en plus il peut t'aider, ça tombe à pic.

Avez-vous toujours été aussi responsable ?

Quand j'étais petit et que je faisais du hors-piste, je me sentais comme Superman. De toute façon, il ne peut rien m'arriver, et si une plaque de neige se présente, je sors tout simplement par le haut. J'étais tellement stupide.

Vous étiez aussi l'un des derniers en Coupe du monde de ski à skier sans casque ?

J'ai dit à l'époque : Ceux qui portent un casque sont tous des mauviettes ! C'était pour moi un sentiment de liberté. Puis le casque est devenu obligatoire. Une fois, lors d'une formation pour enfants, j'étais là sans casque. Autour de moi, il y avait plein d'enfants avec un casque, qui m'ont alors demandé : "Toi, Felix, pourquoi tu n'as pas de casque ? Je me suis alors dit : Merde, vous avez tout à fait raison, je suis un imbécile. Depuis lors, je roule toujours avec un casque. Mais il ne s'agit pas seulement de casques, mais aussi de protections dorsales ou d'un sac à dos pour les avalanches, par exemple. Tout comme j'ai dû comprendre que le casque est très important sur les pistes, le sac à dos pour les avalanches l'est pour moi sur le terrain. C'est pourquoi il est devenu pour moi un équipement tout à fait normal.

Sur la toile, vous êtes de loin le numéro un des sports d'hiver en Allemagne, avec plus de 600 000 fans sur Facebook et 355 000 abonnés sur Instagram. Quelle est votre recette secrète pour réussir votre présence sur les médias sociaux ?

Il n'y a pas de secret. Je suis comme je suis. Cela ne sert à rien de poster quelque chose juste pour que cela soit posté. Ce qui est cool avec les médias sociaux, c'est que tu peux faire rire, sourire ou réfléchir les gens. Pour moi, le plus beau, c'est quand je peux faire rire les gens avec. C'est ce que j'essaie de faire de temps en temps. Mais cela vient plutôt de la situation. Je n'y pense pas particulièrement.

Vous allez maintenant entamer votre 17e saison de Coupe du monde. Pouvez-vous encore vous motiver pour cela, surtout après votre grave blessure et la naissance de votre fille ?

Bien sûr, je vois déjà la fin arriver. J'avais besoin de me fixer comme objectif de revenir après une telle blessure. Je pense qu'il y a encore quelque chose en moi. J'aime les défis, et celui-ci est très grand pour moi. Mais plus c'est grand, plus c'est beau pour moi. Mais il m'est déjà très difficile de partir loin de chez moi. Cela ne sera probablement pas plus facile à l'avenir. Mais tant que cela a encore un sens, j'essaie de continuer à conduire.

"Marcel Hirscher est tout simplement une planche".

...pour peut-être soulever le globe de cristal du slalom ?

J'ai malheureusement la malchance d'avoir un homme, Marcel Hirscher, qui a bien sûr tout un pays derrière lui. C'est le Ferrari absolu. Tout un pays, une entreprise de ski et une fédération de ski font tout pour lui. C'est difficile de suivre. L'ÖSV investit énormément d'argent pour qu'il ait un avantage matériel sur les autres. Et lui-même est une machine physiquement et un fou mentalement.

Je l'avais déjà dans la poche à deux reprises, mais il s'est défendu sans pitié. J'aurais dû gagner deux fois la Coupe du monde de slalom, mais je n'ai pas été à la hauteur, alors qu'il est descendu comme si de rien n'était. C'est tout simplement une planche. C'est le meilleur que j'ai connu dans ma vie active.

Mise à jour : Felix Neureuther annonce la fin de sa carrière en 2019

Felix Neureuther poursuivra désormais sa carrière professionnelle en dehors des pistes de ski. Le 16 mars 2019, il a remercié ses fans pour leur formidable soutien dans une vidéo émouvante publiée sur Facebook et Instagram et a annoncé la fin de sa carrière : "Ces derniers mois, mon cœur et surtout mon corps m'ont clairement fait comprendre qu'il était temps de tourner la page de ce chapitre si merveilleux pour moi qu'est le ski de compétition". Il n'a pas précisé quelles voies il comptait emprunter à l'avenir. Mais il est certain qu'il restera lié au sport : "Le ski a été ma vie et il le restera à l'avenir. C'est pourquoi je ne dis pas 'servus', mais à bientôt. "

Share article
Author:
Martin Jahns