7

7 jours, 7 bonnes nouvelles : Une maman surfeuse courageuse, ISPO comme vaccin et la légende du disque Harting pour le collage

LISTICLE | 07/07/2021
7 jours, 7 bonnes nouvelles : une victoire héroïque au Tour-de-France, un lavage de tête pour les ignorants du bonnet de bain et un club de football qui prend position contre le racisme.

Nous pensons : De temps en temps, on a besoin de bonnes nouvelles. Surtout dans le monde du sport. Dans notre Bonne Nouvelle de ISPO nous vous servons chaque semaine sept nouvelles qui font battre notre cœur sportif - et, nous l'espérons, le vôtre - plus vite. Parce que les nouvelles sont amusantes. Parce qu'ils créent des tendances. Parce qu'ils montrent les nouvelles tendances. Parce qu'ils saupoudrent une pincée d'absurdité dans un monde beaucoup trop sérieux. Ou parce qu'ils apportent simplement de la joie. L'essentiel est d'être de bonne humeur, c'est notre devise dans ce format d'information. Et nous commençons tout de suite. Avec une maman surfeuse à l'esprit combatif, l'ISPO comme vaccin et l'occasion de mettre une vraie claque à la légende du disque Robert Harting. Et avec Lucky Lukas Podolski, qui pourrait bientôt devoir passer du terrain de football au studio de télévision plus vite que son ombre.


1

Bravo, Mama Alana !

Vous devez considérer cette bonne nouvelle comme un trophée en or pour une mère courageuse - ce qui n'est pas vraiment une bonne nouvelle. Mais dans une vidéo détaillée et très personnelle, la surfeuse professionnelle Alana Blanchard a partagé son histoire. C'est une histoire qui pourrait alimenter les inquiétudes des jeunes femmes qui réussissent en matière de grossesse. C'est parce que "Lana", 31 ans, est depuis longtemps le visage de son sponsor, Rip Curl. Un surfeur cool, une femme sexy et charismatique, l'idéal pour une entreprise branchée. Blanchard n'était pas seulement un mannequin, elle a également conçu les maillots de bain.

Pendant près de 15 ans, tout s'est bien passé - mais au début de l'année dernière, c'était fini. Blanchard invoque sa grossesse et son accouchement comme raison. Dans sa vidéo , l'athlète explique à quel point la séparation avec son sponsor la dérange encore. Elle a entendu des choses qu'aucune mère ne devrait entendre, dit-elle. Aujourd'hui, cependant, elle pense que la fin du parrainage a été la plus grande bénédiction qui aurait pu lui arriver - "parce qu'aucun emploi, aucun parrain ne vaut la peine d'être déchiré pour avoir simplement été soi-même". Blanchard montre à quel point elle est elle-même en pagayant avec son fils. Une maman fière et forte, un modèle pour les jeunes femmes, notre meilleure nouvelle de la semaine.

2

ISPO Shanghai - comme une inoculation pour l'industrie

Des personnes qui pouvaient toucher les produits. Des experts qui ont répondu aux questions sur place. Quel sommet à l'ISPO de Shanghai, qui s'est terminé dimanche dernier après trois jours. Et quel signe fort : Plus de 350 marques étaient présentes sur le site. Plus de 19 000 visiteurs sont venus, soit une augmentation de 7 % par rapport à l'année précédente. Et ils ont obtenu exactement ce qu'un salon professionnel comme ISPO veut offrir. Les dernières tendances, les produits innovants, tout ce qui est important en matière de plein air, de camping, de style de vie, de mode sportive, de course à pied, de santé et de fitness et bien plus encore. Klaus Dittrich, président et directeur général de Messe München GmbH, a résumé succinctement l'importance de l'ISPO Shanghai cette année. "Si l'ISPO Shanghai a été un coup de pouce pour l'industrie l'année dernière, cette année, c'est un vaccin contre l'épidémie". Il y a eu une nouvelle ruée de visiteurs et des discussions passionnées, a-t-il dit - quelle bonne nouvelle pour la poursuite de la musculation de notre industrie vitale.

3

Le développement durable n'est plus un vain mot

Ladurabilité n'est plus un vain mot, mais une réalité concrète, du moins pour les entreprises de sport et d'activités de plein air. Le nouveau "Material Change Insight Report" montre que le score de circularité des entreprises a augmenté de 57 % l'année dernière. Cela place les entreprises de sport et de plein air bien au-dessus de la moyenne de l'ensemble des entreprises, qui a enregistré une augmentation de 37 %. Le développement durable est désormais un thème bien établi dans les entreprises, et pratiquement toutes ont élaboré une stratégie pour l'aborder. L'étude montre également que la sensibilisation aux risques environnementaux ou sociaux a considérablement augmenté. Actuellement, la perte de biodiversité a remplacé le changement climatique comme principal problème selon l'évaluation des entreprises.


4

Pierre le Grand

Peter, tu es toujours le grand homme - même si tu n'as plus de poste d'entraîneur depuis longtemps : Peter Neururer, qui est devenu l'un des entraîneurs les plus populaires de nombreux clubs de Bundesliga grâce à ses bons mots, entraîne à nouveau des footballeurs professionnels sans club cet été. Le camp du syndicat des joueurs VDV est un peu comme le camp du bon espoir. Les footballeurs qui n'ont plus de club peuvent garder leur forme physique et s'entraîner en équipe ici. Et si un club de 1ère ou 2ème Bundesliga ou de 3ème ligue a encore un besoin urgent d'un professionnel, il n'a plus de retard de formation. "Nous avons des conditions de type professionnel. Ici, tout le monde a la possibilité d'être au moins aussi en forme qu'un club de Bundesliga normal", déclare Neururer. Il a déjà dirigé le camp d'été en 2017, 2018 et 2020. Pour les joueurs, le camp est un véritable tremplin. Selon VDV et Neururer, 80 % des joueurs retrouvent un club par la suite.


5

Robert Harting en a vraiment collé une

Normalement, nous devrions changer de côté de la route lorsque les montagnes de muscles de Robert Harting viennent vers nous dans l'obscurité. Mais maintenant, nous pouvons vraiment le gifler : La Confédération allemande des sports olympiques a consacré une double page au champion olympique du lancer du disque de 2012 dans un album collector Panini qui sort actuellement à l'occasion des Jeux olympiques. Contrairement aux albums d'autocollants de football plus connus, cette édition ne porte pas seulement sur les athlètes actuels, mais aussi sur des épisodes olympiques glorieux. De l'équipe allemande qui s'est rendue en bateau aux premiers Jeux olympiques de l' ère moderne à Athènes en 1896 à la médaille d'or à la barre fixe du gymnaste Fabian Hambüchen à Rio 2016. Mais ce qui nous réjouit le plus, c'est que 10 centimes par sac d'autocollants sont reversés à la Deutsche Sporthilfe (Aide sportive allemande) et donc, de manière détournée, aux athlètes allemands.


6

Lucky Lucas

Là où Peter Neururer, loué dans notre autre bonne nouvelle, avait souvent un peu de malchance sur sa botte de footballeur, pour Lukas Podolski c'est de la pure chance. À 36 ans, le vainqueur de la Coupe du monde 2014 n'en démord pas. Et cela à la fin de sa carrière dans le club de rêve de son enfance : le Polonais d'origine Podolski s'accrochera une année de plus au Gornik Zabrze et y terminera vraisemblablement sa carrière. En Pologne, c'est une source d'enthousiasme. Il n'est pas fréquent que de véritables champions du monde jouent dans ce championnat, s'enthousiasment les supporters. En cours de route, Podolski a déjà entamé sa prochaine carrière, en tant que vedette de la télévision pour RTL dans sa ville natale allemande de Cologne. En effet, le radiodiffuseur souhaite non seulement que Podolski fasse partie du jury de "Das Supertalent", mais aussi d'autres productions télévisées. Espérons donc que le Gornik Zabrze ne jouera pas trop souvent les prolongations, et que Lucky Lukas ne devra pas passer du terrain de football au studio de télévision plus vite que son ombre.

7

Sisfahan suit Isfahan, nous préférons les chapeaux...

Il est vrai que nous préférons les courses de chevaux en Angleterre en raison des chapeaux et de la reine. Mais le Ruban Bleu de Hambourg est, bien sûr, un numéro en soi - et le Derby allemand avait enfin un autre événement historique à offrir. Le jockey Andrasch Starke a remporté la plus importante course de galop de l'année en Allemagne pour la huitième fois et a ainsi égalé le record de 50 ans du légendaire jockey Gerhard Streit. C'était aussi une occasion spéciale pour son étalon Sisfahan : il est entré dans la course en tant qu'outsider, ce qui a dû rapporter beaucoup d'argent à certains parieurs. Surtout, Sisfahan a imité son père Isfahan, qui avait également gagné en 2016. Avant que notre rubrique ne devienne trop fah(an)rig, nous clôturons les nouvelles de la semaine ...


Share article
Commentaires