Author:
Uschi Horner

Insights d'un sportif de haut niveau, d'un entraîneur et d'une psychiatre

Pourquoi la santé mentale est si importante dans le sport et que pouvons-nous faire ?

Sven Hannawald et Max Eberl - quel est le lien entre le sportif et le fonctionnaire sportif ? Tous deux ont mis un terme à leur carrière en raison d'un burnout. Le sauteur à ski il y a 18 ans, le chef de club récemment. Le monde sportif professionnel tourne-t-il en rond lorsqu'il s'agit de santé mentale ? Où se trouve l'issue de ce dilemme ? Et comment renforcer la santé mentale ? Insights de l'ancien sauteur à ski Sven Hannawald, de l'entraîneur Olaf Kortmann et de la psychiatre Dr Tatjana Reichhart.

La santé mentale dans le monde du sport

Focus sur la santé mentale

Il est facile d'aller chez l'orthopédiste, difficile d'aller chez le psychologue. "Il est préoccupant jusqu'à un certain point que le suivi et la préparation psychologiques des sportifs qui participent à la "plus belle chose secondaire du monde" soient devenus nécessaires", écrit le skieur Franz Vogler dans son livre "Psychologisches Wettkampftraining" de 1973. Plus de 30 ans plus tard, le sauteur à ski Sven Hannawald a rendu public son syndrome d'épuisement professionnel - il n'a pas reçu beaucoup de compréhension pour sa situation à l'époque. Ces dernières années, de plus en plus de sportifs et de sportives ont eu le courage de parler de leurs problèmes psychiques, récemment Simone Biles et a href="//www.ispo.com/fr/taxonomy/term/8501">.span>Naomi Osaka, mais les réactions ont également été différentes. Felix Magath a également exprimé récemment dans une interview qu'il était sur le point de faire un burnout.

Action am Beachbody Stand auf der ISPO Munich 2020
Quels sont les sujets qui font bouger le monde du sport ? Quelles sont les dernières innovations dans le secteur ? Quelles sont les tendances qui domineront à l'avenir ? Avec la Newsletter ISPO gratuite, vous êtes toujours à jour - 365 jours par an ! En anglais ou en allemand

Que signifie Mental Health ?

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit Santé mentale./span> ainsi : La santé mentale (également appelée santé spirituelle, mentale ou mentale ; en anglais Mental Health) est un état de bien-être dans lequel une personne peut exploiter ses capacités, faire face aux contraintes normales de la vie, travailler de manière productive et contribuer à sa communauté.

Sven Hannawald : "C'était fini".

"Je suis heureux pour tous ceux qui n'ont rien à faire d'un burnout", déclare Sven Hannawald à propos des réactions - hier comme aujourd'hui. Même si, selon lui, il y a toujours suffisamment de sportifs* qui se sauveraient de leur état en annonçant un arrêt de travail. Ou dont les agences veulent sauver les apparences pour que leur carrière ne soit pas égratignée. "Mais je me réjouis aussi pour tous ceux qui le font publiquement" et qui ont ainsi une chance de régler leur quotidien. Pour lui, il était alors trop tard pour revenir au sport de compétition - "c'était fini".

Offensive Santé mentale : l'ambassadeur Sven Hannawald (à droite) avec le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn

Burnout versus dépression

Le syndrome d'épuisement professionnel est désormais largement reconnu et accepté dans la société. Le Dr Tatjana Reichhart, spécialiste en psychiatrie et psychothérapie, explique cela par le fait que dans notre société de performance, l'état d'épuisement professionnel est "totalement reconnu". En revanche, le diagnostic de dépression est toujours "stigmatisé". La réaction est souvent la suivante : la personne n'a pas supporté la pression. Cela vaut aussi bien pour le monde du sport que pour celui du travail. 

Il est important de distinguer à quel stade se trouve la personne concernée. En cas de burnout, la personne répondrait par des idées à la question de savoir ce qu'elle aimerait faire si elle retrouvait toute son énergie. En cas de dépression, c'est l'absence de joie qui serait au premier plan et donc aucune réponse ne viendrait.  

L'exemple du grimpeur Alexander Huber, du groupe Huberbuam, montre à quel point il est difficile pour les sportifs de s'occuper de leur santé mentale. Il a vaincu sa maladie et a écrit sur le thème de la peur ainsi que sur son trouble anxieux en 2013 le livre "Die Angst, dein bester Freund".

Le Dr Tatjana Reichhart s'occupe beaucoup du thème du burnout

Le nombre de sportifs* de haut niveau souffrant de troubles psychiques est-il en augmentation ?

Le nombre de sportifs* de haut niveau et de managers sportifs qui mettent fin à leur carrière en raison de problèmes psychiques est en augmentation. Cependant, une étude sur la fréquence des maladies psychiques dans le sport de haut niveau indique que pour les deux maladies les plus fréquentes - les troubles anxieux et la dépression - les sportifs de haut niveau présentent un risque de maladie largement comparable à celui du reste de la population. C'est la conclusion à laquelle est parvenue une équipe de chercheurs australiens en 2016, qui a évalué à cet effet une soixantaine d'études. Le burnout n'étant pas une maladie à part entière, les chiffres absolus font défaut. Les . écrivait cependant en 2014 qu'un*e sportif/une sportive sur 10 est en surpoids.

Entraînement mental : travailler en fonction de l'action

Pour l'ancien entraîneur national Olaf Kortmann, le point central est la question suivante : "Est-ce que je m'autorise à accepter un suivi psychologique sportif ?" En effet, lors de l'entraînement mental, il s'agit de "fournir la meilleure performance possible et pas forcément de gagner". Kortmann sait de quoi il parle. En tant qu'entraîneur de club et d'équipe nationale de volley-ball, puis de beach-volley, ses équipes ont remporté de nombreux titres nationaux et internationaux. Un point fort particulier de son travail est le coaching mental d'équipes professionnelles et de sportifs* de haut niveau. Il est important, selon lui, de travailler en pensée en étant orienté vers l'action et non vers l'objectif ou le résultat. Par exemple, ne pas se fixer comme objectif de remporter une médaille, mais se concentrer sur la technique ici et maintenant. "Ce qu'est le succès, chacun peut le déterminer pour lui-même. Cela réduit énormément le stress de la compétition", explique Kortmann.

Olaf Kortmann avec les joueuses de beach-volley Sara Goller (à gauche) et Laura Ludwig

Sven Hannawald : "Ecouter sa propre voix".

"Admettre qu'il se peut que cela ne continue pas" - c'est un premier pas pour Sven Hannawald. Selon lui, il est également important : de développer une conscience de son propre corps, de percevoir le stress, de s'accorder des pauses et de veiller à son équilibre. "Ecouter sa propre voix". Tout cela peut permettre de lutter contre le surmenage.

Toutefois, il ne faut pas sous-estimer les craintes existentielles qui poussent certains* à s'entraîner encore plus physiquement. Tout comme l'influence des médias sociaux. "Avant, nous étions assis dans le bus en route pour la prochaine compétition, et nous regardions par la fenêtre ou fermions les yeux de temps en temps". Aujourd'hui, beaucoup s'occuperaient de leur téléphone portable, en réfléchissant au prochain post sur les médias sociaux. "C'est une alerte permanente pour le cerveau" et ce n'est pas une pause mentale.

Ce que l'ancien sportif de haut niveau trouve bien : Entre-temps, les entraîneurs* sont également plus avancés dans la reconnaissance de l'état de santé des sportifs* respectifs  

Et des exemples comme Max Eberl, Naomi Osaka et Simone Biles "rendent tout le monde plus conscient que cela peut arriver à tout le monde". Il sait de quoi il parle, il a également dû apprendre à faire des pauses. Désormais, il marque les temps morts d'un "gros X rouge dans le calendrier", qu'il doit éventuellement déplacer, mais qu'il n'écrase plus.

S'entraîner mentalement - mais comment ?

L'entraînement mental fonctionne à différents niveaux et est, selon Olaf Kortmann, "comme un bouquet de fleurs multicolores". Il doit toutefois être adapté de manière très individuelle. C'est pourquoi il est toujours difficile de soutenir mentalement des équipes entières. Ou comme l'exprime Sven Hannawald : "Chacun a son propre sac à dos".

Les techniques de relaxation comme le training autogène ou la relaxation progressive permettent de calmer l'esprit pendant les phases de repos, mais aussi de mieux se concentrer en situation de performance. Le yoga assure l'équilibre intérieur et extérieur d'une part grâce à la respiration et d'autre part grâce à la fluidité des mouvements. Patrick Broome, professeur de yoga de l'équipe nationale de football, a déclaré dans un Interview : "Le yoga aide à se sentir soi-même, à développer la conscience de son corps et à mieux dormir. La régénération est le facteur dont on sait que l'on peut encore tirer le meilleur parti. Si l'on récupère rapidement, on peut rapidement retrouver ses meilleures performances."

Détente et centrage : le yoga aide sur l'esprit à différents niveaux

Entraînement du psychisme : de nombreuses voies mènent au succès

En plus des techniques de relaxation, il existe diverses techniques d'entraînement mental telles que l'entraînement idéomoteur (s'imaginer par exemple en train de parcourir le canal de glace) ou l'entraînement prévisionnel (entre autres, renforcement de la conscience et auto-évaluation réaliste). Ils renforcent à la fois les capacités cognitives et émotionnelles des sportifs*. Mais sans encadrement psychologique sportif, l'entraînement est difficile, estime Kortmann. Mais ce que chacun* peut bien faire : exercer sa capacité d'adaptation face aux problèmes (résilience), explique le Dr Reichhart, auteur du livre "Das Prinzip Selbstfürsorge". Cela implique par exemple de réfléchir à la manière dont on peut pratiquer la pleine conscience au quotidien.

L'importance de la respiration pour la performance est soulignée par la formatrice de yoga Sarah Mahr, qui renvoie au livre récemment paru de James Nestor "Breath - The New Science of a Lost Art".

La respiration est la seule fonction corporelle contrôlable

Santé mentale : sens et mouvement

Le Dr Reichhart est catégorique : les sportifs* de haut niveau auraient plus facilement recours à un soutien psychologique. "Pour les professionnels, le sport est le métier qu'ils exercent. En revanche, les sportifs amateurs ont toujours un métier en plus de leur hobby. Le temps qu'ils peuvent consacrer à leur santé mentale est par conséquent minimisé". Un autre grand avantage est que "le sens et l'importance sont absolus pour les sportifs". En revanche, un collaborateur dans une entreprise doit certainement plus souvent "faire des choses" qui n'ont pas de sens pour lui. 

Sven Hannawald cite un autre avantage : "La plupart font beaucoup d'exercice". Contrairement à de nombreux collaborateurs* - selon lui, profession signifie souvent peu de mouvement. Néanmoins, les sportifs amateurs doivent eux aussi veiller à doser leur entraînement et à faire des séances de détente, et surtout à prévoir des pauses.

Share article
Author:
Uschi Horner

Commentaires