Dr. Regina Henkel
Author:
Dr. Regina Henkel

Durabilité sociale : sécurité au travail, heures supplémentaires, salaires de subsistance

Fair Wear Foundation & Schöffel : "La qualité a aussi une composante sociale".

L'été dernier, Peter Schöffel aurait pu économiser des millions d'euros en annulant simplement une partie de la production en raison de la crise de Corona. Mais il ne l'a pas fait, car cela va à l'encontre de sa conception de l'équité. En collaboration avec la Fair Wear Foundation, il s'engage depuis des années pour l'amélioration des conditions de travail dans la chaîne d'approvisionnement mondiale.

Depuis 2010, Schöffel est membre de la Fair Wear Foundation et a atteint le statut de leader six années de suite.

Celui qui se positionne dans le segment premium doit aussi assumer ses responsabilités. C'est ce dont est convaincu Schöffel le CEO Peter Schöffel en est convaincu. Année après année, en atteignant le statut de leader Fair Wear Foundation la preuve que le thème de la durabilité est très important pour Schöffel. Six fois de suite, Fair Wear a déjà récompensé l'entreprise d'outdoor située près d'Augsbourg pour son travail exemplaire dans la chaîne d'approvisionnement globale. Le chef de Fair Wear Alexander Kohnstamm et Peter Schöffel donnent un aperçu de leur collaboration.

Peter Schöffel (li.) und Alexander Kohnstamm (re.) im Interview mit ISPO.com: „Im Premium-Segment muss man Nachhaltigkeit leisten können.“

ISPO.com : Monsieur Schöffel, vous avez obtenu pour la 6e fois consécutive le statut de leader de la Fair Wear Foundation. Toutes nos félicitations ! Cela donne l'impression que les exigences sont un peu trop basses pour vous ?
Peter Schöffel : On n'atteint ce statut que si l'on s'améliore d'année en année. Cela implique beaucoup de travail, notamment de la part d'un service spécialisé qui veille très consciencieusement à l'application des directives de la Fair Wear Foundation. Nous en sommes fiers.
Alexander Kohnstamm: Même aux Jeux olympiques, il faut toujours aller plus vite, plus loin, plus haut. C'est aussi le cas chez nous. On peut commencer avec un système rudimentaire, mais petit à petit, un nouvel élément vient s'ajouter, et notre contrôle de performance exige toujours plus. Si on fait toujours la même chose, on ne devient pas un leader.

La durabilité doit être voulue par le sommet de l'entreprise

Que faut-il pour qu'un tel partenariat soit durablement réussi ?
PS
Pour cela, il faut trois choses : premièrement, la volonté, à commencer par le sommet de l'entreprise. Deuxièmement, la capacité à le mettre en œuvre correctement. Il ne suffit pas de le vouloir, car tu dois complètement réorganiser de nombreux processus, sinon cela ne marchera pas. Et enfin, troisièmement, tu dois être prêt - comme pour tous les thèmes stratégiques - à vouloir vivre avec les conséquences qui en découlent.

Pourquoi l'adhésion était-elle importante pour vous ?
PS : Nous avions déjà de bons partenaires d'approvisionnement il y a 15 ans. Mais nos partenaires se trouvaient de plus en plus souvent dans leurs propres bureaux et non dans les usines elles-mêmes. Cela signifie que nous avions certes un bon sentiment, mais qu'il nous manquait la preuve que les conditions de travail étaient correctes. Il était clair pour nous qu'une production propre à tous les niveaux de la chaîne de valeur devait être un thème central pour nous. Il ne suffit pas de parler deux fois par an avec les producteurs. Si quelque chose ne va pas, cela se répercute immédiatement sur nous. Nous nous sommes donc demandé comment rationaliser ce bon sentiment. Aujourd'hui, je peux dire avec certitude que Schöffel travaille proprement, et nous pouvons le documenter. C'est la différence importante avec le bon feeling.



Qu'est-ce qui a changé dans votre chaîne d'approvisionnement depuis votre adhésion à Fair Wear il y a dix ans ?
PS : Nous avons nettement moins de fournisseurs, il n'y a pas de sous-traitance, il y a massivement moins d'heures supplémentaires et plus de sécurité au travail. Mais aussi des prix d'achat nettement plus élevés. Cela n'est possible qu'avec des entreprises qui sont prêtes à investir dans des thèmes comme la sécurité au travail ou les Living Wages. Les règlements de Fair Wear sont très stricts, mais l'organisation aide à ce que ces directives ne soient pas un obstacle, mais soient mises en œuvre de manière constructive afin d'éviter des problèmes tels que les heures supplémentaires. Il faut mieux planifier et anticiper, et là, grâce à Fair Wear, nous sommes meilleurs qu'il y a dix ans.

Monsieur Kohnstamm : Il est intéressant de constater que ce sont justement les marques d'outdoor qui sont en tête en matière de Fair Wear. Comment cela se fait-il ?
AK
Schöffel se distingue dans ce domaine, atteindre le statut de leader six fois de suite est une énorme performance. Je pense que chez Schöffel, il est très important que la décision soit prise par la direction de l'entreprise. La qualité a aussi une composante sociale, les produits doivent aussi être bien fabriqués. Pour les marques outdoor, c'est apparemment dans l'ADN de vouloir vraiment faire les choses différemment. Peut-être est-ce dû aux matériaux plus chers, aux relations à long terme avec les fabricants, par rapport à la fast fashion par exemple. Je ne veux pas dire qu'il n'est pas possible d'y faire du commerce équitable, mais pour les décisions à court terme, il y a là plus d'incitations.

La coopération renforce le levier du changement

Fair Wear encourage également la collaboration entre les marques - ce qui était plutôt inhabituel. Comment cela fonctionne-t-il ?
AK : Si une marque veut payer des Living Wages, mais qu'elle ne produit que dix pour cent de sa production dans une usine, il n'y aura toujours pas de salaires plus élevés pour 90 pour cent de la production. Il faut donc travailler ensemble et parler le même langage.

Living Wages, c'est-à-dire le paiement de salaires de subsistance, est également une revendication de Fair Wear. Comment mettez-vous cela en œuvre chez Schöffel ?
PS : Les Living Wages sont un sujet très complexe que nous ne pouvons pas mettre en œuvre seuls, mais sur lequel nous travaillons. Sur un t-shirt, le paiement de Living Wages ne représente bien sûr que quelques centimes, mais dans la masse, c'est beaucoup. Je suis néanmoins d'avis qu'en tant que marque haut de gamme, je dois pouvoir me le permettre. Cela a bien sûr un coût, et en échange, nous acceptons de faire moins de bénéfices. Je suis plus que jamais convaincu qu'en tant que marque de taille moyenne, nous pouvons et devons nous positionner dans le segment premium, et la durabilité y occupe une place importante. J'y vois aussi une chance énorme pour le commerce, car il peut raconter des histoires sincères qui se cachent derrière les produits. Il ne faut pas seulement parler des colonnes d'eau, mais aussi de l'origine et du mode de production. C'est ce que les clients exigent de plus en plus.

„Heute kann ich sicher sagen, dass Schöffel sauber arbeitet, und wir können das dokumentieren. Das ist der wichtige Unterschied zum guten Bauchgefühl.“
"Aujourd'hui, je peux dire avec certitude que Schöffel travaille proprement, et nous pouvons le documenter. C'est la différence importante avec un bon feeling".

AK: Il ne faut pas que seules les marques haut de gamme puissent payer des Living Wages. Les Living Wages sont un droit humain. Au fond, il est très dommage que nous devions en parler. Et il y a encore beaucoup d'entreprises qui ne paient même pas le salaire minimum légal.

PS : Nous payons toujours 100 pour cent du salaire minimum légal. Mais pour le paiement des Living Wages, on dépend des producteurs, nous ne pouvons pas décider nous-mêmes. Il est important de comprendre comment les salaires et les prix se comportent les uns par rapport aux autres, afin de pouvoir agir de manière responsable.

AK : Maintenant, avec la crise, il est clair que les relations à long terme sont aussi importantes pour des raisons économiques. La fiabilité est un flux à double sens, les deux parties doivent respecter les accords pour pouvoir compter l'une sur l'autre en cas de crise. C'est pourquoi le monde de la finance investit aujourd'hui davantage dans des entreprises à orientation durable, car celles-ci minimisent les risques. La durabilité n'est plus une tendance, c'est une chose structurelle. Le marché ne peut plus faire marche arrière.

L'équité minimise les risques en situation de crise

Monsieur Schöffel, comment se porte actuellement votre chaîne d'approvisionnement ? Cet été, vous avez dit que vous n'aviez pas annulé de commandes. Qu'en est-il maintenant ?
PS : Nous avons maintenant l'avantage que tout se déroule de manière un peu plus planifiée. Le défi actuel est de gérer correctement l'approvisionnement, mais je crois fermement que nous n'aurons pas à annuler de commandes. Ce qui est passionnant maintenant, c'est que depuis ISPO Munich 2020, nous n'avons pas pu visiter d'entreprise chez les producteurs et les fabricants de tissus asiatiques en raison de la pandémie, et que les processus qui ont été lancés par le biais de Fair Wear se poursuivent de manière autonome. Je n'ose même pas imaginer ce qui se serait passé si nous n'avions pas de producteurs sur lesquels compter. Maintenant, il faut savoir comment gérer les crises. Nous avons besoin de partenaires d'approvisionnement solides, c'est pourquoi nous devons rester équitables.

Monsieur Kohnstamm, comment maintenez-vous le contact avec les usines ? Quelle est la situation actuelle dans les usines de confection ?
AK : Notre mécanisme de plainte pour les travailleurs dans les usines a été très important. Nous avons pu le maintenir pendant la crise, même si nous ne pouvions plus nous rendre dans les usines. Nous avons eu beaucoup à faire. Il y a eu beaucoup de plaintes. Nous le proposons dans les dix pays où nous avons nos propres équipes, dans la langue locale.

Quels sont vos objectifs pour l'avenir ?
PS :
Nous voulons continuer à être le leader Fair Wear. Des thèmes comme les Living Wages ou les heures supplémentaires sont des KPI que je peux mesurer. Bien sûr, la situation actuelle est un défi. Cela m'aurait sauvé huit millions d'euros de cash-flow si j'avais annulé cet été. Mais je garde le cap, il n'y aura pas de volte-face pour des raisons opportunistes. Il faut un engagement clair pour s'y tenir à ce moment précis.
AK: Ma vision est que davantage d'entreprises soient prêtes à affronter les questions difficiles. La concurrence entre les entreprises sera alors plus équitable. Je suis également certain qu'une loi sur la chaîne d'approvisionnement verra le jour en Europe - s'y préparer est très raisonnable. Cela signifie que le marché exige également de devenir plus durable. En outre, en tant qu'industrie, nous devrons à l'avenir collaborer encore plus étroitement et définir la nouvelle "norme". L'objectif est simple, la question est de savoir comment y parvenir. C'est là que nous devons faire preuve de responsabilité collective et développer des mesures.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Schöffel et le thème de la durabilité, nous vous invitons à assister à la table ronde "Soziale und ökologische Nachhaltigkeit Hand in Hand" (durabilité sociale et écologique main dans la main) avec

  • Peter Schöffel (Managing Partner, Schöffel)
  • Alexander Kohnstamm (directeur exécutif, Fair Wear)
  • Dr. Katy Stevens (Head of Sustainabilty, European Outdoor Group)

le 05.02 à 17:40 sur la Main Stage de l'ISPO Munich Online.

Share article
Dr. Regina Henkel
Author:
Dr. Regina Henkel
Topics in this article