Author:
Martin Seibold, CEO LifeFit Group

Les défis d'un PDG: Martin Seibold du groupe LifeFit

La société de fitness LifeFit Group : "Nous sommes dans le bon secteur"

Au sommet - dans le sport comme dans les affaires, c'est souvent un endroit très spécial. Que faut-il exactement au sommet des marques les plus innovantes, les plus grandes ou même les plus jeunes du monde du sport ? Qu'il s'agisse de gestion ou de numérisation, de stratégies et de modes de pensée, de crise ou d'essor de la marque - dans notre série "Défis d'un CEO", les principaux décideurs de l'industrie du sport et de l'outdoor laissentISPO.com jeter un coup d'œil à leurs cartes. Cette fois-ci, Martin Seibold, PDG du groupe LifeFit, parle des défis, des opportunités et des objectifs du secteur du fitness.

Martin Seibold est le PDG du groupe LifeFit.
Martin Seibold est le PDG du groupe LifeFit, sous l'égide duquel 90 studios et sept marques de fitness opèrent avec une grande variété de concepts.

Je m'appelle Martin Seibold et je fais partie du secteur du fitness depuis plus de 20 ans : j'ai occupé des postes de direction en Allemagne, au Benelux, en Asie et en Australie. J'ai notamment dirigé le repositionnement de la marque haut de gamme Fitness First en Allemagne et au Royaume-Uni.

Depuis 2019, je suis le directeur général de la LifeFitGroup - l'une des principales plateformes de santé et de fitness en Allemagne. Au cours des deux dernières années, j'ai mis en place une organisation multimarque au sein de ce groupe en acquérant les droits de marques de fitness de premier plan avec une grande variété de concepts : tels que Barry`s, Club Pilates, Pure Barre ainsi que les modèles traditionnels de salles de sport Smile X, Elbgym et Fitness First.

Je considère que le fitness fait partie de la solution contre le Covid-19 et je demande une pertinence systémique pour l'industrie du fitness. Je me bats pour cela en alliance avec d'autres marques au sommet. Dans mon article, je parle de mes plus grands défis actuels, de ceux du secteur et de leurs opportunités.

La chose la plus importante dans notre secteur en difficulté : donner de la sécurité aux employés

Ma première priorité est notre personnel : nous devons le soutenir dans sa situation actuelle. Ils ont 14 mois de pandémie derrière eux. Ça vous fait quelque chose. J'aime la comparer figurativement à un avion : une personne a une aile privée et une aile professionnelle, le chef-pilote et son corps. Pour de nombreuses personnes, l'aile professionnelle a été perturbée par la pandémie, que ce soit par le biais du télétravail, de la perte d'emploi ou du chômage partiel.

Il y a ensuite l'aile privée, qui a dû faire face aux restrictions de contact, au manque de possibilités de compensation et parfois à la garde des enfants et à l'enseignement à domicile. Cette aile a également souffert. En moyenne, les Allemands ont pris 5,5 kilos par habitant. La pandémie a été/est épuisante. En tant qu'être humain - ou même en tant que pilote - vous devez d'abord équilibrer tout cela.

Martin Seibold est PDG du groupe LifeFit depuis 2019.

L'employé est crucial dans notre modèle d'entreprise

Dans notre secteur comme dans notre modèle économique, l'employé est le facteur décisif : . Les bons employés font notre club - sans eux, un studio, aussi parfaitement équipé soit-il, n'a aucune chance. C'est pourquoi mon attention personnelle se porte également sur nos employés : les prendre en charge, communiquer ouvertement avec eux et aussi garder un œil sur leurs défis personnels pendant la pandémie.

Nous avions 1 500 personnes sur 2 000 en chômage partiel, beaucoup n'ont pas travaillé du tout pendant dix, onze mois. Ils doivent se réadapter à la routine quotidienne du travail. Dans tout ce processus, une communication très ouverte, transparente, directe et honnête est d'une grande importance. C'est facile à dire - mais "the proof is in the pudding", comme on dit en anglais.

Nous communiquons la situation financière aux employés

Nous avons une forte culture de l'appel, parfois plus de 1 000 employés participent à des réunions numériques en même temps et obtiennent des informations importantes directement de moi ou du directeur général concerné. Pendant la pandémie, nous avons toujours communiqué très ouvertement le statut exact de l'entreprise - y compris notre situation financière.

Phase de fermeture et conséquences dans l'entreprise

Nous entretenons des échanges étroits avec Fitness First en Asie et en Australie (anciennement un seul groupe). Lorsque de nouvelles vagues de Corona ont éclaté là-bas, nous avons défini à temps notre équipe centrale en Allemagne : prête à la défendre aussi longtemps que nécessaire. Il était clair pour nous que nous allions fermer à nouveau. Nous ne savions pas que cela durerait sept mois.

Vital pour la survie : définition de nouveaux postes et processus

750 des 2 000 employés ont quitté l'entreprise. Certains ont changé d'industrie, d'autres ne peuvent pas vraiment s'identifier à la nouvelle voie qu'ils ont choisie. Je considère également que c'est très important dans une telle situation : créer de la clarté honnêtement et rapidement. Nous avons réorganisé l'équipe restante, ainsi que les processus et les procédures.

"Nous avons donné à notre personnel une formation multifonctionnelle et aiguisé son bagage sportif".

Nous avons utilisé la période de verrouillage de manière intensive pour la formation et la formation continue de notre personnel. Aujourd'hui, il ne s'agit plus d'un simple vendeur ou d'un réceptionniste, mais d'un employé du club ayant suivi une formation en fitness, capable de créer un plan d'entraînement et de soutenir le membre dans tous les autres processus du club. Nous avons ainsi créé une équipe sans précédent, hautement qualifiée et diversifiée. Je vois aussi cela comme une grande opportunité.

Le programme américain Barry's fait partie de LFG en Allemagne : "Une énorme fête du fitness".

L'ouverture tardive des clubs a des conséquences qui durent plusieurs années

Notre secteur est axé sur les abonnements et, en raison de l'ouverture tardive des studios en 2021, nous avons perdu pendant longtemps la possibilité de gagner de nouveaux clients. Avant Corona, nous avions 220 000 clients. Aujourd'hui, nous avons environ 70 000 membres de moins au total. Cela signifie qu'avec une cotisation mensuelle moyenne de 50 euros, nous perdons 3,5 millions d'euros par mois et plus de 40 millions d'euros de revenus par an.

Les programmes d'urgence de l'État sont utiles - mais seulement pour les mois de fermeture.Et il faudra deux à trois ans pour que nous retrouvions le niveau de revenus d'avant la pandémie. C'est un grand défi. Les politiciens doivent comprendre que les industries axées sur les abonnements, telles que les clubs de golf, les clubs et les studios de fitness, doivent continuer à recevoir une aide à l'avenir. Nous avons besoin d'une solution pour compenser la perte de revenus dans les prochaines années.

Défi : les salles de fitness ne sont pas encore systémiquement pertinentes

Il est incompréhensible que l'industrie du fitness ne soit pas classée comme étant d'importance systémique. Pourtant, l'exercice et le renforcement du système immunitaire sont si importants en ce moment, surtout pour les personnes ayant des problèmes de santé. Et pour nous, exploitants de studios de fitness et de santé, ils représentent 25 % de notre clientèle. S'ils ne peuvent pas venir chez nous, c'est un problème.

La forme et la santé doivent rapidement remonter dans la hiérarchie sociale. Aussi en vue d'une nouvelle vague possible de la pandémie. Si un supermarché est ouvert, une salle de sport l'est aussi. Des études, telles que l Étude SafeActiveprouver : Le risque d'infection dans les salles de sport est tellement plus faible que dans les supermarchés ou dans les transports publics, où l'on porte des masques. Les mesures d'hygiène sont beaucoup plus élevées dans les studios - tout comme les dommages à long terme pour la société lorsque les gens ne peuvent pas faire de l'exercice par millions. Avec 11 millions de membres, le secteur du fitness est le premier sport en Allemagne, devant le football.

Si les taux d'incidence sont élevés, des masques peuvent être portés dans les studios. Car il ne s'agit pas de faire du sport à haute intensité, mais de se renforcer et de se tonifier pour la vie de tous les jours. Il est naturel pour nous, en tant qu'industrie, de nous adapter aux conditions actuelles.

Comme tous nos clubs sont à nouveau ouverts depuis juin, la situation est beaucoup plus détendue, mais loin d'être normale. Et nous ne savons pas ce qui est à venir. En tout cas, nous constatons un net effet de rattrapage : par rapport à 2019 à la même époque, nous rédigeons 160 % de nouveaux contrats en plus. Adaptés à la situation de Corona, les clients souhaitent des contrats plus courts - nous le proposons également.

Mon équipe de direction et moi-même : "Nous sommes heureux d'accepter des exigences variables par État fédéral. L'important, c'est que nous puissions ouvrir !

Une croissance massive dans tout le secteur

Au cours des 15 dernières années avant Corona, notre industrie ne connaissait qu'une seule chose : la croissance ! Et le marché a beaucoup de potentiel : l'Allemagne se trouve encore dans un no man's land du fitness : seuls 13 à 14 % de la population adulte sont inscrits dans un studio de fitness. En comparaison : en Scandinavie, il est de 22-24%, en Californie même de 30%. Nous prévoyons que ce chiffre doublera pour atteindre 20 à 23 millions de pratiquants dans les dix prochaines années.

Le fitness à domicile explose

Il y a de nombreuses tendances positives pour l'industrie qui ont été renforcées par Corona : La sensibilisation accrue à la santé est l'un de ces facteurs. Dans le passé, nous étions une "société de l'évitement" en matière de santé - nous écartions quelque chose parce que ce n'était pas sain. Aujourd'hui, nous agissons de manière proactive et positive pour notre santé - encore plus grâce à Corona. Corona a également établi le bureau d'attache. Cela signifie que les gens ont encore plus de temps à consacrer au fitness, puisqu'ils n'ont pas à parcourir de longues distances pour se rendre au travail.

Et le fitness à domicile explose ! Rien que l'année dernière, 75 000 applications de fitness et de santé ont été lancées dans le monde. C'est fou ! Cette croissance profite à l'ensemble du secteur, y compris aux studios. Parce que les humains sont des animaux de meute, et sans une composante sociale, ce qu'ils font seuls à la maison devient rapidement monotone.

Différenciation des tendances : Positionnement général avec un studio pour ceux qui détestent la gym

En outre, les produits se différencient de plus en plus et les clients choisissent ce qui leur plaît. Heureusement, nous l'avons reconnu avant même Corona : Il y a deux ans, nous n'avions que les studios haut de gamme de la marque Fitness First. Aujourd'hui, le groupe LifeFit représente sept marques différentes, y compris des studios pour les personnes qui veulent s'entraîner surtout dans le domaine de la haute intensité, des concepts de yoga et de Pilates et même un studio pour les personnes qui détestent les salles de sport.

Avec des résultats positifs : Dans notre studio La société de gymnastiquenous n'avons perdu que 3 % de nos membres au cours des 10 derniers mois. La moyenne du secteur, quant à elle, est de 27 %.

L'un des studios boutique du groupe LifeFit est "The Gym Society", dont les concepts personnalisés et individuels 1:1 sont uniques.

La numérisation est une évidence, mais n'apporte rien sur le plan financier

Nous proposons également des vidéos de fitness à domicile, des cours en direct, des formations personnelles et des programmes d'entraînement qui peuvent être créés à l'aide de notre application Fitness First. L'offre numérique a également été accélérée dans tout le secteur par Corona. Cependant, personne n'a encore gagné de l'argent avec.

Le problème : le "non-utilisateur

Nous avons pour mission de motiver les gens à s'entraîner. Et contrairement à l'opinion générale, le plus gros problème du secteur est celui des membres inscrits qui ne font pas d'exercice. Car : un client qui s'entraîne est satisfait et reste fidèle aux studios sur le long terme. C'est pourquoi nos studios font tout ce qu'ils peuvent pour que les clients reviennent. La moyenne annuelle est qu'environ 25 à 30 % des clients ne se sont pas rendus au studio au cours des trois derniers mois. Nous avons déjà pu réduire ce chiffre à 15-20 %, l'objectif étant de 10 %.

Dans notre secteur, seuls 20 % des employés se forment eux-mêmes en studio. Nous ne voulons pas de cela, car l'employé doit savoir de quoi il parle : chez nous, un fier 92 pour cent de train - et bien sûr nous voulons obtenir les derniers 8 pour cent.

Autres objectifs pour les prochaines années

Nous sommes premium et notre objectif est toujours d'être les meilleurs de notre catégorie par segment de marché. Et nous voulons continuer à nous développer : actuellement nous avons 90 studios, dans 5 ans nous aimerions être à 250-300 studios propres ou franchisés.

Share article
Author:
Martin Seibold, CEO LifeFit Group
Comments


Topics in this article