eSports // 07/13/2023

Comment les jeunes joueurs se battent pour passer au niveau supérieur

Image credit: Sean Do/unsplash
Author:
Oliver Knoch

On prédit parfois un avenir radieux à l'eSport, mais est-ce également le cas pour la relève ? Comme dans d'autres sports, il en va de même dans le monde du jeu : pour atteindre le sommet, il faut faire des sacrifices. En ce qui concerne la promotion de la relève, la jeune discipline sportive est à la traîne.

L'eSport à la conquête du monde

C'est surtout dans la jeune génération que l'eSports, c'est-à-dire le fait de jouer professionnellement à des jeux vidéo, est très populaire. De nombreux jeunes voient leurs idoles jouer pour beaucoup d'argent lors d'événements eSports, aussi bien hors ligne qu'en ligne, organisés régulièrement par les différents organisateurs. Lors du premier championnat du monde de Fortnite, par exemple, environ 2,3 millions de personnes ont regardé la finale de la compétition en solo via Twitch et YouTube. Le vainqueur, Kyle "Bugha" Giersdorf, a reçu un prix de trois millions de dollars américains. Rien que pour la qualification, chacun des 100 joueurs a reçu 50 000 dollars américains.

Un emploi de rêve pour un joueur* professionnel

Les jeunes du monde entier rêvent désormais de gagner leur vie en jouant à des jeux vidéo. Mais pour faire partie du cercle des meilleurs, il ne suffit plus de jouer. Celui qui n'est ni performant ni remarquable a peu de chances de jouer professionnellement aux jeux vidéo et de pouvoir appeler cela son travail. Peu de joueurs* dans le monde peuvent en vivre à long terme, même s'il existe aujourd'hui des joueurs très performants.

Le chemin vers le sommet de l'eSport est semé d'embûches

Il existe des fédérations eSports, des organisations, des sections eSports de clubs professionnels réels ou des académies dans lesquelles les futurs eSportifs* sont formés et entraînés. En voici quelques exemples : FOKUS, WAVE, PENTA, Schalke 04, Unicorns of Love et beaucoup, beaucoup d'autres. Le risque de ne pas y arriver est bien sûr élevé, peut-être même plus que dans d'autres sports, d'autant plus que l'argent des prix ne suffit pour vivre que pour le top absolu. Le chemin pour y parvenir est semé d'embûches. Il faut beaucoup de travail et beaucoup de temps pour intégrer d'abord une équipe professionnelle, pour être mieux encouragé et pour se développer. Fabian "Exileh" Schubert, athlète eSport, raconte dans une interview avec le magazine Kicker : "Nous passons huit heures par jour à faire des scrims et des réunions." De nombreux eSportifs* comme Fabian, qui joue à League of Legends, profitent de leur temps libre pour s'entraîner davantage afin de s'améliorer encore. Il reste rarement du temps pour d'autres activités. Une condition de base pour quiconque veut devenir un eSportif*. Le soutien des organisations, un bon réseau et une adaptation de l'organisation quotidienne seront également nécessaires pour atteindre le sommet.

Dans l'eSports, la concurrence est féroce.

Découvreurs de talents pour les organisations et les clubs professionnels

Les dénicheurs de talents recherchent les meilleurs talents, qui sont encouragés et se voient attribuer des contrats. Ceux qui ont réussi à intégrer des clubs professionnels ou des organisations ont déjà franchi un grand obstacle et bénéficient d'une certaine sécurité financière grâce à des contrats.

Grâce à différentes méthodes et unités d'entraînement, il existe ici des moyens de former des talents pour en faire des stars de haut niveau. Dans les unités d'entraînement, selon que l'on soit seul ou en équipe, on développe des stratégies et des plans, on s'exerce à la communication et on s'entraîne contre d'autres équipes d'eSports. Pour compenser le temps passé devant l'écran, la plupart des eSportifs* préfèrent les sports de force ou la pratique de hobbies.

Conditions d'entraînement comme pour les autres sports

L'entraînement entre soi, avec ses coéquipiers et contre d'autres équipes de haut niveau, ainsi que des plans d'entraînement personnalisés pour chacun, sont autant de possibilités offertes par les clubs professionnels. Il existe également des "bootcamps", c'est-à-dire des camps d'entraînement avec un coaching exclusif par des professionnels. Une grande attention est également accordée à la santé et à l'équilibre avec le temps passé devant l'écran, afin que les joueurs* puissent donner le meilleur d'eux-mêmes. "Exileh" rapporte qu'il va soit à la salle de sport, soit faire du jogging pour obtenir l'équilibre nécessaire.

Propres centres de performance des grands acteurs

En fonction de leur taille, de leur notoriété, de leur statut dans le milieu de l'eSport, de leur commercialisation et de leurs moyens, les organisations et les clubs possèdent leurs propres locaux, des centres de performance spécifiques, des coachs et surtout les meilleurs joueurs*. La mise en place est particulièrement importante. Les organisations fournissent à leurs joueurs* des moniteurs, des ordinateurs, une bonne connexion Internet et d'autres équipements de qualité.

Comme dans d'autres sports, les différentes organisations n'ont pas toutes le même succès. Parmi les organisations de haut niveau, on trouve entre autres Liquid, OG, Evil Geniuses, Team Spirit, Virtus.pro. Elles se présentent dans plusieurs jeux et sont actuellement en tête. Elles offrent les meilleures conditions pour une carrière réussie dans l'eSport et sont en conséquence d'une grande importance pour la relève.

Dans la gaming room d'un bootcamp, on s'entraîne de manière professionnelle.

Les meilleurs jeux eSports et l'exemple de Fifa

Les jeux populaires dans l'eSports sont entre autres Dota 2, League of Legends, Fifa, Fortnite, Counter Strike et PUBG. Il existe également d'autres jeux dans lesquels des compétitions d'eSport sont organisées et où les jeunes joueurs peuvent essayer de devenir des eSportifs*. Dota 2 est le jeu qui a rapporté le plus d'argent de tous les temps, avec environ 235 millions de dollars américains. Cependant, cela dépend en grande partie du montant des prix mis à disposition par les développeurs de jeux ou si des prix supplémentaires sont générés par des accords de sponsoring. Actuellement, l'argent des prix provient principalement des développeurs de jeux.

Les clubs de sport professionnels de football sont représentés dans l'eSports dans le domaine de la Fifa. En Allemagne, la Bundesliga et la Coupe ont lieu chaque année de manière analogue au football réel. Les clubs leaders dans le monde du football eSports en Allemagne sont le RB Leipzig, Schalke 04, le FC Cologne et le VfL Wolfsburg. Et le meilleur joueur de Fifa du monde actuel vient également d'Allemagne : Umut "Umut" Gültekin, de l'équipe eSport du RB Leipzig, est l'actuel champion du monde de Fifa et a déjà pu récolter 250.000 dollars US à seulement 19 ans. Un exemple de la voie qui peut être suivie par les jeunes talents.

La relève : l'eSport exige aussi des sacrifices

Comme dans d'autres sports, il en va de même dans le monde du jeu : pour atteindre le sommet, il faut faire des sacrifices. Les enfants, ou plutôt les adolescents, passent notamment plusieurs semaines dans les centres de formation exclusifs d'organisations afin d'élever leurs performances à un niveau supérieur. Lion "Lyght" Krause, alors âgé de 13 ans, s'est préparé dans l'un de ces centres pour les championnats du monde Fortnite 2019 à New York, pour lesquels il s'est qualifié en solo parmi 100 joueurs* dans le monde. Des coachs spéciaux s'occupent des jeunes joueurs* pendant cette période.

Asie : pionnière dans la promotion des jeunes talents

La promotion de l'eSport est en hausse dans le monde entier. En Asie notamment, le jeu vidéo est l'une des activités les plus populaires. Logique : la plupart des jeux vidéo viennent d'Asie, et en même temps, beaucoup de joueurs* de haut niveau. En Allemagne, en revanche, la scène de l'eSport et la promotion de la relève sont encore à la traîne. Jusqu'à présent, seuls quelques Allemands ont réussi à s'imposer durablement dans l'espace international, ce qui montre que le développement de l'eSport en Allemagne est loin d'être terminé.

L'Allemagne a besoin d'une organisation professionnelle à tous les niveaux de performance

La promotion de la relève souffre surtout du fait qu'elle ne commence vraiment qu'au niveau organisé. Elle ne commence vraiment qu'à partir du moment où un talent est intégré dans une organisation. Avant cela, il faut jouer, s'entraîner dur et se produire dans des tournois ou des événements en espérant être repéré et décrocher un contrat pour être plus sûr financièrement. L'argent des prix ne permet de subvenir à ses besoins qu'au plus haut niveau, une équipe doit donc prendre de l'avance pour les jeunes joueurs*. Plus il y aura de prix pour les joueurs, plus l'eSport sera pertinent pour les jeunes et pour une carrière professionnelle.

Une autre possibilité serait d'encourager les jeunes talents plus tôt, afin que davantage de joueurs puissent réaliser leur rêve de devenir des joueurs professionnels. Une plus grande attention contribuerait également à ce que l'eSports ne soit pas seulement un sport marginal et qu'il rejoigne le sport de masse. Les performances des joueurs de haut niveau sont d'un niveau très élevé et définitivement comparables à celles d'autres sports. Mais il en va de même, par exemple, pour le football : au final, seuls les meilleurs des meilleurs s'en sortiront.

Auteur : Moritz Schmidt

Share article
Author:
Oliver Knoch
Topics in this article