Author:
Martin Jahns

Le cœur de l'ISPO, partie 1 : Constanze Fuchs

De Naomi Campbell remise en place des stands : "Chaque salon est un puzzle géant"

Constanze Fuchs est responsable de catégorie pour les secteurs Sportsfashion et Health & Fitness à l'ISPO Munich et à l'OutDoor by ISPO et travaille depuis 18 ans à la Messe München. Dans cette interview, elle nous donne un aperçu des coulisses de l'ISPO. D'un défilé de mode avec Naomi Campbell au jeu de puzzle annuel pour les places en salle. Et aussi : comment le secteur de la mode sportive peut faire face à la nouvelle concurrence de Zara et H&M.

Constanze Fuchs von der Messe München
Constanze Fuchs ist Category Managerin Sportsfashion sowie Health & Fitness bei der ISPO Munich und OutDoor by ISPO.

Dans le cadre de la ISPO.com-série The Heart of ISPO, nous vous présentons les décideurs de ISPO. Des personnes sans qui ISPO Munich 2022 (28-30 novembre à Munich) ne serait pas possible. Cette fois-ci : Constanze Fuchs, Category Manager pour Sports Fashion et Health & Fitness.

Qui es-tu et que fais-tu exactement à la Foire de Munich ?
Je m'appelle Constanze Fuchs, j'ai 40 ans, je suis mère d'une fille de presque six ans et je suis née et ai grandi dans la banlieue de Munich. J'ai étudié le BWL à l'université duale du Bade-Wurtemberg à Ravensburg, avec une spécialisation en gestion des événements et des congrès, et j'ai commencé un stage en marketing à la Foire de Munich en 2004, juste après avoir obtenu mon diplôme. Le merveilleux secteur des foires et salons m'a tout de suite captivé, si bien que je suis restée et que je suis passée à la gestion de projets. À l'époque, il y avait encore l'ispo summer et winter, des événements comme Golf Europe, ISPO Russia et ISPO China étaient mis en place. Entre-temps, je suis devenue responsable de catégorie pour les secteurs Sportsfashion et Health & Fitness.

Comment aides-tu exactement les marques qui exposent à ISPO Munich en tant que Category Manager ?
Je suis l'interlocutrice des Key Accounts. Il ne s'agit pas seulement d'exposants, mais aussi de distributeurs importants, de représentants des médias* ou de fédérations. Mon rôle est de créer et de développer le réseau au sein de ma communauté et de le maintenir. Il est important de se tenir au courant des tendances, des innovations et des courants dans le secteur et de nouer et d'entretenir des contacts avec des clients anciens, existants ou potentiels.

Bien entendu, cela implique également d'organiser des événements qui donnent vie au secteur et créent un environnement attrayant pour les clients. Il peut s'agir de défilés de mode, comme ceux organisés autrefois dans le cadre d'ISPO Vision GQ Style Nights avec des invités tels que Naomi Campbell, Wladimir Klitschko, David Coulthard et bien d'autres dans le domaine de la mode, ou de programmes scéniques pour le segment Health & Fitness.

ISPO Munich : "Après le salon, c'est avant le salon".

Le prochain ISPO Munich est déjà à la porte. Peux-tu nous donner un aperçu des coulisses de la préparation d'un tel salon ?
La devise "Après le salon, c'est avant le salon" s'applique. Dès la fin du dernier salon, le client peut s'inscrire pour le prochain et faire part de ses souhaits. Environ six mois avant l'événement, on commence à planifier les halls. Les réactions des exposants nous permettent ensuite d'affiner les choses. Quelqu'un veut changer de hall, préfère un autre environnement de marque ou veut être plus grand ou plus petit ? Nous examinons quels souhaits nous pouvons réaliser et comment. C'est un énorme puzzle que nous devons reconstituer à chaque salon. Et avec le nouveau concept des halls, le Future Lab et les dimensions réduites des stands, l'ISPO Munich est cette année encore un puzzle particulièrement exigeant. Parallèlement, nous préparons le programme-cadre, comme par exemple mon symposium sur la course à pied en coopération avec Runner's World, qui m'est devenu très cher au fil des ans.

Tu fais partie de l'équipe de Messe München depuis 2004 déjà. Qu'est-ce qui a changé à ISPO Munich pendant cette période ?
Ce qui a changé, c'est certainement l'exigence des clients. Les attentes se sont accrues au fil des années, en ce qui concerne l'environnement. Lorsque j'ai commencé, il y avait encore des halls relativement simples avec des exposants stand contre stand. Les domaines thématiques n'étaient pas aussi clairement structurés que maintenant. Au fil des années, nous avons créé des segments cohérents pour les clients et beaucoup plus de structure, par exemple dans le cheminement dans les halls, en créant des axes visuels clairs. Nous permettons ainsi aux visiteurs* de mieux s'orienter et à chaque marque d'avoir la meilleure visibilité possible.

Les marques d'outdoor comme modèle pour le secteur de la mode sportive

Quelles sont les principales tendances et les principaux défis qui préoccupent actuellement tes clients dans le secteur de la mode sportive ?
Le thème de la durabilité est bien sûr incontournable. Dans ce domaine, les marques de mode sportive ont encore du retard à rattraper par rapport au secteur de l'outdoor, qui montre l'exemple, et ont la possibilité de suivre une courbe d'apprentissage plus raide.

La nouvelle concurrence des verticaux comme Zara ou H&M, qui gèrent le cycle complet de leurs produits sous un même toit et qui ont découvert le secteur de la mode sportive avec leurs propres collections à des prix parfois abscons, est également un sujet de préoccupation pour le secteur de la mode sportive. Pour les clients qui ne sont pas fidèles à la marque, les marques de mode sportive ont désormais une concurrence dont elles doivent se démarquer. Il y a encore une chance de fidéliser les clients en tant que marque de mode sportive avec une histoire derrière la marque, à l'instar de Vaude ou Patagonia dans le domaine de l'outdoor.

Et dans le domaine Health & Fitness ?
Dans ce domaine, le thème du fitness à domicile a connu un boom suite à la pandémie. Outre l'outdoor, les offres de fitness à domicile ont été les grandes gagnantes. Les gens se sont procuré de nombreux produits pour s'entraîner chez eux. Il s'agit maintenant de faire en sorte que ceux-ci soient également utilisés après la pandémie.

Constanze Fuchs : à pied et à vélo dans les montagnes

Plus de fitness que jamais pour ISPO Munich 2022

Comment ces thèmes seront-ils présents à ISPO Munich 2022 ?
Dans le hall Health & Fitness, nous aurons pour la première fois à l'ISPO Munich 2022 un espace spécial pour les compléments alimentaires. En outre, deux salons parallèles seront organisés, therapie München dans le hall B0 et FitnessConnected dans l'ICM. Avec FitnessConnected, nous renforçons notre offre en direction du secteur des centres de fitness. Le salon therapie propose des exposants et un programme de conférences passionnants pour les physiothérapeutes, les entraîneurs et les médecins du sport dans le domaine de l'entraînement, de la rééducation et de la prévention. Ce trio de choc nous permet d'attirer de tout nouveaux groupes de visiteurs.

Comment est née ta passion pour le sport et la mode ?
J'ai toujours fait du sport, mais jamais en me concentrant entièrement sur une discipline. Enfant, j'ai fait de la danse classique et de la gymnastique pour enfants, puis je suis allée à la salle de sport. L'environnement ISPO a ensuite déteint de plus en plus sur moi. Entre-temps, nous aurions besoin d'un deuxième garage rien que pour les vélos que nous avons chez nous. Que ce soit un vélo de course ou un VTT, un vélo de randonnée ou un Pedelec, tout est utilisé. Depuis quelques années, je me suis découvert un faible pour le yoga et je caresse l'idée de suivre une formation de professeur de yoga afin d'en apprendre davantage sur l'interaction du corps. Je trouve cela très intéressant. De plus, j'aime courir, même si la famille et le travail me laissent actuellement moins de temps que je ne le souhaiterais. En 2013, j'ai couru mon premier marathon à Munich, et j'espère que ce ne sera pas le dernier.

Dans le domaine de la mode, je m'engage "en plus" bénévolement - entre autres avec Tobias Gröber, Head of ISPO Group - pour la fondation de l'industrie allemande de l'habillement, qui encourage les étudiants en design de mode avec son European Fashion Award "FASH" organisé chaque année. Outre les prix et les places de stage, la fondation apporte également son soutien par le biais d'un mentorat. Les lauréats du FASH travaillent aujourd'hui entre autres chez Adidas, Akris, Craft, Hugo Boss, Quiksilver, Puma, Dorothee Schumacher ou Vivienne Westwood.

"La visite de cette entreprise a fait une différence en moi"

Qu'est-ce qui te motive dans ton travail ?
C'est surtout au cours des dernières années que j'ai pris conscience de l'ampleur de mon réseau et de ma capacité à créer des liens qui ont un sens. J'ai le sentiment de pouvoir fournir à mes partenaires et à mes clients des contacts qui leur permettent de réaliser quelque chose de bien. Cela me fait énormément plaisir et me motive vraiment. Que ce soit par hasard ou de manière planifiée, tu rencontres des gens merveilleux lors des salons, tu vis des moments inoubliables et tu élargis ton réseau. Et cela fait partie pour moi de l'énorme valeur ajoutée qu'offre un événement physique.

Selon toi, où le secteur peut-il faire encore mieux à l'avenir ?
Cette année, j'ai visité une usine de recyclage de textiles en Saxe-Anhalt. Chaque jour, il y arrive une quantité incroyable de vêtements qui ont été jetés dans des conteneurs de vêtements usagés et qui doivent être triés à la main. Seule une toute petite partie est suffisamment bonne pour être remise en circulation dans les magasins de seconde main. Les pièces de moins bonne qualité sont envoyées en Europe de l'Est ou en Afrique pour y être vendues. Le reste est un déchet qui est déchiqueté et qui, dans le meilleur des cas, peut encore être utilisé dans l'industrie automobile. La visite de cette entreprise a eu un impact sur moi. Car le secteur des articles de sport contribue lui aussi à ce flux constant de nouveaux vêtements. Et plus les matériaux qui y sont tissés ou collés sont nombreux, plus ils sont difficiles à recycler.

Share article
Author:
Martin Jahns
Topics in this article