INTERVIEW | 12/24/2021

"Il est grand temps que nous changions tous de mentalité et que nous agissions de manière plus durable".

Roman Rohrmoser
Roman Rohrmoser auf seinen Ski
Andi Spies
Author:
Andi Spies

Roman Rohrmoser est une figure incontournable de la scène du freeride. Outre ses apparitions dans de nombreuses grandes productions de films de freeride, il fait de plus en plus parler de lui avec ses propres projets de films. Le court-métrage exceptionnel "Timeout" est disponible en streaming depuis décembre. Dans une interview avec ISPO.com, le Zillertal parle de sa passion pour la montagne, de l'extension discutable des domaines skiables et de son nouveau film.

Vivez l'OutDoor by ISPO 2023
Nous nous réjouissons de vivre à nouveau avec vous l'esprit de l'OutDoor by ISPO en 2023. Save the date : du 04 au 06 au MOC - Event Center Messe München.

ISPO.com : Comment es-tu passé du ski de compétition au freeride ?

Roman Rohrmoser : J'ai commencé à pratiquer le ski alpin en tant que sport de compétition dès mon plus jeune âge. J'étais parvenu à faire partie de l'équipe nationale, mais j'ai réalisé avec le temps que le ski hors piste me plaisait davantage que le ski contre la montre. C'est ainsi que j'en suis venu à participer à des contests de freeride. Mais là aussi, avec le temps, l'idée de la compétition me plaisait de moins en moins. J'ai eu la chance de pouvoir tourner un film de ski avec Warren Miller et j'ai ainsi collaboré les années suivantes avec des sociétés de production comme Nimbusindependent des États-Unis, Downdays et Midiafilm. Depuis l'année dernière, je travaille avec mon ami et collègue de bureau Andreas Monsberger sur des projets personnels et c'est avec lui que le film actuel "Timeout" a été réalisé.

Roman Rohrmoser auf den Bergen
Un des nombreux moments de "temps mort" sur le tournage de "Timeout".

De quoi s'agit-il dans "Timeout" ?

J'avais depuis longtemps l'idée de combiner mes deux plus grandes passions, le ski et le VTT, dans un film. En effet, le sentiment intense d'être totalement concentré sur le moment présent, je le ressens dans les deux sports. Pour le film, nous voulions véhiculer ce parallèle en tournant dans les mêmes lieux. Le titre fait en outre référence au dernier hiver de Corona, qui nous a tous contraints d'une certaine manière à faire une pause. Dans le film, le paysan d'alpage Schorsch joue un rôle important dans ce contexte, mais je ne veux pas trop en dire pour l'instant. Le mieux est de regarder le film sur Youtube.

Qu'est-ce qui a déclenché ta passion pour la nature et les sports de plein air ?

Mon envie d'être dehors et de vivre la nature vient tout simplement du fait que j'aime être en montagne, que ce soit en été ou en hiver. Quand j'ai pu faire du ski mon métier, c'était la combinaison parfaite. J'ai la chance de pouvoir gagner ma vie en faisant ce qui me plaît le plus.

Roman Rohrmoser beim Mountainbiken
Roman Rohrmoser dans son élément

Et si tu ne sors pas dans la nature pendant un certain temps, que se passe-t-il ?

Par exemple, si je ne peux pas aller en montagne à cause d'une blessure, je deviens insupportable au bout de quelques jours. Ma femme pourrait certainement répondre à cette question de manière plus détaillée. Il me manque alors un équilibre très important pour moi, que je ne peux vivre qu'à l'extérieur. Cela est certainement dû au fait que j'ai grandi à une époque où nous passions chaque minute de notre temps libre à l'extérieur.

Roman Rohrmoser auf der Piste
Se déconnecter, se ressourcer - sans ces moments, Roman devient insupportable

Enthousiasmer la prochaine génération

Est-ce que tu essaies d'éveiller cette passion chez tes enfants ?

Pour moi, il est important que les enfants fassent leurs propres expériences. Et si on leur montre différentes possibilités, ils choisissent automatiquement ce qui leur convient. Mais bien sûr, l'influence des médias sur les enfants et les jeunes est aujourd'hui beaucoup plus grande. Ne serait-ce que par la disponibilité permanente des films et des vidéos. Nous essayons ici de trouver un équilibre raisonnable. Je ne suis pas partisan d'interdictions strictes et je suis plutôt d'avis que les enfants doivent découvrir par eux-mêmes à quel point le temps passé dehors avec leurs amis ou avec nous leur fait du bien.

En tant que père de famille et amateur de sports d'hiver, le changement climatique te concerne à plus d'un titre. Quelles sont tes réflexions à ce sujet ?

Au cours des dernières décennies, ce thème n'a malheureusement pas reçu l'attention nécessaire et beaucoup de choses ont été négligées. Il est temps depuis longtemps que nous changions tous de mentalité et que nous agissions de manière plus durable. Cela commence à petite échelle. Par exemple, en achetant en premier lieu des aliments de la région et en cultivant des légumes dans notre propre jardin. L'industrie des activités de plein air a également changé de mentalité en ce qui concerne les émissions de CO2. Ce sont les premiers pas. Mais le grand impact doit venir des grandes industries et c'est à la politique de réglementer en conséquence. En tant que sportif, je peux bien sûr aussi donner un signal par le choix de mes partenaires. La collaboration avec Schöffel en est un bon exemple, car l'entreprise joue un rôle de pionnier en matière de durabilité dans de nombreux domaines.

En tant que Zillertal, tu as vécu de près l'expansion croissante des domaines skiables. À quel point cela te dérange-t-il ?

Je trouve que l'extension des domaines skiables a parfois déjà pris des dimensions très discutables. Cela ne vaut pas seulement ici, chez nous, dans le Zillertal. Les atteintes au paysage et l'impact sur la nature et les habitats des animaux sont énormes. À mon avis, la limite est atteinte à de nombreux endroits. Et je me demande déjà qui a vraiment besoin de ces nouvelles pistes ? Malheureusement, de telles décisions sont trop souvent motivées par des chiffres et la perspective d'un chiffre d'affaires plus élevé compte souvent comme un argument décisif.

Share article
Andi Spies
Author:
Andi Spies
Topics in this article