Andi Spies
Author:
Andi Spies

Un snowboarder professionnel parle de durabilité et de Nelson Mandela

Elias Elhardt : "La crise climatique nous concerne tous".

Pour le snowboardeur professionnel Elias Elhardt, l'hiver Corona qui vient de s'écouler n'a guère eu de conséquences négatives sur son quotidien. Il a notamment eu le temps de réaliser un projet de film hors du commun. Nous parlons avec ce jeune homme de 33 ans aussi bien de sa passion pour le storytelling que de ses réflexions sur la durabilité, la crise climatique et le rôle du sport dans notre société.

Elias Elhardt, Powderturn.

Pour Elias Elhardt, la loyauté joue un rôle important dans sa vie privée et professionnelle : il travaille depuis onze ans avec son sponsor de planche Nitro Snowboards. Les partenariats de longue date avec ses quatre autres sponsors de la branche du snowboard comptent également beaucoup pour lui. Il est conscient qu'en tant que cinéaste et snowboarder, il mène une vie privilégiée qui ne serait pas possible sans le soutien financier des marques partenaires.

Un regard inhabituel sur le cosmos du snowboard

La carrière de snowboardeur d'Elhardt s'est d'abord déroulée de manière presque stéréotypée. Il s'est d'abord fait connaître en tant que snowboarder professionnel grâce à ses succès dans les grandes compétitions de slopestyle. Il a ensuite enchaîné les parties vidéo dans des films de snowboard à succès comme "Distorted Reality" (Pirate Movie Production 2013) ou "Insight" (Transworld Snowboarding 2006). Pour ce dernier, il a même été nominé pour la "Video Part of the Year".

Plus récemment, le sympathique habitant de l'Allgäu s'est consacré de plus en plus à la réalisation de films. En tant que producteur et réalisateur, on le retrouve souvent derrière la caméra de ses propres projets de films. Avec son type de storytelling, il tente de jeter un regard nouveau et inhabituel sur le cosmos du snowboard. "Mes propres films sont pour moi un formidable vecteur pour raconter des histoires qui dépassent le simple cadre du snowboard. Ils me permettent de mettre l'accent sur des thèmes qui me tiennent à cœur", explique-t-il.

Dernier projet de film : Playing Gravity

Pour son dernier film de snowboard "Playing Gravity", le jeune homme de 33 ans a collaboré avec le cinéaste et pilote de drone Sebastian Schieren. "Le film est encore une fois un pur hommage à la beauté du snowboard, sans communiquer de thèmes profonds", explique Elhardt. Le résultat est un highlight visuel.

Dans le film, le drone à grande vitesse suit le snowboarder stylé dans la pente, vole à côté de lui sur des sauts et s'élance derrière lui dans la poudreuse. Il en résulte un court-métrage aux prises de vue spectaculaires, qui ouvre une nouvelle dimension visuelle. Les organisateurs de l'European Outdoor Film Tour (E.O.F.T.) ont également été enthousiasmés par cette œuvre. Lors de la tournée actuelle, "Playing Gravity" est projeté en exclusivité et est le seul film de snowboard au programme du festival.

Nous avons rencontré Elias le soir de la première de l'E.O.F.T. à Munich et avons voulu savoir ce qui animait ce jeune homme de 33 ans en dehors de la production de films exceptionnels.

ISPO.com : Depuis que Greta Thunberg a fait parler d'elle dans le monde entier avec ses actions, la crise climatique est sur toutes les lèvres. Comment vois-tu le rôle des sports d'hiver dans ce contexte ?

Elias Elhardt : Pour aborder la pertinence du changement climatique, il n'est pas nécessaire à mes yeux de cadrer le snowboard. L'impact que le réchauffement climatique aura sans aucun doute sur les sports d'hiver est à mon avis plutôt secondaire. La crise climatique est plutôt le grand sujet de société de notre siècle.

Il est donc logique que ce thème soit également abordé dans nos récits. Mais aussi dans la manière dont nous fabriquons les produits. De même, nous devons nous interroger sur la manière dont nous permettons aux gens d'accéder à notre sport. C'est donc très complexe. Et comme thème général, la lutte contre le changement climatique doit faire partie de notre vie dans tous les domaines. Comme le snowboard est ma plateforme de communication, je veux l'utiliser pour cela.

Elias Elhardt - snowboarder et réalisateur de films.

Les sports d'hiver et la protection de la nature sont souvent difficiles à concilier, comme le montrent les récents développements dans le Pitztal avec l'ouverture de nouveaux domaines skiables interconnectés. Quelle est ta position sur de tels projets ?

Le sujet est complexe. Avant de critiquer en bloc un tel projet, il faut d'abord comprendre de quoi il s'agit réellement. S'agit-il de notre conception romantique de la nature, de ces belles montagnes que nous voulons protéger de la transformation en paysage culturel ? Ou de notre inquiétude quant aux conséquences de tels projets de construction sur notre climat ? Les Alpes sont depuis très longtemps un paysage culturel pour nous, les hommes, sauf qu'à l'époque actuelle, les montagnes sont utilisées différemment. Elles sont devenues un espace de détente pour les gens, même ceux qui viennent de régions lointaines. Du point de vue de la réduction de notre empreinte carbone, il en résulte un problème massif. En effet, l'arrivée dans les stations de sports d'hiver a un impact bien plus important sur les émissions de CO2 que l'extension d'un domaine skiable par une nouvelle remontée mécanique. Mais dans le paysage naturel, la remontée mécanique a justement l'air moche.

Je suis également un grand fan de la nature la plus authentique possible et je soutiens sa préservation. Mais je ne parle pas d'une nature intacte, car il est difficile d'en trouver une de nos jours. La fabrication de nos produits de sports d'hiver et la manière dont nous les consommons dégagent également beaucoup plus de CO2 que les travaux de construction de nouvelles remontées mécaniques et leur fonctionnement, qui est en outre électrique.

Le développement de produits est un bon mot-clé. Tu es impliqué dans ce processus auprès de tes sponsors. Comment cela se présente-t-il concrètement et dans quelle mesure peux-tu y intégrer le thème de la durabilité ?

Mon partenariat le plus ancien est avec Nitro Snowboards, qui a son siège à Oberammergau. Grâce à la proximité géographique, la collaboration est simple. Cela fait longtemps que je participe au développement et au design de ma propre planche. Outre les aspects techniques, j'ai donc un aperçu de la structure et des processus de l'entreprise. Je peux ainsi voir comment l'entreprise se consacre à la durabilité. Cette année, les émissions totales de CO2 de la production de snowboards ont été calculées pour la première fois. Tous les aspects du cycle de vie complet ont été pris en compte : l'achat des matières premières, la fabrication, le transport et l'élimination. Dans un premier temps, ces émissions seront compensées en soutenant d'autres projets. Je trouve important que les entreprises avec lesquelles je travaille assument cette responsabilité.

Quels ont été pour toi les enseignements de ce processus ?

Ce qui m'a le plus surpris, c'est que la logistique, c'est-à-dire le transport des snowboards, représente la plus petite part des émissions de CO2. Celle-ci n'a représenté qu'environ trois pour cent de l'ensemble des émissions. Ce sont plutôt les matériaux comme le noyau en bois, les carres en acier ou la résine, leur approvisionnement, leur fabrication et leur traitement qui ont une influence déterminante sur le bilan CO2.

Qu'est-ce que cela signifie pour le développement de produits ?

Si nous voulons réduire efficacement les émissions de CO2, nous devons rechercher des matériaux alternatifs et des processus de fabrication durables. En effet, il ne suffit pas de compenser nos émissions de CO2 générées par la production. Un premier petit pas vers plus de durabilité peut être l'utilisation de résines bio. J'ai discuté de cette idée avec notre chef de produit, qui expérimente maintenant ces résines.

Comment perçois-tu les activités en matière de durabilité dans l'ensemble du secteur ?

En me promenant au dernier OutDoor by ISPO, j'ai remarqué que chaque marque était plus durable que l'autre en matière de communication. Sur le fond, je trouve cela formidable. Car c'est un bon départ, mais en même temps une promesse pour l'avenir. Nous nous faisons tous cette grande promesse, mais maintenant, chacun doit aussi livrer la marchandise. Ce qui me plaît, c'est qu'en travaillant avec mes sponsors, je fais partie de ce processus et que nous réfléchissons ensemble à la manière dont nous pouvons réellement tenir notre promesse de durabilité.

À 33 ans, quel regard portes-tu sur la génération Z ?

Très positif, car cette génération est beaucoup plus politique que la mienne. Je trouve cela super. C'est génial de voir que différents mouvements comme "Fridays for Future" ou "Black Lives Matter" sont issus de cette génération ; ou, dans le cas de "Black Lives Matter", qu'ils sont soutenus par elle. Il est remarquable que ces initiatives aient pris une telle ampleur et que les marques doivent également montrer leur position sur ces thèmes pour être prises au sérieux par les consommateurs.

Elias Elhardt, Cliffdrop

Le sport a le pouvoir de changer le monde pour le mieux

Depuis cette année, tu es actif en tant qu'ambassadeur pour "Laureus Sport for Good". Quel est ton rôle ici ?

Beaucoup connaissent la Laureus Foundation en tant qu'organisateur d'un gala qui récompense chaque année les meilleurs sportifs. Mais au cours des dernières années, la fondation a considérablement développé son engagement social. Avec des moyens financiers, elle soutient désormais plus de 100 projets sportifs sociaux dans le monde entier. Je crois que Nelson Mandela a participé à sa création et y a tenu un discours très marquant. Il y soulignait que le sport n'est pas seulement une fin en soi, mais qu'il a le pouvoir de changer le monde pour le mieux. Et cela est particulièrement vrai pour les jeunes.

As-tu un projet concret que tu soutiens déjà en tant qu'ambassadeur là-bas ?

Pas encore. Je suis en train de regarder beaucoup de projets différents. Mais en travaillant sur mes films, j'ai déjà aidé la fondation à réaliser des clips vidéo qu'elle utilise pour sa communication. C'est aussi une façon pour moi de m'impliquer en ce moment. Je fais la promotion de leurs activités via mes canaux de médias sociaux et je peux apporter mon expérience en matière de storytelling de projets cinématographiques.

Quelle importance accordes-tu personnellement à de tels partenariats ?

Très important. J'ai rejoint l'équipe de Picture Organic il y a un an, je travaille avec l'E.O.F.T. depuis un moment et la Laureus Foundation est venue s'ajouter récemment. En plus de mon sponsor Nitro Snowboards, ce sont d'autres partenaires qui me tiennent à cœur et avec lesquels je vois de nombreux points communs pour faire bouger encore plus les choses à l'avenir. Il s'agit toujours de la réalisation de films, du storytelling et de l'engagement pour des thèmes qui dépassent le sport.

Conseil : Ceux qui souhaitent découvrir sur grand écran le remarquable court-métrage "Playing Gravity" d'Elias Elhardt auront la possibilité de le faire lors d'une des nombreuses projections de l'European Outdoor Film Tour 2021. Actuellement, toutes les manifestations ont lieu comme prévu - lors de l'achat des billets, vous trouverez des informations actuelles sur les règles de Corona en vigueur. Tu trouveras toutes les dates de l'E.O.F.T. ici.

Share article
Andi Spies
Author:
Andi Spies
Topics in this article


Commentaires