Author:
Martina Wengenmeir

La rock star de l'ultra-running

57 ans, des tatouages et des cheveux roses : personne ne court aussi cool que Catra Corbett

Autrefois toxicomane, elle est désormais une figure de la course à pied sur longue distance avec ses cheveux roses, ses tatouages, ses piercings et ses vêtements colorés. Elle raconte cette histoire dans son premier livre "Wiedergeburt" (Renaissance). ISPO.com a parlé à Catra Corbett de sa passion pour l'ultra-running, de ses chiens et de ses conseils pour réussir à surmonter des choses vraiment difficiles.

L'ultra-coureuse Catra Corbett.

Catra Corbett fait partie des rock stars de la course à pied. Connue sur les sentiers sous le nom de Dirt Diva, la coureuse d'ultra de Californie détient toujours des records de distance qu'elle a déjà établis il y a des années. Par exemple sur le John Muir Trail, 424 miles, soit bien 682 kilomètres, qu'elle a parcourus en 2004 en 12 jours, 4 heures et 57 minutes. Elle est l'une des rares personnes et la seule Américaine à avoir terminé plus de 100 courses de 100 miles ou plus. Elle a pourtant eu un passé mouvementé : Corbett est venue à la course à pied pour surmonter ses problèmes de drogue. La course à pied est une addiction qui est définitivement meilleure pour son corps. Depuis plus de neuf ans, elle court tous les jours. Avec ses trois teckels ou même seule.

Penser jusqu'à l'étape suivante

ISPO.com : Les distances d'ultra-running sont sacrément longues. Comment peut-on y arriver ?

Catra Corbett : Pour beaucoup, c'est la tête qui fait des siennes. La distance à parcourir, disons 200 miles, semble tellement énorme qu'on ne pourrait pas la parcourir à pied. En tant que coureur, on se demande alors comment je vais faire pour y arriver ?Mais quand on est au milieu de la course, on pense toujours à aller d'un poste de ravitaillement à l'autre. Maintenant, 20 miles, puis manger, boire, faire une pause, respirer. Ensuite, continuer sur 15 miles jusqu'au prochain, et ainsi de suite. Il ne faut pas penser trop loin, toujours jusqu'à la prochaine étape.

J'ai aussi déjà emmené de nombreux coureurs qui voulaient déjà abandonner et les ai motivés à courir jusqu'à la prochaine station de ravitaillement, puis jusqu'à la suivante, jusqu'à ce qu'ils parviennent quand même à franchir la ligne d'arrivée.

Souvent, une petite pause fait la différence. L'esprit fonctionne ensuite à nouveau avec acuité. Ce genre de connaissances vient avec l'expérience, car j'ai couru entre-temps plus de 160 courses de plus de 100 miles.

Parfois, il est aussi utile de se dire que mon petit teckel TruMan a lui aussi déjà parcouru les 50 kilomètres. S'il y arrive sur ses petites jambes, pourquoi pas toi ?

Qu'est-ce qui, selon toi, rend la scène de l'ultra-running si particulière ?

En un mot, la communauté. Lors des courses, c'est surtout la communauté des participants qui est très spéciale, c'est presque comme une famille. Dans de nombreuses courses longues, par exemple les 200 miles, les directeurs de course indiquent expressément qu'il faut faire attention les uns aux autres sur le parcours. C'est logique, car si quelque chose arrive, on dépend les uns des autres, même si tout le monde porte un traceur GPS. Par exemple, on ne parcourt pas facilement une distance de 20 miles jusqu'au prochain poste de secours avec une blessure. Les coureurs s'entraident donc toujours.

Comment gères-tu les blessures ?

J'ai de la chance et je ne me suis jamais blessé sérieusement en courant, je pense que c'est aussi parce que j'ai commencé à faire du sport avant de courir en faisant des haltères et que je n'ai jamais arrêté. Je continue à faire trois à quatre séances de poids par semaine, car plus on vieillit, plus il est difficile de conserver sa masse musculaire, et c'est elle qui te protège, toi et tes articulations, des blessures.

J'ai maintenant 56 ans et je ne suis plus aussi souple que lorsque j'avais la trentaine ou la quarantaine. C'est pourquoi je fais chaque jour 15 minutes d'exercices d'étirement, ce que je ne faisais jamais avant. En même temps, je sais aussi que je ne pourrai pas courir éternellement les distances que je fais aujourd'hui. Mais ce n'est pas grave. Si je ne peux plus courir, je ferai de la randonnée ou du VTT.

Catra Corbett dans différentes aventures.

Les longues distances restent un défi

Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui veulent se lancer dans l'ultra-running ou sur des distances plus longues ?

Mon conseil serait simplement de prendre du plaisir et de considérer la première course d'ultra comme une sorte d'entraînement. Apprends avant tout ce que tu dois savoir sur la nutrition, car ton corps consomme beaucoup d'énergie sur ces distances et tu dois la lui restituer pendant la course.

En outre, la course à pied se déroule beaucoup dans la tête, surtout sur les longues distances où l'on se fixe souvent des limites. Ma tête fonctionne différemment, elle s'est toujours demandé après chaque course : qu'est-ce que je fais ensuite ? Après mon premier marathon, j'ai couru mon premier ultra, c'est-à-dire 50 kilomètres, puis 50 miles et enfin 100 ou 200 miles.

Après le premier ultra, on ne sait pas non plus si les longues distances sont vraiment faites pour nous, car il peut se passer tellement de choses et tout le monde ne veut pas courir aussi longtemps. J'ai presque dû abandonner mon premier 50 miles à cause de la météo et lors de ma première course de 100 miles, j'avais de terribles ampoules aux pieds qui m'ont presque fait abandonner. Mais à chaque course, tu apprends.

Vous avez écrit un livre sur votre carrière. Cela a toujours été un de vos souhaits ?

Parmi mes amis, je suis connu pour les histoires que les gens partagent avec moi. Ils m'ont toujours dit que je devrais écrire un livre un jour. Mais je n'ai jamais eu le temps. Jusqu'à ce qu'un éditeur me propose d'écrire un livre et me suggère de travailler avec un auteur : Alors j'ai dit oui. 

Comment avez-vous concilié la course à pied et votre livre, Rebirth ?

En fait, j'ai enregistré de nombreuses parties de mon livre en courant. Ensuite, je les ai peaufinées avec Dan England, l'auteur. Je n'aurais pas eu le temps autrement. Je suis toujours en mouvement et en déplacement.
Le livre raconte mon histoire en tant que personne et comment j'ai commencé à courir. J'ai toujours été ouvert sur mon passé et sur le fait que j'ai commencé à courir pour échapper à la drogue. Dans le livre, nous sommes revenus sur ce sujet. 

A-t-il été difficile de revivre des phases de votre vie pour le livre ? 

Bien sûr, il n'est jamais facile de travailler sur le passé, mais j'avais déjà beaucoup réfléchi à ma propre biographie lors de séances de thérapie et de réunions. En même temps, l'écriture est aussi une sorte de thérapie. 
Je suis ouvert à mon histoire parce que je sais que si je peux aider une seule personne, cela vaut déjà la peine d'en parler. Je reçois des lettres de personnes qui me disent qu'elles ont acheté le livre pour leurs enfants qui se sont égarés, juste pour leur montrer qu'il n'y a pas que des gens obstinés qui font des sports d'endurance.

Qu'est-ce qui te caractérise en tant que coureuse ?

Je dirais que je suis têtue et que je veux prendre du plaisir en courant. Ce sont les deux aspects les plus importants qui me définissent en tant que coureuse. De même, je veux montrer qui je suis tout en faisant ce qui me plaît le plus. Avoir du style est donc aussi important pour moi quand je cours.

Avant, je faisais partie de la scène gothique et j'ai longtemps travaillé comme styliste capillaire. J'ai apporté mon style avec moi pour courir. J'aime les couleurs vives et il y a maintenant beaucoup plus d'options colorées dans les vêtements de course que dans les années 90, lorsque j'ai commencé à courir et que je me suis fait remarquer partout. En même temps, les couleurs sont aussi une bonne mesure de sécurité. S'il devait m'arriver quelque chose seul en montagne, je serais beaucoup plus facile à retrouver en tant que tache de couleur vive pour l'équipe de recherche.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui souhaite changer radicalement de vie ?

Laisse-toi aller à fond. Fixe-toi de petits objectifs que tu peux atteindre et concentre-toi sur chacun d'entre eux. Le plus important, c'est que tu croies en toi et en ta capacité à atteindre ces objectifs.

Plus d'informations sur Catra Corbett sur son site web catracorbett.com ou dans son livre "Wiedergeburt", disponible en allemand et en anglais.

Share article
Author:
Martina Wengenmeir
Topics in this article


Commentaires