Author:
Martina Wengenmeir

Entretien avec le meilleur alpiniste extrême d'Allemagne

David Göttler : "Pour moi, l'échec fait partie du jeu"

David Göttler gravit depuis des années les plus hauts sommets du monde. En tant que l'un des meilleurs alpinistes d'altitude d'Allemagne, il a parlé à ISPO.com de l'échec et de la motivation, de l'entraînement et de ce dont on a besoin pour frapper le sommet sans oxygène.

ISPO.com : Qu'est-ce qui te motive à faire de l'alpinisme ?

David Göttler : Pour moi, le temps passé en montagne est incroyablement important, et aussi de le vivre avec mon partenaire d'équipe. Je ne suis pas un alpiniste solitaire, j'apprécie beaucoup de partager cette expérience.

En altitude, je dois aussi gérer la peur, surtout à partir de 8000 mètres. Chaque pas est toujours plus difficile pour la tête ; à chaque pas, je dois me convaincre d'en faire deux autres après.

Ce sont des choses qui me motivent. Et si l'expédition réussit, la motivation dure encore plus longtemps.

Mon étincelle initiale est toujours l'objectif, par exemple l'Everest sans porteurs ni oxygène. Mais ensuite, j'apprécie très vite le processus de préparation et d'entraînement. J'y apprends toujours énormément de choses. Et tant que j'apprends quelque chose, c'est pour moi du temps bien investi dans ma vie. Pour moi, la motivation ne se limite donc pas à ce seul point d'arrivée au sommet.

Une grande motivation : être ensemble en montagne

Entraînement et équipement en alpinisme

Quel est le rôle de l'équipement dans l'alpinisme ?

Je veux me déplacer le plus rapidement et le plus efficacement possible en montagne. Pour cela, un équipement léger joue un rôle important. The North Face m'a étroitement impliqué, ainsi qu'une équipe d'autres alpinistes, dans le développement du nouveau kit Advanced Mountain de la gamme Summit Series. J'ai donc participé activement à l'installation d'une demi-fermeture éclair pour que la veste ne s'ouvre pas. Le résultat est un système de couches sophistiqué, de la couche de base aux gants, qui me permet d'être très bien protégé tout en restant flexible.

Kit Advanced Mountain de la gamme The North Face Summit Series

Combien de temps t'entraînes-tu pour un projet ?

En fait, je m'entraîne tout le temps. En 2016, je suis parti en expédition avec Ueli Steck et j'ai commencé à m'entraîner de manière ciblée avec Uphill Athlete l'année précédente. Depuis lors, mon entraînement est totalement structuré.

Bien sûr, il arrive que tu n'aies rien dans ton plan d'entraînement pendant deux ou trois semaines après une expédition, mais sinon, mon entraîneur et moi échangeons quotidiennement. Je télécharge mes séances d'entraînement via ma montre, nous parlons via WhatsApp et nous avons ensuite un appel vidéo hebdomadaire.

Même si je suis très égocentrique, c'est bien d'avoir des comptes à rendre d'une manière ou d'une autre. J'ai toujours fait ce que j'aimais faire. Mais si quelqu'un de l'extérieur me dit : "Pourquoi fais-tu tous les jours la même chose ? Ce n'est pas comme ça que tu vas t'améliorer, il faut alterner les entraînements", on évolue vraiment.

Prendre de la hauteur avec Kilian Jornet

Au printemps, tu étais sur l'Everest avec Kilian Jornet, que l'on connaît surtout comme l'un des meilleurs coureurs de trail au monde. Comment votre projet commun a-t-il vu le jour ?

Il n'y a pas tant d'alpinistes d'altitude que ça qui évoluent dans le même style que moi. Il n'y en a que quelques-uns qui gravitent autour de la scène. Kilian Jornet et moi étions déjà en contact depuis un certain temps.

Un jour, il était de passage à Chamonix, où je vis en hiver, et nous sommes allés courir ensemble. "Oh mon Dieu", ai-je pensé au début. Mais nous n'avons fait qu'une heure de course et nous avons constaté que nous avions des approches qui fonctionnaient bien ensemble. C'est ainsi que nous avons couru ensemble pour la première fois au printemps. Et ce ne sera certainement pas la dernière fois.

Avez-vous déjà un prochain projet commun en tête ?

Bien sûr, nous échangeons régulièrement des idées sur ce qui est possible et ce que nous voulons faire, mais rien n'est encore prêt. C'est aussi devenu une mauvaise habitude dans le milieu de l'alpinisme que d'annoncer énormément de choses à l'avance. Reinhold Messner a récemment parlé d'"alpinisme d'annonce" et je suis d'accord avec lui. Lors d'expéditions ou d'exploits sportifs en général, il devrait toujours être clair pour tout le monde que tout doit être parfait pour atteindre le sommet, par exemple. Bien sûr, de temps en temps, cela ne marche pas du premier coup.

Parfois, on annonce des choses qui me font presque perdre la foi. Le fait que chacun puisse faire sa propre promotion multiplie les choses, parce que cela se lit bien. C'est pourquoi je suis devenu très prudent avec les annonces de mes propres expéditions.

Un échec plus beau sans pression

Est-ce que tu dirais qu'avec les annonces, la pression est trop forte ?

Je dirais que je ne ressens pas vraiment de pression. Pour cela, j'ai grandi trop naturellement dans l'alpinisme d'expédition et professionnel. J'ai appris lentement depuis plus de 20 ans.

Je trouve toutefois injuste envers le public de créer un maximum de remous médiatiques à l'avance alors que je n'ai encore rien accompli. Je peux bien sûr annoncer un projet, mais je dois aussi être réaliste et dire que les chances sont de dix pour cent au maximum, parce qu'il y a tellement de choses qui doivent correspondre. J'échoue d'ailleurs incroyablement souvent.

Sommet de la motivation - mais l'échec en fait aussi partie

Alors comment gères-tu personnellement l'échec ?

Bien sûr, je suis déçu, mais je n'ai aucun regret. De plus, pour moi, l'échec fait généralement partie du jeu. Surtout si nous voulons évoluer, repousser les limites et nous aventurer en terre inconnue.

C'est une aberration de notre société que l'échec soit toujours assimilé à la défaite et au statut de perdant. Pourtant, cela fait partie du jeu : Aucune réalisation de l'humanité n'a vu le jour sans échec.

L'alpinisme est comme un puzzle géant : je dois par exemple me sentir bien ce jour-là. C'est aussi la raison pour laquelle ça n'a pas marché avec Kilian au printemps. À 8000 mètres, nous ne nous sommes pas sentis bien tous les deux parce que nous avions attrapé une insolation la veille.

La scène de l'alpinisme, les médias sociaux et Corona

Quel rôle joue l'environnement dans lequel on évolue ?

Pour l'instant, le plus difficile pour moi est de classer ce qui se passe ailleurs en haute montagne. Il y a des différences. Il y a ceux qui voyagent avec de l'oxygène et avec une force humaine incroyable. Et à l'autre bout du spectre, il y a l'alpiniste isolé comme moi, sans oxygène.

Si je me demande si j'ai désappris l'alpinisme parce que tout le monde arrive au sommet et que je fais demi-tour, je dois me mettre au point. Avec l'oxygène, on évolue dans un tout autre style - on pourrait presque dire dans un autre sport. Mais la communication est la même de tous les côtés.

C'est une chose que j'essaie d'éclaircir afin de considérer notre sport de manière plus différenciée. Si nous parlons de performances sportives professionnelles et que nous voulons être un exemple dans le sport de l'alpinisme, cela n'est possible que si nous le rapportons à des expéditions qui ont été réalisées sans oxygène. Car dès qu'il y a de l'oxygène, il s'agit pour moi clairement de dopage.

Pour mémoire : Je n'ai rien contre les gens qui montent avec de l'oxygène, des guides de montagne et de la main d'œuvre. Qui font tout pour atteindre le sommet. C'est une journée inoubliable pour ces gens, le point culminant de leur vie éventuellement. Pourtant, personne n'écrira que c'est une performance exceptionnelle du point de vue de l'histoire de l'alpinisme. En revanche, c'est déjà en partie le cas en alpinisme. Entre-temps, j'ai appris à mieux classer les choses pour moi.

Comment s'est passée la période de Corona pour toi ?

En général, c'est mieux qu'on ne le pensait au début. Je vis en Espagne, et pendant les deux premiers mois, tu ne pouvais sortir de chez toi que pour faire des courses. Nous l'avons fait en ligne et je n'ai plus ouvert la porte de notre maison pendant six semaines. J'étais complètement détendue et je me sentais vraiment bien. J'ai fait beaucoup de yoga et j'ai mis ma motivation dans de nouveaux exercices.

J'étais également très détendue en ce qui concerne les médias sociaux. Tout le monde devait rester à la maison et personne ne pouvait faire quelque chose de cool. Depuis que j'ai vécu cela, je ne me mets pas autant de pression quand je vois ce que font mes amis. Sur les médias sociaux, on ne voit que le meilleur jour de beaucoup d'entre eux. Mais tout le monde a aussi ses jours normaux et j'en ai pris conscience une fois de plus à cette époque.

En savoir plus sur David Göttler et ses projets en altitude.

Share article
Author:
Martina Wengenmeir
Topics in this article


Commentaires