Author:
Timo Dillenberger

Bikepacking avec le Gravelbike - voilà comment faire

Le grand guide du bikepacking : conseils, astuces et liste d'emballage

Les gravel bikes sont les vélos parfaits pour le bikepacking et les voyages à vélo. Mais pour que la randonnée soit vraiment amusante, le vélo doit être correctement chargé. Nous vous donnons 5 conseils pour ménager non seulement vos nerfs mais aussi votre dos lors du bikepacking. Et avec notre liste d'emballage, vous êtes sûr de ne rien oublier.

Mit dem Fahrrad auf dem Asphalt
Avec nos conseils pour le bikepacking, ton voyage à vélo sera encore plus détendu.

Conseil n° 1 : aussi peu que possible, autant que nécessaire

Aussi peu que possible, autant que nécessaire. C'est le credo du bikepacking. Pose-toi toujours la question : qu'est-ce que je peux laisser de côté en cas de besoin ? Quel équipement permet de gagner de la place et du poids ?

La question : "Que faut-il emporter ?" dépend de manière décisive de la longueur du voyage. Certes, il est plus amusant de rouler à vélo dans la nature sans tente, sans équipement de cuisine et sans toutes les provisions. Mais cela limite aussi considérablement la flexibilité dans le choix de l'itinéraire et de sa longueur. Une mini-tente, dans laquelle le vélo sert également d'armature, peut aider, comme le "Bikecamper" de Topeak. Cela permet non seulement d'économiser jusqu'à 1,5 kilo de bagages, mais constitue également une protection efficace contre le vol de son propre vélo la nuit.

Pour en savoir plus sur le bikepacking et le gravelbike, rendez-vous au salon OutDoor by ISPO du 12 au 14 juin 2022 à Munich. Toutes les informations ici.

Conseil n° 2 : répartir le poids uniformément

L'emplacement des bagages sur le vélo a un impact direct sur la qualité de la conduite. De nombreux vélos de gravel disposent par exemple d'œillets ou de filets pour un porte-vélo arrière. Des sacoches plus petites et réparties tout autour du vélo préservent toutefois la répartition du poids, importante pour le tout-terrain, et soulagent le cadre.

 

 

With the properly packed bike, fun and safety increase.
With the properly packed bike, fun and safety increase.

Conseil n° 3 : beaucoup de poches, beaucoup d'avantages

Des fabricants comme Ortlieb, lauréat du ISPO Award, proposent en outre des sacoches compactes pour la selle, le cadre, le guidon et la fourche avec un encombrement étonnamment faible.

Les gravel bikes connaissent de temps en temps des passages de portage, le poids de la roue repose alors sur un rembourrage souple continu. L'important ici est d'enfoncer profondément tout ce qui est lourd dans la sacoche. Vous éviterez ainsi de forts mouvements d'oscillation et de balancement.

Topeak's camping solution makes the bike part of the tent.
Topeak's camping solution makes the bike part of the tent.

Conseil n° 4 : Une poche d'hydratation plutôt que des bouteilles sur le cadre

La gourde sur le cadre est un grand classique. Pourtant, il existe de bien meilleures solutions : D'une part, les bidons sur le cadre empêchent de porter facilement le vélo sur l'épaule, d'autre part, en tout-terrain, il faut des bidons spéciaux avec des valves d'hydratation protégées. Pour le bikepacking, il vaut mieux opter pour des petits sacs à dos d'hydratation ou des "gilets d'hydratation", comme ceux portés par les coureurs de trail

Une poche d'hydratation de 1,5 litre avec son tuyau sur le dos, deux softflasks et une multitude de petites poches facilement accessibles autour du torse permettent de garder les boissons, les barres, les outils ou l'électronique près du corps. Ils sont moins secoués, peuvent difficilement geler en hiver et sont toujours facilement accessibles. Autre point positif : les sacoches de vélo peuvent rester fermées en "terrain libre". Le contenu reste sec et propre.

Conseil n° 5 : éviter les sacs à dos lourds

S'il est tentant de ranger simplement les bagages les plus lourds dans un sac à dos sur le dos, cela n'est pas pratique pour les longs voyages à vélo. En effet, les sacs à dos plus lourds modifient tellement la position sur le vélo que des problèmes musculaires apparaissent rapidement, même si le sac à dos est agréable à porter.

De plus, les sacs à dos lourds peuvent limiter la mobilité. Pour les sections rapides, ils empêchent en outre l'aérodynamisme, car ils rendent impossible une position très penchée. Et : le dos ne reçoit pratiquement pas d'aération lors de la conduite avec un sac à dos.

Les sacs à dos ultralégers sans armature de portage peuvent être un bon compromis dans ce cas.

Les principales règles de base du bikepacking

Il n'y a pas de méthode unique pour charger un gravel bike. Quelques règles de base permettent toutefois d'éviter les mauvaises surprises en cours de route:

  • Règle suprême : la position assise et le mouvement de pédalage ne doivent pas être modifiés pour les bagages. Si quelque chose se trouve sur le chemin, il doit céder la place au cycliste.
  • Monter au maximum environ un tiers des bagages sur le guidon et la fourche pour ne pas gêner la direction.
  • Charger le plus bas possible afin de maintenir un centre de gravité adapté à la conduite.
  • Contrôler brièvement la fixation avant chaque départ. Si l'on a retiré quelque chose d'une sacoche par exemple, il se peut que celle-ci soit plus instable et qu'elle dépasse dans les rayons, les freins ou la manivelle.
  • Plus un objet est lourd, plus il doit être fixé près du centre de la roue. Même à l'intérieur d'un sac, il est important d'emballer les objets massifs vers le centre.
  • Faire attention à la largeur. Les routes de gravel peuvent passer par des passages étroits de rochers ou de broussailles, les sacoches ne devraient pas être plus larges que le guidon.
  • Attention aux sacoches de guidon sur les gravelbikes : si la sacoche est trop large ou n'est pas bien arrimée, les bouts des doigts peuvent être écrasés ou les leviers de frein bloqués.

Liste de colisage : Que faut-il et que ne faut-il pas faire ?

Plus les différents objets sont variables, moins il faut en emporter. Les manchettes et les jambières, ainsi que la veste de pluie à manches amovibles, font d'un jeu de maillots une tenue universelle.

Tu dois penser à l'équipement suivant lorsque tu fais du bikepacking:

  • Vêtements pour toutes les conditions probables
  • Outils et matériel de réparation, en particulier pour les pneus et la chaîne
  • petits pansements et, pour les longues randonnées, crème pour les fesses ainsi que protection solaire
  • des articles de toilette compacts comme une serviette en microfibres
  • un éclairage (de secours) et ou des vêtements réfléchissants au cas où l'emploi du temps serait perturbé
  • Porte-monnaie, de préférence étanche ou dans un sac à fermeture éclair avec carte d'identité, contact d'urgence, carte de paiement, argent liquide selon la région et pièces de monnaie, par exemple pour les distributeurs automatiques ou la laverie automatique
  • Pour l'entretien du vélo, il suffit d'une vieille brosse à dents et de ce qu'on appelle un lubrifiant sec (qui recueille moins de sable que d'huile)
  • Attention : les vélos gravel possèdent souvent des pneus "tubeless", qui nécessitent des pompes spéciales ! Il est également utile d'avoir un adaptateur de valve Sclaverand à valve auto pour pouvoir faire l'appoint dans les stations-service.

Gadgets utiles:

  • Multitool avec outils pour vélo
  • Liens de serrage / Tape
  • Banque de puissance avec câble
  • Gants longs comme protection contre les broussailles et en cas de contact avec le sol
  • Lunettes de soleil avec verres interchangeables
  • 2 - 4 sangles d'arrimage légères
  • Antivol pour vélo (selon le logement)
  • Boissons minérales solubles dans l'eau, s'il n'y a "que" de l'eau en route
  • Barres ou gels d'urgence contre les fringales
  • Une carte avec un itinéraire approximatif en cas de panne de la navigation électrique
  • Un sifflet pour les urgences dans les endroits isolés
Share article
Author:
Timo Dillenberger
Topics in this article