Durabilité // 06/16/2023

Tout tourne en rond : pourquoi la circularité doit commencer maintenant

Image credit: Thomas Bormans / Unsplash.com
Author:
Sarina Scharpf

La durabilité, la durabilité et encore la durabilité. Tout le monde en parle ! Fini le bingo des mots à la mode, il est temps de faire bouger les choses. Nous tournons en rond, mais la solution est la circularité. Mais comment le secteur de l'outdoor peut-il en faire une réalité ? Le Sustainability Hub de l'OutDoor by ISPO 2023 a apporté des réponses. C'est maintenant au secteur de les écouter.

Sans nature, pas de secteur outdoor : la circularité doit commencer maintenant

"Pour le secteur de l'outdoor, la circularité est particulièrement importante, car nous voulons amener les gens à l'extérieur pour profiter de la nature". Virginia Schraml de HEIMPLANET est ainsi claire : si nous détruisons la nature par nos actions, nous manquons clairement notre vision en tant que secteur de l'outdoor. La seule chance qui permette à l'industrie et à la nature d'avoir un avenir est de s'affranchir des modèles commerciaux linéaires et de faire de la fin du cycle de vie d'un produit le début d'un nouveau.

L'un des facteurs les plus importants pour que la circularité puisse enfin fonctionner est fourni par Petra Schweiger, directrice Europe d'Accelerating Circularity Europe, dans le panel "Sympatex x Accelerating Circularity Europe (ACPE) : Challenges and opportunities of the circular economy". ACPE est une organisation à but non lucratif qui sert de catalyseur pour de nouvelles chaînes d'approvisionnement et de nouveaux modèles commerciaux circulaires, dans le but de convertir les textiles usagés en matières premières courantes. ACPE coopère avec de nombreux acteurs tout au long de la chaîne d'approvisionnement et sait que "la première étape la plus importante est que chaque acteur du circuit sache quel est son impact sur le système circulaire et ce qu'il doit faire pour contribuer de manière durable au bon fonctionnement de l'économie circulaire.

Est-ce que chacun sait déjà ce qu'il doit faire ?

Réduire, réutiliser, recycler - le triptyque de l'économie circulaire

Lorsque deux industries se rencontrent et créent un réseau visionnaire, il est clair que de nouvelles idées et solutions vont être trouvées ! Et ce, pour l'un des thèmes les plus importants de l'économie circulaire : le recyclage. Dans le nouveau panel cross-industriel innovant "Recycling strategies in the sporting goods industry - what's up ? Status quo, opinions and solutions", Julia Hobohm, Executive Board, IFAT worldwide et Kim Scholze, CSMO, Symptax se sont entretenus. Pourquoi ? Pour aller au fond des grands problèmes de notre époque comme le changement climatique, les déchets et la pollution. L'importance de l'échange de connaissances entre les secteurs est apparue clairement.

Selon l'experte en recyclage Julia Hobohm, il y a trois façons de promouvoir la circularité et de réduire les déchets :

  1. Reduce : Évite complètement les déchets. En effet, seul l'absence de déchets est un bon déchet. La clé pour cela est non seulement de produire moins, mais surtout d'assurer la longévité des produits grâce à une qualité élevée.
  2. Réutiliser : Prendre des dispositions pour les concepts de réutilisation, comme les magasins de seconde main. Mais ce sont justement les bons systèmes de collecte qui se révèlent problématiques. Même si ceux-ci sont également une condition préalable pour le troisième point.
  3. Recycler : Close the loop ! Le recyclage reste l'un des thèmes centraux de la branche et est absolument décisif pour le bon fonctionnement du cycle. Pourtant, l'experte commente que le recyclage vraiment durable fait défaut au secteur : "You never get clothes from clothes".
Kim Scholze et Julia Hobohm au panel Cross-Industry

Trois problèmes - Trois mots de la solution

Mais quel est le problème du recyclage ? Dans le "Outdoor Industry Approach to Circular Business Models", Jane Turnbull, Sustainability Project Manager de l'European Outdoor Group, présente les résultats passionnants d'une enquête de l'EOG.

"Qui collecte, trie et recycle ?"demande Kim Scholze, CSMO, Symptax. A juste titre, car comme le montrent les chiffres de l'EOG, le manque d'infrastructure et de partenaires adéquats sont les deuxième et troisième raisons les plus importantes pour les marques de ne pas proposer de services de recyclage. Pour Kim Scholze, des projets tels que l'ACPE sont donc également des facteurs importants et des acteurs clés dans le jeu de l'économie circulaire.

"Nos produits sont bien trop compliqués à recycler !" Selon Jane Turnbull, c'est ce que répondent la plupart des marques lorsqu'on leur demande pourquoi elles ne recyclent pas ou à quels défis elles sont confrontées. Le fait que des produits trop complexes soient l'une des principales raisons de l'absence de recyclage est également souligné par Julia Hobohm : "Il n'est pas rare que les vêtements de performance soient composés de jusqu'à six matériaux différents, explique Julia Hobohm. Parmi eux, des métaux ou de la technologie de capteurs. Un cauchemar pour le recyclage.

"La gestion des déchets, c'est toujours de l'argent". Un bon recyclage coûte cher, précise l'experte Hobohm. Et c'est le Main Challenge selon l'experte. Ce facteur est également mis en évidence dans l'enquête EOG. Toutefois, l'argent nécessaire à la fin du cycle de vie est réduit si l'on produit efficacement pour le recyclage dès le début, selon Julia Hobohm.

Trois mots que Kim Scholze ne cesse de mettre en avant dans le contexte des problématiques : DESIGN FOR RECYLCING! Une solution se trouve dans la première étape de la chaîne d'approvisionnement. Et c'est là que les mono-matériaux et les fibres naturelles entrent en jeu. Les produits doivent être conçus de manière à ce que leurs ressources puissent être conservées sans problème dans un circuit fermé. Les produits mono-matériaux sont les plus faciles, les plus efficaces et les moins chers à recycler, explique Hobohm : les designers et les producteurs doivent aller de pair avec les plans de recyclage.

La clé du cercle vertueux : la coopération

Petra Schweiger de l'ACPE a également souligné dans sa présentation qu'il existe en Europe des recycleurs, notamment des recycleurs chimiques, qui n'attendent que d'entrer en collaboration avec les marques. Cependant, les résultats de l'EOG montrent que l'un des facteurs les plus importants pour lesquels les marques ne recyclent pas est le manque de partenaires adéquats et la complexité de l'infrastructure.

Une entreprise du Sustainabiliy Hub qui a déjà fait l'expérience de ce processus est HEIMPLANET. Avec leur sac à dos composé uniquement de mono-matériaux, ils créent un petit miracle circulaire. Virginia Schraml connaît bien les défis : "Tout ce système n'en est qu'à ses débuts, car les recycleurs ne sont pas encore préparés et certaines quantités sont nécessaires. Mais nous sommes aussi en discussion avec des partenaires qui reprennent aussi de petites quantités. C'est la même chose pour les sacs à dos. Ils peuvent nous être renvoyés, nous les collectons, attendons d'avoir une certaine quantité et les apportons ensuite au recycleur pour réutiliser le matériau".

Les recycleurs attendent les marques, les marques cherchent les recycleurs. La solution semble simple, n'est-ce pas ?

Gabriel Arthur, Chief editor, SUSTON, partage dans le panel "De la durabilité à la régénération" quelle est la prochaine étape du secteur : les collaborations ! Des collaborations de toutes sortes, entre les marques, les recycleurs, les collecteurs et même entre les concurrents. C'est la seule façon de rendre l'économie circulaire possible. Et pour cela, la communauté de l'outdoor doit être prise par la main et guidée.

Pour Kim Scholze aussi, il est clair que chacun* a une conception différente d'un circuit qui fonctionne et que chacun* fait partie de la solution. Ce qui fera la différence à partir de maintenant : que le secteur se contente de parler ou qu'il se mette enfin à l'œuvre. "Working on sustainbailiy is fucking hard". C'est ce que dit le professeur Tobias Luthe, PhD. DRRS Program Director, Professor, Co-Founder, ETH Zurich, AHO Oslo, MonViso Institute. C'est pourquoi le prochain booster pour un avenir durable est la cohésion. L'ACPE partage également sa vision : nous devons comprendre ensemble ce qu'il faut faire, nous devons apprendre ensemble les uns des autres, nous devons expérimenter ensemble. Et même si cela va être difficile pendant un certain temps : Nous devons ensemble dépasser les modèles linéaires.

Der rappelvolle Sustainability Hub während der Guided Tour

Marques pionnières du Sustainability Hub

  1. Globetrotter a fait preuve d'un véritable engagement pour un avenir durable et a présenté son nouveau magasin Re:think à Bonn. Le concept du magasin certifié Cradle to Cradle : recycler et upcycler ce qui peut l'être ! Pour ce faire, presque chaque aspect de l'inventaire du locataire précédent, Conrad Electronic, a été réutilisé et transformé.
  2. Picture Organic Clothing montre comment recycler des textiles en textiles, grâce à l'initiative "The Circular". L'objectif : trouver des solutions circulaires pour les matériaux, impliquer les consommateurs* dans des discussions utiles, éduquer et informer, promouvoir des changements dans les processus et ainsi réduire l'empreinte écologique.
  3. Re:Down et Iteratif sont l'exemple parfait de coopération. Re:Down est spécialisé dans le recyclage du duvet et collecte à cet effet de la literie et des équipements de plein air. Cependant, ces produits contiennent souvent aussi des textiles et d'autres matériaux qui doivent être éliminés correctement. Et c'est précisément ce problème qu'Iteratif résout en faisant le lien avec le recyclage textile-textile.
  4. Sympatex convainc par son expertise en matière de membranes recyclables. Celles-ci sont composées de polyester et de polyétheresters exempts de PFAS. Pourquoi Sympatex se propulse-t-il ainsi au premier plan ? La pression exercée par l'interdiction européenne des PFAS et par la législation sur la recyclabilité ne peut plus guère impressionner l'entreprise.
  5. VAUDE a présenté son concept RE:DESIGNED et donne ainsi le ton en matière d'économie circulaire et de réduction des déchets pour les vêtements de plein air. La stratégie RETHINK de l'entreprise, avec des efforts importants en matière de recherche et de design, porte ses fruits : les émissions de CO₂ ont été réduites d'un incroyable 50 %. Ils contribuent ainsi activement au changement.
Share article
Author:
Sarina Scharpf
Topics in this article