Author:
Antonia Wille

Le tapis de yoga durable de hejhej-mats : une révolution dans le monde du yoga

Tenir un miroir aux amateurs de yoga et remettre en question leur durabilité ? Risqué ! Fournir une solution en même temps et créer une entreprise à partir de celle-ci ? Courageux ! Avec hejhej-mats, Anna Souvignier et Sophie Zepnik ont non seulement fait sensation, mais elles ont également mis au point le premier tapis de yoga durable d'Allemagne. Aujourd'hui, ils dirigent une entreprise durable et socialement responsable - avec le courage de prendre des risques !

Das Startup hejhej-mats produziert nachhaltige Yogamatten, die in Deutschland hergestellt werden.

Les yogis privilégient une vie durable et consciente. Et pourtant, beaucoup échouent déjà avec l'équipement. Bien sûr, très peu de gens aiment entendre ça. Parce que le mode de vie du yoga est déjà un mode de vie écologique. Au moins sur Instagram.

La vérité est amère : la plupart des tapis de yoga proviennent de Chine. Produit à bas prix à partir de PVC, l'abrasion est souvent nocive pour l'environnement, la durée de vie est courte.

Anna Souvignier et Sophie Zepnik mènent également un style de vie conscient et réfléchi. Du moins, c'est ce qu'ils croient, jusqu'à ce qu'un artiste leur tende inconfortablement un miroir lors d'une exposition à Göteborg en 2016. Ce travail dénonce l'ambivalence des yogis. Peu de plastique, une empreinte écologique et des vêtements produits de manière équitable - tout cela est bien beau. Pourtant, la plupart d'entre eux pratiquent le yoga sur un tapis bon marché - rapidement acheté sur internet.

Attrapé. C'est ce que ressentent les deux étudiants en gestion de la durabilité de Mälmo lorsqu'ils quittent l'exposition. Tout ce qui les concerne est vert, sauf le tapis. Le soir, ils font des recherches, ils veulent un tapis de yoga durable. Seulement : ils n'en trouvent pas.

"Nous avons donc décidé de faire quelque chose", explique Sophie Zepnik.

Die Gründerinnen Anna Souvignier und Sophie Zepnik haben noch während ihres Studiums beschlossen, das Startup zu gründen und mit der Produktion von nachhaltigen Yogamatten zu beginnen.

Un tapis de yoga durable au sens de l'économie circulaire

C'est un risque de tendre un miroir aux gens et de les montrer du doigt : Vous n'en faites pas assez. Et pourtant, elle est importante à l'heure du changement climatique et de la pollution environnementale. hejhej-mats commence exactement là. Pas avec un marteau de forgeron, mais avec beaucoup d'amour.

Quiconque achète un hejhej-mat peut pousser un soupir de soulagement :Tous les matériaux sont durables, 100 % recyclables et économes en ressources. La startup hejhej-mats est la première marque de yoga en circuit fermé qui utilise des matériaux déjà abondants au sens de l'économie circulaire. Un argument convaincant, pas seulement pour les personnes qui aiment le yoga et prêtent attention à un mode de vie conscient. Et pourtant, elle donne à réfléchir. Et risqué. Parce que personne - surtout dans le milieu du yoga - n'aime entendre des critiques sur ses propres actions écologiques.

Les deux étudiants comprennent immédiatement qu'ils doivent se remettre en question et changer quelque chose. Qu'ils vont bouleverser une scène entière et lui tendre un miroir, pas immédiatement. Pour eux, l'accent est mis sur l'objectif - un tapis de yoga durable - ils ignorent les risques.

Avec hejhejmats, ils veulent créer ce qui manque à tant de tapis de yoga. Durabilité et protection de l'environnement : "Cela signifie que nous voulions utiliser des matériaux abondants et recyclables." Le produit doit être recyclable et, dans l'esprit de l'économie circulaire, également dégradable ; le client doit pouvoir retourner le produit à l'entreprise à la fin de son cycle de vie - c'est-à-dire l'utiliser jusqu'à son usure.

En 2016, Anna Souvignier (29 ans) et Sophie Zepnik (28 ans) ont fondé hejhej après une longue période de recherche. Travaux préliminairesleur marque de yoga hejhej-mats. Convaincus de leur propre idée.

"Dans notre recherche de matériaux, nous voulions trouver un matériau qui ne trouve plus d'utilité. Nous nous sommes ensuite retrouvés avec la production de mousse pour les meubles et les matelas", explique Sophie Zepnik. Dans le ProductionIl reste de nombreuses boutures qui finissent à la poubelle. "Et ce malgré le fait que la ressource soit impeccable, voire comme neuve."

Avant de contacter les producteurs de mousse, les deux fondateurs développent un proto-mat hejhej-mats. Ils aiment ça. "La majorité de notre tapis est fabriquée à partir de chutes de mousse, avec une membrane de qualité médicale par-dessus qui est très durable - et recyclable, bien sûr."

Une idée, deux jeunes étudiants et de nombreux rejets

Le tapis est posé, donc en route pour la production. Mais ça ne se passe pas aussi vite pour les hejhej-mats. "La recherche d'un producteur de mousse a été très difficile. Nous avons contacté beaucoup de personnes, décrit notre idée et n'avons reçu que des refus", explique le fondateur de 28 ans. Yoga et mousse - un risque inconnu que de nombreux producteurs n'osent pas prendre.
"Nous avons souvent eu l'impression que nous n'étions pas vraiment prises au sérieux en tant que jeunes étudiantes avec notre idée insolite." Abandonner n'est pas une option - et les deux fondateurs sont récompensés. Une entreprise familiale aime l'idée et rejoint l'entreprise de yoga.mattention aux affaires.

La startup est entrée en production avec 300 tapis. Aujourd'hui, les deux fondateurs produisent 2000 nattes tous les un à deux mois. La production se fait toujours en collaboration avec l'entreprise familiale près de Nuremberg. "Il était important pour nous de produire également localement et d'économiser ainsi les émissions de CO2.mmissions. Cela nous donne également un aperçu précis des conditions de travail ici." Au moins un des fondateurs est toujours présent à chaque production, contrôlant la qualité et les processus de travail.

Dans le domaine de la logistique également, hejhej-mats attache de l'importance à être une entreprise durable et socialement responsable. "Nous avons encore expédié nos tapis nous-mêmes pendant très longtemps, jusqu'à ce que nous nous rendions compte que nous ne pouvions plus le faire." Mais au lieu de travailler avec un géant de la logistique, Sophie Zepnik et Anna Souvignier décident de travailler avec un atelier de personnes handicapées pour s'occuper de l'expédition. "Nous sommes tellement heureux que les gens là-bas emballent nos paquets, cousent le logo et expédient nos produits." Pourtant, le beides passent dans leur équipe de temps en temps, mais à long terme, les fondateurs aimeraient employer, d'engager des personnes directement auprès d'eux.

Risque total : rejet des investisseurs

Les deux fondateurs ont également le courage de prendre des risques sur le plan financier. hejhej-mats est encore considéré comme une startup. Aussi courageuses que soient les deux femmes, elles ont délibérément rejeté les investisseurs. "Nous ne voulions pas faire passer notre entreprise de zéro à cent, mais plutôt croître lentement.slentement." hejhej-mats est autofinancé à 100 %, avec seulement deux partenaires.fDes campagnes de financement ont été lancées par les fondateurs. "Nous sommes toujours très heureux de ce parcours. Nous voulions faire notre truc et ne pas avoir à justifier toutes nos décisions auprès de qui que ce soit en termes de durabilité."

Le développement durable est également un enjeu au sein de l'entreprise. "Nous ne mettons sur le marché que des produits recyclables et dégradables dans le cadre de l'économie circulaire." En plus des nattes hej-mat bien connues, cela inclut maintenant un yogatcendres, une ceinture ainsi qu'un coussin. "Nous sommes entièrement construits sur la durabilité. Chaque décision que nous prenons doit être durable." L'équipe, qui se compose aujourd'hui de cinq personnes, travaille à 100% à distance depuis le bureau à domicile. Il n'y a pas de hiérarchie. Et pour chaque produit vendu, un euro est reversé au projet Earthchild en Afrique du Sud, qui rapproche le yoga des enfants. "Nous voulons donner en retour", dit-il.

Et comment la scène du yoga a-t-elle réagi aux hejhej-mats ?
"Nous recevons beaucoup de messages de personnes disant ques ils sont tellement heureux d'avoir enfin trouvé un tapis de yoga durable en provenance d'Allemagne." De nombreux fans de yoga ont accompagné les fondateurs depuis le début. Personne n'était vraiment en colère contre eux pour avoir brandi le miroir. Au contraire. Un mode de vie écologique est encore plus possible avec les nattes hejhej.

Pourtant, Sophie Zepnik et Anna Souvignier sont également d'accord sur ce point : "Il est important pour nous de faire comprendre à nos clients qu'il ne faut acheter que des produits dont on a vraiment besoin. L'ancien tapis fonctionne-t-il encore ? Alors gardez-le. Avez-vous besoin d'un nouveau ? Puis peut-être un durable de hejhej-mats."

Le courage de prendre des risques, malgré tous les défis.

Le succès leur donne raison. Et ce, même si le chemin pour devenir une entreprise sociale et durable a parfois été semé d'embûches. "Il y a certainement eu des moments où nous aurions pu nous arrêter", déclare Sophie Zepnik. Mais leur idée les avait tellement convaincus qu'ils n'ont jamais songé à abandonner. "Nous avons juste continué, en relevant tous les défis."

Et le risque, d'échouer avec une idée comme celle-là ? Effacé. "Nous étions étudiants quand nous avons commencé. Après l'obtention du diplôme, nous avons continué avec les hejhej-mats. Nous avons en quelque sorte effacé le risque."

Quelque chose quiSophie Zepnik également conseillerait à d'autres jeunes fondateurs : dans. "Si vous lancez une nouvelle entreprise dans le secteur du sport, vous pouvez vous attendre à de nombreux obstacles et à des décisions difficiles.e des obstacles et beaucoup de décisions difficiles. Mais si tu as une idée qui te passionne, tu dois continuer."

Les deux fondateurs ont encore de grands projets avec hejhej-mats. Quatre ans après leur création, les deux hommes veulent faire des hejhej-mats un produit durable. cperdue-lmarque de yoga oop. De nouveaux produits sont prévus et puis il y aurait le marché européen. "Pour le moment, nous vendons principalement en Allemagne, à long terme nous voulons offrir une alternative équitable aux yogis à l'étranger." Pour que rien ne s'oppose à une vie consciente et durable en tant qu'adepte du yoga.

Share article
Author:
Antonia Wille
Comments






Top Topics