Gunnar Jans ist Chefredakteur von ISPO.COM
Author:
Gunnar Jans

Sara Däbritz, Melanie Leupolz & Co : ce que gagnent les footballeuses professionnelles

Le football féminin au FC Bayern Munich : Un ami sur Facebook réjouit les sponsors

Vous êtes championne d'Allemagne, vous avez remporté l'or avec l'équipe nationale féminine de football aux Jeux olympiques et vous portez le maillot du FC Bayern. Pourtant, elles peuvent Melanie Leupolz et Sara Däbritz se promènent assez tranquillement dans la ville de Munich. Il en ira autrement à l'ISPO MUNICH 2017 : Les footballeuses du FC Bayern y seront au centre de l'attention. ISPO.com a rencontré les joueuses et la manager Karin Danner pour une interview.

Feierten 2015 und 2016 gemeinsam die Meisterschaft auf dem Münchner Rathausbalkon: Melanie Leupolz und Franck Ribéry.
Feierten 2015 und 2016 gemeinsam die Meisterschaft auf dem Münchner Rathausbalkon: Melanie Leupolz und Franck Ribéry.

Le centre des médias de la Säbener Straße : sur le canapé en cuir marron devant le poster de la coupe des champions, là où d'habitude l'entraîneur en chef Carlo Ancelotti ou le capitaine Philipp Lahm demandent à parler, sont désormais assises Melanie Leupolz (22) et Sara Däbritz (21). Championnes d'Allemagne 2016, championnes olympiques 2016, championnes d'Europe 2013. À leurs côtés : Karin Danner, manager du club, depuis quatre décennies chez les femmes du FC Bayern.


ISPO.com : Melanie Leupolz, Sara Däbritz, en quoi le titre olympique 2016 a-t-il changé votre vie ?
Melanie Leupolz: Eh bien, il n'a pas changé ma vie. C'était un énorme succès pour nous, bien sûr, nous nous sommes réjouis, mais cela n'a pas influencé le quotidien après.

Sara Däbritz : Je suis toujours la même Sara. Et toujours fière quand j'y repense, mais sinon : tout est pareil.

Leupolz: Au début, il y a eu beaucoup d'interviews, beaucoup d'hommages, le rendez-vous chez le président fédéral est resté un souvenir particulier. Cela montre l'estime dont jouit le football féminin. Mais aussi grand qu'ait été l'intérêt des médias, il s'est à nouveau tassé entre-temps.

Football féminin : "La valeur marchande augmente grâce au titre olympique".

Vous n'avez pas pu le monnayer ? L'Association sportive olympique allemande verse pourtant une prime d'or.
Däbritz: Il n'y en a pas eu pour nous, le football est en dehors de ça. Mais en revanche, nous avons reçu quelque chose de la DFB.

Leupolz: En tant que footballeuse féminine, tu es contente quand tu as quelque chose sur ton compte. Et oui, la DFB a déjà été généreuse.

Avez-vous décroché de nouveaux contrats de sponsoring ?
Däbritz: Non, j'ai un contrat avec Nike depuis deux ans. Il n'y a rien eu de plus depuis les Jeux olympiques.

Les matchs à domicile des femmes du Bayern attirent en moyenne 600 spectateurs.

Leupolz: Je suis chez Adidas, j'ai Allianz comme partenaire, mais j'avais déjà les deux avant les Jeux. Depuis, il y a toujours de nouvelles demandes de sponsoring pour moi, mais je les examine attentivement. Si je fais quelque chose, cela doit me correspondre.

Est-ce que le FC Bayern en profite, Madame Danner ?
Karin Danner : Le club est très fier de compter cinq championnes olympiques dans ses rangs. Et bien sûr, la valeur marchande augmente en général pour les joueuses. Mais cela n'a aucune incidence sur le fonctionnement de la ligue.

Combien de spectateurs assistent aux matches à domicile ?
Danner: Pour les matches de ligue normaux, nous avons en moyenne environ 600 spectateurs, et plus pour les grands matches. Lors du quart de finale de la Ligue des champions contre le Paris St. Germain, l'une des meilleures équipes d'Europe, le 23 mars, nous voulons bien sûr attirer le plus de spectateurs possible dans le stade. Enfin, nous voulons aussi être plus présents au sein du club, devenir plus intéressants pour la publicité, obtenir une plus grande couverture médiatique et, au final, générer ainsi un plus grand nombre de spectateurs. Parfois, il faut que quelque chose se passe, une déclaration, un signe, et ça marche.

Les sponsors disent : "Nous voulons vos femmes".

Que s'est-il passé chez les femmes du Bayern ?
Danner : Le double championnat à deux reprises, le fait que nous ayons pu fêter cela avec les hommes sur le balcon de l'hôtel de ville en 2015 et 2016, nous a beaucoup aidées. On a pu voir le capital de sympathie que nous avions, les images que nous avons véhiculées dans le monde entier. Entre-temps, nous jouissons d'une grande estime au sein de l'association. Nos hommes ont découvert leur cœur pour le football féminin. Et maintenant, il se passe quelque chose.

Au niveau du sponsoring aussi ?
Danner : Oui, au FC Bayern, nous sommes très bien positionnés en matière de sponsoring. Allianz s'est clairement prononcé en faveur du football féminin et de notre équipe en particulier. Allianz n'est pas seulement le sponsor titre de la Bundesliga féminine, mais aussi notre sponsor maillot depuis 2013. Cela nous a ouvert des portes, y compris auprès du FC Bayern, qu'un si grand sponsor dise au comité directeur : nous voulons vos femmes ! Ou Body & Soul, qui est également partenaire des professionnels - et maintenant aussi de nous. Nous recevons de plus en plus de demandes concrètes concernant les femmes. Nous réfléchissons à la possibilité et à la manière de nous commercialiser individuellement. Chez les hommes, dans le domaine professionnel, il y a souvent peu de marge de manœuvre pour de nouveaux sponsors - nous avons encore une marge de progression.


Mélanie, pouvez-vous vivre du football féminin ?
Leupolz: Oui ! Donc maintenant en tout cas, grâce au titre olympique. On peut aussi se mettre un peu de côté, même en tant que joueuse normale de Bundesliga.

Que gagnent les footballeuses ? Aucune n'est à l'abri du besoin.

Mais vous n'êtes pas à l'abri du besoin ?
Danner: Aucune footballeuse en Allemagne ne l'est. Je suis heureuse que les femmes gagnent désormais correctement leur vie chez nous et qu'elles puissent en même temps se construire une deuxième source de revenus. Certaines travaillent à côté, beaucoup étudient, par exemple ces deux-là.

A savoir ?
Däbritz: Psychologie économique, deuxième semestre. Ça me fait du bien à la tête. Le football, ce n'est pas suffisant pour moi. Je pourrais m'imaginer plus tard dans le développement du personnel ou dans le domaine du marketing.

Leupolz: J'ai obtenu un diplôme de marketing sportif à l'Académie bavaroise de publicité.

Melanie Leupolz : 110.000 fans sur Facebook

Vous avez un contrat personnel avec l'Alliance, cela pourrait être une option ?
Leupolz: Oui, c'est possible. J'ai déjà fait un stage dans le marketing là-bas, ça m'a bien plu. Il faut profiter de sa période de footballeur professionnel pour avoir des contacts pour l'après.

Danner: Je suis là depuis si longtemps, j'ai vu tellement de choses, mais il y a une nouvelle classe qui arrive, ils ont tout sur le dos. Ils sont demandés là-bas, ils apportent tout ce qu'il faut pour le futur monde du travail : gestion du stress, responsabilité, formation continue - ils sont en forme pour les entreprises et ont beaucoup d'avance sur les autres débutants.

Par exemple, la présence sur les réseaux sociaux. Mélanie, vous avez plus de 110.000 fans sur Facebook et près de 100.000 sur Instagram - ce qui vous rend intéressante pour les sponsors.
Leupolz: Je le fais en premier lieu pour mes fans, qui sont justement surtout présents sur ces canaux. Mais il est clair que le grand succès est aussi intéressant pour les partenaires publicitaires. L'autre jour par exemple, super.good.food m'a envoyé quelques paquets de flocons d'avoine, ils voulaient un post pour cela. Il faut donc voir si cela en vaut la peine. Je l'ai fait parce que je peux m'identifier. Les sponsors sont impressionnés par l'authenticité et se réjouissent bien sûr de quelques milliers de likes - mais encore une fois, ce n'est pas pour cela que je fais ça. Mes fans sur les réseaux sociaux veulent avant tout connaître la Melly privée.


Vous publiez souvent des photos communes avec votre ami, le handballeur professionnel Kevin Schmidt de Gummersbach.
Leupolz: Cela fait partie du jeu dans une certaine mesure.

Däbritz: Les fans veulent nous connaître dans la vie normale, les sponsors en profitent aussi.

Danner: Ce n'est pas mon monde, mais je vois à quel point les filles sont raisonnables. Et quand on voit les chiffres qui circulent : Avec les femmes du Bayern, nous avons maintenant 3,8 millions de fans sur Facebook - c'est fou le nombre de personnes que tu peux atteindre. Et pourtant, tu ne remplis pas le stade. Nous avons encore beaucoup à faire.

Share article
Gunnar Jans ist Chefredakteur von ISPO.COM
Author:
Gunnar Jans



Gunnar Jans ist Chefredakteur von ISPO.COM
Author:
Gunnar Jans