Mann steht auf einem Gipfel
Extérieur // 05/27/2022

Find the Balance : Les montagnes manquent-elles d'air ?

Image credit: Lucas Clara / Unsplash.com
Author:
Uschi Horner

La pression sur le monde de la montagne s'accroît - mot-clé : overtourism. Mais il n'y a pas qu'un seul accélérateur de feu, mais plusieurs : l'augmentation des sports individuels, l'augmentation du tourisme journalier et la pandémie de Corona. Mais les montagnes manquent-elles vraiment d'air ? Et si oui, comment pouvons-nous protéger ce que nous aimons tous tant?

De bonnes perspectives pour la saison estivale

Dans une enquête menée par le Club alpin allemand (DAV) auprès des gardiens de refuges* en vue de la saison estivale qui commence, le ton général est que les réservations sont prometteuses. Mais les restaurateurs sont actuellement confrontés à de tout nouveaux défis : La situation économique est tout sauf prometteuse. En effet, la pénurie de matières premières ainsi que la hausse constante des prix de l'énergie et des denrées alimentaires entraîneraient une grande incertitude. La sortie en refuge pourrait donc coûter un peu plus cher. Néanmoins, tout porte à croire que le nombre d'amoureux de la montagne* continuera d'augmenter. Que ce soit en Suisse, comme le prouve une étude de 2020, ou en Autriche, où l'activité sportive la plus populaire pendant les vacances d'été est la randonnée. Selon une étude de l'organisation touristique Österreich Werbung, 65 pour cent des personnes interrogées au total explorent la nature de cette manière. Pour la majorité d'entre elles, soit 47 %, il s'agit également de l'activité principale de leur séjour.

Les sports individuels prennent de plus en plus d'ampleur

Les chiffres le prouvent : La montagne est devenue de plus en plus une destination de rêve. L'alpinisme, la randonnée en montagne, l'escalade, le VTT et le e-Mountainbike sont en plein boom. Surtout le week-end, il n'y a presque plus de places de parking à proximité des sommets populaires. Le Club alpin allemand (DAV) et la Fédération allemande pour la protection de la nature demandent depuis longtemps que davantage de concepts touristiques durables soient élaborés. Le DAV demande : L'objectif prioritaire devrait être de préserver l'originalité et la beauté du paysage alpin non exploité.

Wanderschuh
Objectif de tous les amoureux de la montagne* : Préserver la beauté du paysage alpin inexploité

Le tourisme journalier pose de multiples problèmes

De l'avis de la Ligue allemande pour la protection de la nature, parcourir 500 kilomètres par jour devrait devenir si peu attractif que même les derniers vacanciers en quête de repos de courte durée y renonceraient. Cela peut être contrôlé par des taxes de stationnement, des péages, des prix d'entrée ou des forfaits de remontées mécaniques. Une éducation environnementale renforcée doit aider les visiteurs à adopter un comportement respectueux de l'environnement. Arriver en public et rester longtemps, voilà ce qui doit être ancré dans la conscience des touristes.

Le nombre de visiteurs dans les communes alpines augmente

Selon la Fédération allemande pour la protection de la nature, le nombre de visiteurs passant la nuit dans les communes alpines bavaroises a augmenté d'environ 37 pour cent entre 2000 (environ 4,5 millions) et 2019 (7,2 millions). Toutefois, dans l'Oberland au sud de Munich par exemple, on compte en moyenne cinq excursionnistes pour une nuitée, alors que dans l'Allgäu et le sud-est de la Bavière, on ne compte que trois excursionnistes. Autre problème : la durée de séjour a été divisée par deux au cours des 25 dernières années, passant de douze à six jours.

Des campagnes pour la compréhension de tous les amoureux de la montagne*.

L'office du tourisme du Chiemsee-Alpenland (CAT) sensibilise depuis longtemps par différentes campagnes, notamment sur le comportement à adopter dans les alpages. Il ne s'agit pas seulement d'une bonne cohabitation entre cyclistes* et randonneurs, mais aussi du respect des alpagistes et de leurs animaux. Pour la dernière campagne, l'office du tourisme a mené une enquête sur les thèmes conflictuels auprès de 200 acteurs régionaux* issus des domaines de l'administration communale, de la protection de la nature et de l'environnement, de l'agriculture et des alpages ainsi que du secteur des loisirs. Les domaines d'action particulièrement importants qui se sont dégagés sont "le comportement dans les alpages et la forêt, la protection de la nature, le stationnement correct, les tensions entre cyclistes et randonneurs ainsi que les relations avec les chiens". Les résultats ont fourni les modèles de six motifs destinés à attirer l'attention sur des domaines sensibles et des situations conflictuelles.

Chiemsee Alpenland Motive
Les offices du tourisme veulent sensibiliser avec des campagnes

Gestion des visiteurs pour les régions polluées

Les communes alpines sont également conscientes que l'information est le mot d'ordre - avec des campagnes d'information appropriées dans les médias et sur les parkings. "Les e-bikers ne sont pas encore un problème chez nous", déclare par exemple Georg Huber, maire de la commune de Samerberg. Une des raisons pourrait être l'existence d'un grand bikepark dans la région de la Hochries. La vététiste professionnelle Ines Thoma ne voit pas non plus dans le VTT une charge supplémentaire pour la nature, car : "Les vététistes recherchent l'expérience de la nature, et veulent aussi préserver ce qu'ils aiment". Pour cette habitante de l'Allgäu, la durabilité est un sujet important. Elle plaide pour que l'on découvre et explore aussi l'environnement proche - l'outdoor devant sa porte.

Profi-Bikerin Ines Thoma auf einer Tour mit Tochter Romy durchs Allgäu
La cycliste professionnelle Ines Thoma lors d'un tour de l'Allgäu avec sa fille Romy

La qualité plutôt que la quantité

"La qualité plutôt que la quantité doit être notre devise", déclare le maire Huber. Selon lui, les offres existantes doivent être maintenues en qualité, suffisamment soignées et entretenues. "C'est une tâche suffisante, nous n'avons plus besoin de nouvelles attractions", précise-t-il. "L'importance de la protection de la nature nous tient à cœur, car nous vivons d'une nature intacte en tant que zone de loisirs. Mais elle ne doit pas être surchargée. C'est un exercice d'équilibriste que nous réussissons mieux qu'au Tyrol, où le tourisme jouit de trop de libertés". Et Josefine Lechner, guide de randonnée en montagne, se montre encore plus radicale : "Je vois avec inquiétude l'évolution qui consiste à tout subordonner au tourisme".

 Mais : Georg Hörhager, président de l'office du tourisme du Kufsteinerland, mise beaucoup sur la gestion des visiteurs pour désengorger les régions polluées. Selon lui, un concept a été développé pour le Kaisergebirge en collaboration avec l'office du tourisme de St. Johann, afin de servir au mieux différents groupes, comme par exemple les randonneurs, les cyclistes et les randonneurs, et de trouver des solutions pour diverses parties prenantes (forêt, propriétaires fonciers, refuges, responsables des espaces protégés, habitants, communes).

Blätter und Pflanzen in der Natur
Priorité à la protection de la nature : le sabot de Vénus n'est pas le seul à être menacé d'extinction

Arrivée par les transports en commun

Avoir recours aux transports publics pour se rendre en montagne - cela fonctionne très bien dans certaines régions. Malgré tout, le maire Huber, par exemple, regrette que le bus de randonnée soit trop peu utilisé malgré une publicité intensive. "L'amoureux de la nature est trop à l'aise pour venir avec les transports en commun, mais ceux-ci sont bien sûr de toute façon peu nombreux à la campagne, surtout le week-end". La commune propose donc un bus de randonnée qui relie deux fois par jour, de mai à octobre, les dimanches et jours fériés, les communes du district de Rosenheim au Samerberg. "En général, ça marche aussi pour rejoindre les trains pour Munich". Le monde alpin du Karwendel est également facilement accessible en bus. Ceux qui souhaitent se rendre dans la région de randonnée du Kaisergebirge au Tyrol peuvent prendre le train et éviter tout embouteillage sur l'A8. Pour plus d'informations, consultez le Site web du DAV.

Bergsteigerbus
La montagne en public - c'est possible dans de plus en plus de régions

Faire du covoiturage

La guide de randonnée Josefine Lechner organise toute l'année des randonnées pour divers organisateurs dans les districts alpins de Traunstein, Berchtesgadener Land et Rosenheim. Elle rencontre généralement ses participants* sur des parkings à proximité de l'autoroute, pour ensuite se rendre au parking de randonnée avec moins de voitures.

Randonner de manière anticyclique - éviter les points chauds

Lechner recommande également d'éviter surtout les "hotspots" le week-end. "Ici, dans notre région, ce sont par exemple Hochries, Kampenwand, Hochfelln - donc toutes des montagnes dont les sommets sont accessibles en train. Ou faire de la publicité avec des plats spéciaux dans les refuges". Car, selon elle, plus de gens au même endroit augmentent énormément la pression sur le monde de la montagne. Et pour pouvoir bien s'occuper de tous les clients de ces refuges hotspot, non seulement de nouvelles routes carrossables sont construites, mais ensuite "il faut aussi de l'électricité, de l'eau, des eaux usées et bien d'autres choses encore", prévient cette femme de 57 ans originaire du Chiemgau. Elle trouve encore plus extrême le fait que les événements dans les refuges et les nouveaux concepts gastronomiques, comme par exemple pour le refuge de Frasdorf, se multiplient. La nature n'a plus du tout l'occasion de se reposer avec des activités qui durent jusqu'à la nuit.

Respecter le repos nocturne pour la flore et la faune

Avec les participants* à ses excursions de découverte du patrimoine, Josefine Lechner se rend en montagne entre 9 et 16 heures. "D'une manière générale, tout le monde devrait alors être descendu de la montagne pour que les animaux et les plantes puissent se reposer". Pendant longtemps, la nuit a été le moment où la nature et la faune qui y vit pouvaient se reposer, constate également l'association Bund Naturschutz. Cela a considérablement changé depuis. De nombreuses manifestations sportives organisées, comme les randonnées de 24 heures et les trails nocturnes, attireraient les gens à l'extérieur. Les vététistes* et les randonneurs qui se rendent de nuit dans les refuges et les auberges de montagne priveraient la nuit de son importante fonction de repos.

Touristen auf einem Gipfelkreuz
Durable : prévoir un casse-croûte pour la pause au sommet et être de retour dans la vallée avant 16 heures

Respectueux de l'environnement : régional, saisonnier et végétarien

L'époque où les refuges de montagne ne proposaient que quelques plats différents est révolue depuis longtemps. Néanmoins, chacun* devrait se rappeler que les aliments doivent être acheminés d'une manière ou d'une autre jusqu'au refuge. Pour certains, c'est même l'hélicoptère, pour d'autres, au moins la voiture. Les ingrédients régionaux et saisonniers sont en tout cas plus durables que les aliments importés. De même, un casse-croûte végétarien minimise le CO. Il est également respectueux du climat de préparer son casse-croûte à l'avance et de le déguster avec plaisir au sommet de la montagne. Les barres énergétiques, par exemple, sont faciles à fabriquer soi-même.

Eine Tasse Kaffee und Apfelstrudel
Durable : une tasse de café au lait dans un petit pot et un strudel aux pommes fait maison

Les concepts transnationaux sont importants

Villages d'alpinisme. - "des villages de montagne originaux à savourer et à séjourner". Selon le DAV, les localités réunies dans cette initiative sont des pionnières dans leurs régions. Ici, la montagne et l'alpinisme ont une grande valeur dans l'identité culturelle des habitants et des visiteurs, et la conscience de la nécessaire harmonie entre la nature et l'homme est vivante. En 2022, on compte déjà 35 villages d'alpinisme (en Allemagne : Ramsau bei Berchtesgaden, Schleching, Sachrang, Kreuth). Cela signifie que ces communes ne proposent pas de tourisme de masse, de domaines skiables aménagés à la perfection avec un enneigement complet, de soirées après-ski ou d'événements gourmands en ressources. Elles ont un objectif commun : rendre compétitif le tourisme proche de la nature et respectueux des ressources naturelles.

Ausblick über Matsch im Vinschgau
Matsch dans le Vinschgau est le premier village d'alpinisme du Tyrol du Sud

Le réseau pour des vacances respectueuses du climat dans l'espace alpin, appelé, poursuit également cet objectif "Alpine Pearls" (soutenu entre autres par l'Union européenne). Les membres se sont donné pour mission de mettre en œuvre des concepts de tourisme innovants et de mobilité douce pour leurs hôtes. Ils proposent des offres spéciales pour des vacances sans voiture personnelle avec une garantie totale de mobilité. Celle-ci commence dès l'arrivée en train et en bus sans voiture. Sur place, les services de navette, les bus de randonnée, les taxis, les voitures électriques, les vélos et les vélos électriques assurent la liberté de mouvement des hôtes. Des cartes de mobilité permettent d'utiliser gratuitement les transports en commun. En Allemagne, les localités de Bad Reichenhall et Berchtesgaden sont des "perles alpines". Au total, il s'agit de 19 localités dans cinq pays (Allemagne, Autriche, Italie, Suisse, Slovénie).

Ausblick über die Bergwelt von Bad Reichenhall
Bad Reichenhall et ses montagnes spectaculaires
Share article
Author:
Uschi Horner
Topics in this article


Commentaires