Gregor Röslmaier schreibt für ISPO.com.
Author:
Gregor Röslmaier

Crowdsourcing : l'innovation dans le sport business

Comment les entreprises profitent du crowdsourcing

De plus en plus d'entreprises misent sur le crowdsourcing. Sur des plateformes telles que l'ISPO Collaborators Club, elles utilisent avec succès les expériences et l'engagement des consommateurs en les intégrant par exemple dans les processus de développement. Une experte explique comment fonctionne le crowdsourcing.

Unternehmen greifen immer häufiger auf die Intelligenz und Ideen der Kunden zu.
Unternehmen greifen immer häufiger auf die Intelligenz und Ideen der Kunden zu.

Que signifie d'ailleurs Crowdscourcing ? Fondamentalement, cela signifie qu'une tâche normalement effectuée par une personne ou une équipe spécifique est désormais confiée à un groupe important et indéterminé qui souhaite développer de nouvelles approches.

"Il n'y a plus de génie créatif assis dans sa cave et qui met du temps à développer une idée", explique Catharina van Delden, CEO d'Innosabi. L'agence munichoise développe des concepts de crowdsourcing pour les entreprises.

Le sport business est en pleine mutation

Le secteur du sport en tant que tel est en pleine mutation dans le cadre de la numérisation. Le consommateur en tant qu'individu, qui veut aussi être perçu, devient de plus en plus important : dans l'approche par le marketing, mais aussi comme source d'expertise.

Pour les entreprises, le crowdsourcing est une voie très prometteuse pour connaître le client et ses souhaits et, en même temps, pour améliorer la qualité de leurs produits.

"On peut prioriser les idées très tôt et orienter le budget vers des approches orientées vers le succès. A cela s'ajoutent des thèmes comme la rapidité et les nouvelles relations entre les clients et les entreprises dans le processus d'innovation", explique van Delden.

Il est important de ne pas attirer les gens avec des prix, mais de renforcer leur motivation à participer : "Les gens voient qu'ils sont les premiers à être au courant, qu'ils peuvent participer aux décisions, qu'ils gagnent en statut", explique van Delden : "Ensuite, il faut aussi communiquer correctement, faire remonter les informations, écrire des billets de blog sur les nouveautés et rendre visible l'évolution des idées".

"La collaboration doit être l'objectif de l'Open Innovation".

Une modération qui doit aussi prévenir la déception : "Les modèles d'open innovation très classiques voient aussi les trois premiers gagnants et ensuite, dans le pire des cas, seulement des perdants. La collaboration doit être l'objectif, où les petites idées mènent au but, et non l'idée unique qui bat toutes les autres", explique van Delden.

Le crowdsourcing peut se faire au niveau du produit, mais aussi à très grande échelle : A Melbourne, une initiative a été lancée en 2016 pour mettre la planification de la ville entre les mains de ses quatre millions d'habitants. Le système est simple : apporter des idées, les mettre en commun et développer ainsi la métropole de 2026 sur une planche à dessin. "L'idée démocratique marque fortement l'innovation crowdsourcée. On peut mener des discussions politiques, ou encore lancer des processus administratifs", explique van Delden. 

Selon l'entreprise et le projet, le crowdsourcing peut avoir lieu à différentes étapes de développement : "L'aéroport de Munich a développé un concept d'idées et a déjà automatiquement impliqué les clients et les utilisateurs. En revanche, un groupe chimique va d'abord développer des produits en interne. Mais lorsqu'il s'agira de prototypes et d'applicabilité, il impliquera aussi les gens à l'extérieur", explique van Delden.

Campagnes réussies avec CEP et Bergans

L'équipementier sportif CEP, par exemple, sollicite de manière ciblée le feedback des consommateurs avec sa campagne Wingtech Shirt afin de continuer à développer le produit, les sportifs ambitieux partagent avec enthousiasme leurs expériences avec le maillot, pour l'entreprise ce sont des impressions extrêmement importantes issues de la pratique. Le fabricant de vêtements de plein air Bergans a donné sa veste Eidfjord, composée à 30 % de mélasse de sucre, à tester à la foule.

Indépendamment du secteur et de l'entreprise : Toutes ont en commun d'avoir acquis de précieuses connaissances en osant emprunter des voies numériques, parfois nouvelles. Le géant du sport Adidas, par exemple, a fait du crowdsourcing l'un de ses trois piliers : "Nous serons la première entreprise d'articles de sport à inviter les sportifs, les consommateurs et les partenaires à faire partie de ses marques", peut-on y lire.

Share article
Gregor Röslmaier schreibt für ISPO.com.
Author:
Gregor Röslmaier

Commentaires


Gregor Röslmaier schreibt für ISPO.com.
Author:
Gregor Röslmaier