8

Copenhagenize : 8 questions et réponses passionnantes

LISTICLE | 08/18/2021
Noch herrschen geteilte Meinungen zum Thema Bike-Sharing in der Branche.
Author:
Jens Vögele

Quiconque a déjà roulé dans une ville danoise sait combien le Danemark est important pour la promotion du cyclisme. La capitale Copenhague, considérée comme la ville la plus accueillante pour les cyclistes au monde, est exemplaire à cet égard. Il n'est pas étonnant que le terme "Copenhagenize" soit devenu synonyme de plus de convivialité pour les vélos dans les grandes villes et que l'indice Copenhagenize permette d'évaluer cette convivialité. Nous expliquons de quoi il s'agit et ce qui a déjà été réalisé avec l'indice.

1

Que signifie "Copenhagenize" ?

L'idée de Copenhagenize est venue de Mikael Colville-Andersen. Le designer, auteur et conférencier a créé la Copenhagenize Design Company en 2007 et a ainsi lancé un véritable mouvement international pour une plus grande culture du vélo. Son idée et sa philosophie consistent à rendre l'urbanisme favorable aux vélos grâce à des concepts aussi simples que possible. Entre-temps, il a présenté ses concepts dans plus de 100 villes du monde entier - avec la capacité d'habiller les idées en termes nouveaux. Il a inventé des termes tels que "vélo chic", "cycliste citoyen", "urbanisme cycliste" - et Copenhagenize. Aujourd'hui, une grande équipe se cache derrière Copenhagenize - les responsables, qui travaillent dans des bureaux à Copenhague, Paris et Montréal, ne se qualifient explicitement pas de "cyclistes". Il s'agit simplement de personnes qui aiment se déplacer à vélo - et qui savent qu'un plus grand nombre de cyclistes entraîne une meilleure qualité de vie dans les villes.

2

Qu'est-ce qui est typique pour Copenhagenize ?

Loin de la voiture, vers le vélo - c'est ainsi que les grandes villes devraient se développer selon l'idée. L'exemple de Copenhague montre que les discours dominicaux sur les villes favorables au vélo ne suffisent pas, mais qu'un travail concret est nécessaire. Elle a construit ses propres ponts cyclables, prolongé les pistes cyclables et dispose d'autoroutes cyclables depuis 2012. Il ne s'agit pas seulement de pistes cyclables plus grandes et plus larges, elles ont également été associées à un nouveau type de système de feux de circulation qui s'adapte à la vitesse moyenne des cyclistes et réduit ainsi le nombre d'arrêts pour excès de vitesse. Les grands garages à vélos font également partie du paysage urbain de Copenhague depuis longtemps et font donc partie de Copenhagenize.

3

Quelles sont les bases de données des responsables ?

Les données recueillies par l'équipe de Copenhagenize sont impressionnantes. Au début des années 1970, il y avait encore plus de trois fois et demie plus de voitures que de bicyclettes sur les routes de Copenhague. Le nombre de cyclistes n'a cessé d'augmenter au fil des ans. Mais ce n'est qu'avec le lancement du projet que la courbe a fortement augmenté - et en 2016, pour la première fois, plus de vélos sont entrés dans le centre-ville de Copenhague que de voitures. Toutefois, la principale raison qui pousse les Copenhagois à faire du vélo n'a rien à voir avec une sensibilisation accrue à l'environnement. Cinquante-six pour cent ont déclaré que le vélo est tout simplement beaucoup plus rapide. En fait, un trajet comparatif à travers la ville, du même point de départ à la même destination, prenait 37 minutes en voiture, mais seulement 13 minutes à vélo. Les cyclistes ont simplement pu se rendre à leur destination beaucoup plus directement. Une autre analyse impressionnante est celle de la consommation d'espace. Dans la zone du boulevard Hans Christian Andersen, les auteurs de l'étude ont constaté que, bien que les bicyclettes représentent 62 % du trafic pendulaire, elles ne disposent que de 7 % de l'espace de circulation disponible à cet effet. Les voitures, quant à elles, ne représentaient que 9 % du trafic pendulaire, mais disposaient de 54 % de l'espace de circulation disponible.

4

Qu'est-ce que l'indice Copenhagenize ?

Depuis 2011, l'indice Copenhagenize fournit une comparaison objective de la convivialité des vélos dans les grandes villes du monde. Les auteurs de l'indice attribuent des points de 0 à 4 aux villes de plus de 600 000 habitants sur un total de 14 paramètres. Des points sont attribués, par exemple, pour un réseau de pistes cyclables particulièrement bien développé, ce qui est désormais courant dans de nombreuses villes. En outre, il convient de mettre en place un réseau aussi dense que possible de places de stationnement pour les vélos et de créer autant de zones à circulation réduite, donc favorables aux vélos et aux piétons, que possible. Les villes peuvent également marquer des points si au moins le même nombre de femmes que d'hommes utilisent manifestement le vélo ou si elles proposent de nombreux vélos de location. L'utilisation de vélos-cargo comme moyen de transport ou une grande réputation en matière de cyclisme rapportent également des points. Et l'aménagement urbain selon la devise "le vélo d'abord" est également récompensé.

5

Qui a gagné l'indice en dernier ?

L'indice Copenhagenize est compilé tous les deux ans. Lors de l'édition la plus récente, en 2019, Copenhague a obtenu 90,2 % des points possibles, juste devant Amsterdam (89,3 %) et Utrecht (88,4 %) aux Pays-Bas. Il s'agit de la troisième victoire consécutive de Copenhague pour ce prix, qui a été décerné cinq fois jusqu'à présent - Amsterdam a connu le succès deux fois auparavant. Les villes derrière avaient déjà un net écart dans les points obtenus - Anvers, Strasbourg, Bordeaux, Oslo et Paris ont suivi. Au cours du prochain indice, cependant, Oslo pourrait faire un bond en avant significatif. La métropole norvégienne a remporté le titre d'"étoile montante" et est considérée comme un exemple de la manière dont de grands progrès peuvent être réalisés, même en peu de temps. Oslo est désormais également considérée comme un exemple pour toutes les villes qui se disent trop vallonnées ou trop enneigées pour le vélo.

6

Quels sont les résultats des villes allemandes ?

Dans l'indice 2019, Brême a été classée onzième, la meilleure des villes allemandes. La ville située sur la Weser est entrée dans le classement en tant que nouvelle venue. Les auteurs de l'indice ont salué les progrès constants et les projets ambitieux en matière de circulation cycliste, grâce auxquels Brême a discrètement dépassé les autres villes allemandes. L'Allemagne n'en a pas moins reçu des éloges : elle est en train de devenir le haut lieu du cyclisme en Europe. Berlin a atterri à la 15e place du dernier classement, Hambourg à la 20e, mais la comparaison à long terme montre que d'autres grandes villes font davantage. En 2011, Berlin était encore à la 4e place, Munich à la 6e place, Hambourg à la 11e place... Petit à petit, les métropoles allemandes descendent dans le classement depuis lors - un signe que d'autres grandes villes font plus d'efforts.

7

Quelles sont les conséquences internationales de la "Copenhagueisation" ?

L'initiative, lancée en 2007, est devenue un projet soutenu par de grandes villes du monde entier. Barcelone, Strasbourg et Paris figurent parmi les partenaires, ainsi qu'un certain nombre d'autres villes. L'équipe, qui est devenue experte en planification urbaine axée sur le vélo, travaille avec des villes du monde entier et leur fait des recommandations concrètes pour qu'elles soient plus conviviales pour les cyclistes. Outre l'indice Copenhagenize, l'équipe produit régulièrement de nouvelles études. Cette année, par exemple, une étude a été consacrée au thème des femmes et du cyclisme. L'un des principaux points de l'étude est que de nombreuses femmes continuent de dénoncer le harcèlement sexuel dans les transports publics. Le vélo peut et devrait leur donner plus d'indépendance vis-à-vis des transports publics - pourtant, les hommes sont plus nombreux que les femmes à faire du vélo. Cela s'explique, entre autres, par les risques d'agression auxquels les femmes sont confrontées - surtout le soir et la nuit. À partir d'études de ce type, l'équipe de Copenhagenize formule des recommandations pour les grandes villes - dans ce cas, par exemple, une infrastructure cycliste encore mieux protégée.

8

Quelle est la prochaine étape du projet ?

En septembre, une "Master Class" aura lieu à Montréal, au Canada, le foyer américain de Copenhagenize. Pendant trois jours, les participants échangeront leurs expériences en matière d'infrastructures cyclistes, tout en tenant compte des différences de mentalités et de cultures cyclistes entre les continents.

Share article
Author:
Jens Vögele
Comments


Topics in this article