PFAS_PFCs_outdoor_clothing_laboratory
Textrends // 11/16/2023

Bonne chimie : comment des fibres plus durables remplacent les PFAS

Image credit: Shutterstock.com
Author:
Martina Wengenmeir

Greendeal, proposition d'interdiction des PFAS et PFC, push vers des matériaux recyclables et plus de durabilité : pour que l'alchimie soit à nouveau au rendez-vous, les innovations ne manquent pas. Les matériaux nocifs dans le secteur de l'outdoor doivent être remplacés le plus rapidement possible. L'aperçu suivant montre les développements que la recherche sur les fibres dans le domaine des vêtements de performance a permis de réaliser en vue d'une plus grande durabilité.

Les PFC ou PFAS, c'est-à-dire les substances alkyles per-ou polyfluorées, ont longtemps été considérés comme le match parfait pour les vêtements de plein air grâce à leurs excellentes propriétés hydrofuges et antisalissures : Pour les DWR (Durable Water Repellency), c'est-à-dire l'imprégnation enduite, mais aussi pour la fabrication de membranes, comme celles qui sont volontiers utilisées dans les vêtements imperméables. Le problème : ces "produits chimiques éternels" ne se décomposent pas dans la nature lors des processus courants. Au lieu de cela, ils s'accumulent, même en quantités de plus en plus importantes. Et ce, partout : ces produits chimiques ont été détectés dans la glace polaire, dans les aliments et même dans le sang humain. Leurs effets nocifs sur la santé sont également connus. Une réaction politique a eu lieu au niveau européen avec une proposition d'interdiction des PFAS, ce qui a permis de lancer une recherche de solutions plus active dans l'industrie. "Pour les produits de consommation tels que les textiles ou les emballages, il existe depuis longtemps des produits de remplacement et une interdiction est attendue depuis longtemps. Henner Hollert, professeur d'écologie évolutive et de toxicologie environnementale à l'université Johann Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le-Main.

Bien que l'on y travaille depuis un certain temps déjà, l'élimination des PFAS est complexe pour les marques du secteur Outdoor, en raison des exigences de performance imposées aux produits. La fonctionnalité et la praticité sont mises en balance avec l'impact environnemental. Des précurseurs comme Vaude et Fjallräven misent depuis une dizaine d'années déjà sur une imprégnation et des membranes sans PFAS et ont volontairement transformé peu à peu leurs collections. Mais la recherche d'alternatives n'a pas été facile. Surtout pour les composants comme les fermetures éclair cela s'est avéré plus compliqué que prévu, car il n'y avait pas d'alternatives imperméables sur le marché.


D'autres fabricants de produits et de composants suivent le mouvement, mais la solution n'est pas encore au point. Selon une Étude Globetrotter la plupart des marques interrogées prévoient de supprimer le PFAS de leurs produits d'ici à 2027.

Les précurseurs comme Vaude et Fjallräven produisent depuis longtemps sans PFAS

Des alternatives plus durables, des biosourcés aux recyclés

Il existe différentes approches pour l'utilisation d'alternatives plus durables. De plus en plus de marques utilisent des alternatives sans PFC dans la fabrication de leurs vêtements, comme les matériaux et les membranes de Polartec ou de Sympatex. Dans ce contexte, on mise parfois aussi sur l'utilisation de polyester ou de polyamide recyclés et de matériaux plus fins, ce qui permet à son tour de réduire les émissions de CO₂. Des membranes comme Futurelight ou Dermizax vont également dans ce sens.

Une autre approche de développement va dans le sens des matériaux biosourcés. Il s'agit par exemple de Biolonun tissu en nylon à base de plantes que Polartec prévoit de remplacer successivement dans les tissus et les membranes à partir de 2023 par des produits à base de pétrole. Le site Modern Meadow mise sur la biomasse pour la fabrication de sa technologie de membrane imperméable et respirante Bio-Tex Shield. Comme le matériau est particulièrement résistant à l'abrasion, l'utilisation de deux couches permet en outre d'économiser du matériau par rapport à une construction à trois couches et donc de réduire l'empreinte CO₂. Vaude et UPM font cause commune dans la fabrication de vêtements d'extérieur issus de la biomasse. La première bioraffinerie au monde, qui devrait être opérationnelle fin 2023, devrait de plus permettre à l'avenir de produire des tissus pour la fabrication de membranes.

Nouvelle membrane Gore-Tex ePE

Et Gore-Tex, qui est souvent utilisé comme synonyme de vêtements imperméables, a également lancé une nouvelle membrane ePE plus durable. Par rapport aux produits précédents, elle peut être fabriquée plus finement, nécessite donc moins de matériau et économise ainsi du dioxyde de carbone lors de la production. Des partenaires de marque comme Patagonia travaillent sur ce projet depuis une dizaine d'années et utilisent également du polyester recyclé pour la fabrication.

La plate-forme en polyéthylène expansé (ePE) est fabriquée de la même manière que les membranes en PTFE (polytétrafluoroéthylène) qui ont fait la réputation de Gore. Mais elle ne contient pas de PFAS pour la membrane et l'imprégnation. "Ce qui est formidable, c'est qu'elle est tout aussi performante", explique Lara Wittmann, Global Strategic Marketer chez W.L. Gore & Associâtes. Mais le développement va déjà plus loin et, selon Wittmann, une variante plus durable de la membrane Gore-Tex Pro, c'est-à-dire le produit le plus performant de la marque d'ingrédients, devrait suivre dans deux ans.

Au lieu de PFTE, la nouvelle membrane ePE de Gore est en polyéthylène

Fin de vie : déchets spéciaux ou recyclables ?

Bien sûr, l'évolution vers des matériaux sans PFAS est une bonne et juste démarche. Mais à moyen et long terme, il est tout aussi important qu'une veste puisse être recyclée à la fin de sa vie. Cependant, l'association de trois matériaux différents, comme dans une veste à trois couches, rend le recyclage difficile, voire impossible. Au lieu d'être réutilisée ou recyclée, elle est souvent jetée à la poubelle !

C'est donc une bonne chose que des marques comme Jack Wolfskin ou Mammut, par exemple, soient en train d'utiliser des mono-matériaux pour la membrane et les couches supérieure et inférieure, rendant ainsi les vêtements imperméables recyclables. Ici, différentes collections, par exemple en 100 % polyester, seront lancées sur le marché en 2024, qui seront à la fois composées de matériaux recyclés et recyclables.

Au lieu de les jeter : dans les années à venir, de nouveaux textiles seront fabriqués à partir de ceux existants

Entretien et utilisation : les connaissances des consommateurs comptent

Serait-il préférable pour nous, consommateurs*, de passer directement à une nouvelle membrane plus durable, c'est-à-dire d'acheter une nouvelle veste imperméable ? Les experts répondent clairement non. En effet, la libération nocive de PFAS est surtout un problème pendant la production et l'élimination. Le produit le plus durable reste donc celui que l'on possède déjà. Il n'entraîne pas de nouveau dégagement de CO₂ lors de la production ni d'autres dépenses nocives.

C'est pourquoi il est également judicieux de s'intéresser à l'entretien adéquat ou de réparer les produits afin de pouvoir les porter le plus longtemps possible. Pour les produits Gore-Tex, cela signifie par exemple qu'ils doivent être lavés régulièrement et que la membrane doit être nettoyée pour rester fonctionnelle. Après le lavage et le séchage, le vêtement doit être traité à nouveau par la chaleur, soit dans un sèche-linge, soit en le repassant avec une serviette intercalée, afin de réactiver les propriétés hydrofuges durables de la membrane.

Parallèlement, l'utilisation du vêtement joue également un rôle important, que nous devrions tous examiner d'un œil critique lorsque nous avons besoin d'un nouveau vêtement. La membrane doit-elle vraiment être oléophobe ? Est-ce que nous portons la veste trois couches uniquement pour promener le chien ou pour gravir le prochain sommet de 4000 mètres ? Il faut donc décider s'il n'y a pas d'alternative à la membrane PTFE Performance ou si une variante naturelle ou du moins plus durable offre les performances souhaitées et permet de rester au sec pendant les promenades.

Proposition d'interdiction des PFAS dans l'UE

L'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a présenté en février 2023 une proposition d'interdiction de la production, de l'utilisation et de la mise sur le marché (y compris l'importation) d'au moins 10.000 substances perfluoroalkyles et polyfluoroalkyles (PFAS) a été publiée. La proposition a été élaborée conjointement par les autorités du Danemark, de l'Allemagne, des Pays-Bas, de la Norvège et de la Suède. Une décision de la Commission européenne sur cette proposition est attendue en 2025. Si la proposition de restriction des PFAS est adoptée, il s'agira de l'une des interdictions de substances chimiques les plus importantes depuis l'entrée en vigueur du règlement REACH en 2007. Dans de nombreux cas, des alternatives sont déjà disponibles. Cependant, une interdiction signifie également que des alternatives doivent être trouvées pour les cas où il n'existe pas encore de solutions ou lorsque celles-ci ne sont pas suffisamment attrayantes. L'interdiction proposée des PFAS réduirait fortement les rejets dans l'environnement et rendrait les produits et les processus plus sûrs pour l'homme. Selon une proposition de restriction, les entreprises disposeraient de périodes de transition allant d'un an et demi à treize ans et demi, selon l'application.

Share article
Author:
Martina Wengenmeir
Topics in this article