Julian Galinski
Author:
Julian Galinski

Interview sur ISPO MUNICH 2016

Tobias Gröber, directeur de l'ISPO : "Nous devons faire descendre les gens du canapé en douceur".

Tobias Gröber est directeur du groupe ISPO et donc responsable d'ISPO MUNICH, la plus grande plateforme mondiale du sport business. Pour Gröber et son équipe, il s'agit bien sûr de présenter les dernières tendances, technologies et produits lors de ce salon international de premier plan, mais aussi de bien plus encore : la mission de toute une branche de contribuer à un monde plus sain et plus actif.

Tobias Gröber ist Director der ISPO Group.
Tobias Gröber ist Director der ISPO Group.

Supposons que vous démarriez de zéro et que vous fondiez une start-up avec les connaissances que vous avez accumulées en tant que directeur du groupe ISPO. Dans quelle direction cela irait-il, Monsieur Gröber ?
Tobias Gröber : Certainement quelque chose dans l'environnement numérique. La demande est extrêmement élevée, toute la chaîne de création de valeur et la communication, les canaux changent fondamentalement.

Et dans quel domaine ?
Il s'agirait très certainement du thème de la santé. Ce marché est certes déjà là - mais il va devenir encore beaucoup plus important.

"La montagne et moi - cela ne parle pas aux couch potatoes".

La santé, associée au fitness et à l'alimentation, n'est-elle pas déjà un thème important et populaire qui rapporte beaucoup d'argent ?
Ce n'est que le début. Le secteur du sport commence tout juste à comprendre qu'il peut proposer de nouveaux produits et conquérir de nouveaux groupes cibles dans ce domaine. Nombreux sont ceux qui testent actuellement la manière exacte de procéder : Dois-je changer mon marketing et si oui, comment ? D'autres images, un autre langage, un autre ton ?

Il faut s'éloigner de : La montagne et moi. La montagne ne s'adresse pas aux "couch potatoes". Mais le changement s'opère aussi à de tout autres niveaux.

De quelle manière ?
Les gouvernements d'Europe, d'Amérique du Nord et du Sud et d'Asie, notamment en Chine, ont compris que le secteur du sport est le partenaire idéal pour résoudre des problèmes de civilisation tout à fait fondamentaux : Nous vivons de plus en plus vieux. Et nous devons donc rester plus longtemps en bonne santé. Cela posera d'énormes problèmes aux systèmes de santé dans leur forme actuelle, car les coûts augmentent de manière incommensurable.

C'est là que le sport et l'activité physique entrent en jeu : d'une part à titre préventif, d'autre part - des études le prouvent désormais très bien - en tant qu'accompagnement dans la guérison de maladies graves. Regardons notamment du côté de la Chine, cet immense marché.

 

 

Le gouvernement a déjà dû y intervenir en raison de la nette prédominance de nombreux Chinois.
Les problèmes sont les suivants : Beaucoup trop de personnes âgées - et, en raison de la politique de l'enfant unique, beaucoup trop peu d'enfants à l'avenir pour soutenir le système. Il faut s'imaginer la situation : Il y a un papa, une maman, deux grands-mères, deux grands-pères - six adultes qui s'occupent d'un enfant.

Avec une grande différence par rapport au passé : de l'argent pour les biens de consommation. Là-bas, les enfants sont gavés et ne bougent pas assez.

Trop de nourriture, pas assez d'exercice - c'est un problème partout dans le monde, pas seulement en Chine. N'est-ce pas ?
Un slogan résume bien la situation : la position assise est le nouveau tabagisme. Et c'est vrai : Considérons à quel point nous bougeons peu de nos jours, en raison de notre quotidien professionnel sédentaire. Mais notre corps est conçu pour bouger !

L'évolution, surtout au cours des cent dernières années, est totalement contraire à ce que nous pourrions faire avec notre corps. Regardons à quel point un enfant bouge encore de manière naturelle, évidente - et à quelle vitesse ses capacités disparaissent ensuite et tombent dans l'oubli.

"L'obstacle initial pour commencer à faire du sport est trop élevé".

De nombreuses personnes ne sont donc pas conscientes de ce qu'elles pourraient accomplir ?
Oui, mais c'est là qu'apparaît un problème fondamental de l'industrie du sport à l'heure actuelle : elle communique des images beaucoup trop extrêmes pour ceux qui seraient assis chez eux sur leur canapé et qui auraient besoin d'une aide urgente. Plus haut, plus vite, plus loin - du sang, de la sueur et des larmes.

L'obstacle initial à la reprise ou à la pratique d'un sport est beaucoup trop élevé en raison de la conception actuelle de la publicité. Nous devons trouver une approche plus douce pour faire descendre une personne du canapé.

Pour commencer, il faut donc faire de la marche rapide au lieu de penser tout de suite au premier marathon.
Personne n'est obligé de courir un marathon. Il suffit de sortir, de courir trois minutes, de marcher une minute et de progresser très lentement, étape par étape.

 

 

D'un autre côté, les gens aiment aussi les extrêmes. Perdre 30 kilos en 30 jours, c'est ce que beaucoup souhaiteraient. Même si ce n'est pas réaliste. Comment commercialise-t-on l'approche plus douce ?
Commençons par le principe : Le sport, l'activité physique, doivent être ancrés très différemment dans notre vie, les gens doivent y être à nouveau réceptifs, cela commence et est influencé de manière tout à fait déterminante par l'école.

Les programmes scolaires sont aujourd'hui toujours les mêmes qu'il y a 30 ans. Sans compter que les cours d'éducation physique sont les premiers à être supprimés, ils donnent une image du sport qui est plus que désuète : gymnastique aux agrès et rester debout entre les deux.

Nos enfants n'apprennent pas le plaisir de bouger à l'école. Il y aurait pourtant tant de formes fantastiques : Aller au jardin d'escalade, faire de l'escalade de bloc. Ensemble, pas les uns contre les autres. Simplement ressentir le plaisir de bouger !

"Nous sommes en concurrence avec d'autres branches et des budgets énormes".

Pour changer cela, il faut toutefois que la politique s'engage clairement.
Nous travaillons désormais en étroite collaboration avec Bruxelles, et je remarque qu'ils sont tout à fait conscients que l'activité physique est le seul moyen raisonnable et éprouvé de maîtriser les problèmes de santé de notre société.

C'est pourquoi les hommes politiques se rapprochent déjà du secteur sportif. Notre problème est le suivant : en matière de santé, nous sommes en concurrence avec d'autres secteurs qui sont extrêmement performants en matière de lobbying et qui disposent de budgets énormes : L'industrie pharmaceutique, la beauté et les cosmétiques, la nutrition. Et tous ces gens expliquent aux gens dehors : si tu ne vas pas bien, prends cette pilule. Tu iras mieux ensuite.

Un cycle s'est établi : L'industrie alimentaire rend les gens malades, l'industrie pharmaceutique leur redonne une prétendue santé.
C'est vrai. Jusqu'à présent, la politique a eu beaucoup de mal à percevoir le secteur du sport comme une industrie. Qu'il y a des emplois, que de la valeur ajoutée est générée, que des innovations sont produites. Mais cette compréhension grandit.

Pour nous, c'est extrêmement passionnant de voir comment ISPO MUNICH est devenu entre-temps une scène pour les politiques et les concepts. Les choses bougent. Mais il faut aussi que les choses bougent. La population mondiale est de plus en plus en surpoids.

 

 

"L'ensemble du secteur du sport doit faire front commun"

Concrètement, à quoi pourraient ressembler les projets visant à créer plus d'activité physique ?
Au Mexique, on teste la gratuité du ticket de métro pour les personnes qui font dix squats. C'est bien ! Mais bien sûr, cela ne suffit pas.

Et c'est là que nous avons un rôle à jouer en tant qu'industrie du sport. Parce que nous continuons justement à servir avant tout ceux qui sont de toute façon déjà actifs sur le plan sportif. Nous devons nous adresser à tous, et pas seulement à ceux qui ont déjà trois paires de chaussures de course, des chaussettes de compression et des traqueurs d'activité !

Et que peut faire le secteur maintenant ?
Tout d'abord, comprendre qu'il ne s'agit pas de produits dans un premier temps, mais de travailler ensemble à une nouvelle prise de conscience de l'activité physique. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous opposer les uns aux autres, le secteur est trop petit pour cela.

Nous, l'ensemble du secteur du sport, devons nous présenter ensemble, les petites et les grandes marques. Nous devons parler ensemble et au nom du mouvement. Nous devons continuer à convaincre les politiques du rôle important que nous jouons. Pourquoi n'y aurait-il pas à l'avenir des taux de TVA plus bas pour les articles de sport ?

Share article
Julian Galinski
Author:
Julian Galinski
Topics in this article



Julian Galinski
Author:
Julian Galinski