Author:
Martin Jahns

ISPO-Urgestein avant son dernier ISPO Munich

People of ISPO - Engin Müller-Özer : "Cela ne se fera pas sans larmes".

Engin Müller-Özer a tout vécu en 25 ans à la Messe München. Dans la série d'interviews Heart of ISPO, elle parle de son parcours unique, de l'impitoyable encaisseuse à son statut actuel de "maman de l'ISPO", en passant par des fêtes endiablées dans les halls d'action. Et : pourquoi son dernier ISPO Munich, du 28 au 30 novembre, sera particulièrement émotionnel.

Engin Müller-Özer ist Community Manager Manufacturing and Suppliers bei ISPO

Je suis née à Istanbul et j'ai grandi en Allemagne. J'ai commencé ma carrière en apprenant le métier d'employée de banque. Mais mon objectif a toujours été de voyager. J'ai toujours eu la bougeotte. Et à un moment donné, je me suis dit : tu dois te lancer dans le secteur du voyage ! J'avais alors 22 ans, j'ai rejoint une agence de voyages d'études où je travaillais sur le Proche-Orient. Je suis très heureux d'avoir vu à cette époque des pays qu'on ne peut plus visiter aujourd'hui. En 1997, j'ai déménagé à Munich et j'ai découvert par hasard un poste vacant à la Foire de Munich qui m'intéressait. Et depuis 25 ans, je travaille à la Foire de Munich.

Comment se sont déroulées tes premières années à la foire ?

J'ai commencé au service juridique. C'est là que j'ai, entre autres, recouvré les impayés pour tous les salons auprès des exposants qui ne payaient pas sur le site. J'ai donc eu un contact très étroit avec l'équipe ISPO. Mon désir d'assumer de nouvelles tâches m'a incité à rejoindre l'équipe ISPO. Avec un très jeune et adorable collègue, je me suis alors occupée de trois halls Action Sports.

Vivez l'OutDoor by ISPO 2023
Nous nous réjouissons de vivre à nouveau avec vous l'esprit de l'OutDoor by ISPO en 2023. Save the date : du 04 au 06 au MOC - Event Center Messe München.

Salles de sport d'action : "Top Brands, Party, Highlife".

Du service juridique au sport d'action - on ne pouvait pas faire plus opposé, n'est-ce pas ?

Les salles d'action étaient à l'époque des salles exceptionnelles et branchées : Top Brands, fête, high life, des jeunes avec leur propre langage, auquel j'ai d'abord dû me "familiariser". Mais je me suis très vite adaptée et j'ai été responsable de ces halles pendant six ans. C'était une période merveilleuse.

Qu'est-ce qui s'est passé ensuite ?

Ensuite, je suis passée - on pourrait dire conformément à mon âge - de la jeunesse branchée au domaine des tendances textuelles et du sourcing, où je suis devenue community manager.

Et comment ça se passe là-bas ?

Agréable, mais totalement différent. C'est plus structuré, plus organisé et aussi nettement plus professionnel. Sans le secteur Manufacturer & Supplier, ISPO Munich ne serait pas ce qu'il est. Manufacturer & Supplier se complètent à merveille avec les Brand Hallen. Ce qui est passionnant dans ce domaine, c'est leur capacité d'innovation. Nous récompensons deux fois par an les tissus, fibres et accessoires particulièrement innovants par l'ISPO Textrends Award. Ceux-ci sont Sélectionnés par un jury de designers internationaux, d'experts en tendances, d'instituts textiles et de journalistes en fonction de leurs caractéristiques de performance, de leur toucher, de leur créativité, de leur degré d'innovation, de leur durabilité et de leur multifonctionnalité.

Membre de l'équipe ISPO depuis 25 ans : Engin Müller-Özer

"Cela ne se fera pas sans larmes"

Où vois-tu tes points forts dans ton travail avec les clients ?

Mes racines turques et ma nature méridionale m'aident dans la communication avec mes clients. J'ai toujours travaillé dans des entreprises de services. Cela me marque et pour moi, les clients sont le plus important, qu'ils aient réservé 20 ou 150 mètres carrés. J'adore mon travail. J'adore travailler dans l'équipe ISPO. Et c'est sans doute de là que vient mon statut de "bonne âme de l'équipe" et de maman du département.

Maman du département ?

Je veille à ce que l'équipe se porte bien. J'aime organiser des thèmes comme les anniversaires, les petites fêtes ou les petites commodités du bureau des exposants. Je crois que je suis un peu la maman de l'équipe ici. C'est agréable de sentir que l'équipe m'accorde une grande confiance. J'aime mon travail et je regrette beaucoup qu'il se termine en avril, lorsque je prendrai ma retraite partielle.

2022 sera donc ta dernière ISPO Munich ?

C'est ma dernière ISPO Munich. Je pense qu'elle sera très émouvante pour moi. Certains exposants sont au courant et vont certainement m'en parler. Cela ne se fera pas sans larmes.

"Le défi est ma force"

Que souhaites-tu pour ton dernier ISPO Munich ?

J'espère que l'ISPO Munich sera identique à toutes les années précédentes. Fréquente, pleine, dix heures de travail par jour, de sorte que nous soyons fatigués et épuisés, mais que nous puissions dire à la fin : "C'était à nouveau génial !" Et peut-être que je reviendrai un jour à l'avenir pour quelques heures. Car je vais certainement continuer à travailler. Mais je suis déjà triste. J'aimerais bien avoir encore 40 ans, pour pouvoir aussi participer à l'organisation des 20 prochaines années.

Malgré toutes les crises et les défis actuels ?

Oui, le défi est ma force. Plus la situation est difficile, plus je trouve une solution. Si l'on a une attitude positive face au travail et à la réflexion, on peut venir à bout de n'importe quelle tâche. Et on peut les résoudre de manière optimale. Mais il faut être prêt à ne pas penser uniquement de 9h à 17h et à rentrer ensuite chez soi.

Quelles sont les rencontres que tu as faites pendant ta période de salon dont tu te souviens avec un plaisir particulier ?

Toutes les personnes que j'ai rencontrées pendant cette période : Les exposants, les membres de l'association, les représentants étrangers, les membres du jury, l'équipe ISPO, les collègues des autres départements de Messe München, etc. Sinon, les voyages à l'étranger, par exemple pour les salons de Shanghai ou de Taiwan, Premier Vision à Paris ou Modtissimo au Portugal, ont été pour moi de véritables moments forts. Pouvoir échanger avec les gens dans les pays étrangers, c'était exactement ce que je voulais. J'aime communiquer et aller à la rencontre des gens que je ne connais pas.

"On a continué à avancer, et puis Covid est arrivé"

Comment l'ISPO Munich, mais aussi le monde du sport, ont-ils changé à tes yeux au cours de cette période ?

Au fil des années, nos clients en voulaient toujours plus. Nous avons répondu à cette demande en lançant de nombreux projets en dehors d'un salon habituel : Nous avons créé ISPO.com, l'ISPO Collaborators Club, ISPO Textrends Award ou encore ISPO Brandnew pour les startups. Nous n'avons cessé d'évoluer et de nous adapter aux besoins du secteur - et puis Covid est arrivé. Et avec lui, de nombreux défis, mais aussi de nombreuses opportunités pour l'industrie du sport. Cela nous a aussi affectés. Mais ce genre de choses ne fait pas abandonner les vieux briscards comme moi. Nous nous efforçons de créer du nouveau et d'intégrer l'ancien. Beaucoup de choses ont déjà changé et changeront encore, mais le besoin d'une rencontre personnelle restera.

On voit que tu es passionné par ton travail. Reste-t-il encore de la place pour tes hobbies ou d'autres passions dans ton temps libre ?

Ma passion reste les voyages. Je rends régulièrement visite à ma famille et à mes amis en Turquie. Je suis très attaché à la famille, j'ai un fils et une petite-fille de six ans. Et j'aime découvrir chaque jour quelque chose de nouveau.

Lorsque j'ai dû travailler à domicile il y a deux ans à cause de Corona, j'ai dû m'y habituer. C'était un grand changement. Faire du sport m'a aidé. J'ai commencé à faire régulièrement du vélo et de la course à pied.

Engin Müller-Özer auf der ISPO Munich

"L'équipe et mon travail vont beaucoup me manquer"

Que va-t-il se passer pour toi après le mois de mars ?

Il me sera très difficile de dire au revoir et de ne plus travailler dans l'équipe ISPO. Une chose est sûre : je ne vais pas me reposer et ne rien faire. J'espère que je vais encore voyager et explorer de nombreux endroits, villes et régions. L'équipe et mon travail vont beaucoup me manquer, mais je pense que je vais aussi manquer à certains de mes collègues. 😊

Share article
Author:
Martin Jahns
Topics in this article