7

Mobilité: Les 7 applications les mieux notées pour les vélos en libre-service

LISTICLE | 06/10/2021

Louer un vélo via une application et parcourir la ville à toute allure: c'est pratique, bon marché, écologique et amusant. Pas étonnant que le vélo en libre-service soit en plein essor dans le monde entier. En Allemagne aussi, il existe de nombreuses alternatives au pionnier Call a Bike, avec lequel les chemins de fer allemands louent des vélos depuis 2000. Mais plus de concurrence signifie aussi moins de transparence. Toute personne essayant de naviguer sur Nextbike, Byke ou Lime se sent parfois aussi désorientée qu'un cycliste tournant à gauche à un carrefour à plusieurs voies aux heures de pointe (avec des chantiers). ISPO.com donne une vue d'ensemble et présente les sept applications de partage de vélos les plus intéressantes et les mieux notées dans les magasins d'applications allemands.

1

Vélo suivant

(iOS 4,5 étoiles, Google 4,5 étoiles):

L'entreprise de Leipzig affirme être le leader du marché du vélo en libre-service en Allemagne et en Europe. Elle loue des vélos depuis 2004, ce qui lui confère une grande expérience. Nextbike est disponible dans plus de 300 villes et plus de 25 pays sur quatre continents - en partie en coopération avec des sociétés de transport telles que le KVB à Cologne ou le tramway de Brême. Dans Warentest, Nextbike s'est classé premier en 2019 avec une note de 1,9, grâce à des vélos soignés et sûrs ainsi qu'à une réservation pratique. Dans la plupart des villes, le quart d'heure coûte un euro dans le tarif de base. Pour les utilisateurs fréquents, il existe un abonnement mensuel à 10 euros, avec des prix plus avantageux.

2

Byke

(iOS 4,4 étoiles, Google 3,8 étoiles):

Le vélo en libre-service de la société berlinoise Wind Mobility fonctionne entièrement sans station. Les vélos peuvent être loués et garés partout dans la zone d'affaires. Grâce à l'"Internet des objets" (IoT), cela est censé fonctionner de manière particulièrement pratique, sans clé, ni argent liquide, ni pièce d'identité, ni caution. Les prix commencent à un euro pour 20 minutes. Toutefois, les "Bykes" sont beaucoup moins répandus en Allemagne que Nextbike ou Call a Bike. En outre, Warentest a critiqué la sécurité des vélos - et le fait qu'à ce jour, les conditions générales stipulent: "Vous êtes tenu de vérifier que le véhicule ne présente pas de défauts visibles avant de commencer votre voyage."

3

La République des ânes

(iOS 4,5 étoiles, Google 4.0 étoiles):

Si vous n'êtes pas un âne, empruntez un vélo. Sous cette devise, les Danois sont actifs dans plus de 50 villes européennes, dont Berlin, Freiburg, Regensburg et Landshut. Les prix varient d'une ville à l'autre. À Berlin, une demi-heure coûte 1,50 euro. Il est également possible de louer un vélo Donkey pendant 14 jours, par exemple. Inconvénients: Il y a des stations fixes pour l'emprunt et le retour. Et là encore, Warentest n'est pas satisfait de la sécurité et des freins - ce que les utilisateurs notent également dans les magasins d'applications.

4

Lime

(iOS 4,9 étoiles, Google 4,7 étoiles):

Le fournisseur californien envoie ses vélos, e-scooters et e-mopeds sur les routes de plus de 150 villes dans le monde. Parmi elles, 16 zones de location allemandes, de Cologne à Hambourg, de Francfort à Stuttgart. À Berlin et à Munich, Lime propose également les vélos électriques de la filiale d'Uber, Jump, qu'elle a acquise en 2020. Cependant, à un euro pour l'activation et 25 cents par minute, ils sont nettement plus chers qu'un vélo normal. Pour la location et le retour, il y a soit des stations fixes, soit des zones dans la ville, qui sont indiquées dans l'application. Avec Lime, Warentest critique également la sécurité des vélos. Les étoiles sont au top, mais la technologie des véhicules et le processus de retour sont parfois critiqués.

5

Swapfiets

(iOS 4,5 étoiles, Google 1,9 étoiles):

Le partage de vélos avec une différence - c'est ce que la société néerlandaise Swapfiets (traduisez: "échange de vélos") propose également en Allemagne. Les utilisateurs ne rendent pas les vélos avec la roue avant bleue typique après un tour, mais les louent pour une plus longue période. Si vous n'avez pas de vélo en ce moment, vous "échangez" votre vélo - et le fournisseur se charge des réparations éventuelles. Swapfiets apporte alors un nouveau vélo en remplacement. Cela fonctionne dans plus de dix villes allemandes, de Brême à Berlin en passant par Munich. Prix: De 16,90 euros par mois pour le vélo normal de Hollande à 99 euros pour un e-bike de transport. En outre, il y a une taxe unique de 19,50 euros au début de la période de location. Ainsi, pour quelques mois d'"échange", vous pouvez acheter un vélo raisonnablement en état de marche. Mais le vélo de location ne tombe pas en panne tout le temps. Et s'il est volé, les Néerlandais fournissent un remplacement pour une somme supérieure à 60 euros - mais seulement si l'utilisateur a correctement verrouillé les deux serrures.

6

Appeler un vélo

(iOS 2,1 étoiles, Google 2,1 étoiles):

Parmi les utilisateurs de l'application, le service de partage de vélos de la Deutsche Bahn n'est pas nécessairement le préféré. Mais grâce à des vélos sûrs, à une distribution dans toute l'Allemagne et à une protection décente des données, le service arrive en deuxième position derrière Nextbike avec une note de 2,3. Cependant, comme de nombreux utilisateurs, les testeurs critiquent les vélos parfois vétustes et peu soignés ainsi que les problèmes de location et de restitution via l'application. L'avantage incontestable est l'offre étendue à toute l'Allemagne avec plus de 16 000 vélos et maintenant aussi des vélos électriques dans plus de 70 villes. Dans le tarif standard avec une cotisation annuelle de trois euros, une demi-heure d'équitation coûte un euro. Appeler un vélo n'est ni cool ni branché, mais dans de nombreuses villes, c'est le moyen le plus simple et le plus rapide de se déplacer.

7

Obligation

(iOS 4,1 étoiles, Google 2,7 étoiles):

Le vélo en libre-service le plus rapide du monde vient de la Suisse, qui est censée être un pays tranquille. Et le numéro magique de Bond ("eBike on Demand") n'est pas 007, mais 45 ! Car c'est à cette vitesse que vont les S-pedelecs électriques, que l'entreprise des environs de Zurich propose désormais en Allemagne, d'abord à Hambourg et à Munich. 45 km/h, 50 kilomètres d'autonomie, 49 centimes par kilomètre - les chiffres sont impressionnants. Et le permis de conduire est obligatoire. Bien que le quotidien zurichois Tagesanzeiger parle de la "Ferrari parmi les vélos", il reste encore du temps pour la convivialité suisse. Selon le fournisseur, chaque vélo Bond est livré avec un "casque dans le panier". Ceci est également obligatoire. Et, selon les Bike-Bonds, qui s'appelaient autrefois "Smide": "Votre tête est votre capital - protégez-la !".

Vivez l'OutDoor by ISPO 2023
Nous nous réjouissons de vivre à nouveau avec vous l'esprit de l'OutDoor by ISPO en 2023. Save the date : du 04 au 06 au MOC - Event Center Messe München.
Share article
Topics in this article