Florian Pertsch
Author:
Florian Pertsch

Le TC Freisenbruch permet à ses membres de voter en ligne sur tous les sujets

Le premier club de football numérique allemand marque des points en Chine

Le club de district TC Freisenbruch n'est pas un club de 8ème division comme les autres. Chez les Essenois, les membres décident de tout en ligne - des transferts et du budget jusqu'à la formation. Dans une interview, les créateurs du premier club de football numérique allemand expliquent leur projet et expliquent comment ils veulent également décoller en Chine.

Peter Schäfer ist Trainer beim TC Freisenbruch.
Peter Schäfer ist Trainer beim TC Freisenbruch.

L'attaque est la meilleure défense. Une phrase qui est souvent utilisée, surtout dans le sport. Surtout lorsque les underdogs remettent les grands adversaires à leur place. Le club de football de la ligue régionale TC Freisenbruch prouve que cette devise peut aussi être interprétée dans les temps modernes.

Le club d'Essen était financièrement dos au mur et menaçait de devoir mettre la clé sous la porte. Mais au lieu de "mettre la clé sous la porte", Gerrit Kremer, Peter Schäfer et Peter Wingen ont décidé de "sortir le club de l'ornière grâce à une histoire folle".

Un club de la ligue régionale d'Essen invité à ISPO Beijing

Le trio a décidé que le TC Freisenbruch deviendrait le premier club numérique d'Allemagne où les supporters prendraient toutes les décisions - des transferts au budget en passant par la formation. Et ce, non pas lors des assemblées générales, mais en ligne - à tout moment !

Le trio explique dans l'interview ISPO.com comment cette démocratie numérique est mise en œuvre dans la réalité, quels processus d'apprentissage ont été suivis et comment le club de ligue régionale s'est finalement retrouvé à l'ISPO Beijing 2019.

Jedes zahlende Mitglied kann beim TC Freisenbruch seine Wunschaufstellung für die kommenden Spiele abgeben.
Jedes zahlende Mitglied kann beim TC Freisenbruch seine Wunschaufstellung für die kommenden Spiele abgeben.

Contrepartie vécue de la commercialisation

ISPO.com : Monsieur Kremer, vous êtes le directeur de l'agence Doppelpass et donc aussi l'un des trois associés gérants du TC Freisenbruch. Vous qualifiez vous-même la transformation en "premier club numérique d'Allemagne" d'histoire folle. Comment la décision a-t-elle été prise et quelles alternatives auraient été possibles ?
Gerrit Kremer (membre du conseil d'administration) : Pour être honnête, il n'y avait pas vraiment beaucoup plus d'idées sur la table. En revanche, la réflexion sur la numérisation existait déjà depuis un certain temps et, à ce moment-là, il nous a semblé que cette démarche audacieuse était effectivement la bonne.

Y a-t-il eu - surtout au début - des malentendus concernant le nouveau concept à Freisenbruch ?
Kremer : C'est arrivé de temps en temps. Nous avions aussi des journalistes sur place qui pensaient qu'il s'agissait d'un coup marketing unique. Au début, on nous a peut-être un peu souri, on nous a pris pour un jeu de gestion, mais avec un certain succès et l'attention, le vent tourne vite. En fin de compte, à l'heure de la commercialisation du football, nous sommes l'antithèse vécue de cette évolution.

Démocratie numérique du football en Ligue 8

Etiez-vous conscient de l'engouement qu'allait susciter la restructuration du TC Freisenbruch ?
Peter Wingen (conseiller) : Nous avons au moins un peu spéculé là-dessus. Mais nous n'aurions jamais pu imaginer que le TC Freisenbruch serait un jour invité à Pékin pour l'ISPO Beijing.

Kremer : Au niveau international, l'histoire a pris son envol lorsque le rédacteur en chef d'ESPN Europe est venu de Londres à Freisenbruch pour faire un reportage sur notre club. Nous avons ainsi reçu d'un seul coup de nombreux managers internationaux, de West Hollywood à l'Australie.

Comment en est-on arrivé à ce que le TC Freisenbruch étende ses tentacules vers la Chine ?
Wingen : L'impulsion décisive a été donnée par un article sur le club dans le pendant en ligne chinois du Kicker - "All Football". Au final, l'article a suscité cinq à six mille commentaires, que nous avons ensuite traduits à l'aide de Google-Translator. Les réactions ont été majoritairement positives. Certains ont toutefois signalé que le processus de paiement via PayPal ne fonctionnait pas en Chine et qu'une version anglaise de la page serait très utile. Ensuite, nous nous sommes rendus au forum chinois de la NRW Bank, où le feed-back était également très bon, et c'est alors que nous avons finalement reçu l'invitation de la Foire de Munich et pris la décision suivante : maintenant, nous partons à la conquête du marché chinois en tant que club de la ligue régionale !

L'entraîneur a obtenu un poste après consultation des membres

En vue de votre participation au salon, l'une des questions les plus pressantes est la suivante : le TC Freisenbruch a-t-il au moins reçu la bénédiction de ses responsables d'équipe pour effectuer ce voyage éprouvant en Chine ?
Peter Schäfer (entraîneur) : Je dois avouer que nous n'avons pas consulté nos managers d'équipe à ce sujet, mais nous leur avons fait part de l'offre d'ISPO au préalable. Les managers de l'équipe nous ont alors dit qu'il restait de l'argent dans le budget marketing et que nous devions l'utiliser pour le voyage. C'est ce qui a été voté. Je pense donc que nous avons la bénédiction de nos supporters (rires).

Monsieur Schäfer, en tant que coach, comment s'est déroulée l'entrée du TC Freisenbruch dans "l'ère numérique" ?
Schäfer : J'ai participé à toutes les planifications dès le début. Avant de démarrer réellement, il a fallu programmer et tester beaucoup de choses. Cela a facilement duré un an et demi. Et puis, les mécanismes de l'association ont joué en ma faveur. Au début, j'étais directeur sportif à Freisenbruch, mais après que nous ayons dû changer d'entraîneur, j'ai assuré l'intérim. Cela s'est directement si bien passé qu'on a voté pour savoir si je devais continuer en tant qu'entraîneur principal. C'était il y a environ 18 mois.

Mise en place par l'intelligence de l'essaim

En général, les transferts de joueurs se déroulent de la manière suivante : le club A négocie avec le club B, le joueur XY est transféré dans l'idéal. Comment se déroulent les nouveaux engagements à Freisenbruch ?
Schäfer : Tout d'abord, il y a beaucoup plus d'explications à donner, notamment à la nouvelle recrue potentielle. Nous sommes certes déjà bien connus dans la région d'Essen, mais le principe "la composition et aussi les transferts sont déterminés par les supporters" doit être expliqué à nouveau à chacun. Les réactions sont toutefois majoritairement positives et la curiosité est grande. Le bruit s'est répandu que chez nous, on joue devant plus de fans et qu'on vit un peu plus de choses que dans d'autres clubs.

Les votes, surtout sur Internet, peuvent aussi se retourner contre nous. Avez-vous déjà fait des expériences négatives à Freisenbruch avec votre approche de la démocratie numérique ?
Wingen : Au début, nous avions déjà quelques craintes, mais finalement, tout a été pris très au sérieux jusqu'à présent. D'une part, cela a certainement été favorisé par la cotisation et d'autre part par la masse des responsables d'équipe. Bien sûr, il y a parfois des gens d'autres clubs qui choisissent des bêtises lors de la composition des équipes, mais il ne s'agit vraiment que d'une ou deux personnes.

Kremer : Je pense que le thème de la composition est un bon exemple. Peter donne des notes après chaque entraînement et une recommandation de composition avant un match. Les managers d'équipe peuvent suivre ou non cette recommandation. Beaucoup de nos joueurs considèrent cependant que le processus de vote est nettement plus juste, car ce n'est pas une personne, c'est-à-dire l'entraîneur, qui vote, mais les plus de 600 managers, ce qui permet de compenser les préférences individuelles. Et même pour le prix de la bière, un montant pas trop bas a été exigé afin que le club puisse gagner suffisamment d'argent.

"Les Chinois sont fascinés par notre projet"

Comment définiriez-vous vos objectifs pour ces journées en Chine ?
Schäfer : Notre objectif principal est d'attirer l'attention sur notre projet. De gagner quelques nouveaux managers d'équipe et de comprendre comment les fans de football se déplacent en Chine. Mais en fin de compte, nous ne pouvons que gagner à ce voyage.

Wingen : Les Chinois sont très fascinés par notre projet.

Outre le TC Freisenbruch, des clubs de la Bundesliga de football étaient également invités à l'ISPO Beijing. Quelle est la relation avec les grands clubs allemands ?
Wingen : Les mascottes des clubs s'entendent déjà très bien, mais je pense que les clubs de la Bundesliga trouvent déjà un peu exotique ce que nous faisons ici.

Schäfer : Tout se passe de manière très collégiale. Nous avons eu quelques discussions, nous nous connaissions déjà en partie grâce à des manifestations en Allemagne, et les clubs trouvent que ce que nous avons mis en place avec Freisenbruch est plutôt bien.

Sans WeChat, rien ne va plus en Chine

Que peuvent vous apprendre les clubs de Bundesliga en Chine ? Et y a-t-il quelque chose que les clubs professionnels peuvent apprendre d'un club de ligue régionale ?
Wingen : Dans le domaine des médias sociaux, par exemple WeChat, nous avons reçu beaucoup d'informations utiles de la part de nos collègues. Je pense qu'à l'inverse, les clubs de Bundesliga peuvent encore apprendre quelque chose de nous, notamment en ce qui concerne l'intégration des fans.

Kremer : Chez nous, le fan ne se contente pas de payer une cotisation et c'est tout. Nous offrons une valeur ajoutée extrême, un lien avec le club, et je pense que c'est ce qui rend notre projet si attractif.

Pour terminer, peut-être un petit bilan de votre planification en amont du salon. Qu'est-ce qui s'est bien passé, où auriez-vous pu investir un peu plus de temps et de ressources ?
Kremer : Nous avons fait imprimer des flyers supplémentaires en chinois, les bannières ici sur le stand ont également été traduites pour le public chinois. Et heureusement, plusieurs personnes nous ont déjà confirmé que les textes étaient correctement traduits. Une erreur a été d'imprimer le code URL sur les flyers. Ici, le code QR WeChat aurait été une solution plus judicieuse. D'une manière générale, nous avons appris à utiliser WeChat, WeChat et WeChat. Tout doit être connecté à WeChat, tout a été scanné sur notre stand avec WeChat - sauf peut-être mon visage. Néanmoins, je dois dire que pour nos modestes moyens, presque tout s'est déroulé sans problème jusqu'à présent, et nous pouvons être très satisfaits.

Share article
Florian Pertsch
Author:
Florian Pertsch