Author:
Oliver Knoch

Réparer ou ne pas réparer ? Ce n'est pas (plus) une question

La réparation de vêtements, de chaussures et d'accessoires n'est pas une offre révolutionnaire dans le secteur du sport et de l'outdoor. Mais plus l'accent est mis sur la durabilité et l'économie circulaire, plus les marques et les détaillants proposent des services de réparation - et font ainsi le bonheur de leurs clients*.

Chez Rab et Lowe, les vêtements sont réparés

Des sweatshirts anciens, des shorts de trail running, des chaussures, des sacs de voyage, des sacs à dos ... La liste des produits que les visiteurs* ont pu découvrir à l'OutDoor by ISPO au Worn Wear Tiny House de Patagonia est presque plus longue que la liste des exposants du salon. "Nous avons rendu quelques personnes heureuses ici", dit Mick Austermühle. Depuis 2013, Patagonia parcourt toute l'Europe avec ses réparations Worn Wear et visite des salons, des événements et des festivals. "Beaucoup nous apportent leur pièce préférée, à laquelle sont attachés de précieux souvenirs".

Le Country Manager Germany & Austria de Patagonia décrit ainsi le plus grand avantage des services de réparation pour les marques : la fidélisation des clients. En effet, peu de choses sont aussi chargées d'émotions positives qu'un objet qui a accompagné celui ou celle qui le porte dans d'innombrables aventures. Une marque qui sauve la vie de ce morceau de mémoire matériel s'inscrit profondément dans le cœur de son propriétaire*.

Il n'est donc pas étonnant que la publicité s'en fasse régulièrement l'écho. Ainsi, la marque Fjällräven par exemple sur l'histoire d'un sac à dos vieux de 43 ans, Deuter a même consacré toute une campagne aux pièces préférées sous #deuterforever. Contexte : en 2020, Deuter a effectué 2.185 réparations rien qu'en Allemagne.

Mammut a également publié des chiffres sur son service de réparation, que la marque suisse propose déjà depuis 1992. Dans le monde entier, Mammut répare environ 16.000 produits par an. D'une part dans ses deux ateliers de réparation en Allemagne et en Suisse, d'autre part par le biais d'un réseau bien établi d'ateliers de réparation locaux et de fournisseurs tiers. Le remplacement des fermetures éclair est la réparation la plus fréquente. "Si l'on compare l'impact environnemental de la réparation d'articles à celui de l'achat de produits neufs, nos ateliers économisent chaque année près de 375 000 kg de CO2 et 3 000 000 de litres d'eau", peut-on lire dans le Rapport de durabilité de Mammut.

La culture du jetable évolue

La réparation est à la mode depuis longtemps : en 2009, Martine Postma a organisé à Amsterdam le tout premier Repair Café. Depuis, il en existe près de 2800 dans le monde entier, où les gens se réunissent pour remettre en état des objets qui n'ont généralement plus de valeur matérielle. La conscience écologique croissante et la sensibilité accrue à l'égard des ressources ont soutenu cette évolution. Les quelque 96.000 instructions de réparation publiées sur la plate-forme "ifixit" en sont la preuve. ifixit.com On y trouve de tout, du four à micro-ondes défectueux à la doudoune déchirée. Certaines marques de sport, comme VAUDE, y mettent également des tutoriels à disposition.

Presque toutes les marques participent

Pour certaines réparations, notamment celles des chaussures et des textiles, les consommateurs* atteignent rapidement leurs limites. Soit ils ont besoin d'outils ou de matériel spéciaux, soit ils manquent tout simplement d'expérience. C'est pourquoi de plus en plus d'entreprises proposent des réparations après la garantie, à des conditions différentes. Selon une étude récente de l'European Outdoor Group, présentée à l'OutDoor by ISPO 2023, presque toutes les 69 marques interrogées proposent déjà des services de réparation dans leur programme (76 %) ou prévoient de le faire (19 %). Les quelques marques qui se sont montrées négatives à l'égard des réparations l'ont généralement justifié par les coûts ou la logistique compliquée.

Services de réparation - 5 avantages pour les marques

  1. Fidélisation de la clientèle : les clients qui font réparer leurs vêtements ont un lien émotionnel avec les produits et sont plus susceptibles de renouveler leurs achats auprès de l'entreprise.
  2. Durabilité : les services de réparation prolongent la durée de vie des produits. Cela réduit la consommation de ressources et l'impact sur l'environnement.
  3. Différenciation : dans le secteur très concurrentiel du sport, le fait d'offrir ou de refuser des services de réparation peut constituer un avantage ou un désavantage concurrentiel.
  4. Source de revenus supplémentaires : Si une entreprise fait bien la promotion du service et se forge une bonne réputation, les services de réparation peuvent générer des revenus supplémentaires.
  5. Image et réputation : une entreprise qui propose des services de réparation est perçue comme étant soucieuse de la qualité, de la responsabilité et de l'orientation client.

Les commerçants utilisent eux aussi les offres de réparation pour fidéliser la clientèle et stimuler les ventes - et cela vaut même pour les commerçants exclusivement en ligne. Selon rapport eCommerce de creativestyle près de 50 % des plus grandes boutiques en ligne allemandes du secteur du sport et de l'outdoor proposent déjà ce service.

Et cela en vaut la peine, comme le montre le "Konsummonitor Nachhaltigkeit : Reduce, Reuse, Recycle, Repair (Moniteur de la consommation durable : réduire, réutiliser, recycler, réparer)." montre. Selon l'étude réalisée par l'IFH de Cologne à la demande de la fédération du commerce HDE, le volume des dépenses pour les services de réparation de produits non alimentaires en Allemagne est passé de 3,3 milliards d'euros en 2019 à 3,7 milliards d'euros en 2022 (extrapolation). Cela correspond à un taux de croissance annuel moyen de 3,0 %. Les prestations de réparation de vélos ont connu une évolution particulièrement forte.

Services de réparation - 5 avantages pour les commerçants

  1. Fidélisation de la clientèle : les clients* qui peuvent faire réparer leurs produits défectueux se sentent valorisés et bien pris en charge. Il en résulte une plus grande fidélisation de la clientèle et une image positive du détaillant.
  2. Augmentation du chiffre d'affaires : les services de réparation payants entraînent directement une augmentation du chiffre d'affaires. En outre, ils peuvent influencer le fait que les clients* choisissent délibérément ce détaillant, car ils apprécient la commodité et la fiabilité d'un service de réparation.
  3. Différenciation : dans le secteur très concurrentiel du sport, le fait d'offrir ou de refuser des services de réparation peut constituer un avantage ou un désavantage concurrentiel.
  4. Circulation des clients et ventes croisées : les clients* qui apportent leurs produits pour réparation doivent entrer dans le magasin ou consulter la boutique en ligne et peuvent effectuer d'autres achats pendant ce temps. Cela offre aux détaillants des options de vente croisée.
  5. Image et réputation : les détaillants qui proposent des services de réparation sont perçus comme étant soucieux de la qualité, de la responsabilité et de l'orientation client.
Le stock chez Jack Wolfskin

Le nombre de pièces réparées est encore raisonnable et relativement facile à négocier pour les marques. Mais avec une plus grande acceptation, cela va changer et une professionnalisation des processus sera nécessaire. C'est pourquoi Equip Outdoor, avec les marques Rab et Lowe Alpine, a déjà ouvert quatre centres de service au Canada, aux États-Unis, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. L'entreprise y propose également un "second point", où seuls des tissus et des matériaux de coupe recyclés sont utilisés pour les réparations. Cela permet d'économiser encore plus de ressources et les tissus et garnitures parfois contrastés font définitivement des pièces préférées des pièces absolument uniques.

Patagonia ne répare pas seulement ses vêtements à l'OutDoor by ISPO, mais aussi, depuis 2022, en collaboration avec d'autres entreprises textiles, au sein de l'"OutDoor by ISPO". United Repair Center (URC) à Amsterdam - un projet qui permet notamment à des personnes socialement défavorisées de travailler. Willem Swager, directeur des finances et des opérations EMEA chez Patagonia, déclare : "Le secteur textile a besoin d'un changement structurel. C'est pourquoi nous appelons à encourager la réutilisation et le port prolongé des vêtements grâce à la réparation et au recyclage. Il doit devenir normal pour davantage de marques de proposer cela comme un service et de le considérer comme faisant partie de leur activité normale". Ou, comme le dit la page d'accueil de l'URC : "Repair is the new cool !"

Share article
Author:
Oliver Knoch