Image credit:
Naja Bertolt Jensen/Unsplash.com
Image credit:
Naja Bertolt Jensen/Unsplash.com
Durabilité/07/09/2024

Microplastiques : comment les textiles menacent l'environnement et ce que nous pouvons faire pour y remédier

We need your consent to enable the rating function!

This feature is only available when corresponding consent is given. Please read the details and accept the service to enable rating function.

Évaluer
Bookmark

Les microplastiques sont omniprésents et deviennent une menace croissante pour notre environnement et notre santé. L'industrie industrie textile est l'une des principales sources de microplastiques. Les fibres des textiles, réduites à de minuscules particules, polluent notre environnement et nuisent à la santé de nombreux organismes. Quelles sont les fibres les plus problématiques et que peuvent faire les entreprises de l'industrie du sport et de l'outdoor pour fabriquer leurs produits de manière à émettre moins de microfibres ?

  • Omniprésence des microplastiques : les microplastiques sont présents dans tous les environnements, des eaux aux tissus humains.

  • Principal responsable : l' industrie textile, et plus particulièrement les fibres synthétiques, sont les principales sources de microplastiques.

  • Causes de la fragmentation des fibres : la torsion du fil, la longueur des fibres et le traitement de surface influencent l'émission de microfibres.

  • Défis pour les fibres naturelles : Les fibres naturelles ne sont pas automatiquement plus écologiques, car les traitements chimiques rendent leur dégradation plus difficile.

  • Des solutions innovantes : De nouveaux matériaux et procédés, comme Polartec® Shed Less Fleece et Polygiene ShedGuard, réduisent la perte de fibres.

Les microplastiques sont désormais partout

"Partout où les chercheurs cherchent des microplastiques, ils en trouvent", explique Elliot Bland, chercheur au sein de The Microfibre Consortium (TMC), lors de son intervention au dernier OutDoor by ISPO. L'ONG étudie, en collaboration avec l'Université de Leeds et avec le soutien de l'European Outdoor Group (EOG), comment l'industrie textile peut contribuer à réduire la production de microplastiques.

Selon une définition de la National Oceanic and Atmospheric Administration, les microplastiques désignent de petites particules de plastique d'un diamètre inférieur à cinq millimètres. Bien que nous connaissions les microplastiques principalement par nos rivières, nos lacs et nos mers, la plupart d'entre eux ne proviennent pas de là, mais se forment sur terre et s'accumulent dans les eaux. Mais on en trouve aussi dans d'autres endroits : Dans les échantillons de glace arctique et antarctique, dans l'eau, dans l'air, dans les animaux terrestres et marins, dans les organes et les tissus humains. Partout, il n'a pas sa place, car les particules pénètrent dans la chaîne alimentaire humaine et animale par le biais des eaux et des organismes qui y vivent, nuisant ainsi non seulement aux organismes individuels, mais menaçant des écosystèmes entiers.

L'industrie textile est à l'origine d'une grande partie des microplastiques

Il existe de nombreuses sources de microplastiques : on les trouve dans les cosmétiques et les produits de nettoyage, ils sont produits par l'usure des pneus, par les filets de pêche ou par la décomposition des déchets plastiques. Des recherches ont toutefois révélé qu'il existe une source principale de microplastiques : Les textiles. La majeure partie de ces particules sont des fragments de fibres textiles. Selon les extrapolations d'une étude de l'Union internationale pour la conservation de la nature, 35 % des microplastiques présents dans la mer proviennent en fait de l'abrasion des fibres des textiles synthétiques. "Ces microfibres sont produites lors du lavage, dans la machine à laver, mais aussi pendant la production, lors du filage, du tissage, de la teinture - en fait, à chaque étape de la fabrication des textiles", explique Bland. Il s'intéresse donc à la manière dont les tissus et les fils doivent être conçus à l'avenir afin de réduire la perte de fibres - qui signifie d'ailleurs aussi une perte de qualité du produit. Pour y parvenir, le "The Microfibre 2030 Commitment" a été créé avec des entreprises coopérantes de toute l'industrie du sport, de l'outdoor et de la mode. Tous les signataires s'engagent à travailler en tant que collectif mondial pour réduire à zéro l'impact de la fragmentation des fibres textiles sur l'environnement naturel d'ici 2030.

Le Material Lab de l'OutDoor by ISPO 2024 a présenté de nombreux matériaux biosourcés issus de déchets et de ressources naturelles.
Image credit:
Messe München GmbH

Causes de la fragmentation des fibres

Un total de 827 tissus provenant de 241 fabricants de tissus ont déjà été testés en termes de perte de fibres selon une méthode de mesure uniforme. Les premiers résultats se dessinent déjà. On sait par exemple que les fils de filaments* émettent moins de fibres que les fibres discontinues**, tout comme les fils à torsion plus élevée par rapport aux fils à torsion lâche. On sait également que les surfaces de tissu rugueuses ou brushées perdent davantage de fibres et que la perte de fibres augmente fortement à mesure que le processus est répété. TMC a également constaté que les tissus en polyester recyclé ne sont pas plus sensibles à la fragmentation des fibres que les tissus comparables en polyester neuf. En principe, de nombreux facteurs différents influencent la fragmentation des fibres : outre la longueur des fibres et la torsion du fil, la composition chimique, la résistance mécanique de la fibre, la construction du tissu et l'ennoblissement chimique. "Nous avons besoin de solutions à ce sujet", explique Bland, qui ne veut pas dire que certaines fibres ou substances doivent être interdites de manière générale à l'avenir. "Si nous constatons que les fils continus perdent moins de fibres que les fibres discontinues, nous ne pouvons pas simplement arrêter le traitement des fibres discontinues, nous devrions alors renoncer à toutes les fibres naturelles. Cela n'a évidemment aucun sens".

Les fibres naturelles ne sont pas fondamentalement meilleures que les fibres chimiques

Il y a encore une autre constatation importante sur laquelle TMC souhaite attirer l'attention : Les fibres naturelles ne sont pas intrinsèquement meilleures que les fibres chimiques. Pendant longtemps, on a pensé que les fibres naturelles, parce qu'elles sont d'origine naturelle, ne polluaient pas autant l'environnement que les fibres chimiques à base de pétrole. On pensait que les fibres naturelles comme le coton ou la laine se biodégradent plus rapidement que leurs homologues synthétiques et qu'elles sont donc moins durables et moins persistantes dans l'environnement. Mais ce n'est pas si simple. "Les fibres naturelles se retrouvent également dans l'environnement et y restent longtemps. Cela est dû aux nombreux processus chimiques que subissent les fibres naturelles et qui font qu'elles ne se dégradent pas non plus", explique le chercheur. "Cela n'a donc aucun sens de faire une distinction entre les deux types de fibres. La teinture de matières naturelles à base de plantes et l'application de différents apprêts peuvent également empêcher la dégradation. Des études ont montré que le coton teinté naturellement, par exemple, contient nettement plus de cire végétale que le coton traditionnel, ce qui ralentit le processus de dégradation.

Biodégradabilité et fragmentation des fibres

Faire confiance aux matériaux biodégradables n'est pas (encore) une solution au problème pour plusieurs raisons, même si l'industrie développe aujourd'hui de plus en plus de fibres synthétiques qui sont biodégradables. D'une part, la biodégradabilité dépend des conditions appropriées pour chaque type de matériau. Cela signifie que toutes les fibres déclarées biodégradables ne le sont pas forcément dans les mêmes conditions. Il existe par exemple de grandes différences entre les conditions de compostage industriel et celles de compostage domestique. Bien sûr, il ne viendrait à l'idée de personne de composter son T-shirt dans son propre jardin, mais en fin de compte, c'est exactement ce qui se passe dans tous les pays qui n'ont pas une gestion des déchets qui fonctionne. D'autre part, la biodégradabilité ne dit pas encore quelles substances sont libérées lors du processus de dégradation et comment celles-ci agissent dans les différents milieux terrestres et aquatiques. "Les questions de la biodégradabilité et de la fragmentation des fibres sont toutes deux complexes en soi, et si on les superpose pour créer des solutions sans regret, des travaux supplémentaires sont nécessaires pour garantir qu'aucun problème majeur de durabilité ne soit créé", écrit TMC dans une déclaration officielle.

Nouvelles constructions en tissu et nouveaux apprêts

Il est donc tout aussi important de chercher des moyens de rendre les fibres et les tissus plus robustes et de libérer moins de fragments. Pour ce faire, l'industrie a déjà présenté ses premiers concepts. Ainsi, le fabricant de tissus Polartec - après tout l'inventeur de la polaire - a présenté en 2023 sa Polartec® Shed Less Fleece. Shed Less est un procédé qui combine la conception du fil, le tricotage, la chimie et la production afin de réduire de 85 % en moyenne le détachement des fragments de fibres dans le linge de maison. Le premier tissu à bénéficier de cette nouvelle technologie est le Polartec® 200 Series Fleece. Polartec a également développé de nouveaux processus dans ses usines afin de réduire la dispersion des fragments de fibres. Il s'agit notamment de l'installation de systèmes de vide et de filtration pour toutes les machines de finition de surface et de l'upcycling de tous les déchets de tissu récupérés pour les réutiliser dans d'autres produits. Dès 2018, l'entreprise a introduit Polartec Power Air, conçu pour emprisonner les fibres dans des poches d'air, c'est-à-dire entre deux couches de tissu.

Polartec® Shed Less réduit en moyenne de 85 % le détachement des fragments de fibres dans le linge de maison.
Image credit:
Polartec

L'équipementier textile Polygiene travaille sur une méthode chimique permettant de réduire la fragmentation des fibres. En novembre 2023, Polygiene a présenté son nouveau projet d'innovation Polygiene ShedGuard à l'ISPO Munich. Il a été développé pour minimiser la perte de microfibres et améliorer la résistance du tissu au lavage. Avec Polygiene ShedGuard, un film de polymères entoure les faisceaux de fibres. Il empêche les fragments de se séparer de la structure du tissu, de se fendre et de se déchirer. Selon Polygiene, ce procédé réduit la perte de microfibres jusqu'à 70 %. C'est pourquoi la technologie a été désignée meilleur produit dans la catégorie "Performing Finishes" et a reçu l'ISPO Textrends Award 2025/26. ShedGuard est encore en phase de test.

Les fabricants de lave-linge sont également à l'origine de nouveaux développements. Ainsi, Samsung a développé en 2023, en collaboration avec Patagonia, un filtre externe qui réduit le rejet d'émissions de microfibres dans les eaux usées. Le filtre peut être acheté séparément et installé ultérieurement.

Samsung a développé en collaboration avec Patagonia un système de filtration pour le lave-linge.
Image credit:
Samsung

Pratique de lavage respectueuse des fibres et formations industrielles

Les consommateurs* peuvent également contribuer à ce que leurs produits perdent moins de fragments de fibres. Ainsi, TMC a découvert que les lessives liquides sont meilleures que les lessives en poudre, que les machines à laver économes en eau sont meilleures que celles qui consomment beaucoup d'eau et que les charges de lavage pleines produisent moins de fibres cassées que les machines à laver à moitié pleines. Les filtres spéciaux en microfibres sont également utiles, à condition qu'ils soient nettoyés régulièrement et que les fibres soient éliminées correctement. Mais "il est encore trop tôt pour faire des déclarations détaillées à ce sujet", dit Bland.

En fin de compte, toute la recherche sur les microfibres et leur impact sur notre environnement n'en est qu'à ses débuts. Même TMC, qui a lancé en 2021 'The Microfibre 2030 Commitment', n'est entré qu'en 2024 dans la phase de "développement d'une compréhension des causes". Et il n'existe toujours pas de norme uniforme mondialement reconnue pour mesurer la fragmentation des fibres, ce qui rend difficile la comparaison des résultats de recherche. La bonne nouvelle, c'est que le problème a été reconnu et que de plus en plus d'entreprises s'y intéressent. TMC aussi partage déjà ses connaissances dans le cadre de formations pour l'industrie et de webinaires publics.

Topics in this article