7

Days, 7 Good News : Le vrai Mo Farah & l'arbitrage avant le Qatar

LISTICLE | 07/13/2022
Bild mit der Aufschrift Good News
Author:
Antonia Wille

Nous pensons que c'est une bonne nouvelle : De temps en temps, il faut de bonnes nouvelles. Surtout dans le domaine du sport. Dans nos Good News, nous te servons chaque semaine sept nouvelles qui font battre notre cœur de sportif - et le tien aussi, nous l'espérons. Parce que ces nouvelles sont amusantes. Elles sont tournées vers l'avenir. Parce qu'elles montrent de nouvelles tendances. Parce qu'elles apportent une touche d'absurdité dans un monde bien trop sérieux. Ou tout simplement parce qu'elles apportent de la joie. L'essentiel, c'est la bonne humeur, telle est notre devise dans ce format d'actualités.

Et nous nous y mettons sans tarder, avec Mo Farah qui fait table rase de son passé, un arbitre qui fait son coming out malgré une forte homophobie dans son pays d'origine et une famille qui gère ensemble son transfert au FC Bayern.

1

Succès au tribunal pour Claudia Pechstein

Après plus de dix ans de bataille juridique, Claudia Pechstein obtient enfin un grand succès. Soupçonnée de dopage, la patineuse de vitesse avait été suspendue pendant deux ans et avait demandé des dommages et intérêts ainsi qu'un dédommagement. La suspension de Pechstein avait été contestée en raison de la découverte d'une anomalie sanguine héréditaire qui pourrait expliquer les valeurs sanguines élevées lors du contrôle antidopage. Aujourd'hui, la quintuple championne olympique a obtenu gain de cause à la surprise générale devant la Cour constitutionnelle fédérale et souhaite porter l'affaire devant le tribunal civil. "J'ai été humiliée et exécutée publiquement", a déclaré Pechstein après le jugement. Selon elle, c'est un soulagement incroyable de pouvoir maintenant porter plainte devant un tribunal. Nous espérons pour elle qu'elle pourra bientôt clore complètement ce chapitre.

2

Mo Farah fait table rase du passé

Mohamed Farah a permis à la Grande-Bretagne de remporter quatre médailles d'or olympiques en course de fond tout en devenant l'un des athlètes les plus connus au monde. Aujourd'hui, Farah fait table rase de son identité et de son passé. Dans un documentaire de la BBC, il a indiqué qu'il s'appelait en réalité Hussein Abdi Kahin. À l'âge de neuf ans, il a été déporté de Somalie vers l'Europe sous un faux nom et a vécu dans des conditions proches de l'esclavage. Pourquoi, après toutes ces années, rend-il cela public ? Comme modèle pour ses enfants. "En tant que parents, on apprend à ses enfants à être honnêtes", dit-il. Pour nous, c'est clairement une bonne nouvelle - et aussi le fait que la vie de Farah ait pu évoluer positivement grâce au sport.

Bulletin d'information éditorial ISPO
Où le secteur de l'outdoor partira lui-même à la découverte en 2018.
Le courage de prendre des risques, de partir à l'aventure ou tout simplement d'emprunter de nouvelles voies : Dans notre newsletter éditoriale ISPO - Perspectives of Sports & Outdoor, nous te présentons une fois par mois des aperçus passionnants du monde du sport. Inscrivez-vous maintenant !
3

Les appels à l'égalité salariale pour les joueuses se multiplient

Equal Pay pour les joueuses de l'équipe nationale, c'est ce qu'a demandé Olaf Scholz sur Twitter avant le coup d'envoi du match du premier tour de l'Euro de l'équipe nationale féminine allemande. Les hommes et les femmes devraient enfin être payés de la même manière, l'Espagne, l'adversaire de ce soir-là, étant un exemple à suivre. Depuis fin 2019, il existe là-bas une convention collective incluant la protection de la maternité. Et récemment, la joueuse de l'équipe nationale Lina Magull a déclaré au journal Bild : "Nous devrions gagner tellement bien à partir de la deuxième division que plus personne ne devra aller travailler à côté". Le chemin est encore long pour y parvenir - mais un dialogue soutenu sur l'Equal Pay chez les joueuses pourrait être le début.

4

L'outing d'Igor Benevenuto contre l'homophobie au Brésil et au Qatar

L'arbitre brésilien de la Fifa Igor Benevenuto a fait son coming out. En soi, c'est déjà courageux et c'est quelque chose que tout le monde n'ose pas faire dans le monde du sport. Mais à cela s'ajoute le fait qu'au Brésil, les meurtres d'homosexuels font régulièrement la une des journaux. De plus, il est pressenti pour être arbitre vidéo au Qatar, un pays également connu pour son homophobie. C'est pourquoi nous tirons notre chapeau à Benevenuto pour avoir donné l'exemple dans ce domaine. "J'ai passé ma vie à me sacrifier pour me protéger de la violence physique et émotionnelle de l'homophobie", a déclaré l'homme de 41 ans dans un podcast. "Je veux pouvoir gérer des relations, je veux être arbitre en paix", ajoute Benevenuto.

5

L'ascension de Mick Schuhmacher

Tel père, tel fils : pour Mick Schuhmacher, le fils de Michael Schuhmacher, les premiers succès se profilent. Les fans de Formule 1 l'ont élu "pilote du jour" après la course de Spielberg. Pour la deuxième fois consécutive dans les points, avec en plus une performance de conduite toujours meilleure. Avec la sixième place, il a atteint un nouveau record dans sa carrière. Il a déclaré à Sky : "Je suis très heureux avec la voiture et nous continuons à nous rapprocher des meilleures équipes". Nous sommes impatients de voir ce que nous verrons de lui à l'avenir.

6

Alexandra Föster : Tout pour la première place

Gagner la Coupe du monde à 20 ans, ce n'est pas donné à tout le monde*. Alexandra Föster a surpris tout le monde (et probablement aussi elle-même) en décrochant la première place en aviron en ligne à Lucerne. Et cette place, elle l'a obtenue de haute lutte. En effet, elle a malheureusement manqué la cérémonie de remise des prix parce qu'elle était chez le médecin en raison d'un malaise. "Je ne me suis pas ménagée et j'ai tout donné", a-t-elle déclaré à ce sujet. Mais cela en valait la peine pour elle : "C'était génial. Pendant la course, je ne me suis concentrée que sur moi et je n'ai même pas remarqué que j'étais devant", a déclaré Föster à propos de sa victoire. Alors, félicitations !

7

En famille au FCB

Un transfert plutôt inhabituel : dans la famille Hentcho Nseke, les trois fils et le père rejoignent le FC Bayern. Comment cela se fait-il ? Au départ, le club ne voulait faire venir que le fils de 14 ans, Aristide, de Mayence à Munich - il est considéré comme un talent exceptionnel sur le terrain. Mais les parents ont insisté pour que la famille reste ensemble et c'est ainsi qu'Aviel, 12 ans, et Alex, 9 ans, ont également été engagés. Et le père travaillera lui aussi à l'avenir pour le FCB dans le cadre de la promotion des talents. Un pas de géant pour toute la famille. Alex écrit à ce sujet sur Instagram : "Un nouveau chapitre commence. Je suis reconnaissant et me réjouis de cette nouvelle aventure".

Share article
Author:
Antonia Wille
Topics in this article