7

Days, 7 Good News : tristesse, larmes et triomphe

LISTICLE | 04/06/2022
7 jours, 7 bonnes nouvelles : une victoire héroïque au Tour-de-France, un lavage de tête pour les ignorants du bonnet de bain et un club de football qui prend position contre le racisme.
Author:
Antonia Wille

Nous trouvons : De temps en temps, il faut de bonnes nouvelles. Surtout dans le domaine du sport. Dans nos Good News, nous te servons chaque semaine sept nouvelles qui font battre notre cœur de sportif - et le tien aussi, espérons-le. Parce que les nouvelles sont amusantes. Elles sont tournées vers l'avenir. Parce qu'elles montrent de nouvelles tendances. Parce qu'elles apportent une touche d'absurdité dans un monde bien trop sérieux. Ou tout simplement parce qu'elles apportent de la joie. L'essentiel, c'est la bonne humeur, telle est notre devise dans ce format d'actualités. Et nous nous y mettons tout de suite. Avec une victoire d'Oxford dans l'aviron traditionnel, la première secrétaire générale de la DFB et un héros de la Formule 1 qui avoue sa faiblesse.

1

Après 122 ans : Heike Ullrich, première secrétaire générale de la DFB

Il aura fallu attendre plus d'un siècle pour qu'une femme devienne la première secrétaire générale de la Fédération allemande de football. Après un peu plus d'un an de fonctions provisoires, Heike Ullrich prend officiellement le relais. Cette économiste du sport diplômée de 52 ans travaille depuis 1996 pour la DFB et s'engage entre autres pour le football féminin et le football des filles. Elle souhaite "un enthousiasme évident pour le football dans son ensemble, la reconnaissance et l'estime, où aucune différence n'est faite entre le football masculin et le football féminin, mais où les deux sont considérés comme une offre attrayante et exigeante". Nous ne pouvons qu'approuver avec enthousiasme!

2

Courez pour les jeunes âmes lourdes

Les personnes tristes peuvent se vider la tête en courant. Voici donc une course qui devrait libérer de nombreuses têtes de la tristesse et du chagrin. En mai, la Fondation Nicolaidis Young Wings lance un appel à soutenir ses offres pour les groupes de soutien aux personnes en deuil par le biais d'un défi sportif de charité. La fondation s'est donné pour mission d'aider justement les jeunes endeuillés dans leur détresse et de soulager ainsi les jeunes âmes lourdes. Du 1er au 31 mai, les coureurs individuels, les entreprises ou les groupes peuvent y participer. Ils doivent courir, compter les kilomètres parcourus, poster leurs performances et bien sûr collecter des dons. L'année dernière, plus de 24.000 kilomètres de course ont été collectés - sous le patronage de la légende du ski Hilde Gerg, il est possible de faire un peu plus cette année, n'est-ce pas?

3

Darling, it's Oxford

Quelle tradition extraordinaire : sur la Tamise londonienne, les rameurs des universités de Cambridge et d'Oxford ont à nouveau mis leurs bateaux à l'eau pour la traditionnelle Boat Race. Même le public était admis, we are very pleased. Qui a gagné dans ce duel qui a lieu depuis près de 200 ans ? Darling, it's Oxford - pour la 81e fois au total, réduisant ainsi l'écart avec Cambridge, 85 fois vainqueur. Chez les femmes, en revanche, ce sont les rameuses de Cambridge qui l'ont emporté, loin devant avec 46 victoires contre 30.

4

763 jours sans fin, mais c'est fini

C'était 763 jours. Ou 18.312 heures. Ou 1.098.720 minutes. Soit, en tout et pour tout, une éternité pendant laquelle le Borussia Dortmund n'a pas pu remplir le plus grand stade de football d'Allemagne. Mais maintenant, le lock-out des fans de football est terminé. Et parce qu'à Dortmund et dans toutes les autres villes de football d'Allemagne, les fans avaient vraiment envie de voir jouer leur équipe, le week-end de football passé s'est transformé en un spectacle unique. Le fait que les 81 365 personnes présentes à Dortmund aient assisté à une victoire de Leipzig à l'extérieur a dû leur faire un peu mal. Mais nous disons quand même : You never walk alone!

5

Un héros honnête de la Formule 1

Une égratignure ou une bosse ne sont pas honteuses, Lewis Hamilton. Et une telle franchise est le signe d'une grande force : la psyché du recordman du monde de Formule 1 semble avoir subi quelques heurts à cause de la concurrence permanente. Avec une honnêteté admirable, Hamilton a écrit qu'il était parfois difficile pour lui de rester positif. "Je fais face depuis longtemps à mentaux et émotionnels, c'est un gros effort de continuer, mais nous devons continuer à nous battre, nous avons tellement de choses à faire et à accomplir", a écrit l'homme de 37 ans. Keep fightin'!

6

Après la chimiothérapie, vers la vice-championne

Vos performances sportives ont toujours été exceptionnelles. Il est difficile d'aller plus loin en disant que la natation. La championne paralympique Elena Semechin vient de réussir. La nageuse malvoyante de 28 ans, qui a remporté la médaille d'or à Tokyo sous son nom de naissance Krawzow, s'est vu diagnostiquer une tumeur au cerveau après sa victoire. Celle-ci a certes été enlevée chirurgicalement depuis novembre, mais la Berlinoise suivait encore une chimiothérapie il y a quelques jours. Elle a tout de même sauté dans le bassin pour la compétition lors des championnats d'Allemagne. Sur cent mètres de brasse, Semechin est devenue vice-championne d'Allemagne - au vu de cette histoire de maladie, c'est l'un des plus grands succès sportifs jamais réalisés.

7

L'entraînement sportif chasse le chagrin et les soucis

"Nous étions aussi paresseux que des ratons laveurs", disait le grand-père publicitaire que le gouvernement fédéral avait engagé dans sa stratégie de relations publiques pour un Corona-Lockdown aussi conséquent que possible. Dans le spot publicitaire, c'était drôle - en réalité, ce n'est pas vraiment le cas. Si vous n'êtes toujours pas convaincu que trop d'inertie rend globalement paresseux, Asics vient de vous le dire noir sur blanc. Le fabricant d'articles de sport a demandé aux athlètes de ne rien faire pendant une semaine. Des sportifs* jusqu'au sprinter olympique Iwan Thomas ont arrêté leur entraînement. Ils n'ont toutefois pas fait examiner les conséquences physiques, mais les effets psychiques par le professeur Brendon Stubbs. Petit spoiler : Ils n'étaient pas bons. La confiance en soi a baissé, l'attitude positive a diminué, le niveau d'énergie mentale s'est effondré et aussi enlever le stress les athlètes ont moins bien réussi. Alors laissez les ratons paresseux et ressaisissez-vous pour vous entraîner.

Share article
Author:
Antonia Wille

Commentaires