7

Days, 7 Good News : des envolées féminines et des séries de rêve masculines

LISTICLE | 03/16/2022
7 jours, 7 bonnes nouvelles : une victoire héroïque au Tour-de-France, un lavage de tête pour les ignorants du bonnet de bain et un club de football qui prend position contre le racisme.
Author:
Uschi Horner

Nous trouvons : De temps en temps, il faut de bonnes nouvelles. Surtout dans le domaine du sport. Dans nos Good News, nous te servons chaque semaine sept nouvelles qui font battre notre cœur de sportif - et le tien aussi, espérons-le. Parce que les nouvelles sont amusantes. Elles sont tournées vers l'avenir. Parce qu'elles montrent de nouvelles tendances. Parce qu'elles apportent une touche d'absurdité dans un monde bien trop sérieux. Ou tout simplement parce qu'elles apportent de la joie. L'essentiel, c'est la bonne humeur, telle est notre devise dans ce format d'actualités. Et nous nous y mettons tout de suite. Avec des pensées pour Lucilectric, des skieurs proverbiaux, un entraîneur qui ne peut manifestement pas perdre. Et avec Tom Brady, qui réalise les rêves d'ISPO.

 

1

Parce que c'est une fille

Silke Sinning, merci beaucoup - pour la première fois, nous avons dû penser au duo allemand Lucilectric et à leur tube des années 90 "Weil ich ein Mädchen bin" (Parce que je suis une fille) pendant une élection sèche. Comme le dit si joyeusement la chanson : "Pas de backtalk man, parce que je gagne de toute façon". Et c'est exactement l'assurance avec laquelle le professeur d'éducation sportive s'est présenté face à l'éminence grise de la Fédération allemande de football, Rainer Koch, lors du congrès national de la DFB. Koch se sentait intouchable en tant que vice-président. Mais Sinning a brillé par sa performance, l'éternel Koch s'est dégonflé et l'Allemagne a enfin un officiel du football de format. Parce qu'elle gagne quand même.

2

De la star de la glace à la faiseuse de glace

Elle aurait voulu remonter sur la glace lors des Jeux olympiques de Pékin, mais elle n'a pas trouvé de partenaire adéquat. Désormais, la championne olympique de patinage artistique Aljona Savchenko est de retour, du moins en tant qu'entraîneur. La patineuse ukrainienne de 38 ans avait remporté l'or pour l'Allemagne en 2018. Elle travaillera toutefois à l'avenir pour les Pays-Bas. "C'est un grand défi d'amener le patinage artistique à un niveau supérieur aux Pays-Bas. J'ai cette ambition", déclare Savchenko. Honnêtement, nous ne connaissions jusqu'à présent les Néerlandais que comme de brillants patineurs de vitesse - maintenant Savchenko les fait aussi danser sur la glace.

3

C'est la solidarité

C'est ainsi que fonctionne la solidarité : l'association sportive bavaroise offre aux réfugiés d'Ukraine un hébergement d'urgence dans ses quatre camps sportifs. Ceux-ci sont en fait utilisés par différents clubs pour des camps d'entraînement. Désormais, les hébergements d'Inzell, du Spitzingsee, de Regen et de Bischofsgrün constituent un premier foyer pour les réfugiés de guerre. "Dans notre forte communauté solidaire, nous voulons aider activement les réfugiés d'Ukraine pour les soutenir dans cette catastrophe humanitaire", a expliqué le président de la fédération, Jörg Ammon.

.
4

Tom Brady réalise ses rêves à l'ISPO

Tom Brady, nous sommes flattés ! Cela fait deux semaines que nous avons recommandé ici ton retour pour un stade à guichets fermés à Munich lors de la visite de tes Tampa Bay Buccaneers en Allemagne. Et hop, notre idée est devenue réalité. Tu joues à nouveau et tu devrais également être présent à Munich en automne. Même le FC Bayern s'en réjouit. "A bientôt à Munich" a tweeté Thomas Müller - Müller a certainement déjà cherché des billets pour voir Brady lors de son apparition dans la NFL.

5

Les skieurs avec le soleil après la pluie

Après la pluie vient le beau temps... Chers sauteurs à ski allemands, si le proverbe n'existait pas déjà, nous devrions l'inventer pour vous. Comme souvent cette saison, les championnats du monde de vol à ski à Vikersund ont vu Karl Geiger, Markus Eisenbichler et Cie. ont d'abord fait grise mine avant de connaître le succès. Cette fois-ci, après des départs individuels ratés, il s'agissait d'une solide médaille d'argent dans la compétition par équipe. Mais pour la saison prochaine, nous avons une autre expression sur la liste de souhaits pour les aigles du ski :

6

Il ne peut que mal perdre

Nous célébrons un homme qui visiblement a du mal à perdre : Gregg Popovich est désormais l'entraîneur de la ligue américaine de basket-ball NBA qui a remporté le plus de victoires. Popovich, qui entraîne les San Antonio Spurs, a remporté 1336 victoires, ce qui est incroyable. L'homme de 73 ans était plutôt mal à l'aise face à cet engouement. "Ce genre de choses n'appartient pas à une seule personne. Le basket-ball est un sport d'équipe". La modestie l'emporte - un point de plus pour Popovich.

7

Centre Safe Sport

Cela permet de lutter contre les abus dans le sport : cette année encore, un point de contact central indépendant sera mis en place pour les personnes concernées. Sous l'égide du ministère fédéral de l'Intérieur, des représentants du monde politique, sportif et social se sont mis d'accord sur Création d'un centre pour le sport sans risque. Enfin, diront beaucoup. Mais nous nous réjouissons que l'un des premiers projets sociopolitiques du contrat de coalition soit ainsi mis sur les rails et que la politique se soit assise à la même table que les fédérations sportives à cet effet.

Share article
Author:
Uschi Horner

Commentaires